Histoire du véritable Gribouille par George Sand

De
Publié par

Histoire du véritable Gribouille par George Sand

Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 129
Nombre de pages : 30
Voir plus Voir moins
Project Gutenberg's Histoire du véritable Gribouille, by George Sand This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.org
Title: Histoire du véritable Gribouille Author: George Sand Illustrator: Maurice Sand Release Date: June 1, 2010 [EBook #32640] Language: French
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK HISTOIRE DU VÉRITABLE GRIBOUILLE ***
Produced by Laurent Vogel, Chuck Greif and the Online Distributed Proofreading Team at http://www.pgdp.net (This file was produced from images available at the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)
HISTOIRE DU VÉRITABLE GRIBOUILLE
PARIS.—IMPRIMERIE SCHNEIDER, 1, rue d'Erfurth. image pas disponible
PREMIÈRE PARTIE. SECONDE PARTIE.
A MADEMOISELLE VALENTINE FLEURY. Ma chère mignonne, je te présente ce petit conte et souhaite qu'il t'amuse pendant quelques heures de ton heureuse convalescence. En gribouillant ce Gribouille, j'ai songé à toi. Je ne te l'offre pas pour modèle, puisque, en fait de bon cœur et de bon esprit, c'est toi qui m'en as servi. GEORGE SAND.
Nohant, 26 juillet 1850
image pas disponible
GEORGE SAND VIGNETTES PAR MAURICE SAND GRAVURES DE DELAVILLE image pas disponible PARIS PUBLIÉ PAR E. BLANCHARD ANCIENNE LIBRAIRIE HETZEL, RUE RICHELIEU, 78. 1851
IREDISTOHLLUIAREPGELBOBIRÉV UATIR
leibdis onspmiga eaptee ir , nam eospas ait n'étlle a tiaf à tuot saque isvaau msiusl a'grne eiaamtiand son t,et, quaeb uocu nonsulpe:urll emep leilonibleLa mère Brgiuoeln é'attip mi ega sappside, égouls dalevéele uoliB ir tedllpie  d dete agh sed snsedutibaries en pure persiiadtsec qoiuen atsésîne  dedBrL.ets see xinafn e'le'll suqnaidt, tpoinait rondaf li dnauq utta brsientlovot eûhcso eeduqleuq eit fait mari ava en g el ,rielleenr vo aal mou phcram usap te reIl. errlva a'y neul tiq it t eepouilGribui fle q sliiaté tneeveds nuipchrseut  eemtnuesruasstitô qu'ils avaient upcoaubet enaiimiavuort ruel te  d'ecoupbeauent q 'uraec,tp psirét, enaidue téream ziavu'd tessants. Leusgarnemestl sea srp ranee  nlisaaisspot es tah sstibli ,e déchirait poinrppoeremtn .lIn  s àitmar nitee  ,ellitnia li teguree fit ge fortnu ruattetienp iavaop tsert lI.lee aus e irmmcop uo rafd siia,tce qu'ontron, à lopport te elpmi soptrt aiétl 'i euqapcrét ,erub et aitéaltrût mel ,'slia avtig rand chaud, il s nu'afneb tn neiisav Pé. earmpxeuq,ie  t seld nat, é faint dtaiesiaf el ap tneiaou persse,plimrse petitesortes doisnq iu snievtn Ie.avl ui lêm-muot  set tiaemêm, ni mals deamaiinà er sa tua xuet, nsaismset inj tiasiaf en li  qui, des premie'Cse trGbiuolielerurux aut as.reel tial ressdne c de aveneig la tel de siasnsem teotfre pis ler gami ,srs ed anisej uotenoantil luiqui d. C'est legnserutnioe'd vo'a pirpoe  nur ,uq ,teiosnelm ait  aimu'ilts qnafne xua sulp e litmaail 'iqus ava xetiiréptnemqué ple  ousbon  eeretantid  eobire, parce qu'iliaf'dnar'uq te mvrau punvîi lue lpsuti , aoso  nS'ilif. it g avatevintmenndot aià tnrap es ,asidder son nt demanl  eul iapni ,lim,ai f aond anquniop siod en te ns ce sei: Jt sorf eosfuo' n euqrmdox eunua  lirfa ,rellim ed nil peit-iil cur, iuavtis A avtn.e lerpea  àureu ctnah tiaruopnnodient donnée. Ava xuq iall iua avater li ,resuma' sdee vienl -iitni itûf lie q 'uà cesqu't jurdaiesumu'dred na's l,aifi an soavtrio raftipaèr svaur cœur n meillenol na dmenaiud  poudaiti ilrquoiassiga ,isnia tporél  iuetqaindc é'attip uo revnir à bout d'aimc rem seavuac siaramesadpa, e rcdécoait l avqu'i'stao' n tuqvureu' quxceà e chtaavA.ségilbo a novie de dit-il ensnl  eojroim radsee uaco, ur silr esievép ti ruos etrèrees fen.S àirob nia sj maaser sneu  te,èrp ed laturb ec tui disaiécile, ll ,ài bmt-e' nederssVa.e  lreca tiaruoptnafnev uo paecucuueedodrtaiuppoec bt avbirG euqs elliuoraent ene  cr,getei sll  eafsiia à le mépriser, ah ts ,ïim etnerœu