Le théâtre de Kossi Efoui : une poétique du marronnage

Publié par

Le théâtre de Kossi Efoui reste un O.V.N.I. pour beaucoup de critiques. C'est qu'il travaille justement sur l'insaisissable, le volatile, sur l'évaporation, l'échappée... en un mot : le marronnage. Kossi Efoui revendique cette posture, issue de l'histoire de l'esclavage dans la Caraïbe et les îles du Pacifique, comme un engagement esthétique et philosophique essentiel à sa démarche d'écrivain.
Publié le : mardi 1 novembre 2011
Lecture(s) : 28
EAN13 : 9782296472754
Nombre de pages : 248
Prix de location à la page : 0,0124€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
÷ù÷ü÷óø ùýüúó ý úöþõö óöû ôóøûú òôÿ
86 Le théâtre de Kossi Efoui : une poétique du marronnage SOUS LA DIRECTION DE SYLVIE CHALAYE
Le théâtre de une poétique
INTRODUCTION
Kossi Efoui : du marronnage
I RUPTURE ET SUBVERSION La « Poétique du marronnage » en question : fait historique, mythe et esthétique
Pour une herméneutique du théâtre de Kossi Efoui
Le Carrefour du théâtre et ses revenants
Engagement et sacrifice : Happy Endde Kossi Efoui
Les ruses d’Un Corps liquide
Dramaturgie d’un théâtre en mutation
L’avènement duCarrefour
II EXIL ET ERRANCE L’espace dramatique comme palimpseste du tragique de l’exil
La poétique du mouvement dansIo (tragédie)
Io, tragédie et métamorphose
Une dramaturgie de la fracture
Désencrage poétique : l’exil dansConcessionsde Kossi Efoui
Les lieux de la scène
2
[ ] Africultures n° 86
SYLVIE CHALAYE
BLODWENN MAUFFRET
DOMINIQUE TRAORÉ
CHRISTOPHE KONKOBO
SYLVIE NGILLA
AMOS FERGOMBÉ
EDWIGE GBOUABLÉ
TABLE RONDE ANIMÉE PAR SYLVIE CHALAYE
BASSIDIKI KAMAGATÉ
PÉNÉLOPE DECHAUFOUR
ROMAIN PIANA
PAUL BALAGUÉ
ANAÏS NONY
TABLE RONDE ANIMÉE PAR AMOS FERGOMBÉ
8
15
22
30
41
52
59
67
72
88
94
106
112
122
÷ù÷ü÷óø ùýüúó ý úöþõö óöû ôóø úûòôÿ SOUS LA DIRECTION DE SYLVIE CHALAYE
III RYTHME, CORPS ET VOIX Le corpstexte comme dernier palimpseste
L'évaporation du corps de la femme dans le théâtre de Kossi Efoui
Plasticité du désir de dévoration du monde dans le théâtre de Kossi Efoui
Écritures théâtrales et cérémonies du devenirvisible
Désappropriation/ réappropriation du corps et de l’espace dans le théâtre de Kossi Efoui
Blues, corps et voix
IV UN THÉÂTRE DE L’ENVOL Blackface, blues et facéties
A dramatist with attitude ?
La parabole duPetit Frère du rameur: les coulisses d’une veillée mortuaire
Récupérations: la vraie vie n'existe pas ailleurs
Nicolas Saelens hisse la grandvoile du théâtre de Kossi Efoui
Tragédie et utopie chez Kossi Efoui
Les Enfants terribles ou Le clan des oiseaux
LAURENCE BARBOLOSI
FANNY LE GUEN
AURÉLIE DINH VAN
MÁRIA MINICH BREWER
SUZIE SURIAM
TABLE RONDE ANIMÉE PAR VIRGINIE SOUBRIER
SYLVIE CHALAYE
128
141
156
168
180
188
194
ÉCHANGE AVEC EMMANUEL PARENT 200
KRYSTYNA MASLOWSKI
JUDITH MILLER
SYLVIE CHALAYE
VIRGINIE SOUBRIER
TABLE RONDE ANIMÉE PAR JUDITH MILLER
[ ] Africultures n° 86
204
216
222
228
240
3
QUELQUESVOODOO CHILDRENDU THÉÂTRE DE KOSSI EFOUI DE LUBUMBASHI À PARIS
RÉDACTION PARISIENNE : TEL : REDACTION RHÔHEALPINE : TEL : EMAIL :
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : RÉDACTEURS EN CHEF :
ONT PARTICIPÉ À CE NUMÉRO :
DESIGN GRAPHIQUE :
SITE INTERNET :
AFRIPHOTO :
ÉDITION/DIFFUSION :
ABONNEMENTS : VENTE AU NUMÉRO :
TOUS DROITS DE REPRODUCTION RÉSERVÉS, SAUF AUTORISATION PRÉALABLE. N°86  ISBN : 9782296546844 ISSN : 12762458  COMMISSION PARITAIRE : 1203G74980
CE VOLUME A ÉTÉ RÉALISÉ AVEC LE SOUTIEN DE L’ECOLE DOCTORALE ARTS & MÉDIAS AINSI QUE CELUI DE L’INSTITUT DE RECHERCHE EN ETUDES THÉÂTRALES DE PARIS 3 –SORBONNE NOUVELLE (IRET), DANS LE CADRE DU PROGRAMME « DRAMATURGIES DU MARRONNAGE » MENÉ PAR LE SEFEA ET SOUTENU PAR LE GROUPE DE RECHERCHE SUR LE DRAME MODERNE ET CONTEMPORAIN.
