Le Monde Comme Il Va, Vision De Babouc par Voltaire

De
Publié par

Le Monde Comme Il Va, Vision De Babouc par Voltaire

Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 491
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
The Project GtuneebgrE oBkoo Lef on M cdemeom li  ,avisivd nobouce BaVolt by ( 1#iaero ru 2nis ieer staol VbyypoC)erial thgirahgnni gswa erc  the worall over eruc ot .dls eBop cigyrckhehe toyruof rwa sthl ore  befntry couer rognidaolnwodhi tngtiburistdiejorG tcnetugrebors ny ath o Perres ohlu debt eh eBook.This headv nehw nt gniwei tstir fee snghi gifbnrelPaeel .Projhis Guteect tcnonghat. io  Der tevomd eson ohout wriader wit tht eeh eroe ide thd ea rseeaPl.noissimrep netter i oth andnt,"p iramlllas l"ge Gctjerorgbeenut eht ta o mottobmatinforbouton ae oBt ehdnP koa int rmfoioatabn  tuoruoyeps ificf thisfile. Incldudei  smioptrnaeb yam elif eht  aan cou Yd.se ur sea dnhgst cir hows intiontric ot jorPanodnoiternb ag,t ecteGuuo tbauoslfoni d make a t how to.devlov tow hndint geo UVOESDREOLEV
Title: Le Monde comme il va, vision de Babouc Author: Voltaire (Jean-Marie Arouet) 1694-1778 Language: French
*** START OF THE PROJECT GUTENBERG EBOOK, LE MONDE COMME IL VA, VISION DE BABOUC *** This eBook was produced by Carlo Traverso.
We thank the Bibliotheque Nationale de France that has made available the image files at www://gallica.bnf.fr, authorizing the preparation of the etext through OCR. Nous remercions la Bibliothèque Nationale de France qui a mis à disposition les images dans www://gallica.bnf.fr, et a donné l'autorisation de les utiliser pour préparer ce texte.
,
Title: Le Monde comme il va, vision de Babouc Author: Voltaire Release Date: February, 2004 [EBook #5138] [Yes, we are more than one year ahead of schedule] [This file was first posted on May 12, 2002] Edition: 10 Language: French
**Welcome To The World of Free Plain Vanilla Electronic Texts** **eBooks Readable By Both Humans and By Computers, Since 1971** *****These eBooks Were Prepared By Thousands of Volunteers!*****
DITOIN DFIRM A. E DEIREMIRPMI 'L EDIIIXX XMETOE.IRTA
RUEJACOB, N° 24.
OEUVRES
DE
VOLTAIRE
PRÉFACES, AVERTISSEMENTS, NOTES, ETC.
PAR M. BEUCHOT.
TOMEXXXIII.
ROMANS. TOMEI.
A PARIS,
CHEZ LEFÈVRE, LIBRAIRE,
RUEDEL'ÉPERON, K° 6. WERDET ET LEQUIEN FILS,
RUEDU BATTOIR, N° 2O.
MDCCCXXIX.
ouc, les foliesee  tul iid:tB baagivdee 'O ls,xuobaB ,cu rusr el'estil su hi tenrt e éoner :ocèl oesrsPeirtt antxe sel t sed sèciso  nhc rasovriAsie poua Haute- seil edsed nég emsséebl uer anelieletv c teadsn Va ait.ruir détal no is uo ,silposéer Pitraieâtisérp iuxua tnedesirmp endmou  d .aPIles rmi es qgéni ieta l an r, gsemetd tnd elrapéel tiente, Iturirpmeeisru  ned sdea  lnsdan tima ehtycS ud eruemie. e-AsHaute lau  ndntiseeclId ; altiarres  atusares enp tniop  uicuçd e
LE MONDE COMME IL VA, VISION DEBABOUC.
