L'Influence de la soeur chez Goethe, Kleist, Brentano et Nietzsche

De
Publié par

Le but de cet ouvrage est non seulement de montrer sur le plan théorique combien les soeurs exercent une fonction "conditionnante" pour leur frère écrivain - c'est-à-dire influant tant sur la genèse de leur oeuvre que sur sa réception - mais aussi d'illustrer concrètement son propos par une enquête approfondie concernant quatre auteurs allemands universellement connus et dont le cas peut être considéré comme exemplaire de cette problématique : Johann Wolfgang von Goethe, Heinrich von Kleist, Clemens Brentano et Friedrich Nietzsche.
Publié le : vendredi 1 mai 2009
Lecture(s) : 179
Tags :
EAN13 : 9782296225145
Nombre de pages : 641
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

A mon frère?Remerciements
Je désire remercier chaleureusement M. Jean-Paul Barbe, pour ses précieuses
premières indications de recherche, à la base de toute l’orientation de cette thèse; M.
Patrice Neau, qui a accepté d’enreprendre la direction et en a assuré avec patience le
suivi et la critique encourageante; M. Francis Croix, qui, avec toujours grande rigueur
et finesse, m’a initiée à la littérature allemande en classes préparatoires et donné l’idée
de ces recherches sur les sœurs de la littérature allemande, à la fin d’un cours sur
Clemens Brentano; M. Amand Duval, mon beau-père,pour m’avoir indiqué l’ouvrage
d’Eric Widmer, qui s’est avéré un pilier théorique essentiel à mon propos; Mme Doris
Brunckhorst, qui a eu l’amicale obligeance de m’éclairer pour certains passages délicats
à traduire; enfin M. Arnaud Duval, mon mari, pour son soutien inconditionnel tout au
long de ces années de recherche et nos échanges toujours stimulants, ainsi que nos
enfants, Aricia et Lise, qui ont su faire preuve de compréhension aux moments
nécessaires…
Au moment d’éditer ce travail, je tiens également à remercier M. Thierry Feral
d’avoir bien voulu l’accueillir dans sa collection avec autant d’intérêt. Je souhaite enfin
exprimer toute ma gratitude aux membres de mon jury de thèse, Mme Maryse Staiber,
professeur à l’Université Marc-Bloch à Strasbourg2, M. François Genton, professeur à
l’Université Stendhal à Grenoble 3, M. Gunter Volz, professeur émérite à l’Université
de Nantes, et M. Patrice Neau, professeur à l’Université de Nantes, pour leurs
encouragementsetleursconseilsenvued’unepublication.SOMMAIRE
INTRODUCTION.............................................................................................................................................13
PREMIEREPARTIE:CONSIDERATIONSTHEORIQUES...................................................................19
CHAPITREI:LARELATIONFRERE-SŒUR.....................................................................................21
A. Leliendegermanité:lanotiondepartage..................................................................................21
1. Partagedesparents:lecomplexefraternelenpsychanalyse.21
2. Partagedel’intimité:les modalitésdelarelationfraternelleenpsychosociologie...................30
a. Opposition.............................................................................................................31
b. Coopération................37
c. Différenciation....................................................................................................................48
3. Evolutionàl’âgeadulte:éclatementoupartagechoisidel’amitié............................................68
4. Latentationincestueuse.....................................................................................74
a. L’interdit de l’inceste frère-sœur :pointde vue anthropologique et psychologique........74
b. Conséquences du parent ou du temps non partagé...........................................................85
5. Fratriesendeuillées,fratriesrecomposées................................91
6. Symboliquedelafraternitéou«sororité»:solidaritéetaffinité...............................................95
B. Typologiedesrelationsfraternelles........................................................98
1. Taxonomiedessentimentsfraternels...........................................................................................98
2. Lesquatretypesdefraternité.....................................................................................................101
3. Classificationdesrôlesliésaurangdenaissanceetausexe...........................104
a. Position d’aîné(e).............................................................................................................105
b. Position de cadet(te)..............105
c. Position intermédiaire......................................................................................................106
d. Cas des jumeaux.................................106
e. Enfant de remplacement...................................................................................................106
CHAPITREII:LACREATIONLITTERAIRE...................................................................................107
A. Psychosociocritiquelittéraire:fondementsthéoriquesetméthodologie................................107
1. L’inconscientàl’œuvre:lalittératureexpliquéeparlapsychanalyse......................................107
a. Le processus de sublimation................................................................................................108
b. Psychobiographie et psychocritique : limites et conditions de validité....111
2. Ladynamiquecréative...............................................................................................................116
a. Les causes du décollage créateur............................................................................117
b. Les phases de la création : facteurs relationnels.........................119
3. Une méthoded’investigationsyncrétique:entrecritiqueclassique,psychobiographieet
psychocritique..................................................................................................................................120
B. Typologiedessœursconditionnantespourleurfrèreécrivain.................................................122
1. Lesquatretypesd’influencesurlacréation........................................122
2. Typologie matricielledurapportthéoriqueentreletypedefraternitéetlesrôlesdelasœursur
lacréationdel’écrivain...................................................................................................................124
3. Applicationàdesconfigurationsfamiliales-types.....................................................................125
DEUXIEMEPARTIE:CASD’AUTEURS.................................................................................................133
CHAPITREI:JOHANNWOLFGANGETCORNELIAGOETHE.................................................135
1. Introduction:unefraternitéconsensuelledetypegémellaire...................................................135
2. Lasœurcommesoutienetconsultante......................................................................................145
a. La confidente de Francfort.................145
b. Vers une fraternité tranquille..............................................................................170
3. Larésurgencelittéraired’uncomplexeincestueux...184
a. Motifs incestueux..............................................................................................................184
b. Fantaisies incestueuses : l’union impossible ou le rêve d’un Eden frère-sœur..............190
c. Facteurs déclenchants......................................................................................................201
4. Traumatismedela mortprécoce................................................................................................218
5. LepersonnagedeCornelia.........................................................................................................232
6. Conclusion................................................................................................................239CHAPITREII:HEINRICHETULRIKEVONKLEIST....................................................................241
1. Introduction................................................................................................................................241
2. Configurationethistoirefamiliales...........................242
3. Lasœur«pyladienne»...............................................................................................................244
a. La grande confidente........................................................................................................245
b. Le mystérieuxvoyage à Würzburg :début de soutien financier............250
c. Crise de vocation et crisekantienne : ou les prémices d’une vocation littéraire256
d. Vers une fraternité contrastée:les compagnons de voyage,direction Paris.................261
e. Les premières œuvres :Sœur Courage.............................................................................265
f. Entre renoncement et renouveau : la vie commune à Berlin et Königsberg....................275
g. A la reconquête d’Ulrike.....................................................................................283
h. Derniers feux fraternels................................................294
i. Bilan :un Mécénat forcé......................................................................................299
4. UneMuseenfiligrane................................................................................................................300
5. Taciturnegestionnaire.....................308
6. Conclusion..................................................................................................................................316
CHAPITREIII:CLEMENSETBETTINEBRENTANO...................................................................319
1. Introduction................................................................................................................................319
2. Larencontretardivededeuxâmessœurs..................................................................................320
3. Sophie,lapremièresœurpréférée.............................323
4. Delafusionàladistanciation....................................................................................................332
a. Une passion poétique de type incestueux.........................................................................332
b. Le mariage de Clemens avec Sophie Mereau : ou la peur de perdre Bettine....347
c. Vers une fraternité moins fusionnelle...............................................................................357
d. Le choc dumariage de Bettine: ou la perte du meilleur ami..368
e. Le trio de Wiepersdorf (1814)..........................................................................................372
f. Vers une fraternité tranquille..............374
g. Retrouvailles épistolaires.................................................................................................379
5. LaMuseBettine............................................386
a. Hymnes personnels..............................................................................................386
b. Amour frater-sororel et interdit de l’inceste : unmotif récurrent...................................401
c. Hypothèses biographiques......................................................................410
6. Lagestionnaire:oulefrèrecommeMuse.............................414
7. Conclusion..................................................................................................................................424
CHAPITREIV:FRIEDRICHETELISABETHNIETZSCHE...........................................................425
1. Introduction:delasœur bénieàlasœur maudite.....................................................................425
2. Configurationfamiliale..........................................................427
3. Unefraternitécomplexe......................................................................427
a. Affection fraternelle, adorationsororelle.......................................................................428
b. Frère et sœur en ménage.................................440
c. Ruptures etréconciliations : « l’affaire Lou ».................................................................471
d. Mariage et trahison......................................................508
e. Bilan :ambivalence et dissymétrie......................................................................528
4. L’Antémuse................................................................................................................................530
a. Le « troisième sexe »..........................531
b. Les mémoires cachés d’un frère..........................................................................541
5. Lagestionnaireabusive.............................................588
a. La maîtressedes Archives Nietzsche................................................................................588
b. La construction d’une légende........................603
c. L’avenir d’un faux :La Volonté de puissance.................................................................607
6. Conclusion...........................................................................................611
CONCLUSION................................................................................................................................................613
BIBLIOGRAPHIE..........................................................................................................................................619
TABLEDESILLUSTRATIONS...................................................................................................................627
INDEXDESNOMSDEPERSONNES.........................................................................................................629INTRODUCTION
On connaît l’importance de la relation filiale et de la relation amoureuse chez les
écrivains, toutes deux sources d’inspiration de leur création. Robert Minder a mis en
évidence le nombre considérable de fils et petits-fils de pasteurs dans la littérature
1allemande, de Hölderlin à Nietzsche ou Hermann Hesse , et maintes œuvres
apparaissent comme des règlements de compte plus ou moins conscients de relations
difficiles, d’attentes non comblées, tel Kafka dans sa Lettre au père,ou comme des
hommages endeuillés. De nombreuses autres sont reliées à des histoires sentimentales
manquées ou idéalisées – Les Souffrances du jeune Werther de Goethe, pour n’en
évoquer qu’une –, qui sont fréquemment l’occasion déclenchante du premier écrit. On
parle moins souvent de la relation fraternelle, et encore moins de son influence sur la
création littéraire: «Tout a été dit sur l’importance des parents, mais les frères et les
2sœurs restent les grands ‘méconnus du roman familial’. » Certaines fratries sont
pourtant célèbres, dans tous les domaines de l’art et particulièrement en littérature, du
fait de talents parallèles ou de relations de type précisément amoureux:en France, les
frères Goncourt, Paul et Camille Claudel, Chateaubriand et sa sœur Lucile ; en
Angleterre, les sœurs Brontë, Byron et sa demi-sœur Augusta ; en Allemagne, les frères
Grimm, les frères Heinrich et Thomas Mann, Clemens Brentano et Bettine von Arnim.
D’autres encore sont connues pour leur forte solidarité, comme Heinrich et Ulrike von
Kleist, Theo et Vincent Van Gogh. Ces histoires fraternelles sont volontiers racontées,
décrites dans le détail biographique de leurs interactions, parfois reliées à la création,
3comme Sylvie Angel étudiant le cas de Chateaubriand . Les rapprochements parmi les
plus féconds sont l’œuvre d’auteurs d’obédience psychanalytique, quicherchent à
expliquer les productions artistiques par des processus psychiques inconscients, tel Otto
Rank, qui rapporte la création de Schiller et de Goethe (et de maints autres écrivains
allemands) à une fixation sentimentale à leur sœur (unique ou préférée aux autres), idée
4que reprend Kurt R. Eissler au sujet de Goethe . Mais jamais on n’interroge l’évidence
de la relation fraternelle et les conditions de son influence sur la création du germain de
manière systématique. C’est là l’objet que nous avons fixé à notre travail, en nous
intéressantenparticulieràla relationmixtefrère-sœur,oùjoueladimensiondel’altérité
sexuelle.
Ce relatif silence ou ces approches limitées au cas par cas s’expliquent sans doute
par le fait que la relation fraternelle a longtemps été peu étudiée par les sciences
humaines, notamment en France. La sociologie et la psychosociologie s’intéressaient
prioritairement aux relations conjugales et aux relations parents-enfants, et la
psychanalyse tendait à tout rapporter à ces dernières. Or depuis les années 1980, et
singulièrementdepuisle toutdébutdenos recherches (1997),lesouvragesetlesarticles
se sont succédé sur le thème des relations fraternelles. Citons entre autres: Michel
Soulé (Frères et sœurs, 1981), Lucette Savier (Des frères, des sœurs, 1990), Daniel
1 Cf. Robert Minder, Kultur und Literatur in Deutschland und in Frankreich: fünf Essays, Insel-Verlag, Frankfurt am Main, 1962. Ce fait a été
également constaté dans d’autres domaines d’expression du génie, ainsi que la fréquence d’orphelins, cf. Claude Thélot, L’origine des génies,
Seuil,Paris, 2003.
2SylvieAngel,Desfrères etdessœurs.Leslienscomplexesdelafraternité,RobertLaffont,Paris,1996,p.12.
3Cf.SylvieAngel,op.cit.,pp.113-118 (nousyreviendrons).
4 Cf. Otto Rank, Das Inzest-Motiv in Dichtung und Sage. Grundzüge einer Psychologie des dichterischen Schaffens, Darmstadt, Wissenschaftliche
Buchgesellschaft,1926² (versioncorrigéeet augmentéede l’éditionde1912),1974.Cf.égalementKurtR.Eissler, Goethe, eine psychoanalytische
Studie1775-1786, traduitdel’américain (Détroit,1963)parPeterFischer,Stroemfeld /RoterStern,Basel,FrankfurtamMain,1983¹,1986.
13Gayet (Les relations fraternelles. Approches psychologiques et anthropologiques des
fratries, 1993), Sylvie Angel (Des frères et des sœurs. Les liens complexes de la
fraternité, 1996), Brigitte Camdessus (La Fratrie méconnue: liens du sang, liens du
cœur, 1998), Odile Bourguignon (Le Fraternel,1999), Eric Widmer(Les relations
fraternelles des adolescents, 1999) et Marcel Rufo (Frères et sœurs, une maladie
d’amour, 2002). Le sujet est désormais d’actualité. L’accélération de ces publications
traduit une «prise de conscience tardive» de l’importance de la relation fraternelle, ou
relationde «germanité», qui est l’une des trois relations constitutives de la famille,
avec l’alliance (les relations conjugales du couple parental) et la filiation (les relations
1desparentsavecchacundeleursenfants),dans toutesles sociétés .
La relationfrère-sœur,enparticulier,apparaîtcommefondamentaledupointde vue
anthropologique, puisqu’elle se trouve à la base du lien social, par le jeu de l’interdit de
2l’inceste, quicréel’obligationdel’échangeaveclesautres (selonClaudeLévi-Strauss ).
La spécificité de cette relation résidedans la différence irréductible des sexes, dont
l’observation évidente (différence sexuée, différence des rôles dans la reproduction),
une fois interprétée par tout un jeu d’oppositions conceptuelles rapides (masculin /
féminin, chaud / froid, actif / passif, etc.) est à l’origine de ce que Françoise Héritier
appelle «la valence différentielle des sexes», c’est-à-dire le principe universel de
domination sociale du masculin, à l’œuvre même dans les sociétés matrilinéaires, où le
féminin ne domine jamais que de manière limitée, dans la relation de germanité mixte
3commeengénéral .
D’office, la question de la relation frère-sœur s’inscrit donc dans la problématique
de la domination sociale masculine généralisée. Ce n’est pas un hasard si les quelques
travaux de littérature secondaire sur les sœurs d’écrivains procèdent soit d’une vision
traditionnelle des rôles dévolus à la femme, et particulièrement à la sœur considérée
comme idéale, soit d’une intention plus féministe (y compris de la part d’auteurs
masculins). Il s’agit dans les deux cas de redécouvrir, voire de réhabiliter des sœurs
demeurées dans l’ombre de leur célèbre frère. Chez Rudolf Hiller (1944), la « sœur du
grand frère» (Cornelia Goethe, Christophine Schiller, Ulrike von Kleist, Bettine von
Arnim, Elisabeth Förster-Nietzsche) est donnée comme modèlede soutien indéfectible
– qu’elle ait joué pour son frère un rôle de confidentede ses affaires de cœur, de
conseillère pour sa création, de soutien financier ou encore fait preuve d’attention
4vigilanteà sonégard .L’auteur s’efforcedemontrerlaforcedesliensaffectifs qui,dans
la plupart des cas, unissaient le frère et la sœur. Mais il lui importe aussi de faire
connaître les éventuels talents et productions de la sœur. Quarante ans après, l’ouvrage
collectif Sœurs d’hommes célèbres est davantage axé sur une meilleure connaissance de
ces femmes plus ou moins oubliées – de Caritas Pirckheimer à Carla Mann, en passant
par Cornelia Goethe, Ulrike von Kleist, Luise Büchner et Elisabeth Förster-Nietzsche
(pournouslimiterauxAllemandes)–,etnon surla relationàleurfrère,même s’ilenest
au passage nécessairement question, puisqu’on ne les connaît souvent précisément que
5comme étant leurs sœurs . Aux rôles déjà relevés par Rudolf Hiller, Luise F. Pusch
1EricWidmer,Lesrelationsfraternellesdesadolescents,PUF,Paris,1999,p.1,en référenceàZimmerman (1993).
2ClaudeLévi-Strauss,Lesstructuresélémentaires delaparenté (1949),Mouton&Co,Paris,LaHaye,1967.
3 Cf. Françoise Héritier, Masculin / Féminin, la pensée de la différence, Odile Jacob, Paris, 1996, pp. 24-25. Voir également à ce sujet Pierre
Bourdieu,Ladominationmasculine,Seuil,1998.
4 Rudolf Hiller, Die Schwester des großen Bruders. Berichte über das Leben von Schwestern berühmter Männer, Verlag Dr. von Arnim & Co,
Berlin,1944. Ces femmes,auxquelles ilajoute lescasde Maria AnnaMozartetRosalieWagneren musique, AdeleSchopenhauer en philosophie,
Wilhelmine vonBayreuthenpolitiqueetKarolineHerschelenastronomie, sontpourluidesmodèlesdece quel’onattenddela sœurd’un «grand
frère» (p. 10). La biographie que Luise Marelle a consacrée à Elisabeth Förster-Nietzsche (Die Schwester Elisabeth Förster-Nietzsche, Berlin,
Brunnen-Verlag /WilliBischoff,1933) relèvedecegenredepanégyrique.
5 LuiseF.Pusch,éd.,SchwesternberühmterMänner.ZwölfbiographischePortraits,InselVerlag,FrankfurtamMain,1985.
14ajoute ainsi (non sans ironie) ceux de maîtresse de maison, de secrétaire, d’infirmière,
de manager et d’administratrice des œuvres posthumes. Il existe également des travaux
d’esprit plus neutre, tel celui de Georg Witkowski, le premier biographe de Cornelia
1Goethe, qui ne prétend consacrerqu’« unemodeste chapellelatérale » à la sœur du
grand Goethe et n’évoque une probable influence sur les œuvres que de manière
épisodique (maispertinente).
Notre propos est de questionner de manière approfondie la relation à la sœur et son
implication dans la construction de l’œuvredu frère écrivain. Il ne s’agit pas de dresser
desportraitsdefemmespoureux-mêmes (en tant que simples« sœursde»)oudans une
perspective de réhabilitation féministe, mais bien d’essayer de comprendre le
phénomènedelacréationdans sadimensionpsychosociale,etparlàmêmed’interpréter
les œuvres littéraires au moyen de tous les outils d’investigation dont nous disposons
aujourd’hui: notamment la critique biographique et textuelle classique ou génétique
(informationsrecueillies sur la genèse des œuvres, analyse des personnages, en
particulierdesfiguresde sœursetdesimagesdelafemme, del’intrigue,des thèmes,de
la langue) et les critiques inspirées de la psychanalyse, de l’étude des rêves et des
mythesdans l’œuvreà lapsychocritiquedéfinieenFranceparCharles Mauron (qui,par
superposition des textes, met à jour des réseaux signifiants dans l’œuvre, les
«métaphores obsédantes» qui constituent le «mythe personnel» de l’auteur), en
passant par des travaux de psychanalyse «appliquée» à l’art (souvent soupçonnée
d’être trop «médicale», mais qui peut mettre en évidence des processus créatifs
inconscients). Dans la mesure où nous tentons de trouver la trace de l’influence
inconscientedela sœur–ou saprésenceavérée–dansl’œuvredufrère,notredémarche
renoue avec les tentatives de la psychobiographie, qui prétend éclairer les œuvres par
l’étude de la personnalité inconsciente de l’écrivain, en remontant à son enfance et son
premier entourage familial, et s’expose donc aux «difficultés doctrinales et pratiques
d’une telle reconstruction effectuée de l’extérieur» qu’on lui a opposées, sans compter
2la fragilité des témoignages . Mais elle n’en relève pas pour autant: notre intention est
d’examiner l’influence de la sœur sur l’œuvre de son frère dans tous ses aspects, de la
genèse de l’écriture à la réception des textes, ce qui ne constitue ni une entreprise de
psychobiographie au sens propre, ni une lecture limitée à des « textanalyses» moins
contestées, mais plutôt une sorte de «psychosociocritique», qui s’inscrit dansune
tradition critique irrésistiblement curieuse de l’écrivain caché derrière l’œuvre quinous
3touche . En somme, nous assumons la triple illusion rejetée par le New Criticism
américain:l’illusion génétique, quiexpliquel’œuvrepardescausesexternes ;l’illusion
intentionnelle, qui la réfère à son auteur ; enfin l’illusion affective, qui l’aborde à partir
4des émotions qu’elle éveille . Il nous semble en effet que c’est nécessairement une
action ou réaction psychologique de l’individu qui déclenche l’écriture, quelle que soit
l’origine de l’impulsion créatrice ou l’objet d’inspiration (contexte relationnel,
1GeorgWitkowski,Cornelia,dieSchwesterGoethes,Rütten&Loening,FrankfurtamMain,1903,p.VI (préface).
2JeanBellemin-Noël,article«Littératureetpsychanalyse»,EncyclopædiaUniversalis, 2003 (version9DVD-ROM).
3 Pour répondre à Jean Bellemin-Noël, op. cit., qui se demande«en quoi une telle recherche [la psychobiographie] concerne la littérature, en quoi
elle permet de mieux apprécier les livres, ce génie, une écriture que nous admirons », ce qui pourrait au fond remettre en cause toute tentative de
biographie, même classique, nous sommes, un peu paradoxalement, les premiersànous méfier d’un intérêt plus centré sur l’homme que sur le
texte,et àconsidérer que c’estl’expérienceesthétique et réflexive que provoque la lectured’une œuvre littéraire,donc la sensibilitéaux textes, qui
est la plus importante. Mais c’est précisément elle qui suscite l’envie de s’interroger sur l’auteur, comme l’exprime Schiller à Goetheausujet
d’Elpénor: «DieNachricht,dassderElpenor von Ihnen sei,hatmich wirklich überrascht,ich weiß nicht, wieeskam,dassSiemir garnichtdabei
einfielen. Aber eben weil ich unter bekannten und wahlfähigen Namen keinen dazu wusste, so war ich sehr neugierig auf den Verfasser, denn es
gehört zu denen Werken, wo man, über den Gegenstand hinweg, unmittelbar zu dem Gemüt des Hervorbringenden geführt und getrieben wird. »
(d’après Johann Wolfgang von Goethe, Werke, tome 5, Hamburger Ausgabe, p. 636, lettre du 28 juin 1798). En outre, l’intérêt pour l’auteur peut
être sourced’undésirde retourà ses textes,ainsimieux (re-)découverts–oudumoinsautrement.
4D’aprèsAntoineCompagnon,article«Littéraire (critique) »,EncyclopædiaUniversalis,op.cit.
15environnemental, social, économique, politique, idéologique, littéraire, voire problème
psychologique, ou simplement besoind’exprimer un talent, une sensibilité particulière),
de même que l’adhésiondu lecteur (émotion esthétique, émotion empathique ou
narcissique, considérations réflexives ou pur plaisir d’un jeu intellectuel), ce qui
n’enlève rien à l’intérêt des critiques du « texte pour le texte». Par le terme
«psychosociocritique», nous entendons une recherche qui vise à mettre en lumière les
liens conscients et inconscients entre la création de l’écrivain et ses relations sociales,
ici la relation à la sœur. Des données biographiques «objectives» telles que la
configuration familiale, le milieu social, les conditions économiques, le parcours de vie
de l’écrivain (entourage et environnement dans l’enfance et l’adolescence, études,
profession(s) autre(s), lieux de séjour, voyages, rencontres, amitiés, liaisons, mariages,
enfants, décès, convictions religieuses et idéologiques), croisé avec celui de sa sœur, et
leur mise en rapport avec la productiondes œuvres (étapes connues ou reconstituables
deleurgenèse)etleursdiversesinterprétationspossibles (de quelquecourantdecritique
littéraire qu’il s’agisse), à l’aidede sources directes comme la correspondance et
d’éventuelles analyses ou suggestions autobiographiques, devraient permettre de
formuler des hypothèses plausibles, sinon des conclusions. Nous cherchons par là non
seulementà mieuxconnaîtreetdéfinir l’importancedela relation fraternellede manière
généraleetparticulièreauxcasd’écrivains retenus,maisespéronsaussicontribuerà une
meilleure compréhension à la fois du processus de création et des œuvres produites – il
est clair que nous n’étudions qu’un aspect parmi d’autres (l’influence de la sœur) et
1qu’aucune lecture particulière ne saurait épuiser la richesse d’une œuvre d’art . Notre
approchedelalittérature vadoncêtrenécessairementet typiquementpluridisciplinaire.