REVUE PUBLIÉE AVEC LE CONCOURS DE L’AGENCE NATIONALE POUR LA COHÉSION SOCIALE ET L’ÉGALITÉ DES CHANCES (ACSÉ) , DU CENTRE NATIONAL DU LIVRE ET DE LA RÉGION RHÔNEALPES AINSI QUE DE LA RÉGION ÎLEDEFRANCE POUR SA DIFFUSION.
4
[ ] Africultures n° 86
23 RUE BISSON 75020 PARIS ++33 (0)1 40 40 14 65 26110 LES PILLES ++33 (0)4 75 27 74 80 REDAC@AFRICULTURES.COM
OLIVIER BARLET BONIFACE MONGOMBOUSSA SYLVIE CHALAYE
LAURENCE BARBOLOSI, MÁRIA BREWER MINICH, VANESSA BOULAIRE SYLVIE CHALAYE, PÉNÉLOPE DECHAUFOUR, AURÉLIE DINH VAN, AMOS FERGOMBÉ, EDWIGE GBOUABLÉ, FANNY LE GUEN, ANAÏS NONY, SYLVIE NGILLA, BASSIDIKI KAMAGATÉ, CHRISTOPHE KONKOBO, KRYSTYNA MASLOWSKI, BLODWENN MAUFFRET, JUDITH MILLER, EMMANUEL PARENT, ROMAIN PIANA, VIRGINIE SOUBRIER, SUZIE SURIAM, DOMINIQUE TRAORÉ
AMANDINE BIGOT
WWW.AFRICULTURES.COM JULIEN FERREIRA ALEXANDRE LADAME MAXIME NICOLAS
MARIAN NUR GONI MARIAN@AFRICULTURES.COM
ÉDITIONS L’HARMATTAN 57, RUE DE L’ÉCOLEPOLYTECHNIQUE 75005 PARIS
VOIR DERNIÈRE PAGE EN LIBRAIRIES OU À L’HARMATTAN ET SUR WWW.HARMATTAN.FR
ROBIN FRÉDÉRIC ET KRISTOF LANGROMME DANSL'ENTRE DEUX REVES DE PITAGABA 2MISE EN SCÈNE DE FRANÇOISE LEPOIX AU THÉÂTRE LES BAMBOUS DE LA RÉUNION 2003 © DAN AUCANTE
[ ] Africultures n° 86
5
6
[ ] Africultures n° 86
Le théâtre de Kossi Efoui : une poétique du marronnage
[ Africultures n° 86]7
INTRODUCTION
parSylvie Chalaye
« Il y a toujours quelque chose qu’il faut accepter de faire mourir parce qu’il faut quotidiennement renaître, parce que l’homme n’a pas le droit de s’enfermer dans une définition. »K. E.
Ce volume représente une étape importante des travaux sur lemar ronnage créateurdes dramaturgies d’Afrique et des diasporas que mène le laboratoireScènes francophones et écritures de l’altérité(SeFeA)de l’IRET (Institut de Recherches en Études Théâtrales). Kossi Efoui revendique en effet cette posture, issue de l’histoire de l’esclavage dans la Caraïbe et les îles du Pacifique, comme un engagement esthétique et philosophique essentiel à sa démarche d’écrivain. Il y a vingt ans Kossi Efoui, jeune togolais philosophe poursuivant des études à l’université du Bénin, remporte le prix interafricain de Radio France Internationale avecLe Carrefour, une pièce déconcertante pour le public occidental qui s’était forgé une certaine idée des canons de l’esthétique théâtrale africaine et de sa dramaturgie exotique et musicale. Monique Blin invite Kossi Efoui à la maison des auteurs de Limoges où il écritRécupérations (1992) etLa Malaventure(1993). Mais, bientôt, certains reprochent à Kossi Efoui de trahir sont identité. Son théâtre ne ressemble à rien d’Africain, il évoque plutôt Beckett ou Sartre… Où est donc passée cette si belle matière d’Afrique, ses contes, sa faune et sa flore ? Quelle est donc cette curieuse dénaturation ? Après une quinzaine de pièces éditées pour la plupart chez Lansman, Acoria ou Au bruit des autres, et quatre romans publiés au Seuil, le théâtre de Kossi Efoui reste un ovni pour beaucoup de critiques. C’est que le théâtre de Kossi Efoui travaille justement sur l’insaisissable, le volatile, sur l’évapo ration, l’échappée du temps et de l’espace aux hommes, l’impuissance qui est la nôtre à conserver la mémoire. Son théâtre convoque l’amnésie ; la fresque de l’Histoire comme celle de nos histoires intimes est percluse de trouées, de déchirures, d’incertitude. Nous sommes incapables de faire la part du vrai et du faux, et tout son théâtre traite de cette question de l’illusion que nos sens nous imposent. Nous prenons pour réel ce qui n’est que le fruit de notre imagination, car le rêve est liberté, comme l’éprouve le personnage duCarrefourL’espace de l’illusion nousentre les quatre murs de sa prison. attire comme les papillons la lumière et l’homme peut même abandonner sa propre réalité croyant que la mise en scène de sa vie est plus exaltante que sa vie même. Alors il brade son existence, se laisse voler son âme comme dans Récupérationsoù la télévision récupère jusqu’à la pauvreté de ceux qui n’ont rien. Et celui qui n’a qu’un tas d’ordures pour vivre finit par se faire dérober
8
[ ] Africultures n° 86 DOSSIER
Introduction
PHILIPPE RODRIGUEZJORDA DANSOUBLIE!MISE EN SCÈNE DE NICOLAS SAELENS, ESPACE PASTEUR D'AVIGNON 2011 © MICKAËL TROIVAUX
le dépotoir de sa réalité. Kossi Efoui joue aussi sur l’instabilité entre la vie et la mort, convoquant l’état du coma dansL’entredeux rêves de Pitagaba (2000), instabilité de la matière : corps gazeux, corps liquide, corps fait de vide, d’histoires qui explosent comme des bulles dansLe Corps liquide (1997) par exemple, et qui glissent entre les doigts.Oublie !est d’ailleurs le titre de sa dernière pièce. Objet Volatile Non Identifiédonne sans cessemarronne », , son théâtre « rendezvous ailleurs pour mieux mettre en crise le spectateur. Ses personna ges ne sont pas identifiables, ils muent, changent de peaux, perdent une à une leurs pelures comme les oignons, et laissent finalement au lecteur une coque vide : superposition de masques ou réincarnation à l’infini comme Anna, héroïne deIo (tragédie)(2005), énième réincarnation du personnage de la mythologie. Cette instabilité des corps traduit l’impossibilité de retenir la vie qui s’enfuit et se consume quelques soient les traces et le souvenir funéraire que l’on accorde à l’être disparu, ce que met en scène la chambre noire dansLe petit frère du rameur(1995), cette chambre photographique d’où ses amis guettent le corbillard et où se joue une curieuse veillée dis tanciée, la « révélation argentique » de la vie de celle qui vient de mourir et dont on attend la levée du corps en se souvenant. Cette instabilité est l’identité même de l’humain toujours changeant et évoluant. Et il est de la responsabilité humaine de se faire volatile. Le devenir de l’homme qu’il soit d’Afrique ou d’ailleurs n’est pas arrêté à une identité close, il a droit à tous les envols. Les ovni habitent aussi le ciel d’Afrique… Car, comme le
Introduction
[ ] Africultures n° 86 DOSSIER
9
PHILIPPE RODRIGUEZJORDA DANSOUBLIE!MISE EN SCÈNE DE NICOLAS SAELENS, ESPACE PASTEUR D'AVIGNON 2011 © MICKAËL TROIVAUX 10[Africultures n° 86 DOSSIER]Introduction
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.