Haïti et les autres

De
Publié par

L'événement historique par lequel les Haïtiens ont ébranlé l'édifice colonial pour forger une nation a exercé et continue d'exercer un énorme pouvoir d'attraction sur l'imaginaire des écrivains. Dans des genres différents - roman, théâtre, poésie, essai -, des écrivains de sensibilités fort diverses se sont exercés à l'écriture de l'événement unique de l'histoire moderne qu'est la Révolution haïtienne. Malgré leurs différences, on s'aperçoit que les textes littéraires sur Haïti forment un corpus plus ou moins cohérent qui détient ses règles, ses mythes, son langage.
Publié le : mardi 1 mars 2011
Lecture(s) : 29
Tags :
EAN13 : 9782296456075
Nombre de pages : 141
Prix de location à la page : 0,0076€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Haïti et les autres
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-542341 EAN : 9782296542341
Marie-Denise SheltonHaïti et les autres La révolution imaginée
L’Harmattan
Espaces Littéraires Collection dirigée par Maguy Albet Dernières parutions Mireille NICOLAS,Henri Bosco, Le Mas Théotime, 2011. Nathalie DE COURSON,Nathalie Sarraute, la ¨Peau de maman, 2010. René AGOSTINI,Théâtre poétique et/ou politique ?, 2010. Joëlle BONNIN-PONNIER,Les Goncourt à table, 2010. Christine LARA,Pour une réflexion xommuno-culturelle de la lecture, 2010. Bernard POCHE,Une culture autre, La littérature à Lyon, 1890-1914, 2010. Lalie SEGOND,De la déficience: représentations, imaginaire, perceptions du handicap dans la littérature contemporaine, 2010; Claude FRIOUX,Le Chantier russe. Littérature, société et politique. Tome 1 : écrits 1957-1968, 2010 Céline GITON,Littératures d'ailleurs. Histoire et actualité des littératures étrangères en France, 2010. Hassan WAHBI,La beauté de l'absent, 2010. Claude HERZFELD,Paul Nizan, écrivain en liberté surveillée, 2010. Charles WEINSTEIN (textes réunis par),Récits et nouvelles du Grand Nord, 2010. Paul TIRAND,Edmond Combes. L'Abyssinien. 1812-1848. La passion de l'Orient, 2010. Paule PLOUVIER,Pierre Torreilles Poète, Entre splendeur hellénique et méditation hébraïque du souffle,2010. Tommaso MELDOLESI,Sur les rails. La littérature de voyage de la réalité aux profondeurs de l’âme, 2010.Cynthia HAHN (coordonné par),Ezza Agha Malak. À la croisée des regards, 2010.Miguel COUFFON,Marlen Haushofer. Écrire pour ne pas perdre la raison,2010.David L. PARRIS,Albert Adès et Albert Josipovici : écrivains d’Egypte d’expression française au début duXXe
Pour mes filles Pour la Terre-Mère, Haïti
INTRODUCTIONLe vingt-et-unième siècle se veut le siècle de la mémoire. Se rappeler, commémorer, témoigner, autant d'actes par lesquels on exhume des histoires enfouies, occultées par l'histoire officielle. Ainsi on voit apparaître sur les rayons des librairies des ouvrages nouveaux sur l'esclavage et la colonisation. Des textes quelque peu oubliés du passé, telsLe Code Noir ouL'esclavage des Nègres de Condorcet, sont aussi republiés dans des éditions nouvelles et pas chères. Les instances politiques et internationales, elles, ont remis la question coloniale à l'ordre du jour. Déjà en 1997 l'Unesco proclamait le 23 août “Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition”. En 2001, est promulguée la loi française, dite Loi Taubira, qui “reconnaît la traite et l'esclavage du XVe au XIX siècle en tant que crime contre l'humanité”. En 2006, la date du 10 mai est retenue pour “honorer le souvenir des esclaves et commémorer l'abolition de l'esclavage”. En France, le Comité pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage, créé par décret le 6 mai 2009, remplace le Comité pour la mémoire de l'esclavage établi en 2004. L'école et l'université un peu partout tentent de lever le voile sur ces pans de l’histoire. Et sur cette trame se déploie la polémique entre défenseurs de la mémoire menacée et ennemis de la 'repentance'.
9
Les vieilles querelles se rallument. Dans la presse parlée ou écrite, journalistes, historiens, écrivains, philosophes s'affrontent, parfois dans des débats passionnés, pour défendre l'une ou l'autre position. Quoi qu'il en soit, les faits historiques de l'esclavage et de la colonisation sont entrés dans la conscience moderne. L'oubli et le doute ne semblent plus permis. On remarque de même un intérêt renouvelé pour Haïti, sa e révolution et son histoire. En 2004, le 200 anniversaire de l'Indépendance haïtienne avait fait l’objet de nombreux colloques, conférences et expositions un peu partout dans le monde. On notera ironiquement que l’événement était passé presque inaperçu en Haïti en raison d’une crise politique particulièrement aiguë. Le séisme terrible du 12 janvier 2010 devait également rappeler au monde entier le destin singulier d'Haïti. Si bien qu'aujourd’hui Haïti se définit dans l'imaginaire collectif à partir de deux événements cataclysmiques : sa Révolution qui aboutit à l'indépendance de 1804 et le récent désastre du tremblement de terre. On ne peut plus parler d'Haïti sans évoquer l'un ou l'autre de ces deux événements. Dans le cadre de cette étude, il ne s'agira que du premier, la Révolution. Le second, le séisme, apparaîtra sans doute au fil de l'analyse en filigrane, entre les lignes. Aujourd’hui, le monde regarde Haïti à cause de son malheur mais aussi et surtout parce qu'il demeure de par son histoire le symbole d'une promesse, d'un idéal qui touche l'humanité entière. Haïti, de fait, occupe une place d'exception dans l'histoire : première république noire du monde, deuxième république des Amériques, théâtre de la seule révolte d’esclaves réussie de l’histoire, Haïti incarnait par sa révolution les valeurs fondamentales modernes de liberté, d’égalité et de justice. Il y a comme qui dirait une exception haïtienne. Déjà du temps de la colonie, Saint-Domingue, le futur Haïti, se distingue parmi les autres terres d'esclavage. Appelé La Perle des Antilles, il est l'emblème de l'hégémonie française dans les Amériques. Pendant plus d'un siècle, Saint-Domingue sera le trophée que la France protège jalousement e de la convoitise de ses adversaires anglais et espagnols. Au 18
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.