Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

HOMMAGE À KATEB YACINE

www.1ibrairieharmattan.com di ffus ion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl@wanadoo.fr

@ L'Harmattan, 2006 ISBN: 2-296-01301-5 EAN : 9782296013018

Textes réunis et présentés par

Nabil BOUDRAA

HOMMAGE À KATEB YACINE

Avant-propos

de

Kamel MERARDA

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE
L'Harmattan Hongrie

Espace L'Harmattan

Kinshasa

L'Harmattan

Italia

L'Harmattan

Burkina Faso

Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14-16

1053 Budapest

Fac..des Sc. Sociales, Pol. et Adm. ; BP243, KIN XI Université de Kinshasa - RDC

Via Degli Artist~ IS 10124 Torino ITALIE

1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12

Remerciements
Ce colloque n'aurait pas eu lieu sans la contribution des institutions suivantes. Nous tenons à leur exprimer notre profonde gratitude:
The Algerian-American Cultural Center The Amazigh Cultural Association in America La Maison Française de Columbia University L'Alliance Française de New York

Nous tenons surtout à remercier Kamel Merarda qui nous a aidé à réunir ces textes et de nous procurer l'enregistrement vidéo de cette conférence pour la saisie de quelques interventions. Mais, il a surtout le mérite d'avoir bien coordonné l'organisation de ce colloque. Nos chaleureux remerciements vont aussi à tous ceux qui ont contribué à l'organisation de ce colloque: Fazia Aitel, Mokhtar ElGhambou, Eric Ormsby, Directeur de la Maison Française de Columbia University, Said Benhamou et tous les autres.

Table des matières
Avant-propos Kamel Merarda Présentation Nabil Boudraa ARTICLES L'épique chez Kateb Yacine Edouard Glissant La littérature algérienne face à la langue: le théâtre de Kateb Yacine Réda Bensmaïa Les ruines de l'Algérie chez Kateb Yacine Soraya Tlatli Le principe d'incertitude chez Kateb Farid Laroussi Le fou de Nedjma Hédi Abdel-Jaouad Kateb'sjourney beyond Algeria and back Pamela Pears Kateb the Dialogic Bernard Aresu Les Ancêtres redoublent de véracité Tassadit Yacine 25 9

13

33

53

73

83

89

109

129

HOMMAGES L'éternel Kateb Eric Sellin Soliloques en échos: pour Kateb Yacine Benamar Médiène A la recherche de Kateb Yacine Alek Toumi Evocation de Kateb Amin Khan INTERVIEW Portrait de Kateb Yacine Entretien inédit avec Kamel Merarda QUESTIONS - REPONSES Séance questions 175 135

143

153

167

- réponses

201 211

Notices biographiques

8

Avant-propos
Le Centre Culturel Algéro-Américain de New York (AACC), en collaboration avec l'Association Culturelle Amazigh en Amérique (ACAA), la Maison Française de Columbia University et l'Alliance Française-French Institute de New York, a organisé une série d'activités littéraires et artistiques les 19 et 20 novembre 1999 à Columbia University pour commémorer le dixième anniversaire de la disparition de Kateb Yacine. Cet évènement culturel auquel se sont jointes plusieurs personnalités littéraires et artistiques - acteurs, écrivains, poètes, conférenciers venus d'Algérie, de France et des Etats-Unis s'est articulé autour de quatre moments: une conférence, une représentation théâtrale, une exposition, et une projection de film et interviews sur Kateb.

-

L'hommage à Kateb Yacine a débuté la matinée du vendredi 19 par un atelier intitulé Peinture & Littérature présenté par Annie Heminway et animé par Benamar Mediène pour les étudiants de l'Alliance Française-French Institute de New York. En fm d'après-midi, le programme s'est poursuivi à la Maison Française de Columbia University où une projection de diapositives sur Issiakhem et Kateb est commentée par Benamar Mediène. Le film de Kamel Dehane qui constitue une des rares occasions où l'auteur parle de lui-même a été présenté en clôture de la première journée de l'hommage à Kateb Yacine. Le lendemain, samedi 20 novembre, une conférence interdisciplinaire a regroupé durant toute la journée d'éminents universitaires, écrivains, poètes et amis de Kateb Yacine autour de son œuvre multiforme - roman, poésie, théâtre et essais politiques et de son parcours littéraire en exil et en Algérie. Parmi les participants, notons la présence d'Edouard Glissant, City University of New York, Graduate Center, Bernard

