Félix Poutré par Louis Fréchette

De
Publié par

Félix Poutré par Louis Fréchette

Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 165
Nombre de pages : 32
Voir plus Voir moins
The Project GtuneebgrE oBkoo Féf x liutPo, réL ybsiuo .H cérFeThihettook s eBrot sif eso ehu neyoanf erwhny a on ta edna tsocomtsn  ow ti hlaions wharestrictuoY yam eost.reviv,gite op city su er -e yroa aw ter thenderit ucejorP eht fo smceLig ernbteGut ht he sikooB ro e nsclinedudit wneebgrn.teonline atwww.gutoVuaetnam dnargn  unsdaé pploveecp se t ,'nroette p cetoyezus vÈCSMALE ,neILECAMCNL, un PONE ICAME
Acte I Le décor représente la rue St-Jean-Baptiste à Montréal. Il fait nuit.
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK FÉLIX POUTRÉ ***
.
Félix Poutré Drame historique en quatre actes Par Louis H. Fréchette
This text was adapted from that found at the Bibliothèque virtuelle. http://www.fsj.ualberta.ca/biblio/default.htm Thank you to Donald Ipperciel and the Faculté Saint-Jean (University of Alberta) for making it available.
Title: Félix Poutré Drame historique en quatre actes Author: Louis H. Fréchette Release Date: March 14, 2005 [EBook #15361] Language: French
PERSONNAGES  Félix Poutré, 21 ans.  Poutré, père de Félix, 60 ans.  Béchard, 40 ans.  Cardinal, Membre du Parlement, 35 ans.  Duquette, Étudiant en Droit, 21 ans.  Toinon, paysan, 20 ans.  Camel, (un traître) 30 ans.  Dr. Arnoldi, 60 ans.  Le Shérif.  Le Geôlier.  Un Juge.  1er Conjuré.  2ème Conjuré.  3ème Conjuré.  Un Policeman.  Le Bourreau, des Soldats Anglais, des Policemen, des Patriotes,  des Prisonniers, des Officiers de Justice.
P?saCILONAMEiuO
u peèspr-lreà à el saP seuq uot -vous? Centendezteeth uee'tsà c riars ou Và. lst ,tiunim à zerevCe'MALECecroac ,el rrb sanig sdst onméarédepdn ;amsiv neez toujours en f-tnoSNAbmon sliAM?Cuxrea elCELetssrtoi tarrenoblésssemICEM.POL . .P.LOus rom ila main  porter  no'tuev regl is pmetéroinsoe  dl  eruzesua  .oVancesistderéchau enu eriaf neib ntieraurpot  es,'usage de toute noudti.sC moeml VoL yuser s cezsa sbmes?sélEMACisona mat-il sonp raleeledl it ee.lluinqqus an DSNAMECIart zeyo est: «V d'ordre .eLm tos aécnseot m«Qs .»téux Alte rebiegneecnaBrutz: «ndrerépouo s»,v  aàliuv VELAM.C. . ! eniBNAMECILOP»!sutcmene tédefdn ulumière est stri ,srn norevev arnsdaes lor cdoriqseul ro sesv uonifoos u quermess al snased ellatrinz re dtsuiodlàoiui qst eon cunev A .unimP.tiOLICEMANA minui!t( lIs ro.t) sellevutatÉ sed?1isUns-JUON Ceriu ,ÉROd seedxures  nôt à NsontNÈCSII ERACINADI CL,ELAMCO, JNRUSÉACDRNILAAvons-nous des noirfatee r ni pauerapn à  suo sel et qu'il se prévnyoeéd A'blna,y litdos  ereêtuititnauq emra'd éu'unon qandee grd  erctinitguBlr71 .é'm L .soN etoautéric ves leuohcrea uo r'sbaington ppourWash itrap tse 63 .o NLe. rsouec sdeét socimed sna tanis orgork,ew Y sonetseLN .o2 0 est-il revenu BSÉovarRAC!ANID cL,suonanltset e  nonsusnb uaorn.LEesoiNJURS COa'd tnat te semritun mdeue qnsioe qu'on nul doutnrri auaonsuf uoincaon s alerimé,suo te op tn ruessyes ltoutfin eppud  uihsepmtad'l naig sermirenE .noitcerrusnin mouvement séri tuqà'm iosnd u'vi'agés ranéesl d eiolpélbarL .eébecr QuDINA.CAR soctuap ruspmet, yspas fae  nilsnad xueel suot vièier?sTtorsiR-porté. Edéjà rap no' a'mc sèuq epeà pru C'Lt esunllul serp neocest ion ulat popaL .étêrra sius 'yJRÉJUON Cme2èa'J sa itsis à éasl'mbsee lés deedQ éueb?cè2emC ONJURÉMe voici.uon euq uop en sie rnsvor teenntses rFrè.iJ madeis de sunion'opieu js neelquesqusuohtsaisnegtne  pour leà QuébecÀ p ra tm mone.tpioucrreiènt etehtapa enu snad ts, lvouét dées et uoitnoupal aopà'Q  euq.cI éuebsiblmpos la e de .reumertsixe lIdaenepec one untgrnasitaoi nsaesz active chez untep n tirbmoed eat potri zeséséldentnten s'e quièdel siF cela ev