Dans unpremier temps, nous allons dresser un bilan de ce que nous apprennent les
diverses sciences humaines sur les relations fraternelles, en particulier sur la relation
mixte frère-sœur – sujet qui concerne à la fois l’anthropologie, la psychanalyse, la
psychologie clinique (ou psychiatrie) et la psychosociologie.Apartir de leurs résultats,
en confrontant les théories avec les expériences cliniques et les études empiriques, nous
nous efforcerons de déterminer l’importance de cette relation dans la construction de la
personnalité de tout individu, ici l’écrivain, et son impact sur sa vie, et d’en définir les
modalités. Nous articulerons cette réflexion autour de la notion de partage, quinous a
paru caractéristique du lien fraternel, puis proposerons des grilles d’analyse
systématique à partir de typologies. Nous nous intéresserons ensuite aux théories
psychanalytiques et psychosociologiques ainsi qu’aux connaissances neurobiologiques
actuelles sur la créativité et spécifiquement sur la création littéraire pour définir les
enjeux etlesfondements denotre méthode«psychosociocritique» et tenterons enfinde
croiser ces deux points de vue – psychosociologie de la relation fraternelle et
psychosociocritique de la littérature –pour établir une typologie des sœurs
conditionnantes pour leur frère écrivain, qui non seulement définisse leurs différents
rôles possibles sur la création mais permette aussi de poser des hypothèses théoriques
d’influence.
Dans une deuxième partie, nous étudierons des cas d’auteurs allemands dont la
relation avec leurs sœurs respectives a pu être signifiante pour leur création, dans sa
genèseetdans sa réception–ce quenous tenteronsdedémontrer.Nousavons retenules
cas archétypaux de Johann Wolfgang et Cornelia Goethe, de Heinrich et Ulrike von
Kleist, de Clemens et Bettine Brentano et de Friedrich et Elisabeth Nietzsche, soit la
ème ème èmepériode fin 18 -19 (jusqu’au début du 20 siècle pour Elisabeth
Förster1Qui reste un«feuilletédes signifiants »,commeditRolandBarthes,jamaisépuisé, toujoursouvertà unenouvellelecture.
16Nietzsche), marquée par la domination sociale des hommes et une difficile réalisation
1féminine en dehors de la sphère domestique maternante ou du couvent . Cette forte
dépendance économique et sociale des femmes est particulièrement le fait des milieux
cultivésdelabourgeoisieetdel’aristocratie,dont sontissuscesécrivains. D’autrescas,
comparables ou postérieurs, auraient été dignes de retenir notre attention: ainsi
FriedrichetChristophineSchiller,lafratrieMann,GeorgetMargaretheTraklouencore
Robert Musil, orphelin de sœur. A défaut de pouvoir les étudier eux aussi de manière
approfondie dans le cadre de cet ouvrage, nous les évoquerons succinctement en
conclusion.
1Cf.AstridSeele,Frauen umGoethe,ReinbeckbeiHamburg,Rowohlt,1997,pp.8-9.
17PREMIEREPARTIE
CONSIDERATIONSTHEORIQUESCHAPITREI:LARELATIONFRERE-SŒUR
A. Leliendegermanité:lanotiondepartage
Par «frère» et « sœur», ausens premier, on entend respectivement un garçon ou
une fille né(e) du même père et de la même mère qu’un autre enfant, donc des enfants
quipartagent les mêmes parents. Cette notion de partage caractérise d’abord et en
dernier ressort la relation fraternelle, à tous niveaux: partage irréductible des parents
(partagegénétiqueetaffectif),etpartagedefactod’uneintimité:desobjets,del’espace
(lieux de vie commun) et du temps où l’on se construit (enfance et adolescence). Ce
partage imposé par les parents fait la spécificité du lien de germanité par rapport aux
deux autres relations constitutives de la famille. C’est l’amour ou la raison sociale qui
fondent la relation d’alliance du couple parental, le partage qui s’y vit est un partage
choisi – ou qui devrait l’être: la pression sociale et légale d’une société donnée
(mariage forcé des filles, interdiction du divorce pour la femme par exemple) n’est pas
une obligation de nature irrévocable. Quant à la relationde filiation, elle est déterminée
en premier lieu par la notion de dépendance, celle de l’enfantvis-à-vis des parents, et
est appelée à être redéfinie à l’âge adulte, quand l’enfant atteint précisément son
indépendanceéconomiqueetaffective.
La notion de partage définit aussi de manière essentielle les cas de fratries
recomposées. La fratrie est toujours un état de fait de partage imposé par les parents :
pas plus que ses ascendants, on ne choisit ses frères et sœurs, qu’ils soient de sang
(succession des naissances dans un même couple), de demi-sang (un seul des deux
parentsbiologiquesestencommun),d’alliance (par suitede recomposition(s)ducouple
parental), ou encore d’adoption (enfant intégré sans lien biologique direct). Dans la
fratrie de sang, les frères et sœurs issus des deux mêmes parents vont être dits
«germains». Dans la fratrie de demi-sang, il s’agit au sens strict de demi-frères et
demi-sœurs consanguins (même père) ou utérins (même mère). Dans cesdeux types de
fratries consanguines au sens large (au moins un des parents biologiques en commun),
le lien fraternel est irrévocable, indépendamment du jeu des alliances parentales. Pour
lescasdefratrie uniquement (ou également) par allianceou adoption, seuleentreenjeu
la notion de partage d’intimité imposé de facto, puisqu’il n’y a aucun lien de sang à
proprement parler, mais cela n’exclut pas pour autant la problématique de partage
affectif des parents qui élèvent les enfants de la fratrie recomposée. Sauf mention
contraire, nous allons interroger le lien de germanité dans sa forme à la fois la plus
simpleetlapluscomplète,c’est-à-direcommeliende sangetintimitépartagée, tel qu’il
semanifestedansnos sociétésoccidentalesmodernes.
1. Partagedesparents:lecomplexefraternelenpsychanalyse
Les chercheurs d’obédience psychanalytique sont parmi les premiers à s’être
intéressés à la relation fraternelle, sous l’angle de la rivalité entre enfants d’une même
fratrie: car le partage des parents ne s’impose jamais sans difficulté. Frustration de
l’aîné à la naissance du cadet, qui le détrône de son statut privilégié d’unique, puis de
chaque autre puîné, avec quiil doit partager toujours davantage l’amour et l’attention
des parents, frustration des cadets qui n’auront jamais été l’unique objet d’amour des
21parents (seuls les aînés, au tout début, n’ont pas partagé – les jumeaux partagent
èmed’office) et qui, dans certaines sociétés, comme en France jusqu’au milieu du 18
1siècle , ne bénéficieront pas de privilèges liés à l’aînesse, auront moins de droits sur
l’héritage parental: la relation fraternelle est riche en conflits potentiels et sentiments
haineux, sur fond de jalousie. Les différentes mythologiess’en font l’écho quand elles
mettenten scènedesfrèreset sœurs rivaux (surtoutdesfrèresentreeux) allantjusqu’au
fratricide:dumytheégyptienoùSethcomplotecontre sonfrèreOsirisetledépèce,aux
nombreux mythes grecs et romains (Etéocleet Polynice s’entre-tuant, Romulus tuant
Remus), en passant par le mythe biblique de Caïn et Abel, où Caïn tue son cadet Abel
parjalousie,Yahvéayantpréféré sesoffrandes.
Par allusion à ce dernier mythe, C. Baudoin a proposé de parler à propos de la
relationfraternelle d’un «complexe de Caïn», repéré comme le «noyau d’une
2importante partie de la personnalité en formation», qu’on peut définir comme
«l’ensemble des représentations et souvenirs qui concernent le germain, et qui sont de
3nature avant tout négative (jalousie, rivalité, frustration) » . Comme tous les complexes
en psychanalyse, le complexe de Caïn serait partiellement ou totalement inconscient,
daterait de la petite enfance, et constituerait une structure latente fondamentale du
4comportement, durant toute la vie des individus . Il concernerait en premier lieu l’aîné
(comme Caïn), pour qui le cadet est toujours un intrus indésirable:«Même si les
réactions défensives à l’intrusion du nouveau-né ne deviennent perceptibles qu’après
plusieurs mois [quand le bébé se fait plus «présent»], la naissance d’un cadet est
5toujours vécue par l’aîné comme une frustration, une relative perte d’amour » . Car
«[l]e puîné est d’abord un gêneur, celui par lequel l’aîné connaît son premier
traumatisme. Il oblige la mère à limiter le lien d’exclusivité qu’elle entretenait
jusqu’alors avec son enfant unique, il met en doute les sentiments d’omnipotence de
6l’enfant-roi » . On peut penser avec le pédopsychiatre Marcel Rufo que, par
identification, « les petites filles supportent mieux la maternité de leur mère que les
petitsgarçons»:«Elles saventen effet trèstôt queporteretmettreaumondedesbébés
7sera leur ‘métier’.La maternité de leur mère les relie à leur future maternité. » (Le
8«désir de possessionexclusive de la mère » est aussi censé se trouver tempéré chez
elles par l’émergence du désir œdipien pour le père.) L’attitude hostile vis-à-vis du
germain serait particulièrement manifeste au moment où l’enfant traverse sa période
œdipienne, soitàpartirdedeuxansetdemijusqu’àcinq-sixans (etmême sept-neufans
9pour les filles selon Françoise Dolto) . Freudle signalait déjà: «On l’observe le plus
facilement chez les enfants de deux ans et demi à cinq ans lorsqu’un nouveau frère ou
10une nouvelle sœur viennent au monde. » La jalousie est en effet la plus intense «dans
la période œdipienne, le moment où se mêlent des sentiments d’amour et de haine
qu’aucun enfant ne vit dans le calme. Il lui est alors insupportable de penser qu’il va
11devoir partager cet amour avec un autre […]. » Etudes empiriques et expériences
1 D’après Jean-Pierre Almodovar,«Les expériences fraternelles dans le développement de l’enfant », in: Michel Soulé (dir.), Frères et sœurs,
Paris,EditionsE.S.F.,1981,p. 30.Cf.égalementMarcelRufo,op.cit.,p. 70.
2C.Baudoin (1931),d’aprèsDanielGayet,op.cit.,p. 63.
3EricWidmer,op.cit.,p. 9.
4Cf.J.LaplancheetJ.-B.Pontalis,Vocabulairedelapsychanalyse,Paris,PUF,1967¹,1997¹³,pp. 72-74.
5DanielGayet,op.cit.,p. 70.
6MarcelRufo,op.cit.,p.45.
7 Ibid.,p. 34.
8Jean-PierreAlmodovar,op.cit.,p. 32.
9 Cf. J. Laplanche et J.-B. Pontalis, op. cit., p. 79: selon Freud, la période d’acmé du complexe d’Œdipe se situe entre trois et cinq ans. Pour les
filles,cf.FrançoiseDolto,LeFéminin,Gallimard,Paris,1998,p. 38-39.
10D’aprèsAlaindeMijolla,«Freudetle ‘complexefraternel’enpsychanalyse»,in:MichelSoulé,op.cit.,p.55.
11MarcelRufo,op.cit.,p. 30.
22rapportées par les psychiatres le confirment: les comportements de jalousie et
d’hostilité sontàleurmaximum quandl’écartd’âgeentrel’aînéetlecadetestdedeux à
1quatreans .
Si l’on peut donc parler d’un complexe de Caïn, celui-ci est généralement rapporté
en psychanalyse au complexe fondamental d’Œdipe, dont il constitue une extension,
dans la mesure où «le germain est un obstacle à l’appropriation des parents, et,
2singulièrement, à celle du parent de sexe opposé » (d’où sans doute le caractère moins
conflictueldesfratriesmixtes,àlaproblématiqueœdipiennecroisée,etlaprédominance
de fratriesdemême sexe dans les mythes de rivalité fraternelle). Analysant les souhaits
formulés par les aînés quant au sexe du futur bébé, Marcel Rufo note ainsi que«l’aîné
souhaite rarement un cadet du même sexe que lui: il craint une rivalité directe, il veut
quelqu’undedifférent. Des sexes identiques exacerbent toujours les rivalités dans la
3fratrie. » D’après le psychologue Jean-Pierre Almodovar, une étude réalisée par R. E.
Smalley (1930) sur des fratries de deux enfants confirme que les réactions d’hostilité
«apparaissent plus fréquemment et de façon plus marquée dans les fratries
4unisexuées » .Lesfratriesmixtesn’en sontpaspourautantcomplètementépargnées,du
fait de l’entrelacs des versions positive et négative du complexe d’Œdipe: «le
complexe d’Œdipe n’est pas vécu comme un choix clair et définitif pour l’unou l’autre
parent. Les sentiments sont beaucoupplus entremêlés car il est impossible d’être
5seulement le rival du parent qui est le support d’identification. » Dans cette logique, le
psychanalyste Alain de Mijolla se fixele complexe d’Œdipe comme«axe de référent
permanent» et s’interdit de «perd[re] de vue l’organisation œdipienne» dans ses
considérations sur le «complexe fraternel», précisant que Freud lui-même a montré
comment le complexe d’Œdipe, de «complexe parental», pouvait s’élargir en
6«complexe familial» à l’apparition de nouveaux-nés . Freud ne s’est d’ailleurs pas
préoccupé d’analyser le «complexe fraternel» pour lui-même. Il ne l’a évoqué
qu’incidemment,àproposparexempledeSandorFerenczietde ses réactionsd’hostilité
etde jalousieà l’encontre decollègues tels que ErnestJones,etproposécomme modèle
d’explication d’une personnalité que dans le cas célèbre de Napoléon, dont il interprète
toute la carrière à partir d’une première rivalité intense avec son aîné Joseph (dans une
lettre à Thomas Mann). Il a également eu l’intuitionde l’influence de l’expérience
fraternelle sur sonpropreparcours, quandilévoque, quaranteansaprès,lajalousie qu’il
pense avoir ressentie envers son petit frère Julius, son cadet d’onze mois, et la
culpabilité qu’entraîna sondécèsdèsl’âgedehuitmois:
Tout me fait croire que la naissance d’un frère d’unan plus jeune quemoi avait suscité en moi de
méchants souhaits et une véritable jalousie infantile et que sa mort (survenue quelques mois plus tard)
avait laissé en moi le germe d’un remords. Je sais aussi que le complice de mes méfaits [une scène de
violence à l’égard d’une petite fille] – entre un et deux ans – fut un de mes neveux, mon aîné d’un an
[…].Ceneveuetcefrèrecadetontdéterminélecaractèrenévrotique mais aussil’intensitéde toutes mes
7amitiés.
1 Pour les études empiriques, cf. Jean-Pierre Almodovar, op. cit., p. 37: il présente les résultats des premières recherches américaines entreprises
dès1930 sous ladirection deD. Lévyetceux,concordants, des étudesde H. L. Koch (1956, 1960). Lesétudes citéespar DanielGayet confirment
cepoint.Pourl’expérienceclinique,cf.MarcelRufo,op.cit.
2EricWidmer,op.cit.,p.9.
3MarcelRufo,op.cit.,p. 34.
4Jean-PierreAlmodovar,op.cit.,p. 37,cf.noten°17.
5MarcelRufo,op.cit.,p. 79.Cf.J.LaplancheetJ.-B.Pontalis,op.cit.,p. 79.
6AlaindeMijolla,op.cit., p. 53.
7 Sigmund Freud, d’après Alain de Mijolla, op. cit., p. 54. Cf. Marthe Robert, La révolution psychanalytique. La vie et l’œuvre de Freud, Paris,
Payot,1964, 2002,p.56.
23PlusieursauteursontsoulignélescontradictionsdeFreudàce sujet, qui, vingtansaprès
cette déclaration, estime qu’il est à peu près impossible à un enfant âgé de seulement
quinzemoisd’êtrejalouxàlanaissanced’uncadet,pouraffirmerànouveaulecontraire
1quinze ans après . Si la mort prématurée de ce cadet a pu être cause de sentiments de
culpabilité, il semble que les sentiments hostiles de Freud enfant se soient plutôt portés
sur sa sœur Anna, de deux ans et demi sa cadette, avec laquelle il aurait entretenu
d’assez mauvais rapports, mais à laquelle l’aurait attaché « un intense lien affectif
2inconscient»,d’aprèsAlaindeMijolla .
Pourlespsychanalystes, la relation fraternelledépenddonc toujoursfortementde la
relation parents-enfants. Anna Freud, se fondant sur l’expérience analytique, l’énonce
clairement:
Les analyses d’enfants et les reconstructions d’analyses d’adultesnous apprennent que la relation de
l’enfant avec ses frères et sœurs est subordonnée à la relation qu’il a avec ses parents et en dépend. Les
membres de la fratrie sont normalement les pièces accessoires des parents, les relations entre eux étant
3gouvernéespardesattitudesde rivalité,d’envie,dejalousieetdecompétitionpourl’amourdesparents.
La rivalité fraternelle s’explique très bien par la problématiqueœdipienne, que ce soit
dans sapérioded’acmé (périodephallique, schématiquementde troisàcinqans), suiteà
des conflits œdipiens précisément non résolus (dans la période dite de latence), mais
4aussi dans sa reviviscence à l’adolescence (période pubertaire) . Ainsi, Marcel Rufo
«constate souvent,parmi les enfants qui viennent en consultation, qu’un grand nombre
des difficultés relationnelles entre les frères et les sœurs dans l’enfance sont le résultat
5deproblèmesœdipiensmal résolus » .
Dansun renversement de perspective, qui au fond aboutit au même résultat, Daniel
Marcelli considère même que les relations fraternelles sontun révélateur du conflit
œdipien : «La relation fraternelle est le révélateur de la déception œdipienne et d’une
certaine façon l’activateur de ce désir déçu: être l’unique enfant du couple, celui qui
6comble la mère et dont celle-ci se satisfait absolument. » La naissance d’unpuîné
7concrétise la réalité de la « scène primitive » , dont l’enfant est exclu, ce qui le relègue
doublement au second plan, derrière la relation du couple et derrière la relation
privilégiée du nouveau-né avec la mère. Commele signale Rufo, sauf cas de nouvelle
alliance parentale (où l’enfant peut être très jaloux du nouveau conjoint),«les jalousies
précoces ne sont que fraternelles. En quelque sorte, Œdipe n’est pas jaloux de son père,
8il est amoureux de sa mère ; en revanche, il peut être jaloux de son frère. » En somme,
c’est lecomplexe fraternel qui précèdele complexe d’Œdipe – au demeurant fils
unique,commele rappellefinementMarcelli: «Enproposantlemythed’Œdipe,destin
d’unenfant unique,ce queS.Freud tued’abord,cen’estpaslepère,c’estlafratrie.Car
c’estl’émergencedelafratrie quiéveillecolère,frustration etdéceptionenversla mère,
puis c’est sur la fratrie que se déploient la haine et la jalousie protégeant la figure des
9parents. » PourMarcelli,les relationsfraternelles sontdoncàconsidérernon seulement
1 Cf. Jean-Pierre Almodovar, op. cit, p. 32, et Daniel Marcelli, « Œdipe fils unique ou le lien fraternel comme tache aveugle de la théorie », in:
Visagesdelafratrie,Adolescence, tome11,n° 2,1993,p. 237.
2AlaindeMijolla,op.cit.,p. 64.
3D’aprèsJean-PierreAlmodovar,op.cit.,p. 32.
4 Cf. J. Laplanche et J.-B. Pontalis, op. cit., pp. 79-80. Après la puberté, le complexe d’Œdipe est finalement« surmonté avec plus ou moins de
succèsdans un typeparticulierdechoixd’objet[d’amour]» (p.80).
5MarcelRufo,op.cit.,p. 78.
6DanielMarcelli,op.cit.,p. 240.
7Cf.MarcelRufo,op.cit.,p.45.Cf.égalementMichelSoulé,op.cit.,p.11.
8 Ibid.,p. 287.
9 Daniel Marcelli,op. cit.,p. 239. Totem et Tabouapparaîtrait ainsi comme« uneconstruction défensivedeS. Freud, l’objectifdel’œuvreétantde
préserverlafratrieetdemasquerlafantaisie quiprécèdel’Œdipe: tuer sesfrères.» (Ibid.)
24comme un révélateur,maisaussicomme un salutairedérivateurdelanévroseœdipienne
(une possibilité de «dégagement»), à commencer chez Freud lui-même: «C’est par la
fratrie et à cause d’elle que S. Freud découvre le chemin de l’Œdipe mais c’est parce
1qu’il a une fratrie qu’il échappe au destin d’Œdipe […]. » Ce n’est pas seulement
envers Julius ou Anna, puis ses autres puînés, que Freud a pu éprouver des sentiments
hostiles,maisaussienverslefilsde sondemi-frèreaînéEmanuel, sonneveuet voisin, à
peine âgé d’un an de plus que lui, donc pratiquement son frère, et envers Philip, son
autre demi-frère, du même âge que sa mère – ce qui lui aurait permis de dénier à son
père, quiauraitpuêtre songrand-père, un rôlede rival,d’où sonchocàladécouvertede
son propre complexe d’Œdipe. Pour Ernest Jones, que reprend Marthe Robert, la
particulière complexité de sa constellation familiale d’origine a justement pu lui en
rendre plus aisée la découverte, par la « stimulation» qu’elle provoqua et «les
2occasions de refoulement total qu’elle offrait » . Car la relation fraternelle ne résout pas
le conflit œdipien, elle ledéporte seulement, lui offredes issues qui le soulagent tout en
le révélant, voireautorisedescristallisationspathologiques surlesfrèreset sœurs (d’où,
pour Marcelli, la double importance de leur prise en compte dans la pratique clinique).
L’enfant unique, lui, serait livré à la mégalomanie et à la sourde culpabilité d’avoir pu
ou su garder l’exclusivité de ses parents, eux-mêmes potentiellement en situation de
transfert de leurs propres désirs ou souvenirs fraternels(surtout si la situationd’enfant
3unique a été voulue) . Suivant la versionmasculine du mythe (et des analyses de
Marcelli), l’unicité confirme l’enfant dans «la conviction qu’il est l’uniqueobjet
d’amour de la mère, le père devenant de ce fait l’unique rival» (version «ascendante »
du destin œdipien), et renvoie au fantasmede Jocaste, au désir incestueux de la mère,
comblée par son fils unique, qui signifie que l’époux-père occupe désormais le second
4rang (version«descendante») . Al’inverse, sil’existencedelafratrieactivela«partie
nirvânique» de l’Œdipe (le fantasme de fusion dyadique avec la mère), elle en impose
aussila«partieobjectable»,à savoirlepartage avec lesgermains,cet«incontournable
5dela relationfraternelle » ,et replacelepèreaupremier rang.
Le germain ne joue donc pas seulement un rôle d’obstacle dans le complexe
œdipien, il peut également être pris pour substitut du père ou de la mère, dans un
processus de transfert des relations parents-enfant: «Lefrère symbolise le père ; la
6sœur, la mère; mais aussi le frère, la mère ; la sœur, le père » . Par exemple, un conflit
aveclefrèrepeutêtre un transfertdeconflit aveclepère,«lafrustration sedéchargeant
7plus facilement sur ce rival très accessible » . Marcelli présente aussi le cas d’un
adolescent dont les conflits avec la sœur ne sontque l’envers d’une soumission
excessive à la mère. Mais ce report peut également se lire sur un mode érotique, déjà
indiqué par Freud:«Le garçon peut reporter sur la sœur l’amour qu’il avait éprouvé
auparavant pour la mère dont l’infidélité l’a si profondément froissé […]. La petite fille
substitue son frère plus âgé à son père qui ne lui témoigne plus la même tendresse que
jadis, ou bien elle substitue sa plus jeune sœur à l’enfant qu’elle avait en vain souhaité
8du père. » Il peut se jouer à plusieurs niveaux de complexité, le vécu fraternel de
1 Ibid.
2 Ernest Jones, La Vie et l’Œuvre de Sigmund Freud, trad. Anne Berman, PUF, Paris, 1958, tome 1, p. 11, cité d’après Marthe Robert, op. cit.,
p.52 ; un peu plus loin, il est fait allusion aux quelques principaux événements de la petite enfance de Freud, dont«la jalousie causée par la
naissanced’unfrèreoud’une sœur»et« sa rivalitéavec sondemi-frèrePhilip » (p.56).
3Cf.DanielMarcelli,op.cit.,pp. 244-245.Cf.égalementDanielGayet,op.cit.,pp.100-101.
4 Daniel Marcelli, op. cit., pp. 239-240. Pour la composante incestueuse dans la relation mère-enfant, voir également Aldo Naouri,«Un inceste
sanspassageàl’acte»,in:FrançoiseHéritier et al.,Del’inceste,OdileJacob,Paris, 2000.
5DanielMarcelli,op.cit.,pp. 240-241.
6BernardBrusset,«Lelienfraterneletlapsychanalyse»,in:Psychanalyse universitaire,12,n°45,janvier1987,d’aprèsEricWidmer,p.10.
7EricWidmer,ibid.,en référenceàMichelSouléetDanielGayet,op.cit.
8SigmundFreud, Introductionàlapsychanalyse, trad.parS.Jankélévitch,Payot,1949,p. 223,citéd’aprèsAlaindeMijolla,op.cit.,p.55.
25chaque parent pouvant également se projeter, de manière inconsciente, sur leurs
enfants: par un phénomène transgénérationnel, «les anciens complexes fraternels que
1l’on croyait enfouis et dépassés» resurgissent . Ainsi Simone de Beauvoir estimait-elle
que sa mère s’identifiait à elle et reportait sur sa sœur cadette la jalousie qu’elle avait
2éprouvéeàl’égardde saproprecadetteLili,plusjeunedecinqans,lapréféréedupère .
La rivalité entre germains pour l’amour des parents est enfin unfacteur de
différenciation, processus essentiel dans la constructionde la personnalité, le germain
3étant à la fois objet d’identification et occasion d’une prise de distance . Pour Lacan,
d’après Almodovar, la jalousie infantile constitue « une identification mentale plus
4qu’une rivalité vitale » . Cette idée se trouve déjà chez Henri Wallon, pour qui les
réactions de jalousie, mais aussi de sympathie, qui apparaissent chez l’enfant entre neuf
mois et trois ans, «n’impliquent pas, comme il est communément admis, la notion
préalable de personnalité nettement distincte de la sienne»:«Au contraire, quand elles
5se produisent, il y a régression vers un stade d’indifférenciation relative » . La jalousie,
enparticulier,faitàlafoisconfondreetdistinguerMoietAutrui,elleest«participation
6contrastante quiannoncelemomentdel’individualisation » .Ainsi,lefait qu’« unaîné
réclame à nouveau le biberon ourefasse pipi au lit témoigne autant, sinon plus, de la
non-différenciation des rôles que vit l’enfantque d’une régression», d’autantque
l’enfantpeut rappeler lui-même«ladifférenced’âge qui l’opposeaunourrisson,leplus
7souvent en référence aux rôles et statuts qu’il occupe en différents lieux » . Almodovar
donne l’exemple d’un enfant de trois ans qui dit à sa mère, en train de nourrir son petit
frère:«Tu saismaman,ilfautpasdireàl’école quejeprendslebiberonparce qu’icije
8suis petit mais à l’école je suis grand » . Cette phrase révèle «le double registre sur
lequel se joue l’identification mentale quifonde la jalousie infantile: confusion avec
9l’Autre,affirmationduMoi » .
L’apprentissage de la différence passe aussi par celle de la tolérance. Pour Melanie
Klein, selonMarcelRufo,l’arrivéed’uncadetintroduitl’idéedejusticedanslafamille :
les parents sont«contraints d’établir des jugements, de procéder à des partages, à des
10négociations » . L’aîné doit apprendre à partager, faire des compromis, aménager son
espace et même sa manière de penser en fonction du cadet. Le deuxième enfant apporte
donc la «loi» dans la famille: «celle-ci régit le fonctionnement du groupe, mettant au
11second plan les relations passionnelles qui lient l’enfantunique à ses parents » , ce qui
ouvre à la rivalité fraternelle d’autres champs d’expression que celuicentré sur le
partage des parents. Mais le moindre sentiment d’injustice – chez l’aîné ou le cadet –
faitfacilementconclureàdespréférencesparentales.
Le thème de la frustration, donc de la rivalité, domine ainsi dans l’approche
psychanalytique, pour laquelle les actes de solidarité et d’amitié entre germains sont ou
suspects d’être des opérations de séduction vis-à-vis des parents, ou n’interviennent de
toutefaçon qu’endépassementdecette rivalité,par refoulementdes sentimentsnégatifs,
1 Alain de Mijolla, op. cit., p. 64. Cf. Anne Ancelin-Schützenberger, Aïe, mes aïeux!Liens transgénérationnels, secrets de famille, syndrome
d’anniversaireetpratiquedugénosociogramme,Epi/LaMéridienne,Paris,1993.
2D’aprèsAlaindeMijolla,ibid.Cf.SimonedeBeauvoir,Unemort trèsdouce,Gallimard,1964, 2006,p.46 (lelivreestdédiéà sa sœur).
3Cf.EricWidmer,op.cit.,p.10, en référenceàJ.F.Rabain,1988,op.cit.
4 Jean-Pierre Almodovar, op. cit., p. 36, d’après un article de Jacques Lacan:«Le complexe, facteur concret de la psychologie familiale », in :
HenriWallon,LaVieMentale, tomeVIIIdel’EncyclopédieFrançaise,Paris, Larousse,1938.
5HenriWallon,LesOriginesduCaractèrechezl’Enfant,Paris,PUF,1974,citéd’aprèsJean-PierreAlmodovar,op.cit.,p. 34.
6 Ibid.,p. 35.
7Jean-PierreAlmodovar,ibid.
8 Ibid.
9 Ibid.
10MarcelRufo,op.cit.,p. 288.
11 Ibid.
261transformés en sentiments positifs . Cela s’opèrepar intégration de la«loi» définiepar
les parents (leur puissance symbolique, notamment l’autorité du père, mais aussi les
règlesdu partage),etparnécessité (ce quinous renvoieen sommeau principede réalité
freudien ou encore à la partie «objectale» de l’Œdipe selon Marcelli). Ainsi Daniel
Gayetécrit-il:
L’aîné prendra progressivement conscience de l’impossibilité de faire disparaître l’intrus ; il sait
obscurément qu’en tout état de cause, s’il causait la mort de son cadet, il ne retrouverait pas l’amour
exclusif de ses parents. Bien plus, il s’attirerait leur haine. Voilà pourquoi, on aboutit à une situation de
2compromisoùl’actiondu refoulementdébouchebongrémalgré surl’acceptationdel’amourpartagé.
Freudlui-mêmedonnele tondansIntroductionàlapsychanalyse:
Lejeuneenfantn’aimepasnécessairement sesfrèreset sœurs,etgénéralementilnelesaimepasdu tout.
Il est incontestable qu’il voit en eux des concurrents, et l’on sait que cette attitude se maintient sans
interruption pendant de longues années, jusqu’à la puberté, et même au-delà. Elle est souvent remplacée
ou, plutôt, recouverte par une attitude plus tendre mais, d’une façon générale, c’est l’attitude hostile qui
3estlaplusancienne.
Mais ce phénomène de solidarité fait justement contester à certains chercheurs
d’orientation psychanalytique eux-mêmes la réduction de la relation fraternelle à la
problématique œdipienne, comme le signale Eric Widmer: «plusieurs d’entre eux
reconnaissent une certaine indépendance des relations fraternelles par rapport aux
parents, et admettent que la rivalité pour l’amour des parents n’est pas un schème
universel, présent dans toutes les cultures, et par lequel peuvent se comprendre tous les
4processus » . Des études anthropologiques le suggèrent en effet, qui constatent peu de
conflits et de jalousie dans certaines populations –ce qui remettrait en cause
5l’universalité souventprêtéeaucomplexedeCaïn (voireaucomplexed’Œdipe) .
Dans nos sociétés modernes, les comportements hostiles ne seraient d’ailleurs pas
très fréquents quand l’écart d’âge entre l’aîné et le cadet est ou inférieur à deux ans ou
6supérieur à quatre ans (et encore moins au-delà de six ans) , c’est-à-dire précisément en
dehors de la problématique œdipienne: car l’aîné n’est pas encore arrivé à ce stade ou
l’a déjà dépassé à la naissance du cadet ou quand ce dernier y entre à son tour. L’écart
d’âgeapparaîtainsidéterminant:d’aprèslesétudesaméricaines surdesfratriesdedeux
enfants (déjà évoquées) sur lesquelles se base Almodovar, «lorsque l’écart d’âge est
supérieur à quatre ans, les enfants ont tendance à établir des relations d’indépendance
7l’un vis-à-vis de l’autre, et montrent peu de réactions d’hostilité entre eux. » A
l’inverse, «en-dessous du seuil de dix-huit mois, la relation qui s’établit entre les
8enfants sembleamicaleetmêmeprotectrice vis-à-visdel’extérieur » .Onpeutmême la
compareraux relationsgémellaires: selonH.L.Koch,lorsquel’écartd’âgeestinférieur
à deux ans, il s’établit entre les enfants « une authentique relation de compagnonnage et
même de dépendance mutuelle qui rappelle celle que l’on observe chez les enfants
9jumeaux. » Cetteidéeest repriseparMarcelRufo:
1 Cf. Eric Widmer, op. cit., pp. 9 et 10 (en référence à J. F. Rabain,«L’enfant et la jalousie. Perspectives psychanalytiques», Lieux de l’enfance,
1988,n°16,pp. 39-64).
2DanielGayet,op.cit.,p. 72.
3SigmundFreud,citéparAlaindeMijolla,op.cit., pp.54-55.
4EricWidmer,op.cit.,pp.10-11.
5 Ibid.,p.11. Lecaractère universel du complexed’Œdipe (cf. Laplanche et Pontalis, op. cit.,p. 80)estlui-même souvent remis encause,deRené
Zazzo (simple mise en doute: cf. Le Paradoxe des jumeaux, Paris, Editions Stock / Laurence Pernoud, 1984, p. 194), à Malinowski. Cf. à ce sujet
JacquesVanRillaer,Les illusionsdelapsychanalyse,PierreMardaga,Liège,1980,pp. 308-313.
6D’aprèsMarcelRufo,op.cit.,p.43.
7Jean-PierreAlmodovar,op.cit.,p. 37 (surlabasedesétudesdeH.L.Koch).
8 Ibid., sebasant sur uneétudedeM.Sewall (1930).
9H. L.Koch (1956,1960),d’aprèsibid.
27Penser que l’on va avoir un cadet est pour l’aîné une découverte singulière. Seuls en sont préservés les
enfants de moins de 18 mois. Leur âge ne leur donnant pas accès à des souvenirs conscients – c’est ce
que l’on appelle en psychologie l’«amnésieinfantile» –, ils ont le sentiment d’avoir toujours vécu avec
un frère ou une sœur. Leurs relations fraternelles sont souvent proches de celles qui se tissent entre les
jumeaux mais s’en distinguent, tout simplement parce que les parents ne les élèvent pas comme des
1
jumeaux.
Sil’affectiondesparentsn’enestpas moinsdifficileàpartager,lecouplegémellaireest
généralement particulièrement soudé, et la jalousie s’exprime surtout à l’encontre des
2rivaux amoureux extérieurs, les véritables intrus (belles-sœurs et beaux-frères) . Freud,
nous l’avonsvu, a lui-mêmeévoqué un temps la quasi-impossibilité pour un enfant âgé
de quinze mois d’être jaloux à la naissance d’un cadet. Il a eu aussi, dans le cadre de la
dimension de rivalité, l’intuitiond’une certaine indépendance de la relationfraternelle
par rapport à la relation aux parents, quand il donne comme raisons au conflit fraternel
certes«ledésirdechacundemonopoliserà sonprofitl’amourdesparents», maisaussi
3«la possession des objets et de l’espace disponible » . Il précise alors que « [l]es
sentiments hostiles se portent aussi bien sur les plus âgés que sur les plus jeunes des
frères et sœurs», en citant Bernard Shaw: «S’il est un être qu’une jeune femme
4anglaise haïsse plus que sa mère, c’est certainement sa sœur aînée. » S’il semble ainsi
que le sentiment de jalousie existe dès l’âge de neuf mois, quand l’enfant acquiert le
5statut de« sujet » , et qu’il puisse donc concerner le cadet, qui doit partager l’attention
des parents, en particulier celle de la mère (en dehors de la problématique œdipienne –
sauf à la considérer comme très précoce, à la suite de Melanie Klein), l’hostilité du
cadet à l’égard de l’aîné peut se comprendre soit comme réaction à celle manifestée
6d’abord par ce dernier , soit comme envie de bénéficier des mêmes privilèges, avant de
connaître soi-même une jalousie de type œdipien – surtout dans le cas d’un écart d’âge
de deux à quatre ans, lorsque aîné et cadet traversent en même temps la période
œdipienne, et éventuellement à la naissance d’un nouvel enfant. Comme le signale
MarcelRufo:
Chaque nouvelle naissance dans la famille ravive les rivalités tout en modifiant la donne. L’arrivée d’un
petit troisième transforme le cadet en enfant du milieu, à son tour confronté à la rivalité avec un plus
petit que lui ; l’aîné, consterné, sait qu’il va devoir à nouveau supporter les«caprices»d’un petit et que
7sesparents serontencoremoinsdisponiblespourlui.
Nous touchons en fait ici aux limites du concept de«complexe de Caïn», au piège
de l’approche métaphorique, indiqué par Almodovar:«la métaphore mythique, de par
8sonpouvoirimageant, enferme toutela théoriedans leslimitesdece qu’elle suggère» .
Ce qu’elle gagne en impact, elle le perd en précision clinique, «en laissant échapper la
9réalité » . Sans doute faut-il considérer le complexe de Caïn, histoire exemplaire de la
frustration de l’aîné (surtout âgé de deux à quatre ans à la naissance du cadet), comme
faisant partie d’un «complexe fraternel» plus général, certes lié au complexe d’Œdipe,
mais sans s’y résumer nécessairement. Contrairement à Marcelli, pour qui les relations
fraternelles ne peuvent que demeurer «la tache aveugle de la théorie»psychanalytique,
1MarcelRufo,op.cit., p. 28.
2Cf.RenéZazzo,op.cit.,p. 202.VoirégalementSylvieAngel,op.cit.,p.92,en référenceàLuigiGedda,etMarcelRufo,op.cit.,p.171.
3SigmundFreud,in:Introductionàlapsychanalyse,citéparAlaindeMijolla,op.cit.,p.55.
4 D’après Alain deMijolla,ibid. On remarqueraavecDanielGayet (op. cit.,p. 66) qu’Abel la victime sacrifieprécisément lespremiers-nésde son
troupeau…
5Cf.HenriWallon,d’aprèsMarcelRufo,op.cit.,p. 39.
6Cf.DanielGayet,op.cit.,p.80.
7MarcelRufo,op.cit.,p.45.
8Jean-PierreAlmodovar,op.cit.,p. 30.
9 Ibid.,p. 31.
28puisqu’elles sont toujours rapportées au final à un complexe basé surune figure
1d’enfant unique, on peut penser qu’il n’est pas si«impossible » de conférer au
complexe fraternel un caractère spécifique, dans la mesure où le cas simple et extrême
d’Œdipen’estjamais censé qu’être un paradigme de toute relationfiliale,fratrieou pas,
etoùlegermainn’estpas qu’unobjetde transfert, mais unobstacle réelincontournable,
un individu à part entière avec qui se construit une relationpersonnelle particulière.
Ainsi,pourMarcelRufo:
[…] le fait d’affirmer que le frère « rival» est un représentant par déplacement du pèreœdipien et de
considérerl’investissementdela sœurpour sonbébédefrèrecomme un substitutdespremières relations
vécues avec la mère risque de faire perdre aux relations fraternelles leur spécificité.Or l’une des
caractéristiques très particulières de la fratrie tient à ce qu’elle entraîne des rivalités affectives
2immédiatesdansla viedel’enfant.
Daniel Gayet a tenté de démontrer l’autonomie du complexe fraternel, en le
définissant comme fondamentale ambivalence affective entre les deux extrêmes que
constituent le désir de séduction et le désir de destruction, l’attirance et l’hostilité,
l’amour et la haine, l’inceste et le fratricide, ambivalence qui caractérise les complexes
enpsychanalyse (notammentlecomplexed’Œdipe),mais qui,danslecadrefraternel, se
concentrerait sur un seul et même individu, le germain, à moins que la fratrie ne soit
suffisamment étendue pour permettre une répartition (inégale et toujours ambivalente)
3de ces sentiments sur ses différents membres . On peut même penser que l’histoire de
Caïn est incomplète: «il aurait falluqu’une sœur intervînt, puisque, dans ce cas, on
4aurait plus facilement conçu une quelconque tentation incestueuse » (même si l’inceste
homosexuel existe aussi). Après Otto Rank, Paulette Cahn mentionne ainsi la trace
d’une croyance en l’existence d’une sœur jumelle d’Abel, source de rivalité entre les
5deux frères . Sachant la grande variété possible des versions d’un même mythe, on peut
conjecturer que«la forme la plus complète du mythe de Caïn devait comporter trois
personnages: deux frères et une sœur ou deux sœurs etun frère mettant en scène la
6double tentationdel’incesteetdumeurtrefratricide » . (Danslamythologieégyptienne,
Osiris, tuépar sonfrèreSeth,est ressuscitépar sa sœuretépouseIsis.)Alain deMijolla
insiste également sur la coexistence de désirs de mort et de désirs érotiques dans la
relationfraternelle,etMarcelRufo souligneà son tour que«lejalouxestenproieà une
constante ambivalence de sentiments, il aime et hait tout à la fois. Il en souffre, et,
7souvent,culpabilise » .Souvenons-nousdeRemus,«enterré surl’Aventinavec tousles
8honneurs par Romulus désolé de son mouvement criminel de colère» . Ou encore de la
thèse freudienne d’une«haine primitive» intense de Napoléon contre son frère Joseph,
transformée et « surcompensée» en amour tout aussi extrême, tandis que «l’ancienne
9agressivité […] n’attendait que d’être déplacée sur d’autres objets. » Une remarque de
Freud à ce propos va tout à fait dans le sens d’une ambivalence du complexe fraternel:
«C’estlà unfaitcurieux,etonlecomprend (pas toutàfait),maisonapuobserveravec
certitude que justement ces motions infantiles excessives tendent à se retourner en leur
1DanielMarcelli,op.cit.,pp. 242et 248.
2MarcelRufo,op.cit.,p. 287.
3Cf.DanielGayet,op.cit.,p. 65.
4DanielGayet,op.cit.,pp. 67-68.
5 Paulette Cahn, La relation fraternelle chez l’enfant, Paris, PUF, 1962, p. 164, d’après Daniel Gayet, op. cit., p. 68. Cf. Otto Rank, Das
InzestMotivinDichtung undSage.GrundzügeeinerPsychologiedesdichterischenSchaffens,Darmstadt,WissenschaftlicheBuchgesellschaft,1974.
6DanielGayet,ibid.
7MarcelRufo,op.cit.,p.46.Cf.AlaindeMijolla,op.cit.,pp.55et 64.
8JoëlSchmidt,Dictionnairedelamythologiegrecqueetromaine,Paris,Larousse,1985¹,1991,p. 270 (article«Remus »).
9SigmundFreud,Correspondance1873-1939,pp.471-472,citéd’aprèsAlaindeMijolla,op.cit.,p. 65.
291contraire. Le rival haï devientunêtreaimé. » La description que donne Lacan du
«complexefraternel» dès1932, pour expliquer la paranoïa d’autopunition, ne ditpas
autrechose (d’après Marcelli): il conduità« une forme d’homosexualité, où haine et
désir fratricidessont lesvecteurs actifs même s’ilssontparfoistransformés en leur
2contraire: respectetdévotiond’allureamoureuse» .
Le point de vue psychanalytiquenous apprend donc plusieurs chosessur la relation
fraternelle: d’abord, qu’elle dépend toujours de la relation parents-enfants – de manière
logique, puisqu’au fondement de la fratrie se trouvele partage desparents –, et ce
particulièrement dans la période œdipienne, marquée paruneforte rivalitéfraternelle
3pour l’amour desparents (voire pour celuides grands-parents ), sanspouvoirpour
autants’yréduire ; ensuite, quela présence du germain constitue une possibilitéde
dégagement de la névroseœdipienne etunfacteur constructif de différenciation par
l’expérience de la jalousie et dupartage obligé ; enfin, queles relations fraternellessont
placéessous le signe de sentiments ambivalents,entreamour et haine – ce qui reste
encoreà préciser. Eric Widmerreconnaît ainsiàla psychanalyselajustessede«l’idée
que le lien horizontal qu’est la germaniténe peut se comprendre sans la référence au
lien vertical» et le mérited’avoir «découvert l’importance du germain pour la
4construction de l’identité individuelle» . Mais l’approche psychanalytique se concentre
essentiellementsur la petite enfance (oùseconstituent les complexes) et ne rend pas
comptedeladimension «horizontale»delagermanitédans son fonctionnementfactuel
ordinaire. Il s’agit maintenantpour nous de déterminer l’importance et les modalités de
cette relationhorizontale de germain à germain, indépendamment de la relation aux
parents etdanslecadredecettedépendance,dans l’enfance, à l’adolescence puisàl’âge
adulte, tâche que s’est récemmentassignéela psychosociologie.
Fig. 1 : Dimension verticale du lien de Fig. 2 : Schéma pyramidal en trois
germanité(intrication de triangles de dimensions, quimet en évidence le plan
type œdipien). relationnel horizontal tissé entre les
germains (à partir de trois).
2. Partage de l’intimité : les modalités de la relation fraternelle en
psychosociologie
En tantque relation sociale, la relation fraternelle relève typiquement du domaine
d’études de la psychosociologie. Et comme pour toute relation sociale, c’est le temps
partagé qui la construit:«Lafratrie seconstruitsurune relation affectiveimposée.
Celle-ci, comme dans la plupartdes formes d’attachement, s’établitsur la quotidienneté,
les chosespartagées:les lieux de vie, lesrepas […]. Les attachements naissent donc de
5l’expérimentation prolongée et des expériencesrépétées. » L’enfance et l’adolescence,
1 Idem.
2 DanielMarcelli,op.cit., p. 247.VoirBernardBrusset,op.cit.
3 Cf.MarcelRufo,op. cit., p. 121.
4 EricWidmer,op.cit., p. 11.
5 MarcelRufo,op. cit., p. 18.
30temps de partage d’intimité obligée, sont donc essentiels à la constitution du lien de
germanité. Autant l’enfance apparaît comme une période-clé pour la construction de la
personnalité–nous tenterons de préciser l’importance de la présence de germains à cet
égard–, autant l’adolescence en est une pour les relations fraternelles, au moment où
l’on commence à s’émanciper de ses parents pour s’intéresser davantage à ses pairs:
car, sauf grande différence d’âge, les germains font partie de la même génération. C’est
la raison pour laquelle Eric Widmer a consacré aux adolescents sa remarquable étude
psychosociologique des relations fraternelles, sur les analyses et les conclusions de
laquelle nous allons en grande partie nous appuyer, dans la mesure où l’on peut en tirer
un cadre théorique et des enseignements à portée générale, au-delà des résultats
1statistiques particuliers à l’échantillon retenu . Nous lui empruntons son organisation
autour de trois concepts essentiels, qui correspondent aux trois dimensions
fondamentales d’exercice du lien de germanité: l’opposition, la coopération et la
différenciation.
a. Opposition
L’approche psychanalytique de la relation fraternelle est centrée sur l’axe
d’opposition, au sens de « rivalité», c’est-à-dire de «concurrence de personnes qui
2prétendent à la même chose » , à savoir l’amour des parents. La rivalité fraternelle
s’explique en grande partie, nous l’avons vu, par la problématique œdipienne, quand il
s’agit de partager l’amour des parents. Mais on peut se demander si elle ne se nourrit
pas aussi de frustrations d’un tout autre type, induites par l’obligation et les conditions
de la vie en commun, indépendamment de la relation aux parents. L’approche
psychosociologique va ainsi étudier la dimension d’opposition fraternelle
principalement comme «conflit», c’est-à-dire en tant que «fait social», comme acte
d’extériorisation, comme antagonisme exprimé et manifesté sous forme de disputes
(avec énervement, colère) ou de bagarres (avec violence au sens d’usage de la force
3physique ), donc comme une situation d’affrontement dont il s’agit d’évaluer la
fréquenceetl’intensité,etdedéterminerlescauses.Elleledistinguedes« sentimentsde
rivalité»: la jalousie, dans ses deux versants, comme peur de perdre unavantage, une
exclusivité, par la faute d’un intrus (comme chez l’aîné à la naissance d’un cadet), et
4comme envie (désir de posséder les propriétés et privilèges d’autrui) ; le sentiment de
compétition (être deux à désirer les mêmes biens ou avantages, encore à conquérir) ;
enfin toutelagammedes sentimentsd’hostilité,enparticulierl’agacement (sentimentle
5plus avoué dans le cadre d’enquêtes ou d’interviews psychosociologiques ), mais aussi
le ressentiment et la haine (sentiments négatifs plus souvent tus ou refoulés, mais dont
on peut considérer qu’ils se manifestent de manière implicite et extrême dans les actes
1 Il s’agit de collégiens genevois de 15 à 19 ans, ce qui correspond à peu près aux lycéens français, voire allemands (étant donné une sélection
sociale certaine). Eric Widmer n’a retenu pour l’analyse que des dyades de fraternité germaine, c’est-à-dire de même père et même mère, en
excluant les cas particuliers des demi-germains, des jumeaux, des germains adoptés et des germains handicapés (cf. pp. 24-25). Nous tenons à
préciser que, par souci de lisibilité, nous avons renoncé à signaler dans notre synthèse chacune des formulations empruntées de-ci de-là à Eric
Widmer, saufcitationlongueouexpressionparticulièrementoriginale.Maisnous renvoyonschaquefoisauxpagesconcernées.
2D’aprèsledictionnaireLarousse.
3C’estence sens qu’EricWidmerenquête surla violencedanslesfratries (cf.p.58).Nousparleronsdela violencecommeabus sexuelet violence
psychiquedanslechapitreconsacréàla questiondel’inceste.
4 Nous ne suivons pas ici la stricte séparation conceptuelle opérée par Eric Widmer (op. cit, pp. 86-87) entre les notions de jalousie et d’envie, car
l’envie est une forme de jalousie. Cf. le dictionnaire Larousse, article«Jalousie ». Premier sens: «Sentiment d’inquiétude douloureuse chez
quelqu’un qui éprouve un désir de possession exclusive envers la personne aimée et qui craint son éventuelle infidélité» (sens amoureux, donc
sensœdipien).Deuxième sens: «Dépitenvieux ressentiàla vuedesavantagesd’autrui» (sensplus«horizontal »,matérialisteoudifférenciant).
5Cf.EricWidmer,op.cit.,p.88.
31de violence). Ces deux aspects sontnaturellement fortement corrélés,puisque le conflit
est généralement l’expressionde sentiments de rivalité –même s’il est vrai que
l’hostilité «peut rester cachée et ne pas déboucher sur des actes», de même qu’«on
1peutconnaîtredesconflitsfréquentsavec unepersonne sanslahaïroulajalouser » .
D’après Eric Widmer, le psychosociologue Felson fut l’un des premiers à proposer
unautre typed’explication:
Pour lui, le conflit fraternel ne trouve pas ses origines dans le complexe d’Œdipe et ses dérivés,mais
dans la compétition entre germains pour l’obtention des biens rares. […] [A savoir]la possession
d’objetsetlapréséancedansl’utilisationdesinfrastructuresdomestiques,en relationavecdesproblèmes
de droit: droit d’utilisation, de propriété, distribution des ressources parentales, espace réservé (Raffaeli,
2
1992),divisiondu travail.
