Du Bellay et la poésie de la ville

De
Publié par

Cette étude revisite le mythe de Rome comme "Ville éternelle" dans l'oeuvre poétique de Joachim Du Bellay. L'analyse de ses recueils offre, dans une première lecture, l'image d'une ville d'où le rêve, le sens et le sacré se sont retirés. Du Bellay élabore alors tout un processus de démythification visant à détrôner la Ville de ses insignes de gloire. Mais loin de disparaître, le mythe de la Ville éternelle se consolide en s'introduisant dans l'expérience personnelle du poète.
Publié le : samedi 1 juin 2013
Lecture(s) : 71
Tags :
EAN13 : 9782296537804
Nombre de pages : 318
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
OLFA ABROUGUI
Du Bellay et la poésie de la Ville Rome n’est plus Rome…
Préface de Gilbert Schrenck
Du Bellay et la poésie de la Ville
1
Du Bellay et la poésie de la Ville
2
Du Bellay et la poésie de la Ville
Critiques littéraires Collection dirigée par Maguy Albet Dernières parutions Anne SCHNEIDER,La littérature de jeunesse migrante, Récits d’immigration de l’Algérie à la France, 2013. Eleonora HOTINEANU,Bessarabie : la poésie en héritage, 2013. Brigitte FOULON (dir.),L’écriture de la nostalgie dans la littérature arabe, 2013. Roger TRO DEHO, Adama COULIBALY et Philip Amangoua ATCHA (dir.),Je(ux) narratif(s) dans le roman africain, 2013. Diané Véronique ASSI,Intertextualité et transculturalité dans les récits d’Amadou Hampâté Bâ, 2013. Gasser KHALIFA,L’autobiographie au féminin dansL’Amantde Marguerite Duras etPerquisitionde Latifa Al-Zayyat, 2013. Nicolas GELAS,Romain Gary ou l’humanisme en fiction. S’affranchir des limites, se construire dans les marges, 2012. Kahiudi Claver MABANA,Du mythe à la littérature – Une lecture de textes africains et caribéens, 2012.Gérard DUPUY,Xie Lingyun,de montagnes et d'eaux Poèmes . e V L'expérience poétique du paysage dans la Chine du siècle, 2012.ZHAO Jia,L’ironie dans le roman français depuis 1980. Echenoz, Chevillard, Toussaint, Gailly, 2012. Gilles GUIGUES,Rilke, l’existence en figures. Étude philoso-phique du poétique, 2012.Jeanne-Marie CLERC,Etty Hillesum écrivain. Écrire avant Auschwitz, 2012.Ali ABDOU MDAHOMA,Le roman comorien de langue française,2012. Mehana AMRANI,La poétique de Kateb Yacine. L’autobiographie au service de l’Histoire, 2012. Tommaso MELDOLESI,Textes et poèmes autour de l’accident ferroviaire de Meudon, 1842. Une poésie de la catastrophe, 2012. Jean-Louis CLUSE,Saint-John Perse, le poète en ses miroirs. Le même, l’autre et le multiple, 2012. Mamadou KALIDOU BA,Nouvelles tendances du roman africain francophone contemporain (1990-2010). De la narration de la violence à la violence narrative,2012.
Olfa ABROUGUIDu Bellay et la poésie de la Ville Rome n’est plus Rome… Préface de Gilbert Schrenck L’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00605-5 EAN : 9782343006055
Du Bellay et la poésie de la Ville
Rome se bat, Rome prie, elle est pieuse. Elle accepte humblement le noir du sens dans le geste refait. Elle bâtit, elle s’étend, elle conserve. Elle n’est pas le négatif, ce travail de destruction qui, paraît-il, avance les choses […] Elle donne la chair au verbe, elle construit…
1 Rome. Le livre des fondations, Paris, Hachette, 1983, p. 77.
7
1 Michel Serres
Du Bellay et la poésie de la Ville
8
Du Bellay et la poésie de la Ville
PRÉFACE
Parcourant l’œuvre de Du Bellay, le mythe de Rome manifeste les aspects les plus contrastés des variations intellectuelles et des tonalités affectives du poète. Tour à tour exaltant et trompeur, lourd d’espoirs insensés et chargé des pires désillusions, il innerve la poésie des Antiquités auxRegrets, en passant par leSongeles et Poematacomposés à l’occasion du séjour romain. C’est sur cette thématique que le livre d’Olfa Abrougui apporte aujourd’hui l’éclairage qui permet d’en recongurer la topique et d’en renouveler la grille herméneutique. Espace de tous les mirages et creuset de toutes les réalités, ville de haute culture en même temps qu’objet de tous les scandales, Rome nourrit l’imaginaire de l’Angevin venu en Italie dans la suite de Jean Du Bellay, son cousin, le cardinal. Au bout de quatre années d’exil, le poète « mesnager » a vu s’écrouler l’idéal humaniste qui hantait ses rêves et s’en retourne en France profondément transformé par une expérience, dont l’œuvre cristallise le contenu. Malade et ruiné, confronté à une cour de France décevante, Du Bellay publie son œuvre que la cité des papes, réalité monstrueuse et fascinante, aura fondamentalement inspirée. Grâce à elle, il atteint le sommet de son art…
La critique a depuis longtemps souligné l’importance des sonnets qui célèbrent les ruines de l’antiquité romaine, ceux qui dénoncent les mœurs de la Curie, ou chantent la nostalgie de la patrie absente. Avec la présente étude, la thématique s’enrichit considérablement grâce à l’interrogation jetée sur la fonction structurante du mythe et la richesse de sa poétique. Elle s’attache tout particulièrement à montrer comment l’écriture procède d’une investigation personnelle qui noue au l des textes la symbolique urbaine et la création littéraire dans un rapport d’analogie extrêmement dense, au sein duquel l’espace de la ville et l’espace du texte fusionnent pour donner naissance à une œuvre frappée du sceau de la modernité la plus audacieuse.
Liée à l’analyse de l’imaginaire et de la sémiologie, la réexion d’Olfa Abrougui déconstruit patiemment la vaste complexité de la
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.