Are su, Rice University, Reda Bensmaia, Brown University, Hédi Jaouad, Skidmore College, Fazia Aitel, de City University of New York, Graduate Center, Mokhtar El Ghambou, de New York University, Farid Laroussi, Yale University, Benamar Mediène, Université d'Aix, Kamel Merarda, New School University, Amin Khan, Eric Sellin, Tulane University, Soraya Tlatli, Princeton University, Alek Baylee Toumi, Franklin & Marshall College. L'adaptation théâtrale et la mise en espace par Hamid Bousmah incluent un choix de textes basé sur un récit de Benamar Médiène, Les Jumeaux de Nedjma, et sur des extraits de l'œuvre de Kateb. La pièce était admirablement "jouée-lue" par Sonia qui a traversé la Méditerranée et l'Atlantique pour l'occasion, ainsi que par Hamid Bousmah, Alek Baylee, et Benamar Médiène. Durant toute la manifestation, l'exposition a attiré une foule nombreuse. L'exposition comporte 6 panneaux qui retracent les principales étapes de la vie et de l'œuvre de Kateb et inclut notamment une toile d'lssiakhem (provenant d'une collection privée) sur laquelle Kateb Yacine a peint un poème, plusieurs affiches et reproductions de peintures, des photographies non publiées, des ouvrages épuisés, des extraits de presse, etc. Une mini librairie était installée sur les lieux de la conférence ou des ouvrages de Kateb Yacine, ainsi que les dernières publications des participants, étaient mis en vente. Une réception offerte par la Maison Française de Columbia University a clôturé la manifestation. La soirée s'est poursuivie avec Cheb Mami. Le Centre Culturel a ainsi convié les intervenants de la conférence à poursuivre la soirée en compagnie du chanteur Rai, Mami, qui se produisait le même soir non loin de Columbia University, au Beacon Theatre de Broadway. Ce soir Mami était en solo, alors que les soirées précédentes il se produisait avec Sting.

10

Il est vrai que l'organisation du colloque a requis une bonne dose de disponibilité et de souffle - enthousiasme et résolution en sus mais la tenue du colloque reste un événement limité dans sa portée et dont ne jouiront directement que les personnes qui ont eu le temps et la chance d'y assister. En revanche, en publier les actes, c'est le rendre accessible au grand public et lui vouer une audience plus large. La présentation des actes du colloque dans ce recueil a nécessité un travail ardu que Nabil Boudraa a mené avec brio, passion, persévérance, et conviction. Nabil aura largement concouru à parfaire les vœux et les objectifs des organisateurs. Qu'il en soit respectueusement remercié.

-

Kamel Merarda, Président Algerian American Cultural Center

Il

Présentation
En 1999, on commémore, un peu partout dans le monde, le 10ème anniversaire du décès de Kateb Yacine, reconnu par certains comme le fondateur de la littérature algérienne d'expression française. A New York même, ville qu'il avait visitée onze ans auparavant, plusieurs institutions ont collaboré pour commémorer à leur manière la disparition du grand poète. Un colloque de deux journées a eu lieu d'abord au siège de l'Alliance Française de New York, le 19 novembre, et le lendemain à la Maison Française de l'Université de Columbia. Ces deuxjoumées de création se veulent "un moment de communion, de partage et de découverte; une reconnaissance entre l'esthétique d'une expérience et un public new-yorkais cosmopolite en quête de culture."! L'intérêt de ce colloque n'est pas simplement de rendre hommage à Kateb, mais de le faire connaître davantage au public américain. Car à l'exception de Nedjma, son œuvre n'est toujours pas traduite en Anglais, et reste malheureusement pas assez connue de nos jours aux Etats-Unis. Il est donc important de mieux faire connaître Kateb Yacine non pas parce qu'il est écrivain maghrébin et francophone comme par souci d'exotisme académique2, mais parce qu'il est un écrivain à la fois très enraciné dans sa culture maghrébine et universel. Ceci dit, Kateb est universel parce qu'il a justement bien su définir la dimension spécifique de sa culture et de sa propre vision du monde. Il est parmi les rares écrivains algériens à avoir bien compris et exprimé l'identité algérienne (et par extension nordafricaine) dans ses différentes facettes. Ainsi la connaissance de l' œuvre permet assurément une meilleure compréhension des sociétés plurielles dont la complexité fait défaut à beaucoup et,
1 Citation tirée de la brochure annonçant la conférence en question. 2 La plupart des écrivains francophones sont étudiés d'une manière limitée et souvent on ne voit dans leurs œuvres que le côté folklorique, exotique. Il est temps de reconnaître leur talent et leur génie littéraire. 13

