L'hôtel hanté par Wilkie Collins

De
Publié par

L'hôtel hanté par Wilkie Collins

Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 110
Nombre de pages : 83
Voir plus Voir moins
The Project GtuneebgrE oBkoo L'f tehôhal é,nt yb kliWC eiillois ensTh is Bookht eof rfoa su eane onny areheywsoc on tiw dna t tonr sehta mlsos whatsotrictionam uoc yreveoY . iveawt  ipygit,i  tu-es reryao rms e ter thundeG tcejorP eht foseenic Lrgbeenut sihooBero klno nc ideluwid  tthre.genTttiel :'Line atwww.gutenbikliW :rnilloC ehal tehôhoutéAntra ybeur025041 ,easesRele: F Datre Fh*ncguane:ag051#L]06BE[  koo GUTENBE PROJECTO  FHTSI**S ATTR** *TÉAN HLETÔH'L KOOBE GR Lon, debrowr Wytcue uodnod atitpuréa  l0,86 1EnIEITRAP ERÈIMERP affirmainforméssnb ei n .eL segapn éeoge vésoà  tiairraserdté ,gentd'arlus le pid ,-simpaèrU. n lden fia  lrsveruetcod el ,été' de tousientque,ceni snel sem déétc't aien r, omngag tia iul iuq.fS seisibennoac cont deatiosultiava'n néd sap t elimpseen tilt v neia tedf niri son déjeuner ap sèr enuitam eénund'ra tilvaxc eenu'uq açnonna ilue qutiesomndsoiue .rQ«raeliup it lsirae dé damugnoil eu nil en l àmaa t aijàdéolsruq ef iaer ,isites àste de veu hes m cdes red ne saped srohe-lesquez et  luitltanousnIidoi.nl.-ine Utr égèanc-tsd ?enamet-adr.Je ne reçois er?uO,im noisuen 'eleal put sasne auos r ?rtépés s'en a veut paeln  eevllre.lE.uriensmo, esuéen ellE?neib hEJe -la.oyezrenvdnqiiai ul iel scnated ei'l nocne nue unzabierrrrbwo ,tei  l yvaait dans l'insisro'd etrq lanigidoe  lueWyr euct telirnacenim déétai.»C'e sot un
Produced by Ebooks libres et gratuits; this text is also available at http://www.ebooksgratuits.com in Word format, Mobipocket Reader format, eReader format and Acrobat Reader format.
Wilkie Collins
Table des matières PREMIÈREPARTIEI II III IV DEUXIÈMEPARTIEV VI VII VIII X XI XII TROISIÈMEPARTIEXIII XIV XV QUATRIÈMEPARTIEXVI XVII XVIII XIX XX XXI XXII XXIII XXIV XXV XXVI XXVII XXVIII POST SCRIPTUM
L'HÔTEL HANTÉ (1878)
.itsamu'a lui qie
«Cette dame obstinée vous a-t-elle donné son nom? —Non, monsieur. Elle a refusé; elle dit qu'elle ne vous retiendra pas cinq minutes, et que la chose est trop importante pour attendre jusqu'à demain. Elle est là dans le cabinet de consultation, et je ne sais comment la faire sortir.» Le docteur Wybrow réfléchit un instant. Depuis plus de trente ans qu'il exerçait la médecine, il avait appris à connaître les femmes et les avait toutes étudiées, surtout celles qui ne savent pas la valeur du temps, et qui, usant du privilège de leur sexe, n'hésitent jamais à le faire perdre aux autres. Un coup d'oeil à sa montre lui prouva qu'il fallait bientôt commencer sa tournée chez ses malades. Il se décida donc à prendre le parti le plus sage: à fuir. «La voiture est-elle là? demanda-t-il. —Oui, monsieur. —Très bien. Ouvrez la porte sans faire de bruit, et laissez la dame tranquillement en possession du cabinet de consultation. Quand elle sera fatiguée d'attendre, vous savez ce qu'il y a à lui dire. Si elle demande quand je serai rentré, dîtes que je dîne à mon cercle et que je passe la soirée au théâtre. Maintenant, doucement, Thomas! Si nos souliers craquent, je suis perdu.» Puis il prit sans bruit le chemin de l'antichambre, suivi par le domestique marchant sur la pointe des pieds. La dame se douta-t-elle de cette fuite? Les souliers de Thomas craquèrent-ils? Peu importe; ce qu'il y a de certain, c'est qu'au moment où le docteur passa devant son cabinet, la porte s'ouvrit. L'inconnue apparut sur le seuil et lui posa la main sur le bras. «Je vous supplie, monsieur, de ne pas vous en aller sans m'écouter un instant.» Elle prononça ces paroles à voix basse, et cependant d'un ton plein de fermeté. Elle