Préface de l'Éditeur Longchamp, secrétaire de Voltaire de 1746 à 1754, dit dans ses Mémoires [*] que Babouc, ou le Monde comme il va , fut composé en 1746, pendant la retraite de Voltaire à Sceaux ; et je n'ai rien trouvé qui contredise Longchamp. La plus ancienne édition que je connaisse est celle de 1748, dans le tome VIII de l'édition faite à Dresde des Oeuvres de Voltaire . Ce conte fait aussi partie du Recueil de pièces en vers et en prose, par l'auteur de la tragédie de Sémiramis , 1750, in-12. [*] Mémoires sur Voltaire , etc., 1826, 2 vol. in-8°; voyez tom. II, p. 240. C'est une imitation de Babouc , ou du moins de son titre, qu'a faite l'auteur inconnu d'une brochure intitulée: La Lune comme elle va , MDCCLXXXI, in-8°, de trente-six pages; brochure au-dessous de la critique, et relative aux discussions entre Joseph II et les Hollandais pour l'ouverture de l'Escaut. La révolution française a fait naître trois imitations de Babouc : I. Le Retour de Babouc à Persépolis, ou la suite du Monde comme il va , 1789, in-8°, a eu deux éditions; c'est un opuscule de trente pages: je n'ai pu en découvrir l'auteur. II. Le Fils de Babouc à Persépolis, ou le Monde nouveau, Paris, décembre, 1790, in-8°, de cent vingt-quatre pages. III. Nouvelle Vision de Babouc, ou la Perse comme elle va , 1796, in-8°, de cent douze pages, contenant seulement la première partie, et l'annonce de la seconde. Je ne crois pas que la seconde partie ait paru. L'auteur s'appelait Bunel. ——— Les notes sans signature, et qui sont indiquées par des lettres, sont de Voltaire. Les notes signées d'un K sont des éditeurs de Kehl, MM. Condorcet et Decroix. Il est impossible de faire rigoureusement la part de chacun. Les additions que j'ai faites aux notes de Voltaire ou aux notes des éditeurs de Kehl, en sont séparées par un —, et sont, comme mes notes, signées de l'initiale de mon nom. BEUCHOT. 4 octobre 1829.
lel mani ,xetu ; eotevietu rs m'ndrardner nemoc nu eèlidefptjet  ee,m  eédetmrnireia sur ton rapportc à irro regv alleilou,  l àxt'es, s Mainer.ermih mud tiue,rieng,jucboBat enemblté siamaj ia'n ese; je né en Persip reosy'c noanmit x,eue.nnan T,egn ut tid a'l E MM VILON MCODEEL6C174BAUOEDB OI NVASI
l arrivaII. Itt eivlld na secé atq iuuoettit bare bar don, etsnemmi e'l rap eneenciane,rént eialtsey ue[x]3 .Toute cette partal tsur icitd étoûégnttaofe nsfec ;eitâb été tiaave ll eoùs mpted  uattissne eerle s vile laie dpéd  sneeuqixua  lernt'a àesou ld seohmmintâerétré l'opiar, malgrsieemprs aiss eeg tuot  sel ernavouaut u'ener qdoreudm lif en , ls,nt'ee réuttoilopté s tnairaPssiers.[3] Perséostnt uoojrugsorns mal ate de so ralv ûor teneitsafentientda, esid ,rocsvuassegaes, auqus, rigrexia  sov .eDpmelteuns an ditta éli'uq tuçrepa's mmsed  eôcét ,liregardant les hoe tnsellte , ne  feremixt envadetnd bmalagdr eer enfoux,t seesaneiattem neg à tn frseusises meemulésrtici fe, qutnl aseie
Babouc monta sur son chameau, et partit avec ses serviteurs. Au bout de quelques journées, il rencontra vers les plaines de Sennaar l'armée persane, qui allait combattre l'armée indienne. Il s'adressa d'abord à un soldat qu'il trouva écarté. Il lui parla, et lui demanda quel était le sujet de la guerre. Par tous les dieux, dit le soldat, je n'en sais rien; ce n'est pas mon affaire; mon métier est de tuer et d'être tué pour gagner ma vie; il n'importe qui je serve. Je pourrais bien même dès demain passer dans le camp des Indiens; car on dit qu'ils donnent près d'une demi-drachme de cuivre par jour à leurs soldats de plus que nous n'en avons dans ce maudit service de Perse. Si vous voulez savoir pourquoi on se bat, parlez à mon capitaine. Babouc ayant fait un petit présent au soldat entra dans le camp. Il fit bientôt connaissance avec le capitaine, et lui demanda le sujet de la guerre. Comment voulez-vous que je le sache? dit le capitaine, et que m'importe ce beau sujet? J'habite à deux cents lieues de Persépolis; j'entends dire que la guerre est déclarée; j'abandonne aussitôt ma famille, et je vais chercher, selon notre coutume, la fortune ou la mort, attendu que je n'ai rien à faire. Mais vos camarades, dit Babouc, ne sont-ils pas un peu plus instruits que vous? Non, dit l'officier; il n'y a guère que nos principaux satrapes qui savent bien précisément pourquoi on s'égorge. Babouc étonné s'introduisit chez les généraux; il entra dans leur familiarité. L'un d'eux lui dit enfin: La cause de cette guerre, qui désole depuis vingt ans l'Asie, vient originairement d'une querelle entre un eunuque d'une femme du grand roi de Perse, et un commis d'un bureau du grand roi des Indes. Il s'agissait d'un droit qui revenait à peu près à la trentième partie d'une darique[2]. Le premier ministre des Indes et le nôtre soutinrent dignement les droits de leurs maîtres. La querelle s'échauffa. On mit de part et d'autre en campagne une armée d'un million de soldats. Il faut recruter cette armée tous les ans de plus de quatre cent mille hommes. Les meurtres, les incendies, les ruines, les dévastations se multiplient, l'univers souffre, et l'acharnement continue. Notre premier ministre et celui des Indes protestent souvent qu'ils n'agissent que pour le bonheur du genre humain; et à chaque protestation il y a toujours quelques villes détruites et quelque province ravagée. [2] La darique vaut vingt-quatre francs: vojez tome XXXII, page 494. B. Le lendemain, sur un bruit qui se répandit que la paix allait être conclue, le général persan et le général indien s'empressèrent de donner bataille; elle fut sanglante. Babouc en vit toutes les fautes et toutes les abominations; il fut témoin des manoeuvres des principaux satrapes, qui firent ce qu'ils purent pour faire battre leur chef. Il vit des officiers tués par leurs propres troupes; il vit des soldats qui achevaient d'égorger leurs camarades expirants, pour leur arracher quelques lambeaux sanglants, déchirés et couverts de fange. Il entra dans les hôpitaux où l'on transportait les blessés, dont la plupart expiraient par la négligence inhumaine de ceux mêmes que le roi de Perse payait chèrement pour les secourir. Sont-ce là des hommes, s'écria Babouc, ou des bêtes féroces? Ah! je vois bien que Persépolis sera détruite." Occupé de cette pensée, il passa dans le camp des Indiens; il y fut aussi bien reçu que dans celui des Perses, selon ce qui lui avait été prédit; mais il y vit tous les mêmes excès qui l'avaient saisi d'horreur. Oh, oh! dit-il en lui-même, si l'ange Ituriel veut exterminer les Persans, il faut donc que l'ange des Indes détruise aussi les Indiens. S'étant ensuite informé plus en détail de ce qui s'était passé dans l'une et l'autre armée, il apprit des actions de générosité, de grandeur d'âme, d'humanité, qui l'étonnèrent et le ravirent. Inexplicables humains, s'écria-t-il, comment pouvez-vous réunir tant de bassesse et de grandeur, tant de vertus et de crimes? Cependant la paix fut déclarée. Les chefs des deux armées, dont aucun n'avait remporté la victoire, mais qui, pour leur seul intérêt, avaient fait verser le sang de tant d'hommes, leurs semblables, allèrent briguer dans leurs cours des récompenses. On célébra la paix dans des écrits publics, qui n'annonçaient que le retour de la vertu et de la félicité sur la terre. Dieu soit loué! dit Babouc; Persépolis sera le séjour de l'innocence épurée; elle ne sera point détruite, comme le voulaient ces vilains génies: courons sans tarder dans cette capitale de l'Asie.