s, rs vleanoytneiadnetne'lstnt,enemtraut ou tamsitn ;noettec pareses mme , col erom em asèina sree agn yeêtd'.eE fnnis  aâthcndait à  il enteusporee aqchitsa siof eune'l euqttaifoueuvent so tos,te erl  nèp meslleireeuids .seé aS erèm el  il était moqué ter betu éoprus ount drétot  eutnadee ,s xued nerre et ds de lief ueliel eebllseétc': ntmereièulcitrap tiamia el, crieuxès-ve trrarbna dnurgia tiam  nosB edoder éeziglo dnélae til  eacrrfeuo ruille ets'appelaulp sel hcîarf stetipee esssousmtié dnora ssattiu moes d L'ende. aofêr tlup ral urer sanpour plete uuop tê sv er aerciu der ndmaap son nia s,rm : cagrin chasansi tnevuos neib rset aill aens'l i-même.Il y avai tadsnc teetf ro uêtcen airtchn  enê euqbirGliuoemoyel l'êtren démd  eia sap eesaus ntreu' qnttaa sel liul tiamillait, ei s'en a ttee  n nocrunaunt pee eufl,ersniatuq eetitnof  roc lesdansdre antnrinoe vnehsr lur sntlailutsarep es ,essuom aorcnseq 'unoa avit de la peine àot te tuuotnd érpie reerets e  doz n uagbr,eusept re tou de mplisrevart siaM .reavy l  i dlàt aine'nvas te , no  clenehêla pé ntiua avtiruod,nq nommé Boigneur, iaté li'uqecrap s,aiam juesqre palti yla n'n.eO ntagdavapas ait quur ooiavn t ainad el syap op se souvenait plusoBruod.nO  nens n  uittasee chriiasnep né'ceuq tndroet eà. Oit-l éecodnnà c n mot on sesêt bes Lahcém issua cnod hom les quentes,e'certsA  uem?sat nelurt esuttolle's seup ,uqsis, et ceont bêteua xohmms reia tselia se el te , sntsapomaa  suramegnii:d sip sableponiquoiPour em siaf ut-m ud, almoà qui nei t e' nafsiia sopint? lui dit-il.,ti drnaeragte ,ras,au bqué t piuob en iuq nodrubos ro gunt vil d  eeln til a'ri qui avageait etp til ral elrp eibGrilouguar. erilleibouus m, plj uo.snU erG ruqe stri t cdee quétiartlasulp te lé gémir tout seuoutem ,téia tlae,ênl  i ssetiena luip ud dehc uenco, etoinsre merocd  essnanniaperee  dlu, irntrG tid ielliuobiil vient de fair.eT u'nsag èueretn ui qub oe li selttossesi'uq noq uodrnub mm e bieouvee trui s te zen nos rus co, esilsaser su eteà p irobiulls pattesasser sesnad al  sor sodn ai Gdetipe mteaf à timg el erionép rdee  se,drno ,uodrei uual s fa m'aLe bite.p alrûqiuq eut egue irért ais pa sap.sT  aomtrn  et je ne le suii,emnn eon turpo sirp sa'm ut rat, cpoinrai  tue eetj neue;xehru sets oit'a-, ennollv ,slpmeA .elleur exr un meirud noensed  eelt euip uec rq alrtfo
Il y avait une fois un père et une mère qui avaient un fils. Le fils s'appelait Gribouille, la mère s'appelait Brigoule et le père Bredouille. Le père et la mère avaient six autres enfants, trois garçons et trois filles, ce qui faisait sept, en comptant Gribouille qui était le plus petit. Le père Bredouille était garde-chasse du roi de ce pays-là, ce qui le mettait bien à son aise. Il avait une jolie maison au beau milieu de la forêt, avec un joli jardin dans une jolie clairière, au bord d'un joli ruisseau qui passait tout au travers du bois. Il avait le droit de chasser, de pêcher, de couper des arbres pour se chauffer, de cultiver un bon morceau de terre, et encore avait-il de l'argent du roi, tous les ans, pour garder sa chasse et soigner sa faisanderie; mais le méchant homme ne se trouvait pas encore assez riche, et il ne faisait que voler et rançonner les voyageurs, vendre le gibier du roi, et envoyer en prison les pauvres gens qui venaient ramasser trois brins de bois mort, tandis qu'il laissait les riches, qui le payaient bien, chasser dans les forêts royales tout leur soûl. Le roi, qui était vieux et qui ne chassait plus guère, n'y voyait que du feu.
COMMENT GRIBOUILLE SE JETA DANS LA RIVIÈRE PAR CRAINTE DE SE MOUILLER.
.esqui  s
PREMIÈRE PARTIE.
uqleuq se ut euqnaonrsped angre b uol seraimegp  pou'ests, crdonamsiq iur seesbmn'est pas gaie, ior eP .ê-tu ert alemau eantduu a  s tutorebnu ejamaaie u, eis voiv el r iuq tel treoi nsut aniris discoen saura,nj  e'n uobruodqus j'e usplro ge ut elsnevn :rie tooi dur té poâfhciu seJs ec .ea buns  etur ca ,ruœc siavuam n
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.