Écrire dans la langue de l'autre

De
Publié par

Julia Kristeva est devenue en 2004 la première lauréate du prix Holberg, similaire au prix Nobel. En juin 2005, Assia Djebar a été élue à l'Académie française : elle est la première auteure postcoloniale à y entrer. Irene Ivantcheva-Merjanska démontre ici comment ces deux écrivaines en exil, ont réfléchi et dramatisé leur relation avec l'autre langue, le français. À travers leurs essais et romans, elles représentent la langue française comme un espace de liberté social et artistique : un outil leur permettant de transcender le traumatisme de l'exil.
Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 30
Tags :
EAN13 : 9782336391946
Nombre de pages : 244
Prix de location à la page : 0,0142€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
жени в българската поезия.
Брегове на чувството. Гласове на
Irene IVANTCHEVA-MERJANSKA
Écrire dans la langue de l’autre
Assia Djebar et Julia Kristeva
Écrire dans la langue de l’autre
Critiques littéraires Collection fondée par Maguy Albet Dernières parutions Magali RENOUF,Surréalisme africain et surréalisme français, 2015. Hideki YOSHIZAWA,Pierre Drieu la Rochelle. Genèse de sa « voix » littéraire (1918-1927), 2015. Élodie Carine TANG,Le roman féminin francophone de la migration. Émergence et identité, 2015. Mamadou DAHMED,Le héros monstrueux. Une lecture psychanalytique du personnage romanesque de Stendhal, 2015. Aline LE BERRE,Théâtre allemand. Société, mythes et démythification,2015. Alya CHELLY-ZEMNI,Jean Giono. Du mal-être au salut artistique, 2015. Francis IMBERT,LireRosie Carpede Marie NDiaye, 2015. TONTONGI,La Parole indomptée / Pawòl an mawonnaj,suivi deMemwa Baboukèt / Mémoire de la muselière, 2015. Moussa COULIBALY (dir.),Le roman féminin ivoirien, 2015. Luis NEGRO ACEDO,Ecrivains espagnols exilés à Paris (de 1939 à nos jours), Un chapitre bilingue de la culture française, 2015. Véronique DUFIEF-SANCHEZ,Musset. La Leçon des proverbes, 2014. Daniel S. LARANGÉ,Sciences et mystique dans le romantisme social. Discours mystiques et argumentation scientifique au e XIX siècle, 2014. Saadia Yahia KHABOU,Évocation de la peinture figurative classique dans quelques œuvres de Butor, Quignard et Bonnefoy, 2014. Amadou OUÉDRAOGO,L’Univers mythique d’Ahmadou Kourouma. Entre vision et subversion, 2014. Mohamed KEÏTA,Tierno Monénembo. Une approche psychocritique de l’œuvre romanesque, 2014.
Irene IVANTCHEVA-MERJANSKA
Écrire dans la langue de l’autre Assia Djebar et Julia Kristeva
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05875-7 EAN : 9782343058757
À la mémoire de mon père :  le sculpteur Ivan Ivantchev
Que soient chaleureusement remerciés
Julia Kristeva Michèle Vialet Sanford Ames
Ma famille pour leur amour et soutien : Mes enfants : Ekaterina Katzarova et Martin Stefanov Mon époux : le poète Kiril Merjanski Ma mère : Ekaterina Vlaykova
Dans le cadre de ce livre, les abréviations suivantes renvoient aux ouvrages correspondants : LALF pourL’amour la fantasia(ed. 1995) d’Assia Djebar ; VP pourVaste est la prison; CV pour(1995) d’Assia Djebar Ces voix qui m’assiègent; DLLF pour(1999) d’Assia Djebar La disparition de la langue française(2003) d’Assia Djebar ; PS pourPossessions(1996) de Julia Kristeva ; MB pourMeurtre à Byzance(2004) de Julia Kristeva. Placées entre parenthèses à la suite des passages cités, elles sont suivies de la page du livre en question.
Avant-propos
Dans ce livre, nous étudions la problématique de la langue de l’autre à travers deux auteures : Assia Djebar (1936-2015) et Julia Kristeva (1941-). Dans leurs essais, entretiens et romans, ces deux écrivaines, bien que non françaises, écrivent en français et explorent la question d’être étrangères dans la langue dans laquelle elles s’expriment. Le fait que ces deux écrivaines ont reçu des prix prestigieux pour récompenser leur contribution littéraire et humaniste n’est pas une simple coïncidence. En décembre 2004, Julia Kristeva est devenue la première lauréate du prix Holberg (un prix pour les sciences humaines, l’équivalent du prix Nobel). En juin 2005, Assia Djebar a été élue membre de l’Académie française, ce qui fait d’elle la première écrivaine postcoloniale reconnue de cette façon pour sa contribution à la littérature d’expression française. Le public du monde entier et particulièrement celui des États-Unis apprécie les œuvres de ces écrivaines. Cette appréciation internationale prouve que dans la communauté imaginaire du monde francophone, quelque chose a changé : la périphérie s’est déplacée au centre, voire même vers le noyau dur de la culture française qui est souvent synonyme de e e culture occidentale, notamment aux XIX et XX siècles. Nous avons choisi de nous concentrer sur Djebar et Kristeva parce que ce sont deux auteures qui ont des biographies intellectuelles comparables. Leurs approches singulières de l’écriture et de la réflexion sur le monde de la e e deuxième moitié du XX siècle et du début du XXI siècle offrent des parallèles frappants qu’on peut observer à partir de leur choix du français – la langue de l’autre. En effet, toutes deux partagent une origine méditerranéenne, elles ont par ailleurs eu l’expérience de vivre et de fuir des systèmes oppressifs, et finalement elles écrivent chacune dans la langue de l’autre et non dans leur langue maternelle. Malgré ces
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.