Le chantier russe (Tome IV)

De
Publié par

Voyager avec Maïakovski, "La catégorie de l'utile dans l'avant-garde russe", traduire Pouchkine, L'Hellénisme de Mandelstam, Andreï Biély, Le Collecteur d'espaces, le retour de Khelbnikov, Jessie et Morgane, le roman disgracié d'Alexandre Grine, autant de chemins explorés dans cet ouvrage, côtoyant textes polémiques et interventions plus politiques sur la Russie d'Eltsine.
Publié le : lundi 1 avril 2013
Lecture(s) : 10
Tags :
EAN13 : 9782296534155
Nombre de pages : 338
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
V
Espaces littéraires
Claude FRIOUX
LE CHANTIER RUSSE Littérature, société et politique
Édition établie par Christiane Dufrancatel
Tome IV Écrits 1993-2012
LE CHANTIER RUSSE Littérature, société et politique
Espaces Littéraires Collection fondée par Maguy Albet
Dernières parutions MuguraşCONSTANTINESCU,Pour une lecture critique des traductions. Réflexions et pratiques, 2013. Lidia COTEA,À la lisière de l’absence.L’Imaginaire du corps chez Jean-Philippe Toussaint, Marie Redonnet et Éric Chevillard,2013.André LUCRECE,Aimé Césaire. Liturgie et poésie charnelle, 2013. Jacques PEZEU-MASSABUAU,Jules Verne. Les voix et les voies de l’aventure, 2013. Jacques PEZEU-MASSABUAU,Jules Verne. Un art d’habiter la Terre, 2013. e David BANKS,Le texte épistolaire du XVII siècle à nos jours.Aspects linguistique, 2013.Matthieu GOSZTOLA,Alfred Jarry àLa Revue blanche. L’intense originalité d'une critique littéraire,2013. Virginie GIRAULT,Femmes et nation dans la littérature contemporaine, 2012. Guy SABATIER,Le théâtre de Robert Pouderou. Le rêve d’une société plus équitable (1971-2011). Questions à la Cité. Questions à l’Histoire, 2012. Paula DUMONT,Les convictions de Colette, Histoire, politique, guerre, condition des femmes,2012. Sylvie CAMET, Nourredine SABRI (sous la dir. de),Les Nouvelles Ecritures du Moi dans les Littératures française et francophone, 2012. Samuel LAIR (sous la dir. de),Fortunes littéraires de Tristan Corbière, 2012.
© L'Harmattan, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00355-9 EAN:9782343003559
Claude Frioux
LE CHANTIER RUSSE Littérature, société et politique Tome IV Écrits 1993-2012 Édition établie par Christiane Dufrancatel
Du même auteur chez le même éditeur Maïakovski PoèmesÉdition bilingue. Traduits du russe et présentés par Claude Frioux ère [1 édition : Messidor/Temps Actuels] tome 1 :1913-1917, 2000, 271 p. tome 2 :1918-1921, 2000, 401 p. tome 3 :1922-1923, 2000, 283 p. tome 4 :1924-1926, 2000, 302 p. tome 5 :1927-1930, 2000, 249 p.
Vers1912-1930Édition bilingue. Présentation et traduction de Claude Frioux, 2001,547 p. Velimir Khlebnikov Créations I Créations II Présentation et tradution du russe par Claude Frioux Vol. I, 2003, 267 p. Vol. II, 2003, 226 p. Vie et Œuvre de Youri Solntsev Vol.I, 2005, 209 p. Vol. II, 2005, 315 p. Alexandre Grine Jessie et Morgane.Roman Traduction et Postface de Claude Frioux, 2008, 264 p. Trois correspondances 2008, 65p. Le chantier russe Littérature, société et politique Tome I. Écrits 1957-1968, 2010, 273p. Le chantier russe Littérature, société et politique Tome II. Écrits 1969-1980, 2011, 301p. Le chantier russe Littérature, société et politique Tome III. Écrits 1980-1992, 2011, 265p.
Ce tome est le quatrièmed’une série de quatre volumes rassemblant l’intégralité des textes critiques publiés par Claude Frioux depuis 1957. Il recueille les écrits édités à partir de 1993 présentant les voyages de Maïakovski et de Biély, des études sur Grine, Khelbnikov, Pouchkine, Mandelstam, l’avant-garde russe, Saint-Pétersbourg, Paul Claudel. Ce volume inclut aussi quelques textes polémiqueset des interventions plus politiques parues dansRossica.
5
À mes enfants et petits-enfants
6
À Christiane Dufrancatel avec toute ma gratitude pour la montagne franchie ensemble.
Sans elle cet ensemble n’aurait jamais pris corps.
7
Saint Pétersbourg. Plan de la ville sous le règne de Catherine II. 1776
LiteLe cavalier d’airain. Monument à Pierre le Grand par Falconet.1782
Palais Marie par Sadovnikov.1849
 Affiche soviétique pour la défense de Leningrad. 1941-1943
8
LES MARCHES S’OCCIDENTALISENT: * SAINT-PÉTERSBOURG
Comme on tire une seconde balle sur la trace d'une première, Comme on parie d'éteindre une bougie d'un coup, C'est ainsi que Pierre a déchargé sans férir Ce déferlement de quais et de rues. Boris Pasternak
Saint-Pétersbourg retrouve son nom peu avant que l'Europe n'esquisse une nouvelle ambition. Ce n'est pas un hasard. Les avatars de la toponymie, en l'occurrence, répondent à des rythmes profonds. Régulièrement le sang eurasien coagule en masses distinctes et donne à l'histoire russe un mouvement cyclique de balancier, plus proche du mythe que de l'évolution. La ville au bord de la Neva, petit fleuve qui se jette dans la Baltique, a surgi d'un coup, toute faite, au milieu d'un désert glacé et spongieux, comme un décret, comme un programme, comme un décor et comme un rêve, par la volonté d'un seul homme en situation de souveraineté sans limite. L'idée était de faire basculer vers l'Europe une marche de l'Occident liée à lui de façon à la fois profonde et incertaine, toujours menacée d'osmose par le fauve continent où elle poussait sa conquête. La manière était brusque, violente, mimétique. En 1703 on veut implanter un univers versaillais, avec sa constellation de parcs, de pavillons, de folies, au nord de la Courlande. On y parvient et dès lors un pôle de signification nouvelle s'ouvre dans le pays, qui deviendra emblématique avec l'image de l'aigle bicéphale et avec la longue rivalité amœbée des deux capitales mais surtout avec l'étonnante constance de ce que recouvrent successivement, ondulant au vent des conjonctures, les hommes de Saint-Pétersbourg, Péterbourg, Petrograd, Leningrad et Saint-Pétersbourg... La version européenne de la Russie est d'emblée très réussie, la part qu'y prennent les étrangers ne la prive pas de personnalité : un baroque aux couleurs tendres, un style d'urbanisme palladien, des églises à colonnades et coupoles sans turbans, l'aristocratisme des hautes croisées et des attelages pimpants, des allées balisées par la nudité de déesses inconnues dans un pays où le climat fait aux femmes doubler leur poids par celui des robes, une place dite du Sénat qu'en décembre 1825 de jeunes officiers romantiques prennent au mot en venant y réclamer un embryon de charte * In Antoine Compagnon et Jacques Seebacher (sous la direction de),L’Esprit de l’Europe, Flammarion, 1993, tome 1, pp. 284-290. 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.