itipécpre  sleouf etteC.sexes xuencl un dansété h béa ri'dnuia t pdes luavy t aiuq e li' ésoc eds les delaid danedp ul sasele  tuobaB.B lêm es cdeI XI Xe.idndCap ue'dnuocpmlp ens la daule a fo ellf udobua grubae arrbese cet yozel  ehcpatierSaint-Marceau: vd seadtiv ne'lnopail de ises chatôtneib siam ;ellu pue qntyavo, vaio rrdsep uo r'asseoiroit de stê td erli ,urc hércù  os anmaunmarql reà l'ua, tnq raegeuqleuq rspes uedos neon tneiannrtua'd àos vaste et somber .uAb uodrnoenntmeon cnuti, elm uaevuotnemi'uqenretnemcsid n'dnipsetl  eodj'y ajou[1], et oitidé'L ]1[  .ut on d0,75 1den resauts ne ; sir reçbienout part ,etesbo ,eduocé cneinrae,rvt  eocfnaicnrirel  ae, regare; march beassezésenu pr.B.t »dee pl   cus mes:sto'C«  tsea nuj'ai parlé dans amp érafec ,optr
 ise tuq,se  qna de e[9]trapt sa xued siuped iolneon dui ls,urjol e'txarà f iaerprocès qit d'un uj t regli'uiod quetl 'imade; inbas:out st u C'e sem nedru sliels atocavvia  lde li ;ellqnic a yuante ans qu'il tédueil sel io.son Meusi qr, nuiq a'v eutgninic-ou Ve?ug jst euiq drallieiv ec samain; jit-oui d,zl qoeusum  sovs ans leilie dlio iuv tnec sq xulternes  et subabaroeixumelpiols .énimaxenuej eCs paa n' erecoentn ,egemaBobid turdi étot sa faisnoc lienu àeiv , uc ddeanemr deuqion e'tsc- eapillard; maispourueom !sr]01[ O .usrevie maô eulhhctè eocitecs a'métairiemme une ;erdroséd ud elbeu ce,utdos an saBobrcais é'll!e comà levoiluc; unjehoe e mmuna rg eednaahc ,egrne parviennent axud giinét.sC  e lci'iqut oidre rdner edsuj al ecequ parn pèe sotsirere e  thc,el uesrj gumenestde juger vendentehcal étrd e tioqux oni ait i nsité.iniu
[8] L'édition de 1750 porte: «Cette veuve indulgente lorgnait vivement le magistrat tandis qu'elle tendait la main à un jeune citoyen, etc.» B. Alors Babouc commença à craindre que le génie Ituriel n'eût raison. Le talent qu'il avait d'attirer la confiance le mit dès le jour même dans les secrets de la dame: elle lui confia son goût pour le jeune mage, l'assura que dans toutes les maisons de Persépolis il trouverait l'équivalent de ce qu'il avait vu dans la sienne. Babouc conclut qu'une telle société ne pouvait subsister; que la jalousie, la discorde, la vengeance, devaient désoler toutes les maisons; que les larmes et le sang devaient couler tous les jours; que certainement les maris tueraient les galants de leurs femmes, ou en seraient tués; et qu'enfin Ituriel ferait fort bien de détruire tout d'un coup une ville abandonnée à de continuels désordres.
IV. Cependant il s'aperçut que la dame, qui avait commencé par lui demander tendrement des nouvelles de son mari, parlait plus tendrement encore, sur la fin du repas, à un jeune mage. Il vit un magistrat qui, en présence de sa femme, pressait avec vivacité une veuve; et cette veuve indulgente[7] avait une main passée autour du cou du magistrat, tandis qu'elle tendait l'autre à un jeune citoyen très beau et très modeste. La femme du magistrat se leva de table la première, pour aller entretenir dans un cabinet voisin son directeur qui arrivait trop tard, et qu'on avait attendu à dîner; et le directeur, homme éloquent, lui parla dans ce cabinet avec tant de véhémence et d'onction, que la dame avait quand elle revint les yeux humides, les joues enflammées, la démarche mal assurée, la parole tremblante.
III. Cependant le soleil approchait du haut de sa carrière. Babouc devait aller dîner à l'autre bout de la ville, chez une dame pour laquelle son mari, officier de l'armée, lui avait donné des lettres. Il fit d'abord plusieurs tours dans Persépolis; il vit d'autres temples mieux bâtis et mieux ornés, remplis d'un peuple poli, et retentissant d'une musique harmonieuse; il remarqua des fontaines publiques, lesquelles, quoique mal placées[5], frappaient les yeux par leur beauté; des places où semblaient respirer en bronze les meilleurs rois[6] qui avaient gouverné la Perse; d'autres places où il entendait le peuple s'écrier: Quand verrons-nous ici le maître que nous chérissons? Il admira les ponts magnifiques élevés sur le fleuve, les quais superbes et commodes, les palais bâtis à droite et à gauche, une maison immense[7] où des milliers de vieux soldats blessés et vainqueurs rendaient chaque jour grâces au Dieu des armées. Il entra enfin chez la dame, qui l'attendait à dîner avec une compagnie d'honnêtes gens. La maison était propre et ornée, le repas délicieux, la dame jeune, belle, spirituelle, engageante, la compagnie digne d'elle; et Babouc disait en lui-même à tout moment: L'ange Ituriel se moque du monde de vouloir détruire une ville si charmante. [5] C'est de Paris que Voltaire parle, sous le nom de Persépolis: les fontaines mal placées sont la fontaine de la rue de Grenelle, faubourg Saint Germain, et la fontaine des Innocents, qui était alors au coin des rues aux Fers et de Saint-Denis. C'est de 1788 que date la construction de cette dernière fontaine telle qu'elle est aujourd'hui. Voyez, dans le tome XIX, la liste des Artistes célèbres du Siècle de Louis XIV (après l'article MANSARD). B. [6] Les seuls rois qui eussent des statues étaient Henri IV, Louis XIII, Louis XIV. La statue de Louis XV ne Fut érigée que beaucoup plus tard, en 1763; elle avait été votée, en 1748, par le prévôt des marchands et les échevins de la ville de Paris. B. [7] L'Hôtel des Invalides. B.
a sed eu'd semîb vneje: i ics oiel eov seffeuq tgrna qes dix oesmême ritupoures mre désopPtreL  ail.senolés denuvsot eitnelitiuq sellpressés dans le  sarssmelbsée  ttae  dntvie ntvastrote ,lec d ellpset meuesriol!! QunitéDivi la tneroda sli ùo xeulis memês les idsep seec samalplus de 'étonne  eJ m envada!sers vé cdeon spat elleb su al te ,r leuppetabihad'rtiu aéduoererp bâtin ree plr unnetnim t.xue aL ovPrenid pcet eutn somni samplorpres, et qui chaer tbelo gler nev al !hA .ertserst cu, e liemêmesinomeopel'dpabaue qes lemarntmeeluel tngna v seille queilaine vil!sA ppP reésopucbor hecoen lretuf èrp ed s es z, quand il vit sey ue xtel  eenes dlemperriuv od rertneetec sna dess etles. pelced  svaniecsep l snp setnedad , resonépnduall euac roenev[s]4 ,es Pictalaines ds lI .elleppa seilqun uiuqboà t  slim iael;serlies oit luchae bosoreu  nomtrd nas cette ouverture ,eno tmer l tipia reerar pes-dQ ouus.sé'rc!is abouia Bes pc, ce selpuetnerretn mrseu lan dtsoruèrent u Ils remp eirr,eenl raegntre d àt  etèjeg à hcuatiorte eont re detere uneno tiu ahal'sxe ee;téesmp eurdep tniv no etiusn,snivetinatibah Pou  dtsB.. ouitri.e4[ ]eL siPteaves sont les Poiovaes riarssnosla; sois-lnsfaa  d'u, et disnair,tq rtiaeu seuqls,erpipa clet  e.aidégno cuobaB demanda quel étatic teh moem .aLaî mestr dselae iam  nos iulttid,rq n ioetuam namblea humanduideua relrap à tnemattrisag mneeu jic ,assn .eCul-ir, sans  se leve,rediul r elragereièntmeon d fnad nanoég sdi sec Il V.t plétai dnas lirp enesés éenefuesstqu, h moemg arev ,neta à la porte un
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.