malheureusement, parfois à des spécialistes de cette région qui ne perçoivent que 1'histoire récente et oublient les profondeurs historiques d'une culture formée aux sources des grandes civilisations antiques (égyptienne, phénicienne, grecque, romaine). Ouvert sur le monde et sur l'actualité, Kateb Yacine n'est pas un poète enfermé dans sa tour d'ivoire. Il s'est toujours battu pour son pays et son peuple. Depuis ses débuts littéraires, la poésie et la révolution pour lui étaient deux faces d'une même médaille. Cependant, son combat, fondé sur la justice, le droit des hommes à disposer de leur dignité et de leur culture, ne s'est pas limité à l'Algérie puisqu'il s'élevait contre toutes les discriminations raciales, politiques, linguistiques, et sexuelles. Il a ainsi fait le tour du monde par ses écrits sur le Vietnam, l'Afrique du Sud, la Palestine, etc. Ses pièces de théâtre telles que I 'Homme aux Sandales de Caoutchou2 et Palestine Trahie4 sont tellement pertinentes aujourd'hui - vu le contexte politique actuel- qu'il est nécessaire de les traduire dans d'autres langues, leur permettant une très grande audience. Il n'est pas inintéressant de noter, par ailleurs, que dans le contexte actuel, la question des langues minorées reste à régler surtout à l'aube de cette mondialisation qui, nous le savons tous, peut devenir un rouleau compresseur capable d'écraser les langues et cultures locales de beaucoup de pays dominés culturellement et économiquement. Les prises de position de Kateb par rapport à ces questions sont éclairantes du fait qu'elles permettent d'en finir avec les préjugés d'une supériorité d'une langue sur une autre. Les écrits de Kateb Yacine à ce sujet sont importants pour la survie des langues et cultures minorées non seulement en Afrique du Nord mais aussi dans d'autres régions de la planète. Loin d'atténuer l'intensité de ses propos, la mort ne fait que montrer la force de ces écrits à un moment où des intellectuels issus pourtant du même terreau travaillaient à diffuser une pensée en tous points contraires à la sienne. Inutile de reprendre point par
3 Editions du Seuil, 1970. 4 Dans Boucherie de l'Espérance, Paris, Seuil, 1999. 14

point le contenu de sa pensée à propos des langues populaires algériennes dans lesquelles il ne lésinait pas quand il s'agissait de dénoncer les politiques anti-démocratiques des dirigeants qui se servaient de la langue savante comme d'un paravent pour ne pas communiquer avec leur peuple5. Kateb a donc été sa vie durant un écrivain engagé, un antiimpérialiste, c'est pourquoi il est aussi intéressant de comprendre l'importance de cet hommage qu'on lui a rendu au cœur même de l'Amérique. A l'aube de ce troisième millénaire, le monde n'a jamais été aussi complexe. La tendance à mettre des étiquettes que ce soit en géographie, en politique ou en culture n'est pas seulement anachronique mais surtout dangereuse. Ce colloque s'inscrit précisément dans ce mouvement universel et universaliste où tout est lié, tout est imbriqué. L'œuvre de Kateb nous en donne une très belle illustration. Kateb lui-même a compris cette nouvelle dynamique du monde, surtout vers la fin de sa vie, c'est pourquoi il a accepté de voir sa pièce jouée en anglais dans les enceintes du Ubu Repertory Theater à New York en 1988. Il a donc vite compris qu'il fallait aller «dans la gueule du loup », comme il disait luimême, pour continuer la lutte. Dans la même année, Kateb est revenu encore une fois à la langue française avec une nouvelle pièce sur la Révolution Française, les Bourgeois sans culottes, dans laquelle il s'est attaqué à la bourgeoisie tout en défendant le malaimé de cette même révolution, Maxime Robespierre. Sa vie durant, Kateb Yacine a critiqué ouvertement l'Amérique et sa politique impérialiste mais sans toutefois verser dans le jusqu'au-boutisme ou dans les extrémismes. Homme de culture convaincu, Kateb Yacine pouvait aussi admirer les écrivains et intellectuels provenant de ce même pays. L'Amérique était aussi le pays de ses écrivains fétiches tels que Faulkner et Dos Passos; et c'est aussi le pays de la révolution américaine. Une révolution certes quasi-bourgeoise mais qui a brisé le joug de la
5 Son épouse Zoubeida Chergui a publié récemment un titre posthume de Kateb Yacine, Paree que e 'est une femme (Paris: Des Femmes/Antoinette Fouque, 2004) qui inclut un entretien inédit et quelques pièces sur la situation et la défense des droits des femmes. 15

