Dimension poétique

De
Publié par

« Poétique » ne se dit pas seulement d'un type d'énonciation, mais aussi et surtout d'une épreuve de vérité irréductible à la forme linguistique. A quelle vérité conduit l'expérience poétique, si cela est possible ? Cet ouvrage nous parle de l'état poétique comme une révélation sans surnature ni transcendance et qui possède les caractères d'une manière plénière d'être, une éthique, capable de fonder les principes de la vie bonne.
Publié le : dimanche 1 mai 2016
Lecture(s) : 44
Tags :
EAN13 : 9782140008399
Nombre de pages : 258
Prix de location à la page : 0,0142€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Sous la direction de Clément Bodet, Alain Chareyre-Méjan &Ludovic Iacovo
Dimension poétique Caractères&états poétiques de l’expérience
Série RETINA Collection Eidos
Dimension poétiqueCaractères & états poétiques de l'expérience
ème Ce livre est le 78 livre de la
dirigée par François Soulages & Michel CostantiniComité scientifique international de lectureArgentine(Silvia Solas, Univ. de La Plata), (Alberto Olivieri, Univ. Fédérale de Bahia,),Bulgarie(Ivaylo Ditchev, Univ. de Sofia St Clément d’Ohrid),Chili(Rodrigo Zuniga, Univ. du Chili, Santiago),Corée du Sud(Jin-Eun Seo (Daegu Arts University, Séoul),Espagne(Pilar Garcia, Univ. Sevilla),France(Michel Costantini & François Soulages, Univ. Paris 8),Géorgie(Marine Vekua, Univ. de Tbilissi),Grèce(Panayotis Papadimitropoulos, Univ. d’Ioanina),Japon(Kenji Kitamaya, Univ. Seijo, Tokyo),Hongrie(Anikó Ádam, Univ. Pázmány Péter, Egyetem),Russie(Tamara Gella, Univ. d’Orel),Slovaquie(Radovan Gura, Univ. Matej Bel, Banská Bystrica), Taïwan(Stéphanie Tsai, Unv. Centrale de Taiwan, Taïpei)Série RETINA3 François Soulages (dir.),La ville & les arts11 Michel Gironde (dir.),Les mémoires de la violence12 Michel Gironde (dir.),Méditerranée & exil. Aujourd’hui13 Eric Bonnet (dir.),Le Voyage créateur14 Eric Bonnet (dir.),Esthétiques de l’écran. Lieux de l’image17 Manuela de Barros,Duchamp & Malevitch. Art & Théories du langage18 Bernard Lamizet,L'œil qui lit. Introduction à la sémiotique de l'image30 François Soulages & Pascal Bonafoux (dir.),Portrait anonyme31 Julien Verhaeghe,Art & flux. Une esthétique du contemporain35 Pascal Martin & François Soulages (dir.),Les frontières du flou36 Pascal Martin & François Soulages (dir.),Les frontières du flou au cinéma37 Gezim Qendro,Le surréalisme socialiste. L’autopsie de l’utopie38 Nathalie ReymondÀ propos de quelques peintures et d’une sculpture39 Guy Lecerf,Le coloris comme expérience poétique40 Marie-Luce Liberge,Images & violences de l'histoire41 Pascal Bonafoux, Autoportrait. Or tout paraît42 Kenji Kitayama,L'art, excès & frontières43 Françoise Py (dir.),meisérnirtalàom-tsopenredDuam44 Bernard Naivin,Roy Lichtenstein, De la tête moderne au profil Facebook48 Marc Veyrat,La Société i Matériel. De l’information comme matériau artistique, 149 Dominique Chateau,Théorie de la fiction. Mondes possibles et logique narrative51 Patrick Nardin,Effacer, Défaire, Dérégler... entre peinture, vidéo, cinémae 55 Françoise Py (dir.),Métamorphoses allemandes & avant-gardes au XX siècle56 François Soulages & Sandrine Le Corre (dir.),Les frontières des écrans57 Agathe Lichtensztejn,Le selfie aux frontières de l’egoportrait58 François Soulages & Alejandro Erbetta (dir.),Frontières & migrations Allers-retours géoartistiques & géopolitiques60 François Soulages & Aniko Adam (dir.),Les frontières des rêves61 M. Rinn & N. Narváez Bruneau (dir.),L’Afrique en images.62 Michel Godefroy,Chirurgie esthétique & frontières de l’identité63 Thierry Tremblay,Frontières du sujet. Une esthétique du déclinSuite des livres publiés dans la CollectionEidosà la fin du livre Publié avec le concours de
Sous la direction de Clément Bodet, Alain Chareyre-Méjan & Ludovic IacovoDimension poétiqueCaractères & états poétiques de l'expérience
Secrétariat de rédaction Clément Bodet & Angèle Ferrere
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09027-6 EAN : 9782343090276
Avant-propos Dimension poétiqueCaractères & états poétiques de l'expérienceLes textes rassemblés dans ce livre reprennent les propos des intervenants au Colloque sur La Dimension Poétique qui s’est tenu à la Faculté des Lettres d’Aix – en – Provence les 13 et 14 Juin 2014. Le colloque lui-même prolongeait – et clôturait – les travaux poursuivis pendant quatre ans dans un séminaire d’Esthétique intitulé « Résistance du Poétique » (Master II, UFR Lettres et arts, 2010-2014). Ce dernier présupposait l’existence d’un « état poétique » de l’expérience et souhaitait en interroger la nature et l’objet. L’idée d’une « résistance » du poétique s’entendait comme une entrave aux logiques instrumentales en général. Elle posait la question du pouvoir de résistance de la poésie à la démesure que l’on voit à l’œuvre dans la modernité tardive. Celle-ci, en présentant le visage d’un emballement vide et pour ainsi dire ensorcelé (I. Stengers) se signale comme étrangère à la question même du sens de l’existence et paraît la dénier. Comme la désinhibition poétique détache les choses de leurs significations pour les regarder seulement exister, elle incite à parier, au contraire, contre l’ordre logique de la Représentation et de l’Échange généralisé, sur ce que Toni Negri appelle dansEmpire« la joie de l’être » pour autant que celle-ci constitue, comme il dit, « une révolution qu’aucun pouvoir ne contrôlera ». Dans le prolongement de cette perspective, le colloque interrogeait aussi la définition que propose Jean-Luc Nancy
5
du discours poétique lui-même comme « discours qui 1 résiste au discours ». Le poétique est peut-être, dans le langage, la résistance du langage à sa propre infinité, à « la 2 démesure qu’il constitue par lui-même. » Plus généralement, les différentes interventions ont envisagé la disposition poétique comme l’expérience d’un geste complet (qu’est-ce que faire –poïen – réellement quelque chose qui tienne ?) et comme une conversion esthétique générale (unemétanoïa). C’est que, en tant que « révélation sans transcendance », suivant la définition que lui donne Michel Deguy, elle possède les caractères d’une manière plénière d’être, une « éthique » capable de fonder les principes de la « bonne vie ». L’écueil à éviter consistait à parler de la puissance de réenchantement des états poétiques sans jouer le rôle de l’agent d’ambiance et en évitant la « pose poétique » insouciante qu’Adorno définit dansSans paradigmecomme « illusion de la clôture bienheureuse ». Car il ne fallait pas oublier que « dans le monde de la marchandisation autoritaire, tous les éloges naïfs du désir sont 3 immédiatement des éloges de la servitude ». Mais il a été nécessaire de dépasser aussi, à l’opposé, l’enfermement dans la seule interrogation réductrice de la poésie de la poésie (du genre « qu’est ce qu’un énoncé poétique ? » ou « produisons maintenant un énoncé poétique inédit »). On est bien obligé de reconnaître qu’en dernier lieupoétiquene se dit pas seulement d’un type d’énonciation mais aussi et surtout d’une épreuve de vérité irréductible à la forme linguistique. Hans-Georg Gadamer a défini le problème de l’expérience comme celui de l’accès à la vérité. À quelle vérité conduit l’expérience poétique, si elle est possible ? N’est-ce pas à ce qu’il appelle « une vérité qui réside 4 seulement dans ce qui arrive » ? Lefaitd’arriver n’étant pas 1 Jean-Luc Nancy,Résistance de la poésie, Paris, Bordeaux, William Blake & Co., 1997.2 Idem. 3 Tiqqun,Premiers matériaux pour une Théorie de la jeune fille, Paris, Fayard, 2001.4 Hans-Georg Gadamer,Nietzsche l’antipode : le drame de Zarathoustra, Paris, Allia, 2000.
6
uneraisonla dimension poétique pourrait être d’arriver, l’accès à « l’arrivage » (Dominique Fourcade) en tant qu’il porte en lui-même sa propre justification et illustre la confusion wittgensteinienne de l’événement esthétique avec « le miracle que ce qui est soit ». En même temps qu’une mise à l’épreuve particulière du langage, le mot de poésie recouvre une façon de vivre dans le monde et d’y faire ce qui l’on y fait. Gœthe illustrait déjà cette idée en disant que « poésie » renvoyait à la même expérience qu’une fête 5 populaire en l’honneur du passage des saisons . Expérience « essentiellement réaliste » selon ses termes, c'est-à-dire portée à considérer les choses « sans éprouver le moindre désir d’y ajouter ou d’en retrancher quoi que ce soit ». L’esthétique de nos expériences tient, quand il y a lieu, non à ce qu’elles permettent de représenter mais à leur pouvoir poétique d’offrir un monde meilleur. C’est aussi dans les pratiques non artistiques que le poétique trouve son origine et son accomplissement. En ce sens, la poésie désigne la façon dont l’espèce humaine occupe son temps autrement et change ce faisant quelque chose à l’expérience même de l’expérience qu’elle constitue. Les contributions sont proposées sans ordre thématique et, en cela, laissées à leur seule ambition problématisante. Elles demeurent néanmoins reliées par l’affinité intellectuelle et sensible d’une définition commune de le poésie comme « manière de vivre ». Chaque texte faisant entendre à ce propos une note singulière – une voix – qui fait écho aux autres de façon polyphonique, comme une longueur d’onde dans un champ de résonance. Au bout du compte, rien n’empêche le lecteur d’entrer dans le livre comme on poussait il y a encore peu de temps les portes des ces anciens cinémas dont l’entrée restait libre à tout moment du film… Clément Bodet, Alain Chareyre-Méjan &Ludovic Iacovo
5t Johan Wolfgang Gœthe,Roch à BingenLa fête de S , Paris, Allia, 1996.
7
L'autre sens du sensPrincipes de l'économie poétiqueJ’ai cherché à connaître, durant ma vie, bon nombre de situations poétiques, etaussila satisfaction de quelques-uns de mes vices annexes mais importants.Guy Debord La beauté étrangement poignante de tant de métaphores est liée au fait qu’elles éveillent en nous le souvenir du moment où nous avons pris conscience pour la première fois que le monde extérieur était au dehors, que l’écart qui nous en sépare est infranchissable.Harold Searle Flash backIl y a assez longtemps, avec certains des amis présents à ce colloque, je m’étais penché sur ce qu’il me paraissait alors vraisemblable et juste de mettre sous l’idée d’une dimension poétique de quelque chose – ou d’un événement. Ma surprise a été de me retrouver, encore aujourd’hui, dans ce que j’écrivais à l’époque. J’aurais pu reprendre dans le Séminaire que j’ai organisé pendant trois ans sur cette question à l’Université de Provence certaines
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.