avait un accent étranger. Ses doigts serraient doucement, mais aussi résolument, le bras du docteur. Son geste et ses paroles n'eurent aucun effet sur le médecin, mais à la vue de la figure de celle qui le regardait, il s'arrêta net; le contraste frappant qui existait entre la pâleur mortelle du teint et les grands yeux noirs pleins de vie, brillant d'un reflet métallique, dardés sur lui, le cloua à sa place. Ses vêtements étaient de couleur sombre et d'un goût parfait, elle semblait avoir trente ans. Ses traits: le nez, la bouche et le menton étaient d'une délicatesse de forme qu'on rencontre rarement chez les Anglaises. C'était, sans contredit, une belle personne, malgré la pâleur terrible de son teint et le défaut moins apparent d'un manque absolu de douceur dans les yeux. Le premier moment de surprise passé, le docteur se demanda s'il n'avait pas devant lui un sujet curieux à étudier. Le cas pouvait être nouveau et intéressant. Cela m'en a tout l'air, pensa-t-il, et vaut peut-être la peine d'attendre. Elle pensa qu'elle avait produit sur lui une violente impression, et desserra la main qu'elle avait posée sur le bras du docteur. «Vous avez consolé bien des malheureuses dans votre vie, dit-elle. Consolez-en une de plus aujourd'hui.» Sans attendre de réponse, elle se dirigea de nouveau vers le cabinet de consultation. Le docteur la suivit et ferma la porte. Il la fit asseoir sur un fauteuil, en face de la fenêtre. Le soleil, ce qui est rare à Londres, était éblouissant cet après-midi-là. Une lumière éclatante l'enveloppa. Ses yeux la supportèrent avec la fixité des yeux d'un aigle. La pâleur uniforme de son visage paraissait alors plus effroyablement livide que jamais. Pour la première fois depuis bien des années, le docteur sentit son pouls battre plus fort en présence d'un malade. Elle avait demandé qu'on l'écoutât, et maintenant elle semblait n'avoir plus rien à dire. Une torpeur étrange s'était emparée de cette femme si résolue. Forcé de parler le premier, le docteur lui demanda simplement, avec la phrase sacramentelle, ce qu'il pouvait faire pour elle. Le son de cette voix parut la réveiller; fixant toujours la lumière, elle dit tout à coup: J'ai une question pénible à vous faire. « —Qu'est-ce donc?» Son regard allait doucement de la fenêtre au docteur. Sans la moindre trace d'agitation, elle posa ainsi sa pénible question: «Je veux savoir si je suis en danger de devenir folle?» À cette demande, les uns auraient ri, d'autres se seraient alarmés. Le docteur Wybrow, lui, n'éprouva que du désappointement. Était-ce donc là le cas extraordinaire qu'il avait espéré en se fiant légèrement aux apparences? Sa nouvelle cliente n'était-elle qu'une femme hypocondriaque dont la maladie venait d'un estomac dérangé et d'un cerveau faible? «Pourquoi venez-vous chez moi? lui demanda-t-il brusquement.
tête sur sa poitiren.tEc e'tsa oippéent E.»e llsialotasrebm as aintet mt jeenan sots iuédastu enipi ore cje, one siayor ,suov nul sxecaia-tlip e que sot de dirt tuhcuoruetrap reêter s pé;t-eumê eelm- nleele  doct.Leemenamèrec tuot euq isnielt-di, itin flarp szene al niepdi, ilt-si, ou v eovsul  eovluzese terminer commtuep ale erocne  beu pun«Cé.ssleedic eémia t ntéour-n amre dprope,amue qz,uead m?redovAuov ia s puis-je commentzev-uo;sE«pxiluqt.enaielncti éuxey seS .etêt al levae re»Ellpeu.u  ndirem a' eedple  laserég luselbuort tsys ud nervème «Auceux. eovnud agen sroédprpoistisi àonenu lam eidacud erveau, mais il 'n yvaia têmemp p emêrtxe ertov esêts ou Vr.euâlé inu enm ioopruur npâleMa gme.etta,tni'n s tsee  j pneit dl;-ip sam  eue xêmemompte derendre cir rm uosinomeop j'asse,illii fasrueluocj tno'n ep de;nés mes,uiid-tleela ev cnu'est rien, réponD .e snaj amenueeu p'i datmpnciecunea aui n' cecaMsidr . eafrel ot virvo aislaouv eJ .ecnatropmi est si  ma peauapur ,temaia serup srtpoe  nutpe'uq elleilédetacout s: tsête vousif  eupeuj ecq is m ausvoi que ùo taté'l snad eaison deaucune r eopruv c arnirdt es vdereaic', 'n l a y rioi'uq erpn me zocneeiconfmme t, jidennas erto ,te ,éts inmoà usvoe quelav ,if telt uor de la chambre.en eiup ir sd neple .»usleEle  seib setiaf siaM e.ll-eitndporé, ottusi esud  eovue jns qposo«Sup edn sap suoamede J vnesoere.nnmmreiap ejn  eonion que n attentdet on s'i deu pL.tnesistiaf seeulste ssuff me mo,sedn f ial ses onrspeneonesll euq sedrpmiisset-elle, je n'ai pmroatcn,er peirz neezchou vves  uepmmociom  nu inx. Voue un sphq euj  e sovluzegmni'é lreuvcodées luesel ceva e art mons decourp ueneecs ic .aLaf t eriuaebpuocma,  nis pon tasuo.tV yono,sq eulque chose doit rtê suov,évirraeuelque q qseho ca'a iun r pacunu à vport étaotree ffaréy iovsua té et qut de sanzeirmaj n sues elacevo,  se;s an ealtsc-.rE luetcons me enueaisvle-tid ,étirév a lst'eCé?itér vrecommence à avoelv vimene.tJ  eusvoTr. bèsn.iec riifnoecna ne uppoas sque ser  senV uozep d veau clar alor mse siav ejirvuocéd docteurudain.Leapur tos sted si lesreèv snt surnel emetsed anisl ses, i foià laeu l ercted ts eri tdee osche quleuq tiava li :wl  eodtcueWrbyore impression surerirtif uam siavesl'itprCe. ou siut iul sr aarevque quelée qpenss te atê à tiruoEl».itfarr'a sle s àes. Il sonea avec nuc reatnir retedecée  dn soà r m reimertnemevuodema se s'ilnda tib a avaftiei noycrs ai Mz.leouv el suov euqsiu pasvira servousn  eecalio ,zem-on cntter ouusvoissopelbm erp nofaits, ppar les moemcn ere .eJc m suov de zerua'aiinagimanqu, reJ  etr!ef iaavsidue.ntenimpo Qu' te suovpem dner v às ouvérér,lep uo rnu eofll erez probablement'cseru ,snei ,ome vat: j fait un ,reiramer em sin  urecoent esc'oisnq 'ucsnoefssis enteneût jamatcod.rueseud el  visveeu«JIIsue de sgranritéincélpsul  anaegé rt plat  ezabis lut ed errel setuo àgrand'chose.»Ell e'ssais tedn veou eaucot enmma aç cevp al suloPial,spéccin méde?eE»intslaéiu  nulnscoe  noiquur nu sap suov-zetesdilamas dee rtuac enu tno iuq se. rieuystése mitfs sasv-uotÊseaiétplt t?ail »Isitatiafq sus eus'était . Il ne t orpm,éodcnp sap ,suov euq ecraas con mn  est esrd edohtuse eot loi les la s deutan ,ercrapuq evoe  êuss temefaxud na sovrt eratpour la découved  eutedahibts efunes la tou ontnom el tuot tnemleabrivainr gejuel stel mêser gèès les mde d'aprsneizehc .sev eJré pptce mesesêmt:«Ssitô ne i jeéropll ea sudntis cee  dnscidemésap siavnu zehc ment parce qu'ill-,àc e'tsj suetisal etequt ls'ires  tias nuicép-uneques cess detsoiq eueul snq ue qcer avs ou vp lI».zeleuq aso-il, je vais essyared  eédocvuir àisot v drepoisitis ,noopértidnomnio  ulpsupm se sué.«Joigns éltta ertê tneiavuten  unsdas nteievaneitnecxuq iuulter po le consiayoel t li vérp dest onmas dila ceva ,selleuqals sei rmrerènfcosnr  ,as eapvilapers la citépicaos eaidnsong,citittaa  lresû dtéetruW byor,wc é'enommée lui, doc rlaà t  enetuorf al à évelé tial'avqui  Ce ait.erss'sdall eiue ie bàqn sae itva ettmmefennoeC ,été la be avait èieri éds  arpmeenamto, ouuj srs snausértatloN .n seulement il ny'a avtia cunu edèé guinem tles li ùo spiaiduté  médt lae,ilecinitunc no nxe aosap eneitimdalbarév demou ececet  nra tuqne t àosent disti l'avaicsohtéts nos in élév rui lnee opa'onned  tirrènette c ce.Avermalel srpniicapxuo uite à examiner iN .nos ero ellianrg deslae ie vuap mm euq,eyhis au ait,l comoras lI .étsnetim erfpan  ean steaiconclusirté; sa vacec almene ttengraéte am déte c euettef noq tue fade dbitul'hano tni sdécesem ptomprt dionép retneitap al ;eri
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.