domination, comme l'explique Kateb dans un entretien sur l'Amérique avec Benamar Médiène6. C'est dans cet esprit d'ouverture et de partage que nos participants sont venus (de France, d'Angleterre, d'Algérie et d'autres coins du monde), non simplement pour rendre hommage à Kateb mais surtout pour promouvoir cet intérêt qu'on doit aujourd'hui à son œuvre. Parmi eux, on trouve des poètes, des romanciers, des critiques littéraires, des spécialistes reconnus de la littérature francophone, des artistes, des gens de théâtre, et autres. Les uns ont présenté leur témoignage d'amitié et d'autres ont préféré partager avec nous leurs réflexions critiques sur l' œuvre de Kateb. Le lecteur trouvera d'ailleurs des analyses neuves et lucides tant sur ses premiers poèmes que sur sa dernière pièce sur Robespierre, en passant par le chef-d'œuvre, Nedjma et ses pièces en tamazight et en arabe populaire. La publication de ces actes ne prétend pas cerner, ni définir toute l'œuvre de Kateb Yacine, car toute tentative de le faire c'est, comme disait Jacqueline Arnaud, "essayer de crever les apparences, vouloir passer de l'autre coté du miroir. Entreprise aussi désespérante qu'exaltante: poursuivre, au risque de s'égarer, les gouttes du vif-argent."? Ce volume se veut donc comme une nouvelle contribution au travail critique sur Kateb Yacine et son œuvre qui a commencé depuis déjà presque un demi-siècle. Nous avons réparti ces actes en trois sections. La première inclut des articles qui sont en gros des analyses critiques de l'œuvre katébienne. La seconde comprend les témoignages chaleureux que ses amis ont bien voulu partager avec nous dans ce colloque et maintenant dans cette publication. Enfm, dans la troisième partie, nous avons le plaisir de publier un entretien inédit avec Kateb Yacine, réalisé lors de sa visite à New York, par Kamal Merarda en 1988. Nous avons pensé qu'il serait également utile de transcrire
6 Dans la collection Voix Multiples, Alger: Laphomic, 1986. 7 Arnaud, Jacqueline, La littérature maghrébine de langue française: Le cas de Kateb Yacine, Paris: Publisud, 1986, p. 9. 16

dans cette partie l'essentiel des séances consacrées aux questions et réponses de chaque panel. Nous avons donc inséré une sélection de ces séances à la fm de ce volume.

Edouard Glissant, qui a eu l'honneur d'ouvrir la série des panels, a commencé son allocution en nous racontant son aventure avec Kateb Yacine lors de la première représentation du Cadavre encerclé à Bruxelles en 1958. Lorsque Glissant allait présenter ce spectacleS, ils ont reçu des menaces de la Main Rouge, précurseur de l'OAS9. C'est là que le courage de Kateb et sa détermination à présenter le spectacle malgré les menaces ont permis à Glissant de comprendre "ce qu'il y avait de rêche à la fois dans la pensée, dans les attitudes et dans l'existence de Kateb Yacine." Pour Glissant, Kateb n'est pas simplement un écrivain algérien, mais un écrivain du monde, dont l'objet de l'œuvre est précisément le monde ou plutôt le "Tout-Monde" pour garder les mots de Glissant. Nul étonnement si ce dernier considère Kateb parmi les plus grands écrivains du vingtième siècle, aux côtés de Joyce et de FaulknerlO. La poétique de Kateb, nous explique-t-il, relève de la littérature épique, qui n'est pas fondée sur la certitude et le flamboiement, mais plutôt sur 1'hésitation et le questionnement. Il faudrait peut-être ajouter que ce lien qui les unit en amitié et en littérature est aussi un symbole de la relation entre ces deux régions du monde, à savoir les Antilles et le Maghreb qui, aussi différentes et séparées soient-elles, ont une symbolique en commun qu'il faudrait mettre en valeur au-delà des méandres de la francophonie et de la mondialisation. Réda Bensmaïa, quant à lui, propose une analyse très lucide de la situation linguistique en Algérie. En se servant d'outils
8 Ce préambule est mis en préface à: Kateb Yacine, Le Cercle des représailles. Paris: Seuil, 1958. 9 Organisation de l'Armée Secrète. 10 William Faulkner est justement l'auteur préféré de Glissant et de Kateb. Pour plus de détails voir l'introduction de notre thèse: la Poétique du paysage dans l'œuvre de Kateb Yacine, Edouard Glissant et William Faulkner, soutenue à Louisiana State University, Baton Rouge, en 2002. 17

fournis par Deleuze et Guattari, il donne un contexte sociohistorique de cette problématique des langues dans le Maghreb postcolonial en général. Son analyse permet une meilleure compréhension de cette crise linguistique dans une région où se côtoient plusieurs langues et plusieurs langages. Soraya Tlatli, dans son exposé sur "les ruines de l'Algérie chez Kateb" propose un modèle intéressant pour la lecture de Nedjma, basé sur la philosophie d'Ibn Khaldoun plutôt que sur la pensée occidentale qui se fonde sur I'histoire linéaire et le concept de l'état-nation. Ceci éluciderait la symbolique des ruines ainsi que la conception fragmentée et cyclique du temps dans l' œuvre katébienne dans son ensemble. Farid Laroussi à travers son article sur "le principe d'incertitude chez Kateb" nous fait une analyse minutieuse du rapport que Kateb a entretenu avec la langue française. Laroussi nous explique cette dialectique linguistique entre le Français et les langues populaires du pays à savoir l'arabe dialectal et le Berbère (Tamazight). On arrive à comprendre, malgré la complexité de la situation linguistique en Algérie, que Kateb est tout de même le moins ambigu et le moins aliéné de tous les écrivains algériens en ce qui concerne les questions de langue et d'identité. "Rien de tel que le doute pour rendre la parole nécessaire" dit-il à propos du doute et du questionnement dans l'écriture katébienne. Hédi Abdel-Jaouad, dans son analyse de l'amour fou dans les premiers poèmes de Kateb, nous explique comment ce dernier célèbre cette poésie amoureuse non seulement dans la langue de l'autre mais aussi dans une écriture-délire. Ce qui permet à AbdelJaouad de ranger Kateb du côté des poètes maudits et l'inscrire dans la tradition des poètes-majnouns d'Arabie. On ne peut effectivement pas comprendre l'esprit révolutionnaire de Kateb Yacine si on ne saisit pas cette dimension passionnelle de l'amour dans son œuvre. Pamela Pears a choisi d'évoquer la dimension politique et internationale du théâtre katébien, en particulier, l 'Homme aux 18

sandales de caoutchouc11. A travers son rapprochement entre la
Guerre du Vietnam et celle de l'Algérie, Pears nous démontre que le cri de Kateb dépasse en fait les frontières géopolitiques pour inscrire son combat dans un contexte internationaliste. Effectivement, Kateb avait l'ambition de défendre les causes de tous les opprimés; en somme, il s'élevait contre l'injustice ou, comme disait Rachid Mimouni, "des causes perdues, mais justes." Bernard Aresu dans son texte en anglais intitulé "Kateb the dialogic" traite de l'intertextualité et nous montre des parallèles extraordinaires entre Kateb Yacine et William Faulkner. Il est vrai que Faulkner qui a marqué une influence sur la littérature française à partir des années trente, n'a pas échappé à l'attention de Kateb, même si ce dernier s'en inspire pour d'autres raisons que celles de Camus, Sartre et Malraux. Nous avons, par ailleurs, décidé d'inclure un article de Tassadit Yacine, intitulé "Les Ancêtres redoublent de véracité", qui est une étude brève mais très lucide sur le rapport qu'a entretenu Kateb Yacine avec les langues populaires en Afrique du Nord. Tassadit n'a pas participé au colloque mais vu la pertinence de la question des langues dans cette région de nos jours, il nous a semblé important de partager avec notre lecteur ces quelques réflexions qui nous aident à mieux comprendre l' œuvre de Kateb et ses différentes prises de position. Eric Sellin qui, de par son titre compare Kateb "cet autre combattant éternel" à Jugurtha, nous explique un topos bien typique à l'œuvre de Kateb, qui est celui du retour aux ancêtres. Un retour à la source, c'est-à-dire vers le fond de l'histoire pour donner la force nécessaire à cette Algérie en devenir qui a besoin de sa richesse historique dans la quête de sa vraie identité. Benamar Médiène, dans son hommage "Soliloques en échos" relate les derniers moments de Kateb, sur son lit d'hôpital à Grenoble, en compagnie d'un petit cercle de parents et d'amis.
Il Paris: Seuil, 1970.

19

Dans un langage assez poétique, il restitue la mémoire de Kateb, qu'il compare non sans fierté à Holderlin, cet autre grand poète du 19ème siècle important pour Kateb Yacine. Ce sont d'ailleurs les Poèmes d'Holderlin qui l'ont accompagné dans les derniers moments de sa vie puisqu'une copie se trouvait sur la table de chevet dans sa chambre d'hôpitaI12. Alek Toumi, à son tour, nous retrace le parcours intellectuel de Kateb en replaçant son œuvre dans son vrai contexte socioculturel et politique. Avec des jeux de mots pleins de sarcasme et d'humour, Toumi tourne en ridicule ces "frères monuments"13 comme Kateb s'amusait à les appeler, et établit des parallèles avec l'Algérie ensanglantée des années 1990. Amin Khan dans "Evocation de Kateb" nous fait partager, lui aussi, la mémoire de ses différentes rencontres avec le grand poète. A travers des anecdotes, à la fois tragiques et comiques, il nous évoque les qualités humaines de Kateb, pour qui l'amour du peuple n'a rien d'égal. Kateb Yacine a, par ailleurs, accordé un nombre important d'entretiens que ce soit à la presse algérienne ou internationale. Aussi le lecteur qui en a pris connaissance y trouvera quelques répétitions comme dans celui que propose Kamal Merarda. Cependant, Kateb nous raconte ici, et pour la première fois, quelques anecdotes uniques, et souvent comiques, qui aident le lecteur à mieux comprendre à la fois sa vie et son œuvre. Dans les séances questions-réponses, de grandes questions ont été engagées de part et d'autre et ont pu apporter des développements et des éclairages que les orateurs n'ont pas évoqués dans leur communication. Aussi, nous a-t-il paru important de les retranscrire et de les mettre à la portée du grand

12 Kateb Yacine s'en était servi pour écrire la préface «Les Ancêtres redoublent de férocité» aux poèmes kabyles de Aït Menguellat. Cf. Tassadit Yacine, Aït Menguellat chante. C'était le dernier écrit de Kateb Yacine. 13 En référence aux Islamistes qu'on appelle en Algérie les "Frères Musulmans". 20

public et aussi du lecteur spécialisé SOUCIeuxde connaître davantage l'auteur. Seul Kateb, rappelons-le, est capable de réunir, de par son intérêt, des personnes, des groupes et des associations aussi diverses que les organisateurs de ce colloque: The AlgerianAmerican Cultural Center, The Amazigh Cultural Association in America, L'Alliance Française de New York, et La Maison Française de Columbia University. Ces institutions ont donc travaillé ensemble des semaines durant pour mettre ce colloque en place, signe de leur grande admiration pour ce poète aimé de tous, sauf bien sûr des extrémistes de tous bords. Kateb se trouve ainsi partout dans le monde. "Le véritable écrivain - disait-il - est partout; il est là où l'on fait de la politique, là où l'on marche, là où l'on boit un verre, là où l'on lit un livre, il est partout... "14Pour ma part, je dirai qu'il a été sans doute parmi nous en esprit pendant ce colloque en son hommage, dans les enceintes de l'Université de Columbia, à New York. Nabil Boudraa Oregon State University

14 Entretien réalisé par Hafid Gafaiti, dans la collection Voix Multiples, Alger: Laphomic, 1986.

21

ARTICLES

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin