La névrose de Jean Lorrain

De
Publié par

Histoires de masques de Jean Lorrain (1856-1906), écrivain décadent français, est paru en 1900. C'est un recueil de nouvelles fantastiques racontant chacune une expérience particulière du narrateur. En filigrane du thème principal qui est le masque, un autre thème sous-jacent apparaît : la névrose de Jean Lorrain. Bien nombreux sont les hommes névrosés, mais l'écrivain, lui, a l'avantage d'en tirer la meilleure partie.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 5
EAN13 : 9782296507654
Nombre de pages : 104
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Magda Ibrahim
La névrose de Jean Lorrain dansHistoires de masques
La névrose de Jean Lorrain dansHistoires de masques
Magda Ibrahim
LanévrosedeJeanLorrain dansHistoiresdemasques
L’HARMATTAN
Dumêmeauteur
Thèses -Étude du roman de Roger Vailland,Beau Masque (1954),Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV), Paris, 1987.
-Beau Masque de Roger Vailland (1954), roman de formation.Genèse et analyse,Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris-III), Paris, 1990.
Recherches -Nizar KABBANI a-t-il vraiment plagié Jacques PRÉVERT ?Étude comparée des poèmes :«Déjeuner du matin»de Jacques PRÉVERT et«Avec un journal»de Nizar KABBANI, Paris,Éditions L’Harmattan 2010.
-« Le Système des personnages dansCorruptionde PramoedyaAnanta TOER &LHomme rompude TaharBEN JELLOUN »,Présence francophone(Worster, Massachusetts,États-Unis), mai 2006, n° 66, pp. 230-246.
-Réflexions sur le roman deDenis JEAMBAR :Le Jour où la girafe s’est assise. Publications of theBulletin of theFaculty ofArts, n° 19 annexé auBulletin of theFaculty ofArts, n° 54,Université d’Alexandrie (Alexandrie,Égypte), 2005.
-« Le Thème de la prison dansCe que la nuit raconte au jourd’Hector BIANCIOTTI »,Horizons(LeCaire,Égypte), n° 9, année 2003-2004, pp. 29-72.
Contributionintensiveàlapressearabe Articles impressionnistes, de critique littéraire et artistique, interviews et traductions.
©L'HARMATTAN,2012 5-7,ruedel'École-Polytechnique;75005Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96261-3 EAN : 9782296962613
INTRODUCTION
Nous avons fait la connaissance de l’œuvre de Jean Lorrain (1856-1906), écrivain décadent français de la fin du XIXème siècle au cours du séminaire de Madame le Professeur Marie-ClaireBancquart sur la littérature fantastique enFrance, assuré à la Sorbonne au cours de l’année 1987-1988. Nous y revenons cette année, touchée plus par le thème de la névrose de Jean Lorrain que nous lisons en filigrane dans son recueil de nouvellesHistoires de masques(1900) qui sera le corpus principal de notre étude. La névrose, ce trouble de la personnalité, n’est-elle pas un thème éternel et aussi d’actualité ? La névrose, cette affection psychologique, n’est-elle pas un thème universel ? Pour sa part,Aconsidère que larthur Janov « névrose est, de loin, la maladie la plus répandue sur la (1) planète » .D’autres savants considèrent que plus que la moitié des hommes sur terre sont des névrosés. Mais l’écrivain, lui, a l’avantage de tirer une meilleure partie de sa névrose. De quel type est cette névrose de Jean Lorrain ? Quelle en est la véritable cause ?Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre, outillée : 1° de certaines œuvres de cet écrivain (son roman-journalMonsieur de Phocas(1901), sa correspondance et ses écrits intimes). 2° des témoignages des critiques qui ont tant souligné (2) (3) (4) sa susceptibilité , sa « virulence » , son pessimisme , (5) (6) son extrême nervosité et ses contradictions . 3° et en particulier du témoignage de Pierre Kyria dans son ouvrageJean Lorrain(1973),auquel nous nous référons plus fréquemment (tout en gardant bien sûr une distance critique) vu sa modernité, vu son objectivité et son exhaustivité, et vu enfin son goût de l’analyse et du (7). détail
7
4° de nos lectures en psychologie et des explications scientifiques, inédites, fournies par le docteur Aymane El-Kady, docteur en psychologie cognitive de l’université de Bamberg (Allemagne) et maître de conférences à l’université deTanta (Égypte). 5° de notre expérience acquise au cours d’une recherche précédente intitulée «Le thème de la prison dansCe que la nuit raconte au jourd’Hector BIANCIOTTI», publiée dans le magazineHorizons(Le Caire) n° 9 – année 2003-2004 et où nous avons bénéficié des explications scientifiques, inédites aussi, du Professeur NizamAbu-Hijleh, docteur en psychiatrie de l’université deLondres (Grande-Bretagne) et professeur à l’université deJordanie (Jordanie). Quant àHistoires de masquesdeJeanLorrain, c’est un recueil de nouvelles fantastiques racontant chacune une expérience particulière du narrateur avec une différente forme de masque, et exprimant en même temps ce qu’il ressent et fantasme à son égard.Le tout est disposé dans un ensemble de neuf parties contenant en tout vingt-six nouvelles, en vrac, non géométriques, c’est-à-dire de longueur et de composition inégales. D’aprèsMarcel Schneider dont la prédilection est plutôt pour l’aspect fantastique de l’œuvre que pour sa substance : «Histoires de masquesest un recueil d’histoires de luxure, d’instantanés de terreur et de contes fantastiques qu’aurait dû illustrerJamesEnsor ; ce sont ses tableaux et ses eaux-fortes qu’on évoque sans cesse.Les récits se succèdent, réalistes ou non, toujours insolites et comportent tous le masque pour thème principal, ce qui (8) occasionne des redites » . (9) Et comme aucun « » ,texte n’existe jamais tout seul il convient ici de signaler la publication des romans anglais suivants, antérieurs àHistoires de masquesque Lorrain a sûrement lus et dont il s’est inspiré.Ces romans
8
sontThe King in the Gold Mask (Le Roi au masque d’or) (1892) de Marcel Schwob,The Picture of Dorian Gray (Le Portrait de Dorian Gray)(1890) d’Oscar Wilde et Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde(L’Étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde) (1886) de RobertLouis Stevenson.D’après PhilippeJullian : « Sur ce thème cher àMarcel Schwob et à Wilde [le masque],Lorrain a écrit quelques-uns de ses meilleurs récits. SesHistoires de masquessont l’équivalent français duDocteur Jekyll et M. (10) Hyde.de Stevenson »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.