Europe centrale et orientale depuis 1989

De
Publié par

La transition de 1989 en Europe de l'Est, redevenue ainsi "Europe centrale et orientale, a bouleversé le continent européen et les visions de l'histoire. Les changements ont influencé la langue, l'histoire et la littérature des différents pays. Il existe un avant et un après-1989 de la langue, qui devient plus riche, parfois anarchique, plus précise et surtout plus joyeuse. La littérature est là pour le prouver. Elle se réapproprie le passé de façon ludique et dévoile la complexité du présent.
Publié le : vendredi 1 février 2013
Lecture(s) : 42
EAN13 : 9782336289922
Nombre de pages : 216
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La transition de 1989 en Europe de l’Est, redevenue ainsi « Europe centrale et orientale », a profondément bouleversé le continent européen et les visions de l’histoire. Pour cerner le phénomène autrement que par des statistiques ou des études économiques, il vaut la peine de reprendre les choses au début et d’envisager comment les changements ont inuencé la langue, l’histoire et la littérature des différents pays. Il y a un avant et un après-1989 de la langue. Elle devient plus riche, parfois anarchique, souvent plus précise et surtout plus joyeuse. La littérature est là pour le prouver. Elle se réapproprie le passé de façon ludique et dévoile sans concession la complexité du présent. De même, la profusion des recherches et des ouvrages historiques permet d’envisager les événements dans leur profondeur et leur plurivocité, également parce que les individus sont devenus auteurs de leur propre vie.
Brigitte Gautierest maître de conférences de polonais à l’université Charles-de-Gaulle Lille 3, habilitée à diriger des recherches. Elle est l’auteur d’Un humanisme subversif : lectures polonaises de Camus, Malraux et Saint-Exupéry, L’Harmattan, 2006, a dirigéMémoire perdue, mémoire volée – investigations littéraires en Europe centrale et orientale, L’Harmattan, 2005,Herbert - poète polonais, L’Harmattan, 2009. Elle est également traductrice de l’œuvre de Zbigniew Herbert en français, aux éditions Le Bruit du Temps.
ISBN : 978-2-336-29278-6 21 euros
sous la direction de Brigitte GAUTIER
L’Europe centrale et orientale depuis 1989 (dir.) Brigitte GAUTIER
Changer le monde avec des mots
L’Europe centrale et orientale depuis 1989 Changer le monde avec des mots
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-29278-6 EAN : 9782336292786
sous la direction de Brigitte GAUTIER
L’Europe centrale et orientale depuis 1989 Changer le monde avec des mots
Du même auteur : Un humanisme subversif : lectures polonaises de Camus, Malraux et Saint-Exupéry, Paris, L’Harmattan, 2006. Herbert-poète polonais, dir. Brigitte Gautier, Paris, L’Harmattan, 2009. Mémoire perdue, mémoire volée – investigations littéraires en Europe Centrale et Orientale, dir. Brigitte Gautier, préface de Danièle Chauvin, Paris, L’Harmattan, 2005. En Hommage à Zbigniew Herbert,réd. Danuta Knysz-Tomaszewska, Brigitte Gautier, Ania Ciesielska, inLesNouveaux Cahiers franco-polonais,Paris, n°5/2005. Traductions du polonais : Zbigniew Herbert,Monsieur Cogito et autres poèmes, Œuvres poétiques complètes II, édition bilingue, Paris, Le Bruit du temps, 2012. Zbigniew Herbert,Corde de lumière et autres poèmes,Œuvres poétiques complètes I, édition bilingue, Paris, Le Bruit du temps, 2011. Zbigniew Herbert,Le labyrinthe au bord de la mer, Paris, Le Bruit du temps, 2011. Nous adressons nos plus sincères remerciements au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche à l’ambassade de la République de Pologne en France au conseil scientifique de l’Université Charles de Gaulle-Lille 3 et à l’ambassade de la République tchèque en France Photo de couverture © Andrzej Iwańczuk www.reporterpoland.pl
Avant-propos Il y a un peu plus de vingt ans, en 1989, lestatu quopolitique et économique européen était remis en cause de manière spectaculaire par l’effondrement du système communiste dans les pays satellites de l’URSS. Pour d’autres pays, comme l’Ukraine qui faisait partie de l’URSS ou comme la Yougoslavie qui en était indépendante, les changements devaient intervenir plus tard et plus douloureusement. Toute la presse internationale fit des photos des Berlinois détruisant une portion du mur, l’on s’enchanta qu’un auteur de théâtre devienne président de la République (Havel), puis un électricien (Wałęsa). Après cela, le silence retomba sur l’Europe, redevenue « centrale et orientale », après avoir été reléguée à « l’Est » pendant quarante-cinq ans. Cela explique l’étonnement que d’aucuns ressentir à la voir intégrer l’Union européenne, au bout de quinze ans de transformations économiques, sociales et politiques. Pour cerner ce phénomène, autrement que par des statistiques ou des études économiques, il vaut la peine de reprendre les choses au début, c’est-à-dire en 1989. La clé de la transition réussie est à chercher dans des mentalités qui évoluèrent rapidement, parce que la langue changea considérablement. Il ne s’agit pas de résoudre ici le vieux débat sur la prééminence de la langue ou de la pensée, simplement de l’alimenter. La langue fut le premier vecteur des revendications politiques : droits de l’homme, libertés fondamentales, démocratie… et c’est par le biais de la langue que l’histoire qui avait été occultée et censurée, fut réécrite. Il fut parfois suffisant de rééditer des ouvrages anciens pour lever la chape de plomb qui
7
pesait sur le présent et le passé. La langue libérée explique aussi le nouvel essor de la littérature, émerveillée par le champ des possibles. Il fut désormais permis de tout écrire et de tout publier, y compris des choses scandaleuses, au nom de la liberté créatrice. Les populations qui avaient été soumises pendant des décennies aunewspeak ou novlangue, selon la remarquable synthèse de George Orwell dans1984, trouvèrent enfin la possibilité de s’exprimer par leurs propres moyens et de transmettre leur image de la réalité, ainsi que leur désir de la modifier. Il y a un avant, et un après 1989, de la langue. Elle devint plus riche, parfois anarchique, souvent plus précise et surtout plus joyeuse. Et la littérature est là pour le prouver. Elle se réapproprie le passé de façon ludique et dévoile la complexité du présent sans concession. De même que la profusion des recherches et des ouvrages historiques permet d’envisager les événements dans leur profondeur et leur plurivocité. Egalement parce que les individus sont devenus auteurs de leur propre vie. Les différents articles de ce volume montrent l’Europe centrale et orientale dans sa diversité, même si une expérience historique commune a régulièrement fait naître des sentiments et des réactions similaires. Et ce sont les choix, individuels et collectifs, qui sont au cœur de ce nouveau monde multiple. Brigitte Gautier
8
Changer la langue
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.