3Ce type d’explication « réaliste » , puisqu’il s’agit de biens réels, et non affectifs ou
abstraits, que semble à première vue confirmer l’expérience des objets et occasions de
conflit, n’est pas validée par Widmer, en tout cas pour son échantillon d’adolescents
occidentaux actuels. Partant de l’idée de Felson, c’est-à-dire de l’hypothèse que les
conflits sont corrélés avec les interdépendances des temps (moments, repas partagés),
des activités (discuter, jouer, faire du ménage, du sport ouunhobby ensemble), de
l’espace (même logement familial) et des objets (ceux en copropriété), Widmer
démontre en effet par plusieurs biais – la présence d’autrui, la fréquence des activités
communes, l’exiguïté des territoires, lepartagedesobjets – que les fratries cohabitantes
ont à peu près le même niveau de conflits, quel que soit leur niveau d’interdépendance.
Sans doute cette hypothèse propose-t-elle« un effet trop mécanique du matériel sur le
4relationnel » .
Il faut donc recourir à des explications nonmatérialistes pour rendre compte de la
dimension conflictuelle horizontale de la relation fraternelle, c’est-à-dire considérer
qu’elle ne s’explique pas par la seule recherche de satisfactions matérielles. Le cas du
partage des objets est à cet égard significatif: «la possession commune d’objets ne
dépend pas seulement d’une logique externe, liée, par exemple, aux possibilités
financières de la famille, mais est l’expression, aussi, d’une logique de la relation: si
5l’on s’entendbien, on a un peu plus tendance à posséder en commun. » Or on peut
considérer que «[s]i l’on ne s’entend pas c’est parce que l’on est différent »: de
manière générale, la différence est productrice de conflits, «parce qu’elle rend souvent
6l’interactionplus compliquée,l’orientationdes personnesn’étantpas la même » .Ainsi,
certaines différences socioculturelles (différences idéologiques, différences dans le
réseaude sociabilitéetleslieuxde sortie)peuventêtrecorréléesavecleconflitfraternel
à l’adolescence. Le processus de différenciation est donc autant propice au conflit que
celui-cienest unedesmodalités,commenousle verronsparla suite.
C’est la présence incontournable du germain dans la famille qui apparaît comme le
facteur conflictuel déterminant.Widmer constate en effet que la plus forte des
interdépendances concerne le «partage du domicile» et que la décohabitation entraîne
une forte disparition des conflits: «La corésidence rend le lien fraternel
7incontournable», safin«faitchangerla relationde statut. » Silehautniveaudeconflit
1EricWidmer,op.cit.,p. 32. Maisildémontre statistiquementl’évidentecorrélationentreconflitsetsentimentsde rivalité (pp.98-99).
2 Ibid.,pp. 35-36.
3Coser (1982),d’aprèsWidmer,p. 35.
4 Ibid.,p. 38.
5 Ibid.,pp. 37-38.
6 Ibid.
7 Ibid.,p. 36.
32de la relationfraternelle est bien lié à l’intimité imposée par la résidence commune,
c’est avant tout pour des raisons structurelles (et non matérielles). Car «aucune relation
n’échappe entièrement au conflit, qui est au cœur de la vie sociale», tout
particulièrement familiale: un peu paradoxalement,«c’est avec les personnes proches
1que l’on sedisputele plus » .Cela s’explique par lefait que «les relations delafamille
nucléaire impliquent les personnes entièrement, contrairement aux autres liens sociaux
(dont les liens professionnels) qui ne concernent qu’une partie bien délimitée de
l’individu»:«Toutes nos caractéristiques sociales et psychologiques sont concernées
dans l’interaction avec les familiers. Cette situation tolère moins la neutralité et rend
2plus sensibleauxactesouparolesd’autrui ;decefait,elleestproductricedeconflits. »
La«logiquedela réciprocité»aégalement uneffetd’entraînement:
La colère provoque la colère, le conflit mène au conflit. Selon Peterson (1983), la réciprocité des actes
est à l’origine de l’escalade dans de nombreux conflits. Si, plus encore que d’autres relations, la
germanité est fondée sur la réciprocité, on comprend comment des conflits, au départ peu importants,
3débouchent sur unétatdeguerrepermanent,parlejeuincessantdes vendettas.
Celaexpliqueraitlephénomèneassezcourantdela violencedanslesfratries:«en règle
générale, plus les conflits sont fréquents, plus ils sont violents. […] les frères et sœurs
se voyant régulièrement utilisent plus fréquemment la violence physique que les
4autres » .
Au caractère structurellement conflictuel de la situation d’intimité s’ajoute le fait
quelaprésencedugermainestimposée :
[…] le lien fraternel est imposé et non choisi. La rupture est très difficile, car elle signifierait un
éloignement du groupe familial dans son entier pour l’un des germains. Si maris et femmes peuvent
divorcer [facilement dans les sociétés occidentales actuelles], si des amis peuvent se perdre de vue, les
germains n’ont pas cette possibilité durant l’enfance et l’adolescence. Cette condamnation à la présence
de l’autre a sans doute deux effets qui se renforcent: d’une part, elle fait augmenter la frustration,
puisque le mécontentement ne peut s’exprimer par aucune rupture ; en second lieu, elle autorise un
certain relâchement du respect dû à autrui, puisque, quoi qu’il arrive, la relation perdure. Le germain est
donc un partenaire particulièrement adéquat pour le conflit puisqu’il partage avec le sujet à la fois une
communauté de vie familiale et une communauté sociale, du fait de leur appartenance à la même
5
génération:legermainn’apascetteautorité qui rendlesdisputesaveclesparentsplusdélicates.
Lelienfraternelapparaîtainsicomme «lelieuidéaldeladispute»:non seulementila
davantage de solidité que les relations amicales, mais le conflit fraternel est sans doute
6moins«dysfonctionnel»pourle systèmefamilial quelesautresconflitsfamiliaux .Car
«la relationfraternelle a une faible importance fonctionnelle, en comparaison avec les
deux autres relations présentes dans la famille nucléaire»: elle n’est «pas aussi vitale,
à la fois pour le groupe familial et pour l’individu, que la relation conjugaleou la
relationparents-enfants, quiassumentdes tâcheséconomiques,culturelleset socialesde
7base » . Selon Bernard Brusset, la taquinerie serait un mode de communication très
8efficaceentregermains…
La dimension conflictuelle horizontale de la relation fraternelle apparaît enfin
fortement dépendante de la dynamique familiale générale, en particulier de la relation
1 Ibid.,p. 31,en référenceàHinde (1979)etSprey(1971).
2EricWidmer,op.cit.,p. 34,en référenceàSimmel,1992.
3 Ibid.
4 Ibid.,p. 63.C’estdecettelogiquede réciprocitéetd’entraînementparexacerbationdes susceptibilités que relèvelemythedeRemusetRomulus.
5EricWidmer,op.cit.,pp. 34-35.
6 Ibid,pp. 34et 35.Voirnoten°121.
7 Ibid.,p. 34.
8Cf.BernardBrusset,«Transfertfraterneletgroupe »,in:MichelSoulé,op.cit.,pp.119-120et131-132.
33verticale parents-enfants, les inégalités de traitement et les conflits parents-enfants
incitant au conflit fraternel. Il existe clairement une relation entre la préséance accordée
à l’un des enfants par les parents et les tensions et conflits entre germains. Ce sont en
effet les parents qui établissent les différents droits, qui décident de la répartition des
biens rares entre leurs enfants. Songeons à la rancœur toujours perceptible d’Anna
Freud,privéedepianoàcausede sonaînéSigmund, queceladérangeait :
Lorsque j’avais 8 ans,mamère qui était très musicienne, voulut me faire étudier le piano et je
commençai sur l’heure à m’exercer. Bien que la chambre de Sigmund ne fût pas proche du piano, le son
le dérangea. Il fit appel à ma mère pour que ce piano soit enlevé si elle ne voulait pasqu’il quitte
définitivement la maison. Le piano disparut et, avec lui, toute possibilité pour ses sœurs de devenir
1
musiciennes.
Widmer démontre que la fréquence des conflits augmente avec l’intensité des inégalités
parentales (telles que perçues par les adolescents). Constatant que des inégalités moins
«affectives» qu’une préférence parentale nette (manifestée par des marques
d’affection) favorisent également les conflits fraternels, à savoir l’inégalité dans la
répartition des biens rares (comme l’argent) et la présence de privilèges (plus de
confiance,de tolérance, de liberté, moins de services à rendre à la maison), il suppose
que «les inégalités parentales sont déterminantes non seulement parce qu’elles
remettent en question le lien vertical, mais également parce qu’elles contredisent les
formes de l’équité dans la distribution des biens rares et des privilèges, en sus des
2considérations affectives » . Si la questiondes inégalités parentales rejoint le point de
vue psychanalytique de compétition pour l’amour des parents (dans le cas d’une
préférence marquée, mais aussi dans la mesure où toute préséance peut s’interpréter
ainsi), elle s’avère donc aussi un problème de justice distributive, dont les parents sont
3censés être les garants (idée déjà introduite en psychanalyse par Melanie Klein) . C’est
ce sentiment d’injustice – liée à une préférence maternelle pour l’aîné– qui ressort de
l’histoire rapportée par Anna Freud. L’injustice dans le partage n’est toutefois pas
nécessairement liée à une préférence parentale, mais souvent aux inégalités d’âge, donc
4de capacités, entre les germains – ou à uncontexte social inégalitaire, dans le cas de
privilèges arbitrairement conférés par le rang de naissance (droit d’aînesse). Si la
jalousie de type œdipien concerne en premier lieu l’aîné – avant que le cadet n’atteigne
lui-même ce stade –, ce dernier n’en est pas moins jaloux, mais plutôt sur le mode de
l’envie:
Le cadet nourrit, assez largement, des sentiments d’envie à l’égard de son grand frère ou de sa grande
sœur en raison des prérogatives dues à l’avantage de l’âge. L’aîné gagne aux jeux, court plus vite [envie
de l’ordre de la compétition différenciatrice], se voit offrir un superbe vélo à Noël ou accorder
l’autorisation de sortir avec des amis… [envie plus matérialiste, mais aussi question de justice
5distributive] .
Le plus ou moins grand interventionnisme parental constitue une autre forme
d’inégalité,égalementliéeàlafréquencedesconflitsentregermains:
[…] les parents s’impliquent plus souvent pour soutenir le germain le plus faible, c’est-à-dire le cadet,
voire la fille dans une fratrie mixte. Leur intervention modifie l’équilibre du pouvoir entre les germains
1AnnaFreud,citéeparAlaindeMijolla,op.cit.,p.52 ; reprisparEricWidmer,op.cit.,p. 39.
2EricWidmer,op.cit.,p.41.
3D’oùlafortenormed’égalité quiexistedansl’affectiondonnéeparlesparents (cf.EricWidmer,op.cit.,p.40),maisaussidansla répartitiondes
biens rares (égalitarisme).
4Cf.ibid.,p.56.
5MarcelRufo,op.cit.,p.46.
34au profit du dominé ; le conflit devient donc pour lui une occasion d’améliorer sa situation. De ce fait, il
le recherchera. Selon Felson, les parents ont donc le choix entre une politique non interventionniste, liée
à de grandes inégalités de pouvoir entre leurs enfants mais aussi à un ordre pacifié, et une politique
1interventionniste quicréedavantaged’égalité,maisaussiplusdeconflits.
Mais le sens de la causalité peut être inversé, d’autant que la stratégie de la
nonintervention laisse le champ libre à la tyrannie de l’aîné, aux ressources de pouvoir
supérieures. Ainsi Widmer oppose-t-il à la théorie de Felson «le fait que les fratries les
plus inégalitaires sont, au contraire de ce qu’il postule, celles où les conflits sont plus
2fréquents. » Conflitsetinégalitésdepouvoir sontd’ailleurslogiquementliéspuisquele
conflit est un moyen d’obtenir quelque chose et d’affirmer son pouvoir. Il remarque
également que« sil’interventionparentaleestfréquente, ellefaitleplus souventpreuve
3d’impartialité dans son action » : les cadets sont à peine plus appuyés que les aînés. Ce
cas minoritaire peut s’expliquer chez la mère par l’instinctde conservation en faveurdu
plus faible et une proximité sentimentale plus forte, mais aussi d’un point de vue
systémique, puisque les conflits familiaux interagissent. Widmer constate ainsi que les
aînés sont beaucoup plus en conflit avec les parents que les cadets: la situation
conflictuelle avec l’aînénemotiverait pas les parents à le soutenir, ce qui s’accorderait
au désir du cadetde modifieren safaveur la relation à son aîné, enfaisantintervenir les
parents.
Il faut en effet considérer la famille comme un « système en conflit», et le conflit
fraternel ne peut être compris sansréférence aux autres conflits familiaux. D’après
Widmer, la famille est généralement prise dans une logique de diffusiondes conflits:
«les conflits conjugaux stimulent les conflits parents-enfants, qui eux-mêmes
4engendrent des conflits entre les enfants » . Cependant, si la corrélation entre les
conflits parents-enfants et les conflits fraternels est forte, le lien entre les conflits
conjugaux et les conflits fraternels est faible: «plus les conflits conjugaux sont
nombreux, plus les conflits fraternels sont rares: les germains ont donc parfois la
5faculté de se coaliser pour faire face au conflit conjugal » . En fait,«il y a une logique
indirecte de diffusion du conflit conjugal [via la relation parents-enfants] et une logique
6directe de compensation», mais dont l’impact est moins important . Par ailleurs, on
pourrait penser que la situation oùun seuldes germains est en conflit avec les parents
stimuleleconflitfraternel (lesautresgermainspouvantpencherducôtéparental).Orles
données de Widmer, qui se réfèrent à des dyades, indiquent que«la situation la plus
productricedeconflitsapparaît quandlesdeuxenfants sontenconflitaveclesparents»,
ce qui vabiendansle sensdel’hypothèsed’un «renforcementdesdifférentsconflitsles
uns par les autres», et non dans celui d’un rééquilibrage. Notons enfin que «[l]es
conflits parents-enfants et les conflits conjugaux dépendent de l’insertion des individus
dansla sociétéglobale (problèmesprofessionnelsdesparents,problèmes scolaires,etc.).
Le conflit fraternel est donc la résultante de processus qui trouvent certaines de leurs
7originesàl’extérieurdelafamille. »
On peut enfin se demander si le fait que le germain soit du même sexe favorise
l’émergence de conflits. Certains ont ainsiémis l’hypothèse que les fratries unisexes
seraient plus conflictuelles parce que davantage en compétitionpour le lien vertical,
1EricWidmer,op.cit.,p.41.
2 Ibid.,p.42.
3 Ibid.
4 Ibid.,p.46.
5 Ibid.,p.47.
6 Ibid.
7 Ibid.,p.56.
351comme nous l’avons vu dans le contexte de la problématique œdipienne . A
l’adolescence,lesdonnéesdeWidmer«montrent qu’iln’yaaucuneffetdessexes surla
fréquence des conflits, qui est identique, que l’on ait affaire à des fratries de filles, de
2garçons, ou des fratries mixtes » . Par contre, les garçons ont davantage recours à la
violence quelesfilles.Lesdyades mixteset masculines sontainsiplus violentes que les
dyades féminines – à part quasi égale, car il suffit que la dyade contienne un garçon. Si
la réciprocité est généralement de mise – rare est le cas du germain souffre-douleur –, il
y a une inégalité certaine entre les sexes, les fratries mixtes étant «assez fortement
asymétriques» dans l’utilisation de la violence. Cette asymétrie peut semesurer aux
conséquences visiblesdela violence:
Les pleurs sont sous l’influence à la fois du sexe et du rang de naissance des individus. Nos données
montrent quelesfillespleurentdavantage quelesgarçonsetlescadetsdavantage quelesaînés.[…]nile
sexe ni le rang de naissance ne sont innocents dans la relation fraternelle. Etre la sœur cadette d’un
garçon, c’est êtrepresque condamnée à pleurer pendant les disputes. Etre un frère aîné signifie, dans la
3
majoritédescas,nepaspleurer.
Quant à la différence d’âge, apparue comme déterminante pour le conflit fraternel
dans le cadre du complexe d’Œdipe chez l’enfant, elle semble ne pas avoir d’influence
sur la fréquence des conflits adolescents: en revanche, l’âge des germains est
significatif. En effet, d’après Widmer, certains âges sont producteurs de conflits entre
les germains, tout comme dans la relation aux parents: le «modèle enfantin de
relations» (conflits fréquents) perdure dans la préadolescence, c’est-à-dire jusqu’à 15
ans environ, puis la fréquence des conflits diminue avec l’âge croissant du germain
considéré. Widmer explique cette diminution par le parallélisme entre la fréquence des
conflits parents-enfants et celle des conflits entre germains: «Le préadolescent est en
conflit, de manière régulière, à la fois avec ses parents et son germain. […]La
diminution del’antagonisme aveclesparentsfaitbaisserl’antagonismeaveclegermain
4et, sans doute, réciproquement. » L’explication psychologique que Marcel Rufo donne
desconflitsgénérésparl’adolescent vadansle même sens:«L’adolescent,maldans sa
peau et à la recherche de son identité d’adulte, est particulièrement odieux avec ses
5proches ;iln’yaaucune raisonpour que sesfrèreset sœurséchappentà seshumeurs. »
Elle rendbien compte aussi de la forte fréquence de conflits avec le germain âgé de
moins de 13 ans ou d’entre 13 et 15 ans, constatée par Widmer:«ce que l’adolescent
ne supporte pas chez son cadet, c’est le fait qu’il soit unenfant, statutque lui-même
s’efforcede quitteravecbiendes tourments»,et qu’ilbénéficied’attentionsetdegestes
6d’affection parentaux, que lui-même « repousse et […] regrette tout à la fois » . En
outre, «l’évolution de sa sexualité réactiveles difficultés œdipiennes, etil supporte mal
7de retrouver chez ses cadets des préoccupations presque similaires aux siennes. » La
fréquence des conflits augmente d’ailleurs légèrement quand le germain passe de
l’enfance à la préadolescence (13-15 ans), c’est-à-dire au moment duréveil présumé du
complexe d’Œdipe à la puberté, pour ensuite diminuer toujours davantage, soit de
manière parallèle à la résolutiondu complexe d’Œdipe (et sans doute aussi en relation
1C’estdanslecadredel’enfance queJean-PierreAlmodovar,op.cit., utiliselesétudesaméricaines qu’ilcite (voir suprap. 23,noten°1).
2EricWidmer,op.cit.,p.51.
3 Ibid.,p. 65.
4 Ibid.,p.52.
5MarcelRufo,op.cit.,p.139.
6 Ibid.,p.141.
7 Ibid.
361avec le phénomène de décohabitation ). La violence est également une question d’âge:
il suffit quel’undesgermains«appartienneà uneclassed’âge ‘violente’[entre13et15
2ans] pour quela relation soit violente. » En effet, la réciprocité étant «de mise» – on
peut même parler d’une «loi du talion fraternelle» –, «le niveau de violence de la
dyade se trouvera généralement au niveau de celuides germains dont l’âge prédispose
le plus à la violence» (cas du préadolescent), ce qui «favorise le maintien de
comportements violents chez des personnes que leur classe d’âge [au-dessus de 15 ans]
3prédisposerait à d’autres comportements » . Si l’on suit cette logique de l’âge et des
interactionsentreles trois relationsfamiliales,onpeut sansdoute supposer quelafratrie
connaîtra davantage de conflits et de violence quand le petit dernier traversera sa
périoded’opposition auto-constructive entre 2 et 3 ans, en liaison avec une relation plus
conflictuelle avec les parents, et quand l’un des germains se trouvera plongé dans les
contradictions du complexe d’Œdipe ou les difficultés de la puberté (schématiquement
entre 3et5ans,puisentre13et15ans).
D’après l’étude de Widmer sur les adolescents, l’attitude des parents, l’âge du
4germain et la cohabitation sont donc les facteurs essentiels du conflit fraternel . Ces
conclusions rejoignent tout à fait le point de vue psychanalytique de rivalité pour
l’amour des parents, à la fois dans l’enfance et à la préadolescence, sur fond de
complexed’Œdipe.Maisleproblèmedupartagedel’intimitéafait ressortirdeuxautres
aspects essentiels dans l’oppositionfraternelle, non réductibles à la relation affective
avec les parents, même s’ils y sont liés: la question de la justice distributive égalitaire
(dont les parents sont censés être les garants objectifs) et le caractère structurellement
conflictuel de la cohabitation (renforcé par la nature imposée du lien de germanité), en
liaison avec les autres relations intrafamiliales. Toutefois l’intensité du conflit fraternel
et des sentiments de rivalité ne nous dit rien en soi de l’intensité de l’intimité et des
interactionsdanslafratrie, qui s’exprimentplutôt surlemodepositifdelacoopération.
b. Coopération
C’est par opposition à la perspective psychanalytique, où l’accent est mis sur la
rivalité fraternelle autour des parents, connotée avant tout négativement, que les
premiers psychosociologues se sont intéressés à la dimension de coopération de la
relation fraternelle, c’est-à-dire à ses aspects plus «positifs». Dans leurs ouvrages
respectifs,parus en 1982, Bank et Kahn ainsi que Lamb et Sutton-Smith (directeurs)
furentainsiparmilespremiersàdéfinird’autresaxesd’analyse, selonWidmer :
[…] les germains développent unlien positif qui n’est pas l’expression d’une rivalité plus ou moins
cachée. La relation fraternelle implique souvent un vif désir d’être ensemble, des aides mutuelles, un
langage spécifique, des défenses vis-à-vis de l’extérieur, une résolution rapide et transparente des
conflits (Bank et Kahn, 1982). Il existe, parallèlement au ressentiment et au conflit, toute une palette de
sentiments positifs et de pratiques de solidarité. Les germains adolescents ou jeunes adultes se sentent
5danslaplupartdescasprochesles unsdesautres (Cicirelli,1982).
1 Facteur non précisé ici par Widmer ; cela correspond aussi à une sociabilité décroissante entre les germains (voir partie suivante), donc à de
moindresoccasionsdeconflits (l’intimitéayant uncaractère structurellementconflictuel).
2EricWidmer,op.cit.,p. 63.
3 Ibid.,p. 64.
4Cf.ibid.,p.54.
5 Ibid.,p.12.
37La coopération fraternelle apparaît ainsi comme allant de pair avec des sentiments de
proximité affective. Mais il n’est pas sûr pour autant « que la proximité affective
s’accompagne d’interactions régulières et significatives, que le plaisir éprouvé au
contact du germain ait toujours pour base des pratiques sociales, une sociabilité, et,
1comme conséquence,des solidarités. » Il s’agit donc pour nous d’estimer l’importance
et les modalités de la coopération entre frères et sœurs et de déterminer dans quelle
2mesurelaproximitéaffective s’yconstruitourévèle .
A la suite de Widmer, qui distingue de manière a priori inédite la sociabilité
fraternelle à l’adolescence à la fois de la sociabilité familiale liée aux parents et de la
sociabilité avec les pairs, nous allons nous intéresser «aux activités qui rassemblent les
3germains, aux pratiques sociales qui les font interagir » . La sociabilité est l’« une des
dimensions centrales des relations sociales», puisque l’interdépendance entre individus
– définie par les activités ou les temps qu’ils partagent – est le« substrat» de toutes les
autres dimensions de leur relation, du conflit (étudié précédemment comme relevant de
l’axe d’opposition et bien apparu comme une conséquence de la situation d’intimité)
aux diverses formes de coopération analysées parWidmer : coalitions, communication,
attraction (sentiment de proximité), échanges et aides :«Si l’on ne se voit pas, si l’on
ne fait rien ensemble, la probabilité du conflit comme celle de l’échange seront
4évidemmentbien restreintes. »
La coprésence en est clairement l’aspect «le plus élémentaire»: «Les germains
peuvent être ensemble, sans être engagés dans des activités communes de loisir ou de
5travail » . C’est en particulier le cas des temps consacrés aux repas, dont Widmer
rappellel’importance sociale :
La commensalité joue un rôle central dans les sociétés humaines. Le fait de manger ensemble est une
reconnaissance de la familiarité d’autrui. Les repas sont l’occasion de contacts intenses. Leur caractère
répétitif les rend particulièrement propices, au sein du cadre familial, à la réaffirmation des statuts et des
rôles de chacun. Les anthropologues ont montré que c’est souvent durant les festins que les
communautés primitives se structurent, inventent de nouvelles règles, font la justice et décident de la
guerre ou de la paix, des honneurs ou de la déchéance pour tel ou tel individu. C’est aussi à cette
occasion que les jeunes sont socialisés, souvent de manière informelle, aux règles et valeurs du clan.
Chacun est sous les yeux de tous et le partage de nourriture donne au tout un caractère intime et
sacré. Dans nos sociétés également les conséquences du repas pris en commun sont plus grandes que ne
6lelaisseprésagerla simplecoprésenceà table.
D’après Widmer, Adler, Bossard et Boll considèrent ainsile repas comme « un temps
essentiel à la socialisation des enfants et au développement chez eux du ‘sens social’. Il
permet l’acquisition de la culture et facilite le développement de la personnalité, ainsi
7que le sentiment d’appartenance au groupe. » Nous pouvons donc considérer que le
sentiment de proximité fraternelle se construit en grande partie au cours des repas
partagés régulièrement,dansl’enfanceetàl’adolescence,àlafoisparce qu’ilsinstituent
le germain comme«familier» et parce qu’ils constituent un temps de confrontation et
d’affirmation des personnalités et des rôles joués dans la famille, faisant ressortir ou les
antagonismes ou les affinités de caractère, de comportement et d’opinion (ce qui relève
duprocessusdedifférenciation).
1 Ibid.,p.101.
2Cf.ibid.,p.89:laproximitéfraternelleest« unconstruit:elle varie selonlescultures (Cicirelli,1994)et[…]àl’intérieurd’unemêmeculture».
3 Ibid.,p.132.
4 Ibid.
5 Ibid.,p.134.
6 Ibid.,pp.136-137.
7 Ibid.,p.137.
38En dehorsdes repas, unegrandepartiedu tempslibreétantpasséeen
famille,celleci joue un rôle socialisateur important: «la famille influence la manière de passer et
d’organiser son temps ; elle intervient dans la consommation des médias, elle inculque
ou non le goût du livre et des établissements de culture ; elle contribue à créer la
1division sexuelleduloisir. » Dansl’enfance,lesgermainspartagentainsijouets,espace
et temps de jeux, tels qu’ils sont fournis et délimités par les parents. Les fratries mixtes
peuvent même donner des«partenaires parfaits», selon Marcel Rufo:«Frère et sœur
jouent beaucoup ensemble, et d’autant mieux qu’ils le font chacun à sa façon. A la
dînette, ce sont les filles qui font la cuisine et les garçons qui dégustent. Au jeu des
petites voitures, ce sont lesgarçons qui conduisent, multipliant les collisions, tandis que
2les filles assurent la gestion du garage. » De manière générale, la fratrie ouvre à la vie
sociale:
[…]c’estla vieau seindelafratrie quipermetàchacun de s’essayeràla socialisationavantde vivre ses
propres expériences avec les autres enfants dans le cadre de la crèche, de la halte-garderie ou de l’école.
[…] Incontestablement, pour les échanges entre les groupes, pour l’ouverture à la vie sociale, la fratrie
3
estplusenrichissante quela vied’enfant unique.
La présencedegermains à cet égard est sansdouted’autantplus importante que les
enfants sont moins scolarisés et ont par conséquent la possibilité d’interagir davantage.
Il nous faudra donc tenir compte de facteurs macrosociologiques historiques
(institutions et traditions scolaires d’une société donnée à une époque donnée, contexte
général de domination sociale masculine et processus d’émancipation féminine,
question de la mixité, de la parité), qui favorisent plus ou moins les interactions
fraternelles auquotidien et l’égalité entre les sexes, et par suite leur proximité affective
èmeou leur prise de distance. Avant l’institutionde l’école obligatoire à la fin du 19
siècle en France, on pouvait préférer le recours traditionnel au préceptorat, donc un
enseignement à domicile, éventuellement commun aux enfants, qui ne favorise pas la
sociabilité externe à la famille. Pendant longtemps, les filles n’ont pas pu bénéficier du
même enseignement que les garçons, d’abord pas du tout, puis de manière séparée, le
frère à l’internat, la fille au couvent (comme Bettine Brentano et ses sœurs), pour des
études généralement considérées comme secondaires puisque sans conséquences
professionnelles (quand elles n’étaient pas jugées néfastes!): pour sa part, Bettine
4Brentano se refusait à acquérir une culture de simple faire-valoir mondain . Dans les
sociétés occidentales actuelles, l’école est, dès l’enfance,« un agent de séparation»des
germains en faisant rencontrer d’autres enfants, qui fournissent «des références
différentes» et occupent « une place essentielle dans le développement de la
5personnalité de chacun» . Pour les deux sexes, elle est devenue une « sphère de
signification très importante», à laquelle les germains n’ont généralement pas accès:
elle occupe le gros de la journée (en France comme en Suisse, mais moins en
Allemagne, sauf évolutions à venir), elle donne une «identité» selon le type
d’établissement fréquenté et de formation suivie, impose l’essentiel du temps de travail
6et «organise des activités récréatives quidéfinissent une partie de [l]a sociabilité » .
Elle est «le lieu où les individus nouent leurs amitiés et les entretiennent», où
1 Ibid.,p.133,en référenceàProvonost (1993).
2MarcelRufo,op.cit.,p.88.
3 Ibid.,p. 290.
4Cf.Bettine vonArnim, ClemensBrentano’sFrühlingskranz,in: Werke undBriefe,DeutscherKlassikerVerlag,FrankfurtamMain, vol.1,1986.
5MarcelRufo,op.cit.,p.90.
6EricWidmer,op.cit.,p.135.
39l’adolescent «construit et entretient son réseau de sociabilité externe à la famille» – et
1«legermain,dansneufcas surdix,estexclude toutcela » .
Parmi les diverses activités de loisir pouvant rassembler les germains, les plus
fréquentes (pour l’échantillon de Widmer) sont la télévision et la discussion, bien avant
les jeux, sports, hobbies, sorties (diurnes et nocturnes) ou encore le ménage (activité de
travail domestique). Ces dernières contribuent donc peu à la sociabilité fraternelle à
l’adolescence, alors même que la sociabilité avec les pairs, hors du domicile, est
aujourd’hui très intense (sports, sorties): «Le fait que ces activités externes soient
valorisées par les adolescents, parce qu’elles permettent d’échapper au contrôle
parental, est sansdoute unfacteur d’exclusion du germain. Celui-ci, comme membre de
2la famille, est sans doute assimilé à son ordre. » La sociabilité avec les pairs n’apparaît
pas pour autant concurrente de la sociabilité fraternelle. Elle la stimule plutôt, dansune
logiquede diffusion: «Plus un individu accomplit de choses avec despairs (invitations
à la maison, sorties, activités associatives), plus il sera actif dans sa relation
3fraternelle. » Comme il se trouve dans la même étape du cycle de vie, le germain peut
être en effet« une occasion de contacts» (présentation d’amis, découverte de lieux et
4d’activités nouveaux) . En revanche, la sociabilité familiale a undouble effet sur la
sociabilité fraternelle, qu’elle stimule directement par les activités communes qu’elle
propose ou impose, tout en agissant par ailleurs comme un suppresseur, de manière
indirecte, en diminuant la sociabilité avec les pairs. Partant del’hypothèse que «les
parents familialistes favorisent le développement d’une sociabilité fraternelle tournée
vers des activités dans lesquelles ils sont inclus», alors que «l’attitude moins
familialiste sera associée à un niveau plus élevé d’activités de sociabilité qui réunissent
pairs et germains, tout en excluant les parents», Widmer démontre l’existence dedeux
modes de sociabilité fraternelle, l’un interne, associé à la vie de famille (télévision,
rangement, jeux), l’autre externe, quiprésente les caractéristiques de la sociabilité entre
adolescents et dépend donc de l’inscription des germains dans un réseau de sociabilité
identique (sorties,hobbies, sports),ladiscussion se situantentrelesdeux :
La sociabilité interne se caractérise par la proximité du foyer, non seulement commelieu mais aussi
comme norme ou valeur. La sociabilité externe, au contraire, traduit une certaine distance à son endroit.
Dans la relation fraternelle, les deux types de sociabilité cohabitent, avec, cependant, une nette
domination statistique de la composante interne. La sociabilitéfraternelle est généralementcentrée sur la
5
maisonetlafamille.
Elle dépend d’ailleurs fortement de la cohésion familiale, repérée par la fréquence de
moments significatifs passés ensemble (repas, soirées, week-ends, vacances), dont
décident essentiellement les parents: «les familles où les vacances et les week-ends
sont communs, où les soirées sont passées ensemble, où les repas sont des occasions de
6rencontre pour tous, voient se développer des activités fraternelles plus intenses » .
C’est logiquement aussi dans ces familles que se développent le plus d’aide et de
communicationentrelesgermains :
Les parents ont donc une grande influence sur la sociabilité fraternelle. Si leur orientation prioritaire se
trouve ailleurs que dans la vie de famille, la relation fraternelle s’en trouvera affectée. La sociabilité
fraternellen’estpas unealternativeàla sociabilitéfamiliale.Elleenestbienplutôt unprolongement.Les
1 Ibid.
2 Ibid.,p.142.
3 Ibid.,pp.150-151.
4 Ibid.,p.150.
5 Ibid.,p.153.Ladistinctionentre sociabilitéinterneet sociabilitéexterneestproposéeparForsé (1981).
6 Ibid.,pp.148-149.C’estlecasdans touslesdomaines (ycomprisceuxaprioride type«externe »).
40adolescents ne compensent pas le défaut de vie collective par une vie fraternelle propre. Celle-ci se
1nourritdela sociabilitéfamiliale.
D’après Widmer, la plupart des germains se limitent à cette dimension familiale dans
leurs relations réciproques ;maiscertains,peunombreux,« vontplusloin enparticipant
au même réseau de pairs, enrichissant par là leur relation fraternelle d’une amitié
2élective. »
Les sœurs ne développent pas le même type de sociabilité que les frères entre eux:
elles discutent et sortent davantage ensemble (ce qui favorise la discussion), assurent
plus de travail domestique en commun, alors que les frères sont plus orientés vers des
activités de compétition (activités sportives,hobbies, jeux). Cela correspond aux
tendances de sociabilité différente selon le sexe (quiperdure aujourd’hui, en dépit de la
désexualisation des loisirs): «Le partage des émotions, la communication sont au
centre des amitiés féminines, alors que le partage des activités constitue le cœur des
3[amitiés] masculines. » De manière logique, les dyades mixtes ontune sociabilité
globalement plus faible. Par ailleurs, comme le conflit, la sociabilité fraternelle ne
semblepasdépendreparticulièrementdel’écartd’âgeentrelesgermains, maisplutôtde
l’âge du germain considéré: l’adolescent (répondant âgé de 15 à 19 ans) a plus
d’activités communes avec son germain si celui-ci est âgé de 13 à 15 ans ou de 15 à 18
ans plutôtque s’il est un enfant de moins de 13 ans (auquel cas il est plus difficilement
confident et compagnon de sortie nocturne) ou un jeune adultede plus de 18 ans,
4toujours cohabitant, mais plus autonome par rapport à la vie de famille . En ce qui
concerne les dyades mixtes, Marcel Rufo observe ainsi que les relations entre frère et
sœur se font généralement plus distantes dès la période de 7 à 14 ans, chacun évoluant
dans son propre monde,à mesure que l’importance des pairs à l’extérieur de la famille
s’accroît: «Le garçon mène une vie très physique faite de rapports de forces à la
recherche de performances sportives. A l’inverse, la fille peut passer des heures à
5papoter avec ses amies et à leur raconter des secrets. L’agacement est réciproque. » De
manière générale, cettephase de latence marquerait « un mini-divorce des fratries»,
quiannonce justement«le temps des copains, ceux qui seront déterminants dans la vie
6et compteront peut-être davantage queles frères et sœurs car ils auront été choisis. »
L’adolescence, en revanche,«peut être considérée comme une ‘deuxième chance’ de
devenirlefrèreoula sœurde sonfrèreoude sa sœur,caronpartagedésormais unpassé
7familial » . Rufo constate en effet « une transformation des relations fraternelles à cette
période car l’adolescent devient propriétaire de son temps et s’aménage des moments
‘rien que pour lui’. Des complicités avec un cadet peuvent naître de ces temps dont les
parents sont exclus, soit parce qu’ils sont partagés avec lui, soit parce qu’il est dans la
8confidence et sait à quoi l’adolescent les occupe. » Les relations entre frère et sœur
peuvent même être«plus complices que celles qui unissent des adolescents du même
9sexe.La sœurestlaconfidenteidéale,lefrère unprotecteurdévoué » .
En formant des coalitions, la fratrie a la capacité d’agir comme ungroupe
indépendant des parents: soit pour dissimuler des fautes («logique du secret»), soit
1 Ibid.
2 Ibid.,p.154.
3 Ibid.,p.144.
4Cf.ibid.,pp.145-147.
5MarcelRufo,op.cit.,p.91.
6 Ibid.,p.92.
7 Ibid.,p.143.
8 Ibid.
9 Ibid.,p.94.
41pour faire évoluer les valeurs ou normes parentales, exiger des avantages matériels
1(«logique de l’obtention») . Mais ce phénomène, tout comme le conflit et la
sociabilité, n’est pas indépendant de la dynamique familiale. D’après Widmer (qui
confirme une hypothèse deCaplow), des coalitions parents-enfants apparaissent lorsque
les parents ne s’entendent pas (chaque parent se cherchant un ou des allié(s) parmi les
enfants), ce qui fait diminuer les coalitions entre germains(qui vont préférer l’appui
pluspuissantdel’undesparents).Al’inverse :
La cohésion parentale affaiblit les coalitions parents-enfants et l’absence de celles-ci fait augmenter les
coalitions entre germains. Les coalitions fraternelles profitent donc de la sérénité des relations
conjugales. Quand les parents forment un pôle puissant, quand ils sont fortement unis et solidaires, le
2contact qu’ilsontavecleursenfantsestmeilleuretl’atmosphèrefraternelleenbénéficie.
Les coalitions entre germains s’avèrent ainsi « une réponse du sous-système fraternel à
3laforcedu lienconjugal » .Elles seconstituentgénéralementà l’avantagedesdominés,
c’est-à-dire traditionnellement des filles etdes cadets, soutenus par les aînés, mais aussi
par la mère (surtout dans les milieux sociaux les moins cultivés, qui semblent les moins
4égalitaires) . C’est sans doute en raison de ce cumul de désavantages (moindre pouvoir
des filles et particulièrement des cadettes) queles dyades féminines sont plus coalisées
que les autres. Mais la présence de coalitions fraternelles n’est pas particulièrement le
signe de liens sentimentaux forts et positifs: il s’agit simplement, par définition,
d’alliances ponctuelles en vue d’un intérêt mutuel, contre un adversaire commun
5(parents,maisaussiautregermain, voirepersonneextérieureàlafamillenucléaire) .On
doit donc considérer que si la proximité affective entre germains, qui est généralement
de mise (déclarée par exemple de manière dominante dans l’échantillon étudié par
Widmer) peut se construire dans les coalitions (notamment entre sœurs), elle se révèle
plutôt dans les autres formes de coopération: les activités communes, la
communication,leséchangesetlesaides.
Après la télévision, qui peut officier aujourd’hui à la manière d’un rite au même
titre que les repas dans la mesure où elle offre « une occasion au sentiment
d’appartenance à la famille de se renforcer, notamment grâce aux discussions et à
6l’expression des sentiments qu’elle permet » , la discussion (comprise comme échange
assez long d’idées, de points de vue, d’expériences) représente l’activité fraternelle la
plus courante. Cela permet de penser quela relation fraternelle à l’adolescence est
7«d’abord une relation de la parole plutôt que de l’action » . De même que la relation
conjugale est «créatrice, par la communicationentre les conjoints, de réalité, d’ordre,
de sens», et amène l’individu à «modifie[r] ses opinions, croyances, valeurs et
perceptions pour aboutir à une sorte de communion idéologique avec son conjoint», à
«la construction d’un monde commun», de même aussi que le soutien parental joue
« un rôleessentieldanslaconstructiondelapersonnalitédel’adolescent»,demêmeon
peut penser que la relation fraternelle a une fonction structurante pour l’individu par la
communication qu’elle engendre, d’autant que les germains «partagent la même
position structurelle dans la famille[puisqu’]ils sont de la même génération et vivent
8côte à côte » . Utilisant les indicateurs de la confidence et de la demande de conseil,
1EricWidmer,op.cit.,pp. 72-73.
2 Ibid.,pp. 78-79.
3 Ibid.,p. 73.
4Cf.ibid.,pp. 76-77,80-82.
5Cf.ibid.,pp. 71-72.
6 Ibid.,p.139,en référenceàProvonost,op.cit.
7 Ibid.
8 Ibid.,pp.102-103.
421processus qui définissent l’amitié , et qui sont liés à l’intimité et à la cohésion, Widmer
constateainsi que lacommunication avec legermainestloind’êtrenégligeablechezles
adolescents: si le premier confident est le meilleur ami, elle vient, en ordre
d’importance, juste après la communication avec la mère (le père jouant un rôle très
marginal). Il semblemême que certains sujets ne soient discutés qu’avec le
germain:«Les germains peuvent parler de leur passé commun […],mettre en avant
leur insertion dans la même génération,par rapport aux parents, ou leur filiation
commune, par rapport aux pairs. La communication fraternelle a donc l’avantage
potentiel de pouvoir lier le sentiment de filiation et l’identité de génération de manière
2inédite. »
La communication, nous l’avons vu, apparaît liée surtout au sexe féminin:Widmer
constate qu’elle est plus intense dans les fratries de filles que dans les fratries
comprenant au moins ungarçon. Elle est généralement très forte entre sœurs, beaucoup
moins entre un frère et une sœur, et encore moins entre frères. Cela correspond aux
normes de comportement associées au sexe féminin, qui semble avoir une tendance au
«partage émotionnel»plus marquée que le sexe masculin, comme l’indiquent diverses
3études psychosociologiques sur la psychologie différentielle des sexes ou sur l’amitié .
Au sexe masculin seraient plutôt associés les stéréotypes qualitatifs d’indépendance et
de pouvoir, à l’antithèse des valeurs sur lesquelles est fondée la communication, à
4savoir le besoin et l’offre de « soutien moral» et une «forte révélation de soi » . Il
s’avère d’ailleurs que les filles communiquent plus avec la mère que les garçons (mais
autant avec le père), d’autant plus qu’elles sont aînées. Car la communication semble
égalementliée au rangde naissance.LesdonnéesdeWidmer indiquent quel’aîné a une
«position d’interlocuteur privilégié des uns et des autres», un « statut de médiateur »
entrelecadetetlesparents,ce quiaccroît sonpouvoirau seindelafamille:«lescadets
se confient plus souvent aux aînés que les aînés aux cadets» et «les aînés
5communiquent davantage avec leurs parents que les cadets » . Quant au cadet, il
«compense sans doute la moindre accessibilité aux parents [surtout au père] par la
6communication avec le germain » . Cela confirme le« rôle important de l’aîné comme
meneur des coalitions fraternelles»: «Sa proximité particulière avec les parents est
corrélée à une protection du cadet par rapport à ceux-ci. C’est l’aîné qui gère le rapport
7du sous-système fraternel avec les parents » . La communication fraternelle ne dépend
paseneffetdela tendancedel’individuàcommuniqueràl’extérieurdelafamille (avec
le meilleur ami, communication sociale dominante), mais bien du « ‘climat’ de
communication familial»: «La communication avec les parents encourage la
communication avec le germain, signe de la présence d’une dynamique familiale de la
8communication » . Cette logique systémique explique également que la mésentente
conjugale entraîne une diminution de toutes les communications familiales, dont celle
entre germains. Donc «le lien sentimental existant entre les germains est sous la
9dépendancedeladynamiquefamiliale » .
Si le soutien moral, exprimé dans l’échange verbal, est fréquent entre germains à
l’adolescence,ilexisted’autres typesd’aidesoud’échanges,à savoirl’échangedebiens
1Cf.ibid.,p.103,en référenceàJeanMaisonneuveetLubomirLamy,Psycho-sociologiedel’amitié,Paris,PUF,1993.
2 Ibid.,p.104.
3 Ibid.,105.Cf.RogerPiret,Psychologiedifférentielledessexes,Paris,PUF,1973,ainsi queJeanMaisonneuveetLubomirLamy,op.cit.
4Commenousledéduisonsdudéveloppementd’EricWidmer,op.cit.,pp.105-106.
5 Ibid.,p.107.
6 Ibid.
7 Ibid.
8 Ibid.,pp.110et111.
9 Ibid.,p.112.
43(aspect matériel) et de services (aspect concret). Il constitue une des dimensions
structurantes de la coopération humaine:«On mêle les âmes dans les choses; on mêle
les choses dans les âmes. On mêle les vies et voilà comment les personnes et les choses
mêlées sortent chacune de sa sphère et se mêlent: ce qui est précisément le contrat et
1l’échange. » Dans l’échantillon étudié par Widmer, l’échange fraternel est certes
marginal par rapport à ce que peut échanger le sujet avec ses parents ou ses amis, mais
tout à fait courant, surtout en ce qui concerne le prêt d’objets, au point de pouvoir
affirmer qu’il existe « une universalité dutroc, du prêt de vêtements, dans la relation
2fraternelle à l’adolescence» . Le prêt est lié au sentiment de similitude: «le prêt
d’objets est une des voies qu’emprunte l’influence. Emprunter c’est adhérer, en partie
3dans tous les cas, au style de vie de l’autre, à ses intérêts » . Le prêt d’argent existe
aussi, mais de manière peu intense, les parents étant les principaux soutiens financiers.
Quantàl’aide scolaire,elledépendfortementdela similitudedesparcours scolairesdes
germains:«Si les parcours sont différents, les germains deviennent incompétents les
4uns pour les autres, et l’aide scolaire disparaît. » L’aîné peut d’autant mieux l’apporter
à son cadet qu’il a suivi récemment un enseignement semblable, et de manière d’autant
plus détendue qu’il n’y mêle pas d’attentes particulières,à la différence des parents :
«Si l’échec couronne le tout, d’autres (les parents et le germain) en assumeront les
5conséquences, pas lui. » Pour Widmer, l’aide scolaire fournie par les aînés est donc
probablement assez efficace, ce qui renforce la reproduction du statut social des parents
(par ailleurs bien connue). Si l’influence des aînés est vraisemblablement importante
pour l’avenir des cadets qui profitent de leur aide, la réciproque semble également
vraie: on a ainsi pu expliquer«la supériorité du QI de l’aîné sur l’enfant unique par le
fait que le premier a pu enseigner au germain, ce qui a participé au développement de
6ses capacités intellectuelles » . D’autres services sont également rendus de manière
courante dans la fratrie, qui renvoient aux gestes du quotidien: comme« véhiculer son
germain, l’aider à faire quelque chose manuellement, prendre des coups de téléphone
7pour lui, etc. » (autrefois: transmettre des messages, des lettres). D’après les données
de Widmer, la plupart des aides ou échanges sont réciproques – mis à part l’aide
scolaire, fournie avant tout par les aînés, de manière logique puisque
chronologiquement déterminée. Cela correspond à la règle de réciprocité de l’échange,
sans laquelle il n’y aurait «pas de vie sociale possible», d’après les théoriciens de
l’échange social: «la norme de réciprocité est un facteur essentiel de sécurité pour les
individus. Ce que je donne, je sais pouvoir le demander dans le futur, si besoin est. Si
l’aide en retour est incertaine ou improbable, l’individu limite le bénéfice de son action
àlui-mêmeetsecoupedelacommunauté.Lesliens sociaux s’affaiblissent,la société se
8morcelle. » La forte réciprocité à l’œuvre dans la relationfraternelle, qu’il s’agisse de
communication ou d’échanges, ou même de violence,fait penser qu’elle « s’organise
sur unprincipe de symétrie des apports,bien plus que sur l’idée d’une complémentarité
des différences»:« ‘Jecommunique si tu communiques’ou ‘je frappe si tu frappes’ ou
9‘j’aide si tuaides’ semblentêtreles règles. »
1M.Mauss (Sociologieet anthropologie,Paris,PUF,1966,p.173),d’aprèsibid.
2EricWidmer,op.cit.,p.120.
3 Ibid.
4 Ibid.,p.119.
5 Ibid.,p.118.
6 Ibid.
7 Ibid.,p.120.
8 Ibid.,p.121.
9 Ibid.,pp.110-111.
44Si l’échange dans la fratrie semble obéir à la règle de réciprocité, ilne repose pas
pour autant sur l’égalité, l’aîné étant détenteur d’un certain nombre de privilèges :
d’après l’enquête de Widmer, il reçoit plus d’argent de poche, a plus d’économies,
possède plus d’objets que le cadet, à quoi s’ajoutent d’autres avantages,non matériels,
procurés par son statut, tel son rôleplus central dans la communicationfamiliale.
«Comme dans la société traditionnelle, l’aîné est donc avantagé, tant du point de vue
1matériel que relationnel » . Il a une position dominante dans les échanges puisqu’il
possède davantage de«biens rares» que le cadet,mais semble faire preuve d’altruisme
dans leur redistribution, puisqu’il prête davantage d’objets – l’aide scolaire étant
2carrément « une affaire d’aîné » . Pour Widmer, cela reflète un aspect du cycle de la
consommation familiale:«L’aîné adroit bien souvent à des objets ou vêtements neufs,
3qui vont être prêtés ou donnés au cadet», lequel« reprend des objets usés et vieillis » .
Cette prépondérance de l’aînédans les échanges peut être considérée comme
4«l’expressionde son rôled’initiateuretdedécouvreurpar rapportauxpuînés » .Iljoue
souventun « rôle de pionnier» dans la fratrie, simplement du fait de son âge plus
avancé:«Il a plus d’objets, d’affaires, qui sontsusceptibles d’intéresser le cadetque le
contraire, puisque les enfants et les adolescents valorisent avant tout ce qui est au-delà
5de leur classe d’âge plutôt qu’en deçà » . Remarquons que cela n’empêche pas le cadet
d’avoir, lui aussi, accès à des objets neufs, si les parents y veillent, et qu’il y a tout de
même, dans la moitié des cas de prêts d’affaires, une logique de réciprocité des
échanges, également à l’œuvre en matière d’argent et d’autres services. L’aîné ne
développe pas une logique d’exploitation du cadet: ce sontcelles de la réciprocité et de
6l’altruisme quidominent .
D’après Moscovici, l’altruisme a trois origines possibles, qui rendent bien compte
selon Widmer de sa logique dans l’aide fraternelle: il peut d’abord provenir de
«l’adhésion à une logique collective quipousse tous les membres du groupe à se
sacrifier pour telle cause ou tel individu» (comme les fourmis de la fourmilière):
l’autren’estpasaidépourlui-même,«[c]’estlaparticipationàla viecollective quicrée
7l’altruisme» (qualifié de «participatif») . Ainsi, dans l’aide fraternelle, «les germains
sontprisdans une logique dudonde soi quilesdépasse,parce que c’est toute lafamille
8qui est concernée»: il s’agit d’une logique de cohésionfamiliale . Le deuxième type
d’altruisme, dit «fiduciaire», procure du plaisir et est recherché pour cela : «l’on se
9sent bien quand on pense avoir fait du bien » . L’aide fraternelle dépendra donc du
10«plaisir trouvé dans la relation», de la «proximité sentimentale» entre les germains .
Le troisième type est «normatif»:«on aide parce que l’on se sentun sentiment de
11responsabilité pour quelqu’un» . C’est cette norme de responsabilité qui peut pousser
fortement les individus à aider leur proche parenté. Selon Widmer, les aides les mieux
expliquées par les trois causes d’altruisme sont l’aide scolaire et les autres services.
Dans le cas du prêt d’affaires et d’argent,«les trois logiques de l’altruisme s’effacent
devantlalogiquedel’échange:ce quiexpliquel’échange,c’estl’échangelui-même.Le
faitdedonner s’expliqueavant toutparlefaitde recevoir.Lesnormesetl’affection sont
1 Ibid.,p.122.
2 Ibid.,p.123.
3 Ibid.
4 Ibid.,p.124.
5 Ibid.
6Cf.ibid.,pp.123-125.
7 Ibid.,p.125,en référenceàS.Moscovici,Psychologiesocialedesrelationsàautrui,Nathan,Paris,1994.
8 Ibid.
9Moscovici,op.cit.,p. 79,d’aprèsEricWidmer,ibid.
10EricWidmer,op.cit.,p.126.
11 Ibid.,p.125,en référenceàMoscovici,op.cit.
451des facteurs secondaires: c’est la logique de réciprocité qui est à l’œuvre » . En ce qui
concerne l’aide scolaire et les divers services, il semble que «la cohésion familiale
encourage le sentiment de responsabilité, qui lui-même est à l’origine des
2comportements altruistes » . Ce dernier semble réservé aux aînés, sans qu’on ait affaire
à un «impératif culturel» puisqu’un tiers d’entre eux ne ressentent «aucune
responsabilité spéciale à l’égard de leurs cadets»: «La norme est plutôt interneàla
3famille: elle dépend du fonctionnement de celle-ci, des attentes des parents » .
Cettenormede responsabilité toute relativen’empêchepasl’aînéde trouver soncompte
dans l’affaire puisque sa position dominante dans les échanges lui confère du pouvoir,
comme l’indique la théorie de l’échange social:« un manque de réciprocité dans un
4échangeàlong termeestcompenséparunpouvoiraccru surlapersonnedébitrice » .
D’autres typesd’aidesexistent, quine relèventpasdel’échangeconcretdebiensou
de services, mais plutôt de l’échange comme «communication»– nous avons vu
qu’elle était fréquente entre les germains, qui peuvent jouer un rôle de soutien moral. Il
s’agit d’aides « qui ouvrent de nouvelles perspectives à l’individu», qui «élargissent
son univers mental et relationnel»: aide à la décision, aide à l’innovation (faire
découvrirdeschosesinconnues,ce quipeutimpliquer, pournous, une aideàlacréation
artistique par initiation), aide à la sociabilité (introduction dans les réseaux amicaux
5personnels) . Si «le germain n’est invité à participer souvent aux activités du groupe
d’amis du répondantque dans une très faible minorité des cas», les frères et sœurs se
refusant souventl’unàl’autrel’entréedansleurs réseauxde sociabilité respectifs,l’aide
à la découverte et à la prise de décision est beaucoupplus courante et de nouveau
6l’apanage des aînés . Cela confirme le rôle pionnier de l’aîné, qui a, durant toute
7l’enfanceetl’adolescence,« uneprioritéconstantedanslesexpériencesde vie » :
Dans la plupart des cas, l’aîné connaît déjà ce que le cadet apprend. Les cadets pourraient néanmoins
développer certaines compétences spécifiques, des intérêts particuliers, qui les rendraient aptes à jouer
un rôle de pionnier et d’initiateur pour leur aîné. Ce n’est pourtant pas le cas: les cadets font très
rarement découvrir des choses nouvelles à leur germain. […] si l’aîné est un autrui significatif pour le
cadet,l’inverse semblemoins vrai ;l’influence va surtoutdel’aîné verslecadet. Donc, l’originalitédes
intérêts du cadet par rapport à ceux de l’aîné ne crée généralement pas de possibilité pour lui d’être un
initiateur. L’aîné, par contre, si ses intérêts, activités, idéologies, goûts, sont différents de ceux des
8parents,aura uneinfluence quiluiestpropre surlecadet.
Notons enfin que ces aides d’orientation sont plus fréquentes chez le sexe féminin, ce
qui correspond au constat déjà fait pour la communication entre germainset suggère
que«lesgarçonsinvestissentmoinsdansla relation quelesfilles» :
Les dyades de sœurs sont plus actives dans la présentation d’amis que les dyades de garçons et les
dyades mixtes. Dans ces deux derniers cas, la relation se limite à la famille et n’inclut généralement pas
les amis des uns et des autres. […] De mêmel’aide à la prise de décisions est beaucoup plus présente
dans les dyades de sœurs que dans les dyades comportant un garçon. Les filles sont pour leurs sœurs des
9modèles,desconseillères.
1 Ibid.,p.127.
2 Ibid.
3 Ibid.,p.128.
4 Ibid.,p.122.
5 Ibid.,pp.116et128-129.
6 Ibid.,p.129.
7J.H.S.BossardetE.S.Boll,TheSociologyofChildDevelopment,NewYork,Harper,1960 (rééd.1966),p.104,d’aprèsEricWidmer,ibid.
8EricWidmer,op.cit.,pp.129-130.
9 Ibid.,p.130.
46Quantàl’aideàladécouverte, qui semblepeuinfluencéeparle sexe,Widmer remarque
néanmoins que«de fortes différences apparaissent si on considère l’aide du germain
versle répondantetnonplusdu répondantverslegermain: seuls 6 %desgarçonsayant
une sœur lui confèrent un rôle d’initiatrice, alors que 33 % des filles ayant une sœur
1sont dans ce cas » . Sans doute rencontrerons-nous donc la sœur davantage comme
inspiratrice passive que comme initiatrice active pour son frère écrivain, surtout si elle
estcadette.
Comme les activités communes, les coalitions et la communication, l’échange entre
germains est donc assez fortement influencé par le rang de naissance et le sexe. Les
aides, de quelque nature qu’elles soient, n’échappent pas à la «logique statutaire»:
2«Les aînés aident plus que les cadets, les filles plus que les garçons » . Par ailleurs,le
rôle central des parents comme source d’aide dans la famille nucléaire fait passer «au
second plan»l’aide fraternelle: «Bien qu’une forme d’aide existe dans bien des
3fratries, il est rare que le germain soit l’objet ou l’acteur de soins constants. » Widmer
en conclut que «[s]i la coopération et l’échange sont des obligations dans de
nombreuses sociétés ethnologiques, la solidarité entre germains est variable dans nos
4sociétés. » Comme il le signale, il serait intéressant de voir « si l’incapacité parentale
dans l’aide est compensée par le soutien des germains », notamment par l’aîné, qui sert
souvent d’intermédiaire entre le cadet et les parents, etsemble en outre recevoir plus de
soutien parental que les cadets au même âge :«il n’est pas impossible qu’une sorte de
5redistribution des ressources affectives ait lieu dans la fratrie » . Nous reviendrons sur
cette idée dans le cas d’un parent effectivement et affectivement peu présent et chez les
fratries tôtorphelines.
De manièregénérale,l’intensitédel’interdépendanceentregermainsdansl’enfance
et l’adolescence (y compris celle des coalitions, qui n’impliquent pas nécessairement
des sentiments fraternels, mais sont propices à la relation) construit leur proximité
affective. Ce sentiment, qui va perdurer à l’âge adulte, contient (recouvre et retient) le
potentiel sentiment amoureux (précisément désinhibé par des séparations prolongées,
comme nous le verrons). Le sentiment de proximité affective de type fraternel (ni
amical, ni amoureux) dépend de la cohésionfamiliale:il se construit lors des moments
rituellement partagés, qui constituent le sentiment d’être des familiers et offrent des
occasions de communiquer et de mieux se connaître (repas, télévision aujourd’hui, sans
doute veillée autrefois), et lors des activités communes, plus ou moins stimulées selon
les familles (activités de loisir, de travail domestique, discussion), et des échanges
(aides concrètes ou d’orientation), où il seforge et s’exprime tout à la fois dans le
sentiment de responsabilité (norme réservée à l’aîné et précisément fonction de la
cohésion familiale) et le sentiment de plaisir, sans doute lié au sentiment de similitude,
c’est-à-dire aux affinités interindividuelles. Les sentiments de familiarité et de
responsabilité, développés en fonctiondela cohésionfamiliale, relèvent en quelque
sorted’unSurmoimoral, qui– àdéfautd’un modèle culturelnormatif dansnos sociétés
modernes– vadicterlanormedescomportementsattendus vis-à-visdesgermains, qu’il
faut, sinon aimer, du moins aider. D’où l’expression courante, confuse et associée à des
sentiments de culpabilité: «c’est quand même mon frère / ma sœur». Michel Soulé
1 Ibid.
2 Ibid.
3 Ibid.,pp.130et131.
4 Ibid.,p.131.
5 Ibid.,pp.130et131.
47dénonce ainsi certains «aphorismes moraux […] énoncés dans toutes les familles,
commeallantde soi»:
Les frères et les sœurs «doivent s’aimer». Entre eux, les frères et les sœurs «doivent s’aider». […] Ce
qui est ainsi demandé aux frères et sœurs est d’autant plus paradoxal qu’ils ne se sont pas choisis, mais
qu’ils ont été imposés les uns aux autres dans leurs âges, dans leur ordre d’arrivée, dans leur nombre et
dans leurs sexes (frère ou sœur) par le fait des parents. Or, on exige d’eux ce qui ne leur serait pas
1
demandé vis-à-visd’amis qu’ils se seraientchoisis.
En revanche, les sentiments de plaisir et de similitude vont être le signe que la relation
fraternellepeut s’épanouirenamitiéélective.
c. Différenciation
Après les recherches de René Zazzo et de Newman sur les jumeaux, le généticien
Robert Plomin et la psychologue JudyDunn sont lespremiers, àla fin desannées 1970,
à s’être intéressés aux fratries non gémellaires dans le cadre de recherches sur lapartde
l’inné et de l’acquis, de la nature et de la culture, chez l’homme. Leur enquête sur les
facteurs génétiques et environnementaux de ressemblance et de différence aboutissent à
2la constatation que frères et sœurs sont toujours différents . Constat au fond évident,
puisque les gènes parentaux ne sont partagés en moyenne qu’à 50%, et que
l’environnement et l’éducation parentale, en dépit des apparences, ne sont jamais les
mêmes pour chaque enfant – ne serait-ce que parce que chacun naît à un moment
particulierdansl’histoireducoupleetmodifiepar sonarrivéelaconfigurationfamiliale.
Comme l’explique à son tour Marcel Rufo, «les parents n’ont pas les mêmes
comportements tout au long de leur parcours éducatif ; ils évoluent au contact de leurs
enfants. De plus, chaque enfant affiche, dès sa naissance, des compétences plus ou
moins marquées, se construit différemment sur le plan psychique, et les interactions
3qu’il établit avec ses parents et ses proches sont originales. » La question de l’inné et
de l’acquis peut sans doute se résoudre de manière dynamique, comme Claude
LéviStrauss réglant son compte à la traditionnelle opposition entre nature et culture, puisque
l’évolution de l’homme correspond à rendre l’inné acquis, à exprimer les gènes et
développer ses capacités sous l’influence de l’environnement. Pour Rufo, le débat est
clos:
[…] si l’inné pèse pour 80 % dans le devenir de chaque individu,ce sont les 20 % d’acquis qui lui
donnent sa personnalité. Le développement du cerveau sur le plan neurologique estcertes identique chez
tous les enfants mais l’ensembledes recherches mettent en évidence l’importance majeure des
stimulations précoces, qui doivent être nombreuses et variées. Ce sont elles qui rendent le cortex
4performantetdéveloppentlescapacités sensorielles,puislescapacitésd’apprentissage.
De manière générale, le processus de différenciation est essentiel pour la construction
de la personnalité de chacun:«Le fait de vivre en compagnie d’un frère ou d’une sœur
joue un rôle trèsparticulierdanslaconstructiondelapersonnalité.Chacundesmembres
de la fratrie doit, pour exister au sein du groupe, […] se différencier des autres.Etre soi
1MichelSoulé,op.cit.,p.12.
2Cf.JudyDunnetRobertPlomin, Frèresetsœurssidifférents.Les viesdistinctesdanslafamille,op.cit.
3MarcelRufo,op.cit.,p. 275.
4 Ibid.,pp. 276-277.
481estindispensableàl’équilibrepsychiquede toutepersonne. » Dans lecasdesjumeaux,
surtoutmonozygotes,lefacteurenvironnementalestmêmed’importanceprimordiale.
Nous allons d’abord examiner en quoi la présence d’un germain influe sur le
développement de l’enfant du fait du processus de différenciation, puis étudier les
modalités selon lesquelles celle-ci se manifeste, à savoir les inégalités en matière de
pouvoir et d’influence, lesdifférences dans la répartition des rôles familiaux, ainsi que
le jeu des préférences au sein de la fratrie (puisque choisir, c’est se définir) – opérant
ainsi une synthèse entre les dimensions d’opposition et de coopération. Nous nous
interrogerons en particulier sur l’importance du sexe et du rangde naissance, deux
variables par essence différenciatrices au sein de la fratrie : car le sexe différencie les
frères des sœurs, et le rang de naissance (donc l’âge) estune variable typiquement non
partagéeparlesgermains (hormisparlesjumeaux,chezlesquelsondistinguecependant
toujours un dominant et un dominé: ils sont même parfois désignés comme aîné ou
cadet, de manière fantaisiste, selon qu’on considère comme aîné ou le premier enfant
qui voitlejour,ouledernier,censéêtrealorslepremierconçu).La questiondel’impact
du rang de naissance étant particulièrement délicate et débattue, précisons d’emblée
qu’il n’est pas dans notre intention de déterminer si cette variable peut expliquer les
différences de QI, de réussite scolaire ou professionnelle – c’est la plus ancienne
2tradition de recherche sur les fratries, mais pas forcément la plus fiable –, mais bien
d’examineren quoiellepeut influer sur la relation entre lesgermains,par statutoueffet
d’âge (et être éventuellement reliée à des tendances psychologiques et
comportementales).
Dans la partie consacrée à la rivalité des germains pour l’amour des parents, nous
avons vu que l’expérience de la jalousie fraternelle, suite à l’intrusiond’un puîné,
pouvait être un élément constructif du Moi, en prolongeant ou complétant le processus
d’individuation-séparation de la mère par celui de différenciation du germain. D’après
Almodovar, elle aide l’enfant à se constituer comme «Moi» par différenciation d’avec
l’«Autre», en instituant celui-ci précisément comme Autre. Cette différenciation
primaire prend des formes différentes suivant l’âge de l’enfant à la naissance du cadet.
Le modèle développemental qu’Almodovar propose est basé sur les théories de Henri
WallondanslesOriginesduCaractèrechez
l’Enfant,articuléesàcellesdeLacan,ellesmêmes relativisées par des données empiriques tenant compte de l’écart d’âge. Il prédit
le schéma suivant:
[…] si l’aîné est âgé de moins de deux ans lors de la naissance d’un puîné, l’expérience de l’intrusion
qu’il vitpourraavoir uneffet structurant surlaconstructiondelapersonneenfacilitantladifférenciation
Moi-Autrui. Au contraire lorsque celle-ci intervient dans une période où l’aîné est en train de se définir
en tant qu’individu distinct d’autrui (entre deux et quatre ans), la confusion Moi-Autrui, induite par la
jalousie,aura uneffetperturbantauquell’enfant réagirapardescomportementsambigusdanslesquels se
mêleront des réactions d’identification au plus jeune et l’affirmation, éventuellement brutale, de sa
supériorité. Ce n’est que lorsque celui-ci disposera des moyens cognitifs lui permettant, au-delà de la
simple distinction de son point de vue par rapport à celui d’autrui, de prendre en compte le point de vue
de son partenaire que cette oscillation fera place à une relation fondée sur une claire conscience de son
3rôle,luipermettantdedispenser soinsetprotectionauplusjeune, s’identifiantainsià un rôleparental.
Ce modèle développemental présente l’intérêt d’expliquer la jalousie fraternelle non
seulement en rapport avec le partage de l’amour des parents ou pour des questions de
1 Ibid.,p. 283.
2Cf.EricWidmer,op.cit.,p.14.
3Jean-PierreAlmodovar,op.cit.,p. 38.C’estla raisonpourlaquelleMarcelRufoestime quel’écartd’âgeidéalentrelesenfantsestde six-septans
–dumoinspourla tranquillitédesparents… (Cf.op.cit.,p.43.)
49partage matériel (qui y sont liées), mais également en fonction de l’asymétrie des
moyens fonctionnels dont disposent les germains: «Les réactions d’hostilité qui
opposent les enfants peuvent, au moins en partie, être le produit de l’asymétrie des
niveaux de développement que crée l’écart d’âge entre les enfants lorsque ceux-ci, ou
du moins l’aîné, ne disposent pas encore des moyens cognitifs leur permettant de
1différencier parfaitement leur point de vue de celuid’autrui. » Le fait que le cadet
imite l’aîné est ainsi source d’agacement pour ce dernier, «probablement du fait de la
résurgence de la confusion Moi-Autrui qu’induisent ces comportements» imitatifs,
caractéristiques de l’enfance, qui risquent de «déclencher des réactions d’hostilité du
2plusâgé versleplusjeune».
Le cas de l’enfant uniquepermet de préciser, par défaut, l’apport spécifique de
l’expérience fraternelle dans le développement de la personne. Comme l’écrit
Almodovar, la «problématique psychologique des enfants uniques se noue
principalement autour d’une expérience de l’absence de frère [au sens neutre de
germain]», laquelle peut donc nous renseigner sur le statut imaginaire du frère et son
rôledans la construction individuelle. Suite à deux séries d’entretiens,menés d’abord
avec des enfants de huit à onze ans, puis avec de jeunes adultes, il constate que«pour
les enfants uniques, le concept de ‘frère’ est vide de sens en ce qu’il ne réfère à aucune
expérience dans la réalité, impression que résume la réponse d’une fille unique âgée de
dix ans à la question: ‘Un frère, une sœur qu’est-ce que c’est pour toi ?’– ‘Les autres
3ils ont des frères etsœurs,moi je ne sais pas.’ » Marcel Rufo le confirme: «Pour
l’enfantunique, ce qui compte avant tout,c’est son propre père et sa propre mère. Le
sentiment de fraternité ne se développe pas à l’extérieur dela famille, par le fait de voir
4d’autres enfants vivre avec leurs frères et sœurs. » De là proviennent d’ailleurs tous les
5préjugés négatifs portés sur l’enfant unique, sa «mauvaise réputation » d’égoïste et
d’orgueilleux : «Apprendre à partager est, dit-on, le principal avantage retiré de
l’expérience vécue au milieu d’une fratrie. On deviendrait moins égoïste et on
6souffrirait moins de la compétition dans les situations de la vie. » Pour Rufo, l’un des
grands intérêts de la fratrie est d’«empêcher une trop grande fusion parents-enfant, qui
7perturbe toujours le bon développement de ce dernier » , c’est-à-dire une concentration
sur le lien vertical. Elle permet aussi d’apprendre la différence, notamment des
opinions, donc la tolérance, dans une forme de démocratie familiale. Daniel Gayet
estime aussi que la présence d’un germain«permet à l’enfant de ‘souffler’ unpeu en
8échappantau regard vigilantdesparents » :non seulementiln’estpasl’uniqueobjetde
leurs attentes conscientes et inconscientes (d’où la surprotection de certains enfants
uniques etleurdépendance anxieuse,dansune situationœdipiennedespluspathogènes,
associant mégalomanie et culpabilité), mais il peut former avec ses germains des
alliances de solidarité ou de compensation face aux parents. Gayet considère même que
les relationsfraternelles sont«l’ébauchedesfutures relations sociales»:àdéfautd’une
expériencefraternelle,«les relations socialesaveclespairs seront toujoursdes relations
avecdesétrangers,échappantpardéfinitionauréseauaffectifdanslequelchacun trouve
1Jean-PierreAlmodovar,op.cit.,p. 38.
2 Ibid.,pp. 38-39.
3 Ibid., p. 39. Faute d’un terme neutre en français, Almodovar recourt au terme«frère»au sens de«germain »– que nous avons choisi d’utiliser,
àla suited’EricWidmer,commeéquivalentdel’anglais« sibling ».
4MarcelRufo,op.cit.,p. 35.
5Marie-ClaudeTarnero-Pansart (dir.),L’enfant unique.Lamauvaiseréputation,Paris,EditionsAutrement,collectionMutationsn°186,1999.
6MichelSoulé,op.cit.,p.13.
7MarcelRufo,op.cit. p. 288.
8 DanielGayet,op. cit.,p. 100. Au sujetdelanévroseœdipienne chez l’enfant uniqueface aux possibilitésde dégagement latéraldans lesfratries,
voir suprap. 25.
50habituellement sa place au sein de la fratrie. L’autre n’est jamais qu’un être totalement
extérieur auquel ne nous lient ni amour ni haine immédiats [ni lien irrévocable de
1parenténiintimitéimposée]. »
Almodovar note ainsi que «la non-expérience de l’intrusion qui caractérise les
enfants uniques ne leur donne pas accès à la réalité de l’autre que marque la
2reconnaissancede la spécificité des motifs de chacun» . Il donne l’exemple du désarroi
d’une jeune femme, enfant unique, qui avoue:«Quand j’ai quelque chose d’important
à dire à quelqu’un, je prépare ce que je vais lui dire devant mon miroir. Mais quand
l’autre est en face de moi, ça ne se passe jamais comme je l’avais prévu. Je ne
3comprends pas ce qui se passe et je suis déçue. » Si l’on suit la logique d’Almodovar,
ce genre de désillusion, qui apparaît comme«l’undes éléments de la problématique
4psychologique que crée l’absence de frère » ,ne devrait pas concerner les enfants qui
ont des frères et sœurs. Almodovar est d’ailleurs frappépar «la relative netteté avec
laquelle transparaît la nature spéculaire des relations sociales que nouent les enfants
uniques,etquiapparaîtparla récurrencedecertains thèmes»,aunombrede trois :
– relationsprivilégiéesavecleur refletdanslemiroir,en tant qu’ilest«autre» ;
– refuscatégoriquede toutepossibilitédecomparaisonavecautrui,puisque«lesgensne sontjamais
identiques,ilsne sontpascomparables» ;
– recherche, à travers les compagnons, d’une similitude de sentiments, d’attitudes et de
comportements qui, d’abord, fonde et maintient la relation, mais aboutit le plus souvent à une
rupture brutale quand le partenaire est du même sexe, et qui, pour le sujet, reste inexpliquée, bien
5
qu’ilenprennel’initiative.
6C’est « un sentiment diffus de perte d’identité personnelle » qui constituerait le
principalmotifdecette rupture.
Ilconvientcependantdenuancer laportée deces propos,àla suitedeMarcelRufo,
qui s’inscrit en faux contre l’affirmation que les enfants uniques développeraient une
personnalitéparticulièreparmanqued’expériencefraternelle:
[…] tous les enfants,pourgrandir,ontbesoin de pairs qui leurpermettent de se différencier, d’échanger,
de partager, de communiquer et de s’opposer. Si les enfants uniques ont une originalité, c’est celle de
pouvoir choisir leurs frères et sœurs parmi leurs cousins ou leurs amis. Ils développent en leur
compagnie tout le jeu des relations sociales, et, je le crois, de façon aussi harmonieuse et complète que
ceux qui ont une fratrie. L’enfant unique qui rencontre d’autres enfants à la crèche ou au square ne se
comporte pas autrement que les frères et sœurs qui cohabitent et jouent ensemble. Les attitudes
d’entraide, de coopération, d’identification et d’amitié comme celles d’autorité, de prise de pouvoir et
7d’agressivité sont rigoureusementles mêmes.
Reste que la spécificité du lien de germanité, c’est le caractère imposé de l’intimité
quotidienne et le partage jaloux des mêmes parents, donc sa quasi nécessaire dimension
d’opposition – dimension quipeut être vécuepar l’enfant unique de manière singulière,
par génération interposée,dans le casd’unparent trèsproche de son jumeau, comme en
8témoigne Rufo lui-même . Il semble donc que l’importance de la relation fraternelle
pour la construction de la personne réside moins dans sa fonction socialisante que dans
1DanielGayet,op.cit.,p.100.
2Jean-PierreAlmodovar,op.cit.,p.40.
3 Ibid.
4 Ibid.
5 Ibid.,pp. 39-40.
6 Ibid.,p.40.
7MarcelRufo,op.cit.,p. 299.
8 Cf.ibid., pp. 13 et15:«Dansmon enfance,j’étais trèsjaloux demononcle,lefrèrejumeau dema mère, qui entretenait avecelle uneproximité
encombrante. »
51l’expérience enrichissante ou traumatisante d’interactions particulières régulières, entre
1oppositionincontournableetconstructiond’uneproximitéaffective .
La problématique spéculaire n’est d’ailleurs pas l’apanage des enfants uniques –
même si elle est plus marquée dans leur cas –, elle se trouve aussi chez les sujets ayant
desfrèresetdes sœurs (interviewésparAlmodovar à titredecontrôle),et s’avère même
un risque majeur d’indifférenciation chez les jumeaux monozygotes, miroirs l’un de
l’autre, qui constituent un deuxième cas-limite révélateur pour l’étude de la relation
fraternelle. C’est parce qu’il pose de manière extrême et parfaite la question du double,
donc de l’identité, que le thème des jumeaux est aussi récurrent en littérature,
notamment dans les contes populaires. Selon Almodovar, l’étude des contes répertoriés
parH.Pourratfaitainsi ressortir trois schémasde relationsfraternelles:
–Le couple gémellaire bisexué, dont les prénoms se dédoublent tout en se différenciant (Frérot et
Sœurette, Jean et Jeannette, Marin et Marinette),montre comment la différence des sexes si elle
autorise unoptimumde similitude marquéeparlesprénoms,constitueenmême tempslacondition
d’unecomplémentarité quipermettraauxdeuxhérosde triompherdesépreuves.
–Aucontraire,danslecouplegémellaire unisexuédanslequellespartenairesne sedifférencient que
par l’antagonisme des caractères, encore une fois marqué par les prénoms (Jean-Joli et
JeanRechignant, Aurore et Vêprée), seule l’élimination physique de l’un des partenaires (le méchant,
commedejuste)permetd’assurerla survieetlebonheurdel’autre.
–Enfin, dans le troisième schéma, seule la reconnaissance du (ou des) frère(s) comme
irréductiblement différent(s) permettra à chacun de vivre heureux, après une phase d’opposition et
2
de rivalitédanslaquellecette reconnaissanceprend source.
On remarquera que chacun de ces schémas correspond à l’une des trois dimensions
fondamentales du lien de germanité d’après Widmer: respectivement la coopération,
l’opposition,ladifférenciation.Ledernier schéma,enparticulier,metenévidencel’idée
que l’opposition fraternellefaitpartieintégrantedu processusdedifférenciation, qu’elle
favorise, comme l’expliquait déjà Lacan (sans doute inspiré par l’analyse wallonienne
de la jalousie) et le résume Almodovar:«L’expérience de la jalousie peut permettre à
l’enfantdeparvenirà unemeilleuredifférenciationdes rôlesdechacunmais surtoutdes
3motifs qui lui sont propres en ce qu’ils s’opposent aux motifs d’autrui. » Ainsi Marcel
Rufo fait-il carrémentl’éloge de la jalousie, ce « sentiment réactionnel naturel» qui
4permetladifférenciationd’avecautruietest sourced’émulationpositive .
Almodovar a donc misen évidencedeux dimensions qui structurentlesexpériences
fraternellesdansledéveloppementdel’enfant:
–Unedimensionimaginaire qui s’organiseautourdelaproblématique spéculaire,la recherched’une
impossible similitude avec autrui qui renvoie à la confusion Moi-Autrui au risque d’une
dissolutiondel’identitépersonnelle.
–Le noyau dur de la réalité des expériences fraternelles qui se structure autour des conflits qui
jalonnentlelentprocessusdedélimitationdes motifspropresàchacundespartenaires.Cesconflits
naissent autant de la rivalité pour la possession d’objets extérieurs que de l’asymétrie des moyens
fonctionnels dont disposent les enfants du fait de l’écart d’âge qui les sépare. Ils ont pour enjeu
l’affirmation du Moi qui se réalise dans l’opposition alternée de l’agir et du subir, par laquelle
5
chaqueenfantconquiert uneconscienceplusclairedes rôlesetdes motifs quilui sontpropres.
1 La fonction socialisante de la fratrie n’est pas négligeable pour autant: on a ainsi montré que«la violence entre germains est le meilleur
prédicteur des comportements sociaux violents de l’individu (Gully et al., 1981). La relation de germanité jouerait donc un rôle particulièrement
importantdansla socialisationdel’individuàla violence.» (EricWidmer,op.cit.,p. 61.)
2Jean-PierreAlmodovar,op.cit.,pp.40-41.
3 Ibid.,p. 35.
4 Marcel Rufo, pp. 36 et 44-45. Mais il n’est pas toujours facile de rivaliser avec un germain aux performances (intellectuelles, artistiques ou
sportives) trèsau-dessusdelamoyenne.
5 Ibid.,pp. 36-37.
52Nous retrouvons la première dans les rêves fraternels fusionnels d’écrivains comme
Michel Tournier ou Robert Musil, liée à la fois à la problématique gémellaire et à la
1tentationincestueuse, toutesdeuxdangereuxparadisartificielsd’indifférenciation .Ala
deuxième,nous ajoutons une troisième dimension apparentée, celle de la comparaison
permanente, qui prend généralement la forme d’une compétition positive, permettant de
se différencier sur un mode autant conflictuel que coopératif, en évaluant ses points
fortsoufaiblesetenéprouvantlepouvoirpotentiel quedonnela supérioritédesmoyens
physiques ou cognitifs: les germains se mesurent dans leurs jeux, comparent leurs
performances, peuvent chercher à être le premier, au moins dans undomaine (jeux,
sport, école, etc.). On sait ainsi que les enfants sont «les spécialistes des comparaisons,
pour la simple raison que l’enfance est la période par excellence où chacun repère les
2différences qui lui permettent de mieux se définir » . Cette émulation n’est pas
indépendante de la quête de reconnaissance parentale – et les enfants ont généralement
l’oreille très attentive aux moindres comparaisons formulées par les parents au sujet de
leur progéniture (il semble que les comparaisons physiques soient les plus lourdes de
conséquences). Ainsi, de manière générale: «Le frèreou la sœur jouent un rôle
important dans la constitution de la personnalité, bien au-delà de la bataille pour la
possession de l’amour maternel. L’autre permet à chacun de mieux se définir par le jeu
3des ressemblancesetdesdifférences. »
Dans son étude consacrée aux adolescents, Widmer insiste précisément sur
l’importance dusouci de différenciation dans la relation fraternelle (de manière assez
spécifique, les autres relations familiales ne faisant pas une place aussi importante au
sentimentdedifférence).Sile sentimentdeproximitéestdominant,ledésirdefusionet
d’indifférenciation par rapport au germain est de l’ordre de l’exceptionnel. C’est donc
bien sur le mode de la différenciation que se joue la relation sentimentale entre les
germains. Cette constatation remet en cause l’idée que la famille serait ungroupe fondé
sur la valorisation de la similitude: «exister, dans la famille, c’est se différencier,
particulièrement pour l’adolescent. La différenciation prend pour objet les parents, bien
4sûr, mais également les frères et sœurs. » Cependant, le fait qu’un tiers des adolescents
interrogés admettent admirer souvent ou toujours leur germainmontre qu’il peut exister
5« une envie pour les qualités de l’autre, perçu comme une sorte d’exemple idéal » .
Mais cette admiration trouve rapidement ses limites : «Elle ne vapresque jamais
jusqu’au mimétisme et à l’abandon du sentiment de la spécificité personnelle.Il y a
donc […] une forte déidentification, c’est-à-dire, un sentiment très prononcé de
différence etun refus de s’identifier au germain», qu’on peut interpréter comme un
«moyen de défense contre la rivalité fraternelle, par le développement de
caractéristiques spécifiques qui rendent la comparaison impossible», et donc la
6compétition«moins violente » .
L’expérience ordinaire du lien de germanité confirme donc la pertinence des trois
dimensions précédemment dégagées pour la problématique de différenciation (la
dimension imaginaire spéculaire, l’opposition comme différenciation, la comparaison),
tout en relativisant l’intensité – du moins consciente–d’une quête de similitude au sein
1 Cf. Michel Tournier, Les Météores, ou Robert Musil, Der Mann ohne Eigenschaften. Le mythe de Caïn élargi parle précisément d’une sœur
jumelle d’Abel, objet d’un désir incestueux,donc du conflitentrelesdeux frères,associantdemanièreexemplairelesidées degémellité,d’inceste
etd’oppositionfratricide.
2MarcelRufo,op.cit.p. 27.
3 Ibid.,p.45.Lacomparaisonpeutêtredifficileà vivre silegermainestparticulièrementdouédans unouplusieursdomaines.Cf.aussip.130.
4 Ibid.
5EricWidmer,op.cit.,p.91.
6 Ibid.,p.92,en référenceàSchachter (1982).
53delafratrie.D’ailleurs,lesenfants quiontdesfrèreset sœursdéveloppent toutautantle
rêve d’un frère imaginaire, d’une âme sœur à laquelle ils peuvent tout confier, que les
enfants uniques (qu’on dit parfois davantage prédestinés à être écrivains parce que leur
1solitude les amène à développer leur capacité imaginative ). Rufo dénonce ainsi l’idée
reçue « qui veut que les enfants uniques compensent leur manque de fratrie en
s’inventant des compagnons imaginaires»:«Presque tous les enfants passent par ce
stade de développement vers 3 ou 4 ans, qu’ils aient ou non des frères et sœurs, qu’ils
soient ou non scolarisés. […] L’ami imaginaire permet de verbaliser tout ce que l’on a
surlecœur sansdanger ;ilpeutaussientendre toutlemal quel’onpensede sesfrèreset
2sœurs! » Mais peut-être cette représentation d’un ami imaginaire est-elle justement
l’expressiond’une déception fraternelle, quand les germains n’ont pas suffisamment
d’affinités pour se constituer mutuellement en «âmes sœurs» – ce qui va permettre au
demeurant de se tourner vers des personnes extérieures à la fratrie, donc écarter la
tentationincestueuse.
L’évidente différence des sexes entre frère et sœur favorise clairement le processus
de différenciation, dont Rufo retrace la spécificité : «Dès la naissance, […] frères et
sœurs vivent des expériences originales et distinctes. L’étude des gestes des parents
montre quel’artduportageestdifférent selonle sexedubébé, maisaussi selonceluidu
3porteur. » Il se réjouit d’ailleurs que les comportements des parents « restent encore
aujourd’hui très stéréotypés selon les sexes» et considèrecomme «indispensable» que
chaque sexe ait ses jouetspropres: «C’est notamment lorsque les enfants ont entre 3 et
4 ans qu’ilsdoiventêtreleplus typés.En effet,àcetâgeoù chacun cherche sonidentité
4sexuelle,lesgestesetlesobjets stéréotypés assurent sa solidité. » Il sembleàcepropos
qu’avoir un germain du sexe opposé représente « un avantage certain dans le
5développement de la sexualité infantile » . Comme Françoise Dolto, Rufo est en effet
d’avis queladécouverteà 2ansetdemi-3ans que«lesenfantsne sontpas tousfaits sur
un modèle identique au sein même de la famille» est« un des actes fondateurs de la
sexualité» et queFreuda eu raison de définir le complexe d’Œdipe comme
6«intimement lié au thème de la castration » . Chaque sexe se construit différemment:
« tout au longde leur vie, filles et garçons ne construisent pas leur identité de la même
manière. La petite fille s’identifie à sa mère assez facilement si celle-ci a un statut
valorisé dans la famille. Lepetit garçon, en revanche, se construit dans la frustration: il
7doit se séparer de sa mère et refouler les plaisirs qu’elle peut lui apporter. » L’identité
masculine serait la plus difficile à acquérir parce qu’elle «passe par l’interruption
relativement précoce de la fusion ‘mère-petit garçon’, préalable nécessaire à
8l’affirmation de sa virilité en grandissant. » D’où l’importance du rôle du père, « sa
proximité offrant au bébé un autre attachement et, plus tard, un modèle masculin
9d’identification.Ce rôlepeutaussiêtreassumépar unfrèreaîné. »
D’autrepart,on a constatédes différences entre ledéveloppement desfilles et celui
des garçons,comme l’indiquent diverses recherches en psychologie différentielle des
sexes: «les petites filles parlent plus tôt et mieux que les petits garçons, qui ont, en
1Cf.Marie-ClaudeTarnero-Pansart,op.cit.,p.11.
2MarcelRufo,op.cit.,pp. 299-300.
3 Ibid.,p.85.
4 Ibid.etp.88.
5 Ibid.,p. 78.
6 Ibid.,pp. 77-78.
7 Ibid.,p.86.
8 Ibid.,p.84.Cf.égalementFrançoiseDolto,op.cit.,p. 34,etElisabethBadinter,XY.Del’identitémasculine,Paris,OdileJacob,1992.
9 Ibid.
541revanche, une meilleure perception de l’espace » .Ces orientations privilégiées seraient
dues à «l’utilisation, sans doute différente, des hémisphères cérébraux, qui produisent
2des perceptions et des fonctionnements intellectuels propres à chaque sexe » . Nous
avons ainsi vu que les sœurs à l’adolescence communiquent davantage que les dyades
mixtes ou masculines. Cette tendance serait favorisée par une éducation parentale
différentielle: les filles seraient plus «ménagées» par les parents, qui useraient plus de
laparoleetmoinsdela violence qu’aveclesgarçons.Enoutre,d’aprèscertainesétudes,
«les mots utilisés pour discuter avec les filles ont un rapport plus marqué aux émotions
3et aux sentiments que ceux utilisés avec les garçons. » A titre général idéaliste, on peut
penser avec Rufo qu’«il va de soi queces ‘performances’ n’établissent aucune
domination d’un sexe sur l’autre», même si elles ne sontpas sans impact sur la relation
fraternelle enfantine: «d’une manière générale, ce sont les filles qui dominent les
couples, qu’elles soient aînées ou cadettes. Elles doivent cette suprématie à une
meilleure acquisition du langage qui leur offre plus de possibilités de communication, à
4un développement intellectuel plus précoce et à une prise d’autonomie plus rapide. »
Mais ce n’est pas le cas d’autres formes d’inégalités récurrentes liées au sexe,
notamment physiques, d’où sociales – que nous allons à présent examiner pour la
périodeadolescente.
C’est de l’universelle observation primale de la différence des sexes et des rôles de
base qui y sont liés (grossesse et allaitementréservés à la femme) que provient, d’après
Françoise Héritier, «la valence différentielle des sexes», autrement dit le principe de
domination sociale du masculin sur le féminin, moins fondé – à son avis – sur un
handicap physique de la femme (maternités, règles, moindre force physique en général,
etc.), qu’expression d’une volonté de contrôle de la reproduction de la part de ceux qui
ne disposent pas naturellement de ce pouvoir: en somme, la supériorité des femmes en
la matière aurait été le lit de leur infériorité sociale (même dans les sociétés
5matriarcales) . C’est une idée également soutenue par Axel Kahn, pour qui le pouvoir
exclusif des femmes de porter et donner la vie constitue une «menace ressentie dès les
origines de l’humanité par les mâles dont la seule supériorité véritable réside dans leur
6plus grande efficacité à donner la mort […] » . Il n’en demeure donc pas moins que
7c’est la force physique, « seul moyen où prévaut le masculin» , qui confère du pouvoir
– ycomprisdanslafratrie,commeledémontreWidmerchezlesadolescents.
Widmer observe des phénomènes de domination dans la relation entre germains :
« une inégalité quant à qui décide le plus souvent existe dans 60% des fratries. Cette
proportion est de 70% quand on considère qui arrive davantage à imposer des choses à
8l’autre[…].» Cette différence de pouvoir entre germains peut s’expliquer à la fois par
l’effetdes statuts sociaux conférés par le rang de naissance et le sexe, et par l’asymétrie
des ressources dont disposent les germains (ce qui rejoint l’idée d’Almodovar). La
première explication, normative-culturaliste, postule que le pouvoir est attribuépar des
normes sociales, quidéfiniraientqui a du pouvoir sur qui: en théorie, les aînés et les
garçons devraient en avoir plus que les cadets et les filles, puisqu’il existe
traditionnellementdansnotre sociétédesnormes quiavantagentlesplusâgés (parmiles
1 Ibid.,p.86.Cf.RogerPiret,op.cit.
2MarcelRufo,op.cit.,pp.85-86.
3 Ibid.,pp.86-87.
4 Ibid.C’estégalementlecasdanslescouplesdejumeauxbisexués,cf.pp.182-183 (en référenceàRenéZazzo).
5VoirFrançoiseHéritier, Masculin/Féminin.Lapenséedeladifférence,op.cit.
6AxelKahn,Raisonnableethumain?,Paris,NiLéditions, 2004,p. 282.
7 Ibid.,p. 285.
8EricWidmer,op.cit.,p.159.
55enfants)etleshommes.Dansla théoriedes ressources,labalancedupouvoirpenchedu
côtédecelui quifournitleplusde ses ressourcespersonnellespour satisfairelesbesoins
1des deux parties et réaliser leurs buts. Widmer vérifie la pertinence de la première
explication, qui rendbiencomptedel’effetdepouvoirliéau rangdenaissance :
L’aîné a un pouvoir sur le cadet qui dépend certes des différentes ressources dont il dispose en plus de
son puîné, mais il détient une autorité qui lui est sans doute donnée, tout comme dans les sociétés non
industrialisées, par les modèles culturels. Ni sa supériorité physique, ni sa plus grande capacité à
convaincre les parents, ni sa richesseplus imposante n’expliquententièrement sa domination.Il ya donc
uneautoritédel’aîné qui tientàce statutdepremier venuoudeplusgrand, quiluidonne une supériorité
2qu’ilconsidèrebien souventcommenaturelle[…].
Sans doute l’aîné profite-t-il d’un «pouvoir légitime […] qui a son origine dans des
3valeurs intériorisées » , ce qui ramène au concept d’autorité traditionnelle de Weber,
c’est-à-dire au respect pour ce qui a toujours existé: «il est admis, dans la culture
4enfantine et sans doute adolescente, que les plus jeunes doivent obéir aux plus vieux. »
Les sexes ont également uneffet important sur la répartition du pouvoir, en faveur des
garçons. On peut faire la même hypothèse normative« que les parents socialisent leurs
filles et leurs fils de manière différente, et participent ainsi à reproduire des modèles
traditionnels dans les relations qu’entretiennent leurs enfants. Les enfants, de leur côté,
5imiteront les relations de pouvoir existant entre leurs père et mère. » Mais c’est ici
plutôtla théoriedes ressources qui rendcomptedeladifférencedepouvoirentregarçon
etfille.Widmerdémontre qu’elleestdue engrandepartieàl’effetdelaforcephysique,
ressource liée à la fois au sexe masculin (en règle générale, les garçons sont plus forts
que les filles) et au pouvoir (les germains les plus forts physiquement ont davantage de
pouvoir). La force apparaît ainsi comme l’une des bases du pouvoir fraternel,
notammentdanslesfratriesmixtes,oùlesfilleshésitentàemployerlesarmesphysiques
contre leurs frères, car elles s’en pensent moins bien dotées. Cela confirme les théories
féministes qui considèrent la violence familiale comme un moyen de domination des
hommes surlesfemmes.
Si le pouvoir est donc lié au rang de naissance et au sexe, les aînés et les garçons
étant clairement favorisés, par statut (aîné) ou par ressource (force physique), la
légitimité accordée par les parents s’avère une autre ressource importante: la plus
grande capacité à les convaincre s’accompagne d’une augmentation du pouvoir sur le
germain. Le rapport aux parents est donc unfacteur de hiérarchisation dans la fratrie :
l’avantage qu’ils concèdent (inégalités de traitement) est transformé en un pouvoir
supplémentaire. Une partie du pouvoir de l’aîné tient sûrement à sa position stratégique
dans la communication familiale (plus un individu est central dans un réseau, plus son
pouvoir est grand). Les filles profitent sansdoute de la communicationparticulièrement
forte qui les lie à la mère, laquelle peut contrebalancer le pouvoir du père, basé sur des
ressources externes, par son rôle central dans le réseau familial de communication (elle
canaliselesconfidencesdesenfants,dontlepèreestplusoumoinsexclu,etjoue un rôle
6d’intermédiaire, positions qui sont associées à un surcroît de pouvoir) . Nous pouvons
donc supposerquela sœuraînée vadétenir unpouvoirimportantdanslafratrie,àlafois
en tantqu’aînée et en tantque fille, quicommunique davantage avec les parents.
1Cf.ibid.,pp.159-162.
2 Ibid.,p.164.
3 Ibid,p.161 (citationdeFrenchetRaven,1965,p. 368).
4 Ibid.
5 Ibid.
6Cf.ibid.,pp.170-171.
56D’autre part, le pouvoir ne dépend pas seulement des statuts ou des ressources
individuelles activées, mais ausside«la formule du pouvoir en cours dans la famille»,
c’est-à-dire de la formationde coalitions: «la coalitionpermet aux individus les plus
‘faibles’ de mettre leurs ressources en commun et d’exercer une pression sur un autre
1membre de la famille » . Nous avons vu que les coalitions se formaient
préférentiellement entre la mère et la fille, ou la mère et le cadet. Sans doute ces
alliances n’obéissent-elles pas seulement à une «logique de l’instinct (l’attachement
instinctifdelamèrepourlepuînéparexemple)», mais répondent-ellesaussiau«désir,
à la fois de la femme, de la fille ou du cadet, de contrebalancer le pouvoir de l’homme,
du garçon ou de l’aîné»: «L’enfant devient une ressource pour la femme dans ses
négociations avec son mari, la mère devient une alliée dans celles du cadet avec son
2aîné,delafilleaveclegarçon. »
Les autres ressources prises en compte par Widmer, considérées comme
importantes à l’adolescence pour son échantillon (sociabilité, habileté manuelle,
excellence scolaire, excellence sportive, possessions matérielles et capacité financière),
n’apparaissent pas significatives des différences de pouvoir dans la fratrie – à
l’exception cependant de la beauté, dont l’impact en terme de pouvoir,certes moindre,
mais significatif d’après les résultats présentés, n’est pas expliqué par Widmer:la
beauté confèrerait-elle un rayonnement qui impressionne ou protège ? Cela s’explique
sansdouteparlefait queles ressourcesne sontproductricesdepouvoir quedanslescas
où elles sont activées dans des interdépendances. Widmer démontre ainsi que
l’asymétrie des échanges (prêt d’affaires) est source de pouvoir, de nouveau en faveur
de l’aîné, qui dispose de davantage de ressources matérielles à proposer: «L’altruisme
de l’aîné[…] a donc comme conséquence – et peut-être comme finalité plus ou moins
consciente–defaireducadet undébiteur, voire un subordonné.ToutcommeleKulaou
le Potlatch des anthropologues, les aides et les dons fraternels ne visent-ils pas, entre
3autreschoses,à renforcerleprestigedesbigmen que sontlesaînés ? » Leséchangesne
sontpasinnocentspuisqu’ils«placentlesindividusdansdespositionsdedominanceou
de dépendance»: «La réciprocité est la conséquence de l’exigence d’égalité, et
4l’inégalité dans l’échange est compensée par une inégalité de pouvoir » . Cette perte de
pouvoir peut être volontaire, car«la personne qui décide s’il y aura subordination ou
non n’est pas celle qui a le plus de ressources, mais celle qui est la plus dépendante. Le
5désirdes ressourcesd’autruicréeladépendanceà sonégard. »
Enfin, Widmer distingue du pouvoir – qui comporte la possibilité de sanctions,
implique une forme de contrôle, de coercition, sous-entend un conflit d’intérêt plus ou
moins marqué – une deuxième forme de leadership, essentielle pour notre sujet :
l’influence, qui ne se base que sur la persuasion. Là encore, le statut d’aîné est décisif :
«Les aînés ont beaucoup plus d’influence que les cadets, quand bien même on contrôle
6statistiquement l’effet des ressources que l’aîné possède en plus. » Cela semble
notamment tenir au faitque les cadets ont davantage tendance à se comparer aux aînés
7que l’inverse: or la comparaison est « un vecteur d’influence efficace » . Le germain
semble être autant objet de comparaison que le meilleur ami. Il l’est même par
1 Ibid.,p.170.
2 Ibid.,pp.170-171.
3 Ibid., p. 170. Cf. supra la dimension de coopération: la réciprocité dans les échanges est de règle, mais elle est parfois remplacée par une
asymétriedesprestations.
4 Ibid.,p.168.Danslepotlatch,celui quinepeut rendredéclare soninfériorité (cf.M.Mauss,Sociologieetanthropologie,Paris,PUF,1966).
5 Ibid.
6 Ibid.,p.172.
7Festinger (1954),d’aprèsEricWidmer,p.174.
57excellence puisqu’il pénètre à la fois le domaine d’influence des parents –
essentiellement les buts scolaires et les plans concernant le futur – et celui des pairs –
influence surle stylede vie,lesgoûts,lesactivités récréatives:
[…] les aînés utilisent les parents comme points de référence, alors que les cadets incluent bien souvent
lesaînésdanslesautruis significatifsàpartirdesquelsilsoriententleurscomportements. /[…]L’aînéest
une sourcedecomparaisonpourlecadetparce quelepremier-néaplusd’expériences,deconnaissances,
en résumé«parce qu’il est déjà passé par là ». Selon Festinger, les individus ont en effet tendance à se
comparer à des personnes qui sont un petit peu supérieures à eux, dans le domaine sur lequel porte la
comparaison: c’est bien la situation dans laquelle se trouve souvent l’aîné par rapport au cadet. De plus,
la comparaison entretient un rapport étroit avec le pouvoir. Les dominés se comparent aux dominants
toujours plus que les dominants aux dominés. Or […] le premier-né a plus de pouvoir, dans la majorité
1descas, quelecadet.
Les parents et l’école, deux acteurs centraux pour l’individu, confortent cette tendance,
en comparant eux aussi : il est beaucoup plus probable que les parents évaluent le cadet
par rapport à l’aîné que le contraire, puisqu’ils disposent de souvenirs de l’aîné à âge
égal, et non l’inverse, et qu’ils le donnent en exemple (dans l’autre sens, possible,
l’infériorité d’âge enlèverait à l’exemple sa pertinence). De la même manière, c’est
logiquement l’aîné qui va être pris comme base de comparaison par les professeurs.
Quant aux ressources les plus corrélées avec l’influence, ce sont, par ordre
d’importance, lacapacitéàconvaincre lesparents, laforcephysique, la réussite scolaire
et la beauté. Le sexe apparaît non significatif. Cependant, Widmer remarque que les
filles se comparent plus que les garçons, quel que soit le sexe du germain considéré,
alors que les garçons se comparent davantage à un frère qu’à une sœur, ce qui montre
l’impact qu’ont sur la relation fraternelle les normes de comportement et les rôles
associésau sexedansnotreculture.
D’après Widmer, les relations de pouvoir et d’influence structurent donc
puissamment la relation fraternelle: «Les germains ne sont pas égaux, ni à l’extérieur
2de la famille ni à l’intérieur de celle-ci. » Ces inégalités sont dues autant à desfacteurs
culturels (statut dominant des aînés et, dans une moindre mesure, des garçons)
qu’interpersonnels (ressources non partagées, source de pouvoir quand elles sont
activées – force physiquepour lesgarçons– ou distribuées – aide scolairepar les aînés)
et renforcées par le jeu de la dynamique familiale (coalitions et réseau de
communication, ce dernier en faveur des aînés et des filles). On peut s’attendre à ce
qu’ellesinfluent surla répartitiondes rôlesau seindelafratrie.
Suivant Widmer, les gender studies, qui examinent les différences ou inégalités
entre les sexes, ainsi que leurs causes sociales, ont fortement influencé l’étude des rôles
3familiauxdanslecadredes relationsconjugalesetdes stratégieséducatives .Si mariset
femmesne jouentpas les mêmes rôlesdanslafamille, sansdouteest-ceaussilecasdes
frèreset sœurs.Par exemple,ladivision du travaildomestiqueentrehommesetfemmes
est aujourd’hui encore très inégale, quels que soient le milieu social et l’origine
culturelle. Or le couple frère-sœur semble suivre la même logique inégalitaire que le
couple conjugal. D’après les données de Widmer, «les filles ayant un frère assument
plus de travail ménager que luidans 68% des cas. Par contre, un garçon avec une sœur
4travaillera seulementdans 33%descasdavantage que sa sœur. » Cetteinégalitédansla
division du travail domestique entre filles et garçons provient en partie des médias,
1 Ibid.,pp.174-175.
2 Ibid.,p.179.
3D’aprèsEricWidmer,p.180.
4 Ibid.,pp.195-196.
58« qui colportent des modèles de relations relativement stéréotypés, qui peuvent pousser
1les enfants et les adolescents à adopter les comportements attendus de leurs sexes » , et
de l’influence des pairs. Mais pour l’essentiel, d’après Widmer, c’est la répartition
traditionnelle des rôles dans le couple parental qui devient un facteur d’inégalités par
l’effet de l’éducation (et non par une imitationinconsciente du fonctionnement
conjugal). Les parents exigent davantage des filles que des garçons, imposant par là un
modedefonctionnementinégalitaire.La relationfraternelle mixteapparaîtdonccomme
2une«courroiede transmissiondesattitudes sexualiséesdanslafamillenucléaire » .
Parsons etBales,d’aprèsWidmer,ontproposé une typologiedes rôlesfamiliaux en
fonctiondu sexe :
[…] la famille, comme tous les autres petits groupes, a besoin d’un leader expressif et d’un leader
instrumental, tousdeuxindispensablesàla surviedugroupe. Leleaderinstrumentaldicteàlafamilleles
valeurs et les objectifs. C’est lui qui s’occupe des rapports avec l’extérieur. Il fait référence, dans son
comportement, à des valeurs universalistes (des critères objectifs guident ses choix). Il s’occupe donc de
tout ce qui touche à l’intégration de la famille dans la société. Le leader expressif s’occupe du climat
interne à la famille. Il cherche moins à diriger qu’à soutenir, à aimer et à faire aimer. Dans le couple
conjugal, selon Parsons et Bales, l’épouse est destinée à devenirle leader expressif,parles liens naturels
qui la lient aux enfants (grossesse, allaitement). A cause de la nécessaire (toujours selon les auteurs)
différenciationdesfonctions,le mariestportéàoccuperle rôleinstrumental.Dela mêmemanière,lefils
est destiné à devenir un leader instrumental de second ordre (ayant moins de pouvoir que le père), et la
fille un leader expressif de second ordre également (ayant moins de pouvoir que la mère). Ainsi, la
famille nucléaire socialise les enfants aux rôles qu’ils devront jouer dans la société et dans leurs futurs
rôles d’époux et de parents, d’où des différences importantes entre frères et sœurs qui seraient
fonctionnelles, puisqu’elles permettraient à l’ordre social et familial de perdurer. Parsons et Bales
mettent donc en avant le rôle fondamental et bénéfique de la famille comme acteur de socialisation aux
3rôles sexués.
Autrement dit, la claire dichotomie entre rôles masculins instrumentaux et rôles
féminins expressifs serait bénéfique parce qu’elle donnerait «des repères stables en
4matière d’identité aux enfants» et les socialiserait à leurs «devoirs de sexe» . Mais
cette théorieaétélargementcritiquée,notammentparleschercheursféministes:
La montée du travail des femmes, des familles monoparentales ou recomposées, la transformation des
rôles masculins et féminins tant à l’intérieur de la famille que dans d’autres domaines de la vie sociale,
ont toutefoisportédescoups sérieuxàla théorieparsoniennedes rôles.
On reproche en particulier à Parsonsd’avoir fait d’une réalité empirique – la famille américaine
5middleclassdesannées50– unimpératiffonctionnel (Michel,1976).
èmesElleparaîten revanchebienpertinentepourlesauteursdes18 et19 siècles quenous
étudierons dans la deuxième partie, la mère étant traditionnellement «mandatée pour
6gérer le capital affectif de la famille » , et les filles à sa suite. Cela pourrait même
expliquer le comportement à la fois rebelle et responsable de femmes comme Bettine
Brentano (qui refusa de se laisser«formater» au mariage soumis,mais assuma tout à
fait son rôle de mère de famille nombreuse). Widmer lui-même reprend ces concepts
pour caractériser les attentes particulières liées au statut d’aîné, à partir de l’hypothèse
qu’il y a « un lien entre la communicationavec les parents et l’intériorisation des
1 Ibid.,p.196.
2 Ibid.,p.195.
3 Ibid.,p.183-184.
4 Ibid.,p.195.
5 Ibid.
6 èmeGabrielle Houbre (au sujet du 19 siècle français), «Amours fraternelles, amours romantiques », in : Visages de la fratrie, Adolescence, 1993,
tome11,n° 2,p. 296.
591valeurs ou modèles qu’ils proposent » . Le fait que l’aîné communique plus souvent
avec le père que le cadet, quel que soit son sexe, pourrait expliquer son «orientation
plus instrumentale», notamment dans la réussite scolaire et sociale: «Le père est
encore aujourd’hui davantage centré que la mère sur la carrière et la réussite
professionnelles. Parce qu’il existe un lien spécial entre lui et son aîné(e), la
transmission des valeurs instrumentales du père se fait plus aisément vers l’aîné que
2vers le cadet. » Or la fille aînée communique également plus avec la mère que le
garçon aîné: on peut donc supposer qu’elle sera «à la fois orientée vers
l’instrumentalité et porteuse des rôles expressifs de la mère» et«l’objet d’attentes plus
3fortesetplus variées » .
Il existe également des théories intéressantes sur les rôles fraternels en fonction du
rang de naissance. Dans sa théorie du détrônement, Adler considère l’aîné comme«le
4soutiendelafamilleetde sestraditionsconservatrices » ,d’aprèsWidmer :
[…] le premier-né a la caractéristique d’avoir été un enfant unique pendant un certain temps. Il a donc
profité de l’attention pleine et entière des parents, et s’est vu obliger de«partager», à un moment du
cycle de vie (vers deux ou trois ans en moyenne), où il n’a pu rationaliser, conceptualiser cette nouvelle
expérience. L’aîné se trouve donc dans la position de quelqu’un qui a des acquis à protéger, d’où son
rôle conservateur dans la famille: il cherche à justifier le pouvoir qui lui a été donné, et il vadéfendre le
5
systèmefamilial quiluiadonnécepouvoir.
Al’inverse,lecadet seraitpromisàla révolte:
Le cadet, tout au contraire,naît avec le partage, dont il est la cause. Il n’a jamais possédé de manière
exclusivel’attentionetl’affectiondesparents.Ildoitfairefaceàl’aîné, quiestplusfort quelui, qui veut
le dominer, et qui conteste sa prétention à l’égalité. Durant sa vie entière, le cadet sera davantage porté à
la révolteetàlacontestation quel’aînéparce qu’iladû,dès sanaissance,fairefaceaupouvoirdel’aîné,
6dontilcontestaitlalégitimité.
C’est sur ce genre de considérations que se base Franck Sulloway, qui tente de
démontrer que les génies (surtout scientifiques et politiques) sont en règle générale
7prédestinésparleur rangdecadetàêtredes rebelles,doncdesnovateurs .
D’après Widmer, Toman a systématisé les idées d’Adler en voyantune
correspondance entre les rangs de naissance, les sexes présents dans la fratrie et la
complémentarité des rôles fraternels. Le rang de naissance et le sexe définiraient la
personnalitédel’individu:
[…] un frère aîné est poussé à devenir un leader, alors qu’une sœur cadette de garçon sera
particulièrement féminine, bonne épouse, etc. Les relations sociales de l’adulte sont définies par la
constellation fraternelle dans laquelle il a grandi. Elles ne seront heureuses que dans la mesure où elles
permettront à l’individu de dupliquer ses relations fraternelles. […] [L]es mariages liant des individus
aux rangs complémentaires (comme un frère aîné de fille avec une sœur cadette de garçon) seraient
moins menacés par le divorce que les autres. En règle générale, les relations entre personnes de rangs
8
complémentaires seraient moinsconflictuelles.
1EricWidmer,op.cit.,pp.109-110.
2 Ibid.,p.109.
3 Ibid.,p.110.
4AlfredAdler,Lesensde la vie.Etudedepsychologieindividuelle,Paris,PetiteBibliothèquePayot,1991 (rééd.),p.169,d’aprèsWidmer,p.182.
5EricWidmer,ibid.
6 Ibid.
7 Cf. Franck J. Sulloway, Der Rebell der Familie. Geschwisterrivalität, kreatives Denken und Geschichte, trad. de l’américain par Klaus Binder et
BerndLeineweber,Berlin,Siedler,1997 (titreoriginal:Born toRebel.BirthOrder,FamilyDynamics,andCreativeLives).
8EricWidmer,op.cit.,pp.182-183.
60Aussi intéressante soit-elle, cette théorie de l’importance de l’expérience fraternelle
pour l’individu reflète toutefois des conceptionsassez traditionnellesdu rôledévolu àla
femmeetpropose sansdoutedesgénéralisationsabusives.
Enfin, Bossard et Boll ont dégagé les rôles suivants, censés correspondre aux rangs
de naissance successifs: le germain responsable (l’aîné), le populaire (le second),
l’ambitieux socialement (le troisième), le studieux (etc.), l’isolé ou asocial,
l’irresponsable, le handicapé ou le malade et l’enfant gâté. «Les premiers rangs se
réserveraient les bons rôles, ce qui amènerait les puînés à se spécialiser dans les rôles
1dévalués socialement,mais qui restent seuls à disposition » . Par ailleurs, il y aurait une
corrélationentrela tailledelafratrieetla spécialisation,ladiffusiondes rôles:«plusla
famille est grande, plus la spécialisation des rôles est forte, plus le nombre de rôles est
2grand. » Mais comme le remarqueWidmer, cette typologie est difficilement
généralisablepar manque de théorisationautour des rôles dégagés etvu le caractère
réduit et particulier de l’échantillon (60 familles nombreuses). Nous retiendrons donc
simplement avec Alain de Mijolla et Sylvie Angel l’idée qu’une fratrie nombreuse
favorise la parentification des aînés, notamment des sœurs, par identification au rôle
maternel, que la famille peut fonctionner comme un«clan» soudé, mais aussi être le
lieu de grandes frustrations (parents, espace et objets étant d’autant plus à partager que
3lenombredegermainsestgrand) .
Parmi toutes les typologies déjà évoquées, celle que propose à son tour Widmer
nous paraît la plus adéquate à rendre compte de la complexité et de la diversité des
interactionsetdesinfluencesentregermains,parce qu’ellepermetd’opérerdemultiples
combinaisons de rôles. L’une des caractéristiques de la relation fraternelle dans nos
sociétés modernes étant la relative absence de normation, Widmer entend par rôle non
pas un ensemble de droits et de devoirs liés à une fonction ou à une position clairement
définies, soit par les normes, soit par une organisation (comme le rôle de la mère de
famille, le rôle d’un chef d’entreprise), où le rôle, transmis par la socialisation, est en
étroite corrélation avec la culture et les normes (définition classique), mais plutôt une
« régularit[é] comportemental[e] résultant d’une interaction sociale», associée à une
4positionou à un statut dans le groupe fraternel . Cette définition interactionniste met
l’accent sur la création de leurs rôles par les individus plutôt que sur la prise de rôles
préexistants: du fait de l’absence de normes culturelles, «les rôles fraternels se
5construisent, se négocient d’unefaçon active,dans le cadre dela famille » . Il fautdonc
tenir compte de leur significationpour l’ensemble de la famille, sans se limiter
ausoussystème fraternel. Par ailleurs, selon Bossard et Boll, les rôles joués dans la fratrie sont
particulièrement stables et perdurent sur le long terme: étudier les rôles dans la fratrie
adolescente permet ainsi de«faire la généalogie des rôles conjugaux et familiaux de
6l’adulte » . Le fait que les rôles s’installent dès l’adolescence nous intéresse d’autant
plus que c’est généralement à ce moment-là que l’écrivain commence à se manifester
comme tel: on peut s’attendre à ce que les rôles endossés par l’écrivain et sa sœur l’un
vis-à-vis de l’autre se constituent dès l’adolescence et se maintiennent à l’âge adulte –
quandl’écrivain s’affirmecomme tel.
Widmer part de l’idée que le groupe familial, comme tout autre groupe, doit gérer
certains problèmes fonctionnels, qui, par hypothèse, façonnent les rôles fraternels. Il
1 Ibid.,p.183.
2 Ibid.
3Cf.AlaindeMijolla,op.cit.,pp. 60-62,etSylvieAngel,op.cit.,pp. 38-39.
4Cf.ibid.,p.181 (définitionempruntéeàF.I.Nye, RoleStructureandAnalysisof theFamily,BeverlyHills,SagePublications,1976).
5 Ibid.
6 Ibid.
61s’agit tout d’abord d’avoir une orientation collective:«C’est parce que ses membres
1ont des objectifs communs que le groupe se distingue de l’agrégat » . Ainsi, dans la
2famille, «le partage de projets est vital » . On peut donc penser qu’il existe un «rôle
d’orienteur»: une ou plusieurs personnes vont proposer les objectifs à atteindre.
Deuxièmement, la famille se caractérise par des interactionsrégulières, très intenses
émotionnellement, où l’entraide, le soutien, sont les plus attendus. On peut distinguer
trois formes de maintien de cette cohésion interne: le «rôle d’altruiste» (celui ou celle
qui se sacrifie pour les autres), le «rôle d’animateur» (celui ou celle qui s’occupe de
créer une bonne ambiance), le «rôle de réconciliateur» (celui ou celle qui répare les
liens familiaux). Pour fonctionner correctement, la famille doit aussi avoir des liens
avec l’extérieur: à côté des parents, aurôle essentiel (ils apportent à la famille ses
revenus, une bonne part de sa sociabilité, ses innovations culturelles, etc.), les enfants
jouentégalement un rôleimportantenfaisantentrerl’écoledanslechampd’actiondela
famille, ainsi que les médias, les loisirs, les diverses associations dont ils font partie,
leurs amis et camarades: «Les succès ou échecs scolaires, les nouvelles connaissances
3ou les nouvelles questions nourrissent la vie familiale et la renouvellent » . L’enfant
participe donc potentiellement à l’intégration de la famille dans son réseau social et
dans les institutions de la société: il peut jouer un «rôle d’intégrateur», autrement dit
«d’innovateur». Quatrièmement, comme tout groupe, la famille se réfère à des règles
de fonctionnement: «Certains comportements sont interdits, d’autres considérés
défavorablement, d’autres encore, obligatoires. La division du travail familial nécessite
4certains principes. » Or les enfants, surtout adolescents, peuvent jouer ce «rôle de
censeur» (traditionnellement dévolu au père, mais également du ressort de la mère) en
prenant part à la définition des normes familiales. Widmer complète cette typologie par
deux rôles quine relèventpasdirectementdesfonctionsessentiellesdelafamille:ceux
de «parentcomplémentaire»etde«perturbateur» (le seul«négatif»).
D’aprèsles réponses recueillies,lesgermainsjouentplusieurs rôlesimportantspour
le groupe familial: parent(à 42%), innovateur (45%), réconciliateur (57%), altruiste
(58%), perturbateur (environ 60%), censeur (63%), orienteur (68%), animateur (92%).
La palme revient donc aurôled’animateur, endossé par l’un des germains dans
pratiquement toutes les familles. Par ailleurs, «[l]e fort pourcentage de cas dans
lesquels undes enfants se perçoit comme un parent pour les autres laisse supposer que
5les germains ont une place importante dans la socialisation » . Enfin, on peut mettre en
rapport la proportion importante du rôle de perturbateur avec la période de
6l’adolescence, «productrice de remises en question et de stress pour les familles » . En
moyenne,lesfratriesjouent4,8des8 rôlespossibles,etlesindividusinterviewés unpeu
plus de trois (3,3). Widmer ne remarque pas de différence entre les filles et les garçons
quant au nombre de rôles joués ; en revanche, les aînés jouent clairement un plus grand
nombre de rôles que les cadets (en moyenne 3,7 rôles contre 2,9), ce qui«montre bien
7l’intérêt d’une mise en rapport des deux dimensions en question» . Le rôle de parent
s’avère beaucoup plus du domaine des aînés (85%) que des cadets (18%), et endossé
plus souvent par les filles que par les garçons: c’est la fille aînée qui le joue le plus
(50%)etlegarçoncadetle moins (6%). Cen’est sansdoutepasunhasard sile statutde
1 Ibid.,p.184.
2 Ibid.
3 Ibid.,p.185.
4 Ibid.
5 Ibid.,p.186.
6 Ibid.
7 Ibid.,p.187.
62fille aînée se distingue également par sa très faible proportion de perturbatrices (deux
fois moins que dans les autres statuts). Les aînés sont aussi plus censeurs que les
1cadets: ils «disent le bien et le mal, imposent certaines normes » ; le garçon aîné
(62%) un peu plus que la fille aînée (53%) ; c’est de nouveau le garçon cadet qui
endosse le moins ce rôle (18%). L’orienteur est également plutôtun aîné. Les rôles
d’innovateur, de réconciliateur et d’altruiste sont revendiqués par tous les statuts (quel
que soit le rangou le sexe), mais un peu moins par le garçon cadet (voire très peu pour
le rôled’innovateur (16%)).Enfin,l’animateur,« qui s’occupede vivifierleclimatdela
famille, sa cohésion interne, est surtout ungarçon» (mais souvent aussi une fille), et
2«aussi souvent un cadet qu’un aîné» . Au global, l’aîné participe davantage au
fonctionnement de la famille que le cadet. Remarquons aussi«l’influence inverse du
sexe selon le rang denaissance: alors que les garçons aînés jouent plus de rôles que les
filles aînées, les garçons cadets en jouent moins que les filles cadettes: ce sont
3d’ailleurseux quijouentlemoinsde rôlesdanslafamille » .
Ces résultats permettent de distinguer plusieurs tendances importantes en fonction
du rang et du sexe: d’abord, la parentification de l’aîné, qui joue pour son germain des
rôles généralement dévolus aux parents, en particulier le rôled’éducateur, qui lui
confère du prestige et du pouvoir. C’est unpeu comme dans les sociétés non
occidentales, où les aînés, qui ont un statut d’éducateur vis-à-vis des cadets (ce qui
permet aux parents de se consacrer entièrement au travail nécessaire à la survie de la
famille), ont également sur eux une autorité « qui s’assimile, selon Cicirelli, à l’autorité
4parentale, par sa force et le respect qui l’accompagne » . Dans nos pays industrialisés
également, le germain peut être un parent supplémentaire ou substitutif, notamment
dans les fratries confrontées à la démission parentale. Pour Zajonc et Markus,«c’est
parce que l’aîné a un rôle d’éducateur qu’il peut développer ses propres compétences
5intellectuelles de manière plus étendue que le cadet » . Mais ce n’est pas forcément une
bonne chosepour ledéveloppement des capacités du cadet: «[p]lus l’aîné remplace les
parents dans les stratégies éducatives, plus l’éducation que reçoit le cadet est, en
quelque sorte, puérile»; la«parentification de l’aîné s’accompagne sans doute d’un
moinsbonapprentissage,parlecadet,descodeslinguistiques,etuneplusforteprésence
du code restreint par rapport au code élaboré» (dont la maîtrise différentielle, selon la
6classe sociale, serait,d’aprèsBernstein,lefacteurdominantdela reproduction sociale) .
Les différences de QI et de réussite scolaire entre les rangs de naissance
s’expliqueraient ainsi par la socialisation différentielle des germains: «le cadet est
désavantagé, car sa socialisation a lieu dans un environnement familialplus puéril que
celui de l’aîné qui, pendant un certain nombre d’années, a l’usage exclusif de ses
7parents » . Quoi qu’il en soit, il est clair que «cadets et aînés ne vivent pas la même
8relation fraternelle » . On peut penser que cette parentification a des coûts pour l’aîné,
qui se trouve contraint à moins de sorties, moins de temps de loisirs–hypothèse
cependant non confirmée dans l’échantillon de Widmer, «où les aînés parentifiés
9avaient une vie socialeaussibien remplie quelesautres » .
1 Ibid.,p.189.
2 Ibid.
3 Ibid.
4 Ibid., p. 190, en référence à V. G. Cicirelli,«Sibling Relationships in Cross-Cultural Perspective», Journal of Marriage and the Family, 1994,
n°56,pp. 7-20.
5 Ibid.,en référenceàR.B.ZajoncetG.B.Markus, «Birthorderandintellectualdevelopment », PsychologicalReview,1975,n°82,pp. 74-88.
6 Ibid.,pp.190-191.
7 Ibid.,p.15.
8 Ibid.
9Cf.ibid.,p.191.
63C’est la sœur aînée qui joue le plus ce rôle de parent, et le moins celui de
perturbateur, sans doute du fait de sa forte communication avec la mère, à laquelle elle
s’identifie et qui lui délègue facilement une partie de ses tâches: elle sert de «courroie
de transmission» entre la mère et les cadets. La sœur aînée semble donc «être définie
1par la prise en charge d’une partie des rôles maternels » , aujourd’hui comme autrefois.
C’était sans doute d’autant plus le cas dans la bourgeoisie et l’aristocratie des 18 et
èmes19 siècles que les filles se préparaient à leur traditionnel destin de mère au foyer.
D’où, selonGabrielleHoubre,«l’orientationpriseparcertaines relationsfraternellesoù
lefrèrecadet s’abandonnaitàladirectiond’unegrande sœur, quiendossaitavecplusou
2moinsdeconstancele rôlede substitutmaternel. » Cefutlecasd’HenrietteRenanpour
sonfrèreErnest.PourFrançoiseDolto,cegenrede situationn’estpas souhaitable sielle
est trop extrême: elle laisse potentiellement le champ libre au despotisme de l’aînée,
3qui réalise une forme d’inceste œdipien, et rendlecadet dépendant, névrosé . Marcel
Rufo met aussi en garde contre la potentielle tyrannie des sœurs aînées, qu’il trouve
souvent autoritaires avec leur petit frère, ce qui s’explique autant par «l’autorité de
4l’âge» quepar«lanaturedeleur sexe » .
A l’inverse, le garçon cadet se distinguepar « sa relative absence de tous les rôles
considérés, sicen’estceuxd’animateuretdeperturbateur»:«Ilintègremoins souvent
lafamille,il réconciliemoins,ilestlégèrementmoinsaltruiste,ilfaitmoinslamoraleet
oriente moins l’actionde la famille. Sur toutes ces dimensions, il se distingue non
seulement des aînés, mais également des sœurs cadettes quijouent ces rôles dans des
5proportions plus fortes. » L’explication de Bossard et Boll, selon laquelle «les aînés
prenant la plus grande partie des rôles positifs, les cadets doivent choisir ceux qui
restent,ce quiexpliqueraitleurpropensionaux rôlesnégatifset,plusgénéralement,leur
6difficulté à trouver leur identité propre au sein de la famille » , semble donc pertinente.
Il est possible que la position de cadet porte à devenir un révolté, comme le pensait
Adler – idée reprise par Sulloway. Mais cette hypothèse est controversée, critiquée par
exempleparMarcelRufo:
L’idée que les aînés sont perfectionnistes, qu’ils ont une tendance naturelle à s’identifier au père et à la
mère afin de leur ressembler, et que les cadets sont des révoltésest par trop simpliste. […] il n’existe en
la matièreaucun déterminisme.Je vois plus souvent descadets régressifs que révoltés,je ne compte plus
les aînés qui font les bébés en volant,à 8 ans,le biberonde leurcadet de 2 ans,et qui n’ont donc aucune
propension à devenir perfectionnistes ni autoritaires,ou encore ceux qui cassent tout tandis que les
7cadetsdemeurentconformesaux souhaitsdeleursparents.
Une seule chose paraît sûre: «le garçon cadet semble moins connecté à la vie familiale
8quelesindividusoccupantd’autres statuts » .
Le fait que le rang et le sexe influencent la prise de rôlesdans la fratrie indique une
certaine spécialisation de chaque individu dans la famille. En moyenne, les répondants
jouent 3,2 rôles spécifiques (différents du germain) sur les4,8 présents dans les fratries.
Il existe donc une certaine division du travail relationnel entre les germains. Pour René
Zazzo comme pour Judy Dunn et Robert Plomin, c’est là précisément la cause des
différences entre jumeaux ou frères et sœurs.Les thérapeutes de la famille d’orientation
1 Ibid.
2 Ibid.,p. 297.
3Cf.FrançoiseDolto,op.cit.,p.42.
4MarcelRufo,op.cit.,p.87.
5EricWidmer,op.cit.,pp.191-192.
6 Ibid.,p.192.
7MarcelRufo,op.cit.,pp. 72-73.
8EricWidmer,op.cit.,p.192.
64

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.