7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou
José Martín Recuerda aux prises avec l’Histoire Dramaturgie et mise en scène
Recherches et Documents– Espagne Collection dirigée par D. Rolland et J. Chassin La collectionRecherches et Documents–Espagnepublie des travaux de recherche de toutes disciplines scientifiques, des documents et des recueils de documents. Dernières parutions DELAUNAY Jean-Marc,Méfiance cordiale, Les relations e économiquesde la fin du XIX  franco-espagnoles siècle à la Première Guerre mondiale,2010. DELAUNAY Jean-Marc,Méfiance cordiale, Les relations e coloniales franco-espagnoles de la fin du XIX siècle à la Première Guerre mondiale,2010. DELAUNAY Jean-Marc,Méfiance cordiale, Les relations e métropolitainesfranco-espagnoles de la fin du XIX siècle à la Première Guerre mondiale,2010. ANTÓN Carmen,Chemin faisant. Espagne, guerre civile et guerre, 2009. MÉKOUAR-HERTZBERG Nadia (sous la dir.),Nouvelles figures maternelles dans la littérature espagnole contemporaine. Les « mères empêchées », 2009. MARQUÉS POSTY Pierre,Espagne 1936. Correspondants de guerre, 2008. PEYRAGA Pascale (textes réunis et présentés par),Le caprice et l’Espagne, 2007. ALVAREZ Sandra,: polémiques etTauromachie et flamenco e e clichés. Espagne XIX – XX, 2007. MONER M. et PÉRÈS C. (textes réunis et présentés par), Savoirs, pouvoirs et apprentissages dans la littérature de jeunesse en langue espagnol. Infantina, 2007. COSTA PASCAL Anne-Gaëlle,María de Zayas, une écriture féminine dans l’Espagne du Siècle d’Or, 2007. GALÁN Ilia,Naissance de la philosophie espagnole. Sem Tob e et la philosophie hispano-hébraïque du XIV siècle, 2007. MARIN Manuel,Clientélisme et domination politique en e Espagne. Catalogne, fin du XIX siècle, 2006. SOMMIER Béatrice,Aimer en Andalousie du franquisme à nos jours. Une ethnologie des relations hommes/femmes, 2006.
BéatriceBottin
José Martín recuerda aux prises avec l’Histoire Dramaturgie et mise en scène
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54753-7 EAN : 9782296547537
SOMMAIRE JOSÉ MARTÍN RECUERDA : METTEUR EN SCÈNE ET DRAMATURGE. I Portrait d'un homme de Théâtre. DUTEATRO FIESTA: UNETHÉÂTRE TOTAL  AU DRAMATURGIE ET UNE SCÉNOGRAPHIE EN ÉVOLUTION. IILas salvajes en Puente San Gil, 1961. III Les mises en scène deLas salvajes en Puente San Gil. IVLas arrecogías del Beaterio de Santa María Egipcíaca, 1970. V Les mises en scène deLas arrecogías del Beaterio de Santa María Egipcíaca. DU THÉÂTRE DOCUMENTAIRE À LA TRAGÉDIE GROTESQUE : UNE IMPOSSIBLE RÉBELLION. VILa Trotski (Tragicomedia en dos partes), 1984. VIILa Trotsky, mise en scène de César Oliva, 1992.
PRÉFACE José Martín Recuerda aurait, sans nul doute, lu ce beau travail sur son œuvre avec tendresse et satisfaction ! Pour lui, il aurait constitué la confirmation définitive du talent, de la passion et de la constance de Béatrice Bottin ; des qualités qu’il a depuis toujours appréciées, tout comme son enthousiasme et de son affection, et ce depuis 1997, date à laquelle Béatrice entreprit ses premières recherches sur l’auteur. Dès lors et jusqu’à ce jour, –où nous tenons entre nos mains, ce magnifique ouvrage, dont l’origine n’est autre qu’une brillante Thèse de Doctorat– Béatrice n’a cessé de nous montrer dans ses recherches « la vérité dramatique » de l’auteur, avec toujours plus d’intensité et d’exhaustivité. C’est ainsi que la Fondation José Martín Recuerda –établie à Salobreña (Grenade)– en mémoire à José Martín Recuerda et, bien entendu, au nom du théâtre espagnol, se montre doublement reconnaissante. Cette analyse est l’un des meilleurs travaux de recherche réalisés sur le théâtre de José Martín Recuerda et s’avère plus que nécessaire car elle contribue à faire connaître en France, l’un des auteurs les plus importants du théâtre espagnol contemporain. José Martín Recuerda est né dramaturge. La seule réalité absolue de sa vie a été le théâtre. C’est pour cette raison que nous pourrions le considérer comme l’archétype de cette nécessité qu’est le théâtre, inhérente à l’homme. Aussi bien dans sa genèse que dans son évolution, l’auteur répond pleinement à ce que j’ai appelé à maintes reprises : un écrivain de théâtre ou, plus exactement, un dramaturge de plateau ; c’est-à-dire qu’il crée son texte dans la perspective de sa mise en scène. On sait bien que le théâtre n’est pas une expression poétique généralisée ou abstraite mais plutôt une configuration poético-dramatique de caractères et de situations concrètes, qui doivent s’exprimer depuis une tribune ou sur une scène et être portées à la connaissance d’une collectivité de manière vivante. Ainsi, le théâtre peut-il matérialiser et transcender poétiquement les réalités et les rêves latents de cette dernière.La vocation de l’auteur de théâtre (et non pas l’écrivain devenu dramaturge du fait des circonstances) ne le poussera jamais à faire de la littérature sa principale forme d’expression. En revanche, sa capacité poético-dramatique ne cessera pour autant, de transformer le quotidien en expression littéraire et la littérature
7
en réalité dramatique. La littérature et la vie se confondent à l’occasion d’une cérémonie scénique atteignant un ordre supérieur, que l’on pourrait appeler « vérité dramatique ». Ce sont ces acceptions du théâtre, en tant qu’action vivante, réalité scénique, qui nous conduisent à « la vérité dramatique ». C’est ce qui a poussé Béatrice Bottin à parcourir le chemin qui, à travers trois œuvres fondamentales dans la dramaturgie de l’auteur (Las salvajes en Puente San Gil,Las arrecogías del Beaterio de Santa María Egipcíacaet La Trotski), nous montrent l’histoire, l’essence et les principales constantes de son théâtre. Le théâtre est un moyen d’expression artistique –nous pourrions également dire « une information ou une culture sensibilisée »– qui, dans son éternelle lutte pour la liberté, cherche la libération et la transformation de l’homme. Voici pourquoi, J. Duvignaud, dans ses études relatives à la Sociologie du Théâtre, parvient à la conclusion suivante : « Le théâtre est une révolution e permanente ». En outre, Antonin Artaud, auteur qui au XX siècle, a apporté les intuitions les plus révélatrices au sujet de l’action théâtrale le définit en ces termes : « Pour moi le théâtre se confond avec ses possibilités de réalisation quand on en tire les conséquences poétiques extrêmes, et les possibilités de réalisation du théâtre appartiennent toutes entières au domaine de la mise en scène, considérée comme un langage dans l’espace et en mouvement ». C’est effectivement sur de tels principes que reposent la genèse et le développement du théâtre de Martín Recuerda, à l’instar de l’analyse dont il fait l’objet dans cette étude. José Martín Recuerda appartenait à cette lignée d’hommes et de femmes courageux, à l’héroïsme aussi bien tût que risqué, lesquels, contre vents et marées, et selon le grand poète Virgile, « battissent leur destin en choisissant leurs dieux ». Fouiller la vie et l’œuvre dramatique de José Martín Recuerda, n’est autre qu’éprouver la sensation de se confronter au grand miroir de l’histoire même du théâtre. Cela revient à nous situer dans un microcosme qui reflète dans ses devenirs et ses avatars, l’histoire cyclique du théâtre. Tenter de matérialiser les rêves de l’homme et de la société, à partir de chaque réalité vitale, a été et demeure la raison d’être du Théâtre. Diffuser dans les moindres recoins le « cri » libératoire par le truchement de la catharsis théâtrale a été la raison d’être et de vivre de bon nombre de gens de Théâtre aux prises avec
8
l’Histoire et, sans aucun doute, –comme nous le révèle avec force Béatrice Bottin– cela a été aussi le cas de José Martín Recuerda. L’oppression politico-sociale, le sentiment religieux ainsi que la profonde répression sexuelle sont les points clés de son théâtre ; trois points qui, dans notre société, ont donné lieu à une des productions dramatiques des plus subversives du théâtre espagnol actuel. A n’en pas douter, José Martín Recuerda est l’un des dramaturges les plus importants du théâtre contemporain ; en outre, il a créé une dramaturgie des plus singulières et personnelles e du XX siècle espagnol. Une dramaturgie que lui-même qualifia de « théâtre de l’ibérisme », dénomination qui, depuis lors, a été acceptée, approfondie et nuancée par les chercheurs ayant rédigé les principales analyses du théâtre espagnol, auxquelles vient s’ajouter cet ouvrage. En définitive, ce n’est en aucun cas exagérer d’affirmer que le théâtre de José Martín Recuerda, avec les hauts et les bas propres à l’œuvre de tout auteur, apporte une valeur thématique, une originalité structurelle et dramatique, ainsi qu’une personnalité créative, le rendant comparable au singulier talent de Valle-Inclán ou de García Lorca. Pour finir, chère Béatrice, un grand merci en mémoire de l’auteur –que nous aimions tant !– et, je le répète, au nom du théâtre espagnol, pour ton précieux travail. Ángel Cobo Directeur de la Fondation José Martín Recuerda
9