L'évangile Chaka

De
Publié par

Personnage mythique de fameuse mémoire, Chaka (1787-1828) s'est bel et bien emparé des esprits. Après avoir par la sagaie édifié dans la première moitié du dix-neuvième siècle un vaste empire en Afrique australe, le chef zoulou règne toujours par la plume des écrivains négro-africains. Comprendre que le discours forme et déforme tout ce qu'il touche, c'est saisir la substance du message du mythe de Chaka, de l'évangile de Chaka.
Publié le : dimanche 1 janvier 2006
Lecture(s) : 139
EAN13 : 9782296423992
Nombre de pages : 274
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
En hommage à René Etiemble, De qui je reçus l’enseignement d’une grande vertu : le non-conformisme En mémoire d’un Diogène du Quartier latin à Paris, André Dupont, alias Aguigui Mouna, « citoyen-du-monde »
5
AVANT-PROPOS
L’évangile Chaka
« Nous ne savons plus s’il était beau ou laid, sadique, masochiste ou sado-masochiste. Menait-il ses serviteurs « à coups de fouet » ou se bornait-il, le cas échéant, à leur administrer« un soufflet sans violence »? S’il me fallait écrire une vie de Rimbaud, je crois que je n’oserais plus articuler une seule phrase. Presque tous les« faits » me demeurent suspects. » Etiemble,Le Mythe de Rimbaud. Personnage historique de fameuse mémoire, Chaka s’est bel et bien emparé des esprits. Après avoir par les armes édifié dans la première moitié du dix-neuvième siècle un vaste empire en Afrique du Sud, le Chef zoulou de nos jours règne par la plume des écrivains négro-africains à travers les nuances du verbe, au gré de la personnalité individuelle ou collective de chacun. Et voilà le mythe, à la fois stable et dynamique, uniforme et divers… Signe des temps : dans une Afrique agitée par les idéologies religieuses ou philosophiques de toutes sortes, ballottée par des remous socio-politiques récurrents, sans cesse en quête ou à la merci de rédempteurs, le mythe du Zoulou est plus que jamais vivant et fascinant. Or, le public se repaît de cette frénésie, avec souvent la ferme conscience d’être aux sources de la vraie histoire ! Il est sans doute intéressant que ce public sache ; qu’il connaisse les ressorts de cette littérature, une des plus intentionnelles qui soient… Victime au départ, comme tout autre, du mirage, je n’ai cessé, au fil du temps et des événements, de penser au mythe de 1 Chaka depuis que j’en eus soutenu la thèse : depuis même qu’au cours d’un séminaire de Maîtrise j’eus à faire, à la demande du professeur Etiemble, un exposé sur le «Napoléonnoir». Je m’étais alors aperçu que «je devais me nettoyer 1 Jean Afan,Le mythe de Chaka dans la littérature négro-africaine, thèse pour ème un doctorat de 3 cycle, UER de littérature générale et comparée, université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III, 1974. 8
Avant-propos
l’esprit» de toutes les images, fausses ou floues, que mon 2 époque y avait imprimées . Je fis d’emblée ce constat après 3 avoir lu leépopée bantoueChaka, une , de l’écrivain southo Thomas Mofolo. L’écrivain southo nous livre en effet un personnage nettement complexe, et bien troublant. Le Zoulou n’a donc pas toujours été perçu comme un noble « conducteur d’hommes » ! Cette impression sera d’ailleurs confirmée par les recherches successives, qui révèlent clairement la polymorphie du mythe du grand conquérant noir… 4 Je me fais le devoir de présenter ici un condensé de ma thèse, et les conclusions essentielles auxquelles j’étais parvenu. Après un rappel historique et un inventaire des diverses apparitions du héros chez différents auteurs, j’ai établi un regroupement qui fait ressortir deux visagesprincipaux,sombre ou rayonnant, du même personnage de Chaka. Ensuite se dégagent les influences réciproques que les deux physionomies exercent l’une sur l’autre, ainsi que les mécanismes par lesquels les écrivains passent d’une image à une autre, d’une tradition à une autre. On s’en apercevra bien : chez les différents auteurs les mobiles socio-psychologiques battent leur plein…
2 Et singulièrement de celle plutôt radieuse deLa mort de Chakade l’écrivain malien Seydou Badian, la seule œuvre touchant à Chaka, qu’à l’époque j’aie connue. 3  Traduction française de V. Ellenberger, Gallimard, Paris, 1940. Le professeur Etiemble en gardait religieusement un vieil exemplaire sur ses rayons personnels. 4  La présente livraison laisse de côté notamment l’étude comparative de Chakade Mofolo avecRichard IIIetMacbethde Shakespeare. 9
L’évangile Chaka
Au risque d’ennuyer ou de rebuter le lecteur, les citations ont été longues et nombreuses ; et il en est de même parfois pour les commentaires que je fais de ces citations. Toutefois, ces surcharges répondent à des exigences : Les textes sur lesquels ont porté les analyses ne sont pas toujours connus du public. Il importe donc d’en diffuser certains passages jugés essentiels, en particulier lorsqu’il s’agit d’un ouvrage - combien fondamental ! – comme celui de Thomas Mofolo, qui, malheureusement, est loin d’être répandu. En outre et par-dessus tout, un travail de recherche qui se veut scientifique doit essayer d’éliminer les interprétations subjectives et tendancieuses, pour ne s’appuyer que sur des démonstrations objectives, riches et précises. Et quand on entreprend de révéler l’existence d’un mythe, d’en montrer les détours, il est certainement impérieux de ne pas en créer un autre soi-même par escamotage des sources et des références. C’est d’ailleurs ce souci d’exactitude qui m’a poussé à respecter par exemple les différentes graphies utilisées pour les mêmes noms propres par les différents auteurs consultés. On rencontrera : Moshesh, Mosheshe ; Southo, Souto, Suto… Ainsi, selon qu’on se trouvera chez Mofolo… ou chez Nénékhaly-Camara, chez tel ou chez tel autre, on aura : - la mère de Chaka : Nandi, Namdi - la fiancée de Chaka : Noliwè, Nolivé, Nolivè - les acolytes de Chaka : Malounga, Malonga Ndlèbè, Ndlébé, Ndlébè. Obligation particulière à Léopold Sédar Senghor, de respectueuse mémoire, qui, malgré ses multiples préoccupations, -il était encore président de la République du Sénégal, m’a donné, dans une lettre expresse, de précieuses indications sur son poème dramatique. Mais je n’aurais jamais pu faire ce point de mes recherches, celles-ci n’auraient jamais vu le jour sans l’aide, sans les conseils de mon maître René Etiemble, de vénérée
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.