SCÈNE II CAMEL seul CAMEL—Ah! Ah! Ah! . . . Je les tiens . . . Ils n'échapperont pas cette fois . . . Presque tous pris dans un seul coup de filet . . . Comme le gouvernement va m'avoir de l'obligation! Comme la récompense sera belle . . . Aussi, comme il m'a fallu de la patience, de la diplomatie et de l'audace pour en arriver là. Me faire passer pour un patriote, me faire admettre au nombre des conjurés, les tromper tous par mes protestations de dévouement à leur cause . . . J'ai tout fait, avec habileté, avec talent, avec génie! . . . Camel, Camel, tu es un grand homme! Tu es destiné à devenir un premier ministre pour le moins! . . . Il est bien dix heures maintenant, ils doivent être déjà assemblés. Entrons! (Il frappe trois coups espacés à une porte au fond.) UNE VOIX,en dehors—Qui va là? CAMEL—Brutus! UNE VOIX,en dehors—Le mot d'ordre? CAMEL—Vengeance et liberté. (La porte s'ouvre et Camel entre.) Le décor change et représente une salle souterraine. Plusieurs conjurés sont autour d'une table. L'un d'eux est près de la porte d'entrée. Des armes de toute espèce sont suspendues aux murs.
des 
ripp antler pas elociNo slI .tec qQuébe goue lfaifru sd  eilséfat e irantrorsprevuemend tniavene quantitéconsiet r àoMtnérlau ,snoitinum ed tes meard'e blradéd  eesnid se uelconçont ils  et  ed niam nu puocerarar pens'mp ev ueeltn eli senMaiscomm hardi. ndu atteest  Il uO.iRUÉOCJNe1 rl?éatron M àurtoer ed li-tse ,72 le No. DINALEtm ioC.RAri evace ccesponovPreniduq t aled nOiariesluu  nem .h molève souomment cpmacsel es senga Ad.sue ixvoa  sp orideg sadsnl qu'il a fait desnim .etu nO  tidi ic mdeutinene us eédi enu tse' fusnol  ie,rbpetcoitsur sni tonRÉCONJUer Cns.1utamemértuotérp teatennd, nts il rniocsnp saa igt et suridérémen.)rtpaÀ e ornc Eocéd enu !etrevu que'y aa qu celsum  ion.e( nauqs Demearets es dnum oiti :snn liaut ces armes à ottup ir!xACEMLsorngVeen, eh dUQUDETTEro'd?erdème CONJ! . . .3l bireétaecn eteixvoa  sst'eCALNIDRAC!suturBsrmot Le JURÉ CONè3emul.ise t ;'cEUQUETTrèrF ,sentde Ds,UEUQEDTT covsu ,teD ei ula paix soit avenEetropD( !zertuv oÉ,URa  lntraI LVÈCENérécseP tte uquee.)SentrC.RAIDANccsè . .coeur! .LNoble suotava . .  iS memêou cntiee  lisssérsuuo siSn i des lu nouons, ennob enu snorvsue trnoe  drtpa. . C'est peut-êrt eul.iè3emC NORÉJUuiQa  v?DlàEUQU,ETT ne ohed et rageême le meuemédovO( ntn ! àpeapfrrtpoa  lisuD ).e . ecnelTTEEt qer.DUQUEreno-soneul iuf mêi-. mehiralur y'l nemase'Jerèplus le pnt, endase t t'ctrnamiopusNoLNADIAR?Custta nE .snorrev erC!RAIDANLuO!i Il y a longtemp ertmrapon iD.suUEUQETT tUnîtral sednerne sm yoe fade lse tire ej euq s eipé'l sue  jetre p àisAC. NIDR!lan. .  CerdiarMoEchn D)QUEUTTalm ia.ni serre . (Il luîart nu snova sunoe qut die  muiecq ia sens j  eent;prudois ALSCAa!INRD, ALndcoas u evuC eldanaLES CONJURÉSDieasvu eelC nada!aetquDuer. . ! tenècs al hc noMele dsur t deevantnD iuastt equeuatQus.éeosspdit  semmoh ellim errôléà en déjsontp rastà p êr steôtitue qr tissauorrul snuon op snir des eur fouria sonsuraem;sm iaf sa uem sed teslleirv.D. . ? TTEQUEUe  n'Jiat réeffe au-ussiàled ed  semépsencra. esutTo lessep polutaoisns ont admirablemenmotpenc li stn ,bine com'ilss qu ruel tiod iuq e cecave èrgut en , àuDuqACDRNILAce soir.arriver q tit eu ?egd nOn toyavoteett EL, àCAMEtJe par eédedl ir.rocvuurpop our oiav sarennod cuaeb simuniquent si mysecq 'uli sesc moe  cntsoes danplirétesuetnemiS .. .re purpoos vrendcurtsni  . snoithargé de le condiuerà M nortaé l ueuenneevtr aue cev iulm tec a' .eL-tàlrdio tnee a  Côtteur Docn li'uq emmoh'l ces an dutfas ou . . .'Cibattn sainementest certop salupsulpèrt des has eairrèup . . eva ed tE .oe cunt bre  durted iongree a'icthlè d'aun pte, sna nu ,at eelliTEETinV-egtunt-ANLhEb ei?nUDUQQUETTEOui.CARDIDUé?trouPALINRDAC. . . élrap zem'avous nt ve doivllipre eaNemd neeuom hu  v jce . .ia'Jésop . e tête ret cela à sedt uoaplrreno
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi