Les Français acadien des Iles-de-la-Madeleine

De
Publié par

Quoique les Iles-de-la-Madeleine fassent partie de la province du Québec sur le plan politique, la population, de majorité francophone, montre une forte identification avec ses origines acadiennes. Ce rapprochement avec l'Acadie ne se fait pas uniquement sur le plan culturel, mais aussi par la langue, avec une influence grandissante de la variété québécoise.
Le corpus de textes sur lequel se fonde l'analyse et des extraits sonores qui illustrent la vie de la population madelinienne sont joints à l'ouvrage sur un CD.
Publié le : mardi 1 juin 2010
Lecture(s) : 142
Tags :
EAN13 : 9782296254893
Nombre de pages : 307
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

8

Chapitre 5 : Cadre méthodologique.............................................................. 133
5.1 Méthodologie d’enquête et profil des informateurs........................ 133
5.2 L’informatisation des corpus oraux : problèmes et perspectives .... 137
Chapitre 6 : Description de la variation consonantique et vocalique ....... 149
6.1Présentationdu schéma d’analyse.................................................... 149
6.2Lesconsonnes ....................................................................................150
6.2.1 /p/ ............................................................................................. 150
6.2.2 /b/ ............................................................................................. 151
6.2.3 /f/ .............................................................................................. 152
6.2.4/v/ ............................................................................................. 152
6.2.5/t/ .............................................................................................. 153
6.2.6 /d/ ............................................................................................. 155
6.2.7 /s/............................................................................................. 156
6.2.81/z/ .............................................................................................57
6.2.9 // .............................................................................................157
6.2.10 /1/ ...........................................................................................59
6.2.11 /k/ ........................................................................................... 160
6.2.12 /g/ ........................................................................................... 162
6.2.13 /m/e................................................................................ 163t /n/
6.2.14//et // .................................................................................163
6.2.15/l/ ............................................................................................ 164
6.2.16 /r/........................................................................................... 166
6.2.17 /h/ ........................................................................................... 168
6.2.18/w/ .......................................................................................... 170
6.2.19 /
/ ........................................................................................... 170
6.2.20 /j/ ............................................................................................ 171
6.3Les voyelles orales ............................................................................. 172
6.3.1 /i/ .............................................................................................. 172
6.3.2 /y/ ............................................................................................. 173
6.3.3 /u/ ............................................................................................. 174
6.3.4/e17/ .............................................................................................5
6.3.5/ɛ176/ .............................................................................................
6.3.6 /ø/ ............................................................................................. 180
6.3.7 /œ/............................................................................................ 181
6.3.8/o/ ............................................................................................. 182
6.3.9 // .............................................................................................183
6.3.10 /a/et // .................................................................................185

Sommaire

9

6.3.11Àproposdu[ə] caduc.......................................................... 187
6.4 Les voyelles nasale1s ..........................................................................88
6.4.1LanasalisationenfrançaisdesÎles-de-la-Madeleine........... 188
6.4.2 /ɛ̃/ .............................................................................................192
6.4.3 /̃/ ............................................................................................. 193
6.4.4/̃19/ .............................................................................................4
6.5 Àproposdesdiphtongues .................................................................196
Chapitre 7 : Interprétation de la variation phonétique .............................. 199
7.1Réflexions préliminaires ...................................................................199
7.2LavariableRenfrançaisacadiendesÎles-de-la-Madeleine........... 201
7.2.1LavariableR–unmythe madelinien ? ................................. 202
7.2.2 « Boutde la langueoufond de la gorge » – les variantes
deRenfrançaisde France.....................................................204
7.2.3LavariableRenfrançais québécois ......................................207
7.2.4 LavariableRenfrançaisacadien .......................................... 211
7.2.5 Une histoire deR: le casdesÎles-de-la-Madeleine............. 212
7.3Les variantesdeANetON................................................................ 221
7.3.1Préliminairesà l’étude des voyelles nasales .........................221
7.3.2Les voyelles nasalesdansles parlersduCanada.................. 225
7.3.3Les variantesdeANetONauxÎles-de-la-Madeleine.......... 229
7.4 LavariableAI..................................................................................... 236
7.5 LavariableJ....................................................................................... 244
7.6Conclusion .........................................................................................247
Chapitre 8 : Traits phonétiques et morphologiques :
pour une meilleure approche de la variation.................................... 251
8.1Àproposde lavariationdufrançaisacadien ...................................251
8.2Profil linguistique dequelqueslocute2urs ..........................................55
8.2.1Phonétique.............................................................................. 255
8.2.1Morphosyntaxe....................................................................... 257

Conclusion générale......................................................................................... 269
Bibliographie .....................................................................................................277
Sites internet...................................................................................................... 300

Classement thématique des références bibliographiques............................ 301
Index ...................................................................................................................305

10

Contenu du CD-ROM

1. Introduction au corpus (fichier PDF)
2. Corpus (fichier PDF)
3. Extraits audio (fichiers MP3)
3.1 Un peu d’histoire
3.2La mi-carême
3.3Lapêche
3.4 La baleine

Avant-propos

À partir de la fin desannées 1970, larecherche enlinguistiquesurles
variétésdufrançaishorsde France a connu unessorconsidérable dont
témoignentlesmultiples ouvragesderéférence(entre autresValdman 1979, de
Robillard etBeniamino 1992, Brasseur 1998, Valdmanetal.2005) quivisentà
mettre enlumière lesévolutionsactuellesdansces parlers.Ilsetrouveque,une
trentaine d’années plus tard, c’estla francophonienord-américainequi estla
mieuxdécrite,notammentdansle domaine morphosyntaxique.Parmi lesétudes
récentes,oncomptesurtoutdes recherches surdes parlersde communautés
francophonesminoritaireshorsQuébec et surle contactde languesdans
certains parlersfrançaisenAmérique duNord.En 2008, le Québec fêta les400
ansdesa fondationet nous rappela ainsi l’histoire de la colonisation, mêmesi le
premierétablissementfrançaisenAmérique duNord estattribué à l’Acadie.
Les relationsentre cesdeuxfoyershistoriques,qui constituentle « berceau» du
faitfrançais surle continent nord-américain,n’ont pas toujoursétésansconflits
(v.Dallaire1999:153-154).Lesbouleversementshistoriques,notammentle
« grand dérangement» en 1755,ontmarquéunepopulationdontla langue est
devenueunfacteurimportantdansleprocessusdereconstructiond’une identité
collective.LesÎles-de-la-Madeleine,territoirequébécoisdontlaplupartdes
habitants sontdesdescendantsd’Acadiens, constituent une enclave à cheval
entre lesdeuxfoyersfrancophonesde l’estduCanada.
NotrerecherchesurleparlerdesÎles-de-la-Madeleine est unetentative
d’apporter une modeste contributionà larecherchesurles variétésde français
auCanada etde fournir quelquesinterprétationsdesévolutionsactuelles.
Nos remerciements vontavant toutà Ingrid Neumann-Holzschuh età Patrice
Brasseur pourleurs remarques préciseusesdanslapremièreversionde cetexte.
Nous tenonségalementàremercierStefanUebelacker, ThomasSchmidtet
Wilfried Schütte ainsiquetousceux quinous ontconseillée etencouragée au
coursdenos travaux.
Nous sommes reconnaissante auConseil international d’étudescanadiennes
(CIEC)d’avoirbien voulu nousaccorder une boursequinousapermis
d’effectuer un stage derecherche à l’université de Moncton
(NouveauBrunswick) pendantl’été2005.De même,nousaimerions remercierle
ministère délégué à l’Enseignement supérieuretà laRecherche denousavoir
attribuéune bourse de cotutelle dethèse.À cetendroit,nousexprimonsaussi

12

notre gratitude àtous
nosinformateursetinformatricesdesÎles-de-laMadeleinepourleuraccueil chaleureuxetleurdisponibilité.Nous nous
permettonsde leurdédiercette étude, enespérantfaire connaître leur parlerà
travers tousces témoignages personnels qui dressent un portrait vivantde la
réalitésociale ethistorique desÎles.

Introduction

À ce jour,nousdisposonsdenombreux ouvrages traitantdesdifférentes
variétésdufrançaiscanadien.On nes’étonnerapasde constater qu’àtraversles
décennies, laperspective a changé.Quand HubertPernot, dans unarticlepublié
danslaRevue de phonétiqueen 1929,reproche àun témoinde Montréal le
caractèrerustique desaprononciation,ou quand Paul Hubert, en 1938,parle
des« défautsdeprononciation» desAcadiens, cesjugements sont parfaitement
compréhensibles si l’on tientcompte du rôle de lanorme(hexagonale)de
l’époque.Il faut préciser que c’est souventl’absence deregistresdansle
françaiscanadien (oudumoinsla difficulté de les reconnaître) qui frappe
quelqueslinguistesde l’époque :
Il arrive fréquemment qu’onentende chez nousdesaccents régionaux ;mais,
quandonesten présence d’unhomme cultivé, lerégionalisme de la
prononciationest presquetoujoursassezconsidérablementatténué.Ici [en
françaismontréalais, A.F.] iln’enest rien: ilyapour nouscontraste entre la
prononciationdu sujetet saposition sociale. (Pernot 1929:298-299)
Cequinous paraîtégalement unetendance de l’époque estle fait quetoute
prononciationdéviante(enl’occurrence, celle des voyelles) soit sanshésitation
attribuée à l’influence de l’anglais.Dansce cas, le linguistenese donne même
paslapeine devérifierle bien-fondé desonargumentation:
M.Th.[un témoinmontréalais, A.F.] m’a fait observer qu’une influence anglaise
paraissait peu vraisemblable,parceque ces prononciations seprésententdansdes
localités où on n’a jamais parlé anglais.Ilpourrait yavoirdoute,s’ilnes’agissait
que d’un oudeux phénomènes, mais onesten présence d’unensemble etil est si
net qu’ilne mesemblepas susceptible d’une autre explication. (Pernot 1929:
301)
Laperspective a changé depuis,que cesoit par rapportaux normesde
prononciation ou par rapportà l’adstratanglais.
Bon nombre d’études ontaujourd’huipour objetla descriptiondesfrançais
duCanada.Lesdialectologuesfrançais ontcontribué à la dimension
comparative endonnantaccès, àtraverslesatlas régionaux, à desdonnées
phonétiquesetlexicologiquesdontlavaleurest parfois sous-estimée.Cetravail,
basésurdesenquêtesdeterrain, apermis une meilleure compréhensiondes
variétésdufrançais, de leurslienshistoriquesetleurévolution.

14

À l’époque actuelle alors,oùl’on nesetrouveplus sur un«terrain vierge »,
oùilparaîtdifficile d’apporterdes regards nouveaux, laquestion sepose de
savoirdans quelle mesureune étudephonétique du
parlerdesÎles-de-laMadeleinepeutcontribueràredéfinirlarecherchesurles variétés
nordaméricaines.Dansce contexte,nouscomprenons par«redéfinir» latentative
de développer une approchepluscomplexe et pluridimensionnelle,touten
partantd’une base empirique :uncorpusdufrançais oral.C’estd’ailleurscette
confrontationavec laréalité linguistique concrètequi,selonGeorgesMounin,
devrait nouséviterde «retomber oudansla descriptionanecdotique de faits
isolés,oudansla dissertationabstraitesurlesidéesdesautres»(1972: VII).
Notre étudeportesurlesaspects phonétiquesdu
parleracadiendesÎles-dela-Madeleine(Québec), archipelsitué dansle golfe duSaint-Laurent.Jusqu’à
présent, l’archipel a faitl’objetdeplusieursétudeshistoriques, géologiqueset
1
économiques .Parcontre, les recherches surle
françaisdesÎles-de-la2
Madeleinese limitentàquelquesarticlesdeportéetrèsgénérale.L’absence de
corpus orauxde cetterégion,recueillisà desfinsd’analyse linguistique,nousa
encouragée à constituer notrepropre corpus.Un séjourdetreizesemaines
(d’octobre2003à janvier 2004) nousapermis non seulementderassembler
touteslesinformations nécessaires, maisaussi de mieuxcomprendre le contexte
socioculturelqui englobe les pratiqueslangagièresdeshabitants.
Touten nousen tenant particulièrementà l’étudephonétique du parlerd’une
communautéspécifique,nous souhaitonsintégrer unaspectcomparatif dans
notre démarche afindesituerle françaisdesÎles par rapportauxautres parlers
acadiens.Étantavant tout un travail descriptifqui essaie de mettre enlumière la
dynamique interne de ceparler,notre étudenes’arrêterapourtant pasà la
simple énumérationdes phénomènes observés.
Précisons que l’objectif denotrerecherchen’est pasd’établir une
comparaisonentre leparlerdesÎles-de-la-Madeleine etle françaishexagonal,
3
souventappeléfrançais standardoufrançais de référence, maisdesituercet
idiomepar rapportaux parlersacadiens qui font partie des variétés«non
4
standard »ou« marginales».
Si la descriptionde lavariation phonétique dufrançais parlé dansl’archipel
estleprincipalobjectif denotretravail, ilnousaparuimportant qu’il

1
V.la bibliographie de Desjardins (1987) surlesÎles-de-la-Madeleine.
2
Lesarticlesen questionfigurentdansla bibliographie(classement thématique)danslasection
« Le françaisdesÎles-de-la-Madeleine ».
3
V.Thibault (2006:239)àproposde l’ambiguïté desdeux termes.
4
V.Chaudenson (1993) pourletermefrançais marginaux.

Introduction

15

comprenne également un volet historique destiné àpréciserlesliens quisesont
tissésentre lescommunautésacadiennesdesProvincesmaritimesetles
francophonesdesÎles-de-la-Madeleine.On pourraitainsirésumerles
principaux objectifsde cetravail :
1- décrire les traits phonétiquesdu parlerde l’archipel dans uneoptique
comparative;
2- étudierlavariationinter-(etintra-)individuelle dequelques variables
choisies ;
3- mettre en parallèle leniveau phonétique etleniveaumorphosyntaxiquepour
situerle françaisÎles-de-la-Madeleinepar rapportauxautres variétésdu
françaisenAmérique duNord.
Notre étudevisantàune analysequalitative,nousavonsdécidé de limiter
notre échantillonà22locuteurs, cequireprésenteun total de12heures
5
d’entretiens semi-guidés, entièrement transcrits .À celas’ajoutentles88
témoins quiontbien voulu participerànotre enquête complémentairesur
questionnaire.
Dans un premier temps,nous nous pencherons surl’arrière-planhistorique,
en résumantlesétapes quiontmarqué le développementde la communauté
linguistique danscetarchipel.Nousferonségalementlepoint surlasituation
démographiquequi aidera à mieuxcomprendre lerapportactuel entre locuteurs
anglophonesetfrancophones.Le deuxième chapitresera consacré à laquestion
identitaire etaux représentationslinguistiquesdesMadelinotsetMadeliniennes.
Nousexamineronsensuite lesétudes quiontmarqué larecherchesurla
phonétique des parlersacadienset surla langue desÎles-de-la-Madeleine avant
d’exposerle cadrethéorique de cetravail.Celui-ci englobetroisaxesmajeurs
quinousguiderontdanslapartie analytiqula lie :nguistique fonctionnaliste, la
sociolinguistique etl’approche cognitive.Lapartie méthodologique comprendra
desinformationsdétaillées surla constitutionducorpusetl’aspect technique de
notretravail.Une descriptiondu systèmephonétique du parlerde l’archipel
précède l’analyseproprementdite dequelquesaspectschoisis.Dans une
dernièrepartie,nousferonsle lienentre laphonétique etla morphosyntaxepour
situerleparlerétudiésur une échelle d’« acadianité »(v.Flikeid1997).

5
Les transcriptions sontconsultables surle CD-ROMqui accompagne cet ouvrage.

1. Survol historique et démographique

1.1 Situation géographique

Situéesau sud-ouestdugolfe duSaint-Laurent (v.carte1),
lesÎles-de-laMadeleinereprésentent« les vestigesd’uneterre
disparue,quiunissaitTerreNeuve, laGaspésie, la Nouvelle-Écosse etl’Île-du-Prince-Édouard »(Rumilly
6
1951:7).Cetarchipel enforme d’hameçon s’étendsur 202kilomètrescarrés
7
etcouvreunesuperficie d’environ 15000hectares .Satopographiese
caractériseparlaprésence denoyaux rocheux, de dunes sablonneuses, de buttes
rondesetde falaisesde grès rouge.Lepaysageondulé constitue lerésultatde
l’accumulationdesédimentsd’origineterrestre etd’élémentsd’origine
volcanique(v.Fortin/Larocque2003:33).Lesérosionsmaritimes successives
ontenfindonné descontoursà l’ensemble,séparantles noyaux rocheux.

Carte 1.L’estduCanada

6
Ce chiffren’inclut paslesîlotsinhabités.
7
Si l’on tientcompte de lasurface des plagesetdesdunes, lasuperficies’élève à environ 20 000
hectares.

18

8
Carte 2. LesÎles-de-la-Madeleine(dansFortin/Larocque2003:11 )

8
Sources: Fond de carte : ministère desTransportsduQuébec,2001.
Données: Mise à jourd’une carte duministère de l’Énergie, desMinesetdesRessources.
Carte au 1:250 000,1983.Cartographie : Marie-Claire Dubé.

Survol historique etdémographique

19

Les sixîles principales,reliées pardesdunesdesable,regroupent, du sud au
nord, l’île duHavre-Aubert, l’île duCap-aux-Meules, l’île
duHavre-auxMaisons, l’île auxLoups, laGrosse-Île etl’île de la Grande-Entrée.L’île
d’Entrée,située à10km à l’estde l’île duHavre-Aubert, complète l’ensemble
(v.carte2).
On noteraque lesÎles-de-la-Madeleine comprennentégalement quelquesîles
9
etîlotsinhabités, dontl’île Brion, leRocherauxOiseaux, l’île
auxLoupsmarins, l’île Paquet, l’île auxGoélands, l’îleRouge, l’île Shagg etlerocherdu
CorpsMort. 90kilomètres séparentlesÎles-de-la-Madeleine de laterre la moins
distantequi estl’Île duCap-Breton (v.Fortin/Larocque2003:22).Dufait que
lesÎles-de-la-Madeleinesont pluséloignéesduQuébecque desProvinces
maritimes, desliens sesont tissés, dèsle débutde la colonisation, entre
l’archipel etles régionsacadiennesavoisinantes (la Nouvelle-Écosse, le
Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard), favorisantavant toutles
échangeséconomiques.
Denosjours, deuxcompagniesd’aviationet une compagnie detransport
maritime desserventlesÎles quotidiennement pourassurerletrajet versle
Québec(laville de Québec, Montréal, Gaspé)et versl’Île-du-Prince-Édouard
(Souris).Enhiver, la formationdesglaces renforce l’isolementetletrajet vers
lesÎles nepeut se fairequ’enavion.De janvierà la mi-avril, l’activité maritime
estalorsinterrompue.Bénéficiantd’unclimatmaritàime, «un niveau
intermédiaire entre les types sous-tropical et sous-polaire »(Fortin/Larocque
2003:28), les températures y sontmoinsélevéesenété etleshivers sontmoins
froids par rapportaucontinent.Levisiteur remarquera l’aspect« dénudé »de
l’archipel :avecune absencenotable de bois (sauf à l’îleBrion oùl’on peut
observer unerichevégétationd’épinettesetdeprusses),on y trouve des plaines
et, aucentre,quelquesbuttes (v.Geistdoerfer 1987:36).
Lepaysage desÎlesestmarquéparlesdunes,représentantdes« flèchesde
sable »(Geistdoerfer 1987:37).Laprésence de lagunesetde bassins
semiouverts sereflète danslatoponymie :on trouvera lesappellations« leBassin»
(Havre-Aubert)le ba, «ssinauxHuîtres» etla «baie Clarke »(Grosse-Île) (v.
Fortin/Larocque2003:25)
LescourantsmarinsN.E.-S.O.[nord-est-sud-ouest, A.F.]
etS.O.-N.E.[sudouest-nord-est, A.F.]ontentraîné la formationde cesdunes parallèlesetcelle
deslagunesintérieurescommuniquantavec la mer pardesgoulets.Les
profondeursde celles-cisont trèsfaiblesentre2et4 brasses.Ceslagunes
s’ensablentd’année enannée.Grande Entrée, Havre auxMaisonsetHavre aux

9
Cette île futhabitée jusqu’en 1941et se distingue desautres par ses richessesenbois
(v.Geistdoerfer 1987:30).

20

Basquesétaientconsidérésautrefoiscomme de bonshavresdepêche,
aujourd’hui37%de lasurface initiale deslagunes sontcomblés ou occupés par
des zonesmarécageuseset tourbeuses[…]. (Geistdoerfer 1987:37)
Maiscesontavant toutles nombreuxcapsethavres qui marquentla
toponymie desÎles.Les plusconnus sont: lesCaps, Cap-Rouge,
Cap-auxMeules, Gros-Cap, Havre-aux-Maisons, Havre-aux-BasquesetHavre-Aubert.
La graphie de ce dernier toponyme est variable :nousavons trouvé
Havre10
AubertetHavre-au-Ber(s) .Parailleurs,undenoslocuteurs (GC01) prononce
systématiquementlesfinal.
Lanomenclature géographiquerehausse lepittoresque.Citonsles Échoueries,
quisontdeslieuxd’atterrissage desmorses ;les Demoiselles,quisont trois
collinesduHavre-Aubert ;La Vernière,nommée d’aprèsles vernes, autrement
ditlesaulnes,qui croissentdanslevoisinage;le Corps mort,rocherainsi
désignépour sa forme. (Rumilly 1951:150)
Parmi les toponymesanglais,on trouvera« Grindstone »(ancien nom de
Cap-aux-Meules)ainsiquSae «ndyHook »,qui désigne la barre desablequi
cerne lapartiesud-ouestdesÎles.
LapopulationdesÎles-de-la-Madeleine compte actuellementenviron 12500
11
habitants,répartisde façoninégale,puisqueseulement un tiersde lasuperficie
esthabitable(v.Geistdoerfer 1987: 45).
L’habitatfut toujoursdispersé, maisà l’origine,sansconstituerdes villagesdont
lesmaisons sontaccotées, ilyavaitdesgroupesde maisons,prochesdequelques
dizainesde mètres, centresidentifiablesaujourd’hui.Le développementde
l’habitat, déterminéprincipalement parl’emplacementdes sources, desbois, des
plagesetdes ports naturels,se fitdetroisfaçonsdifférentes.D’unepart
s’organisèrentisolémentcinqcentresd’habitations, d’autrepart, àpartirde
ceuxcise constituèrentdes villages voisins ouéloignés, enfin parallèlementaux
routes, lesmaisons s’installèrent.Àproximité de cinqhavres naturels
s’installèrentles premiers villages.Le Havre Aubert,quiresta jusqu’à ces vingt
dernièresannéesle centre économique etadministratif de l’archipel etfutle
pointde départde l’occupationde cettezonesud.Havre auxMaisons, Étang du
Nord, Grande Entrée,quisepeuplèrentindépendammentà l’arrivée desfamilles
réfugiéesacadienneset saint-pierraises.LaGrosse Île auraitété fondéeparles
rescapésd’un navire anglais qui aurait sombré à la Pointe de l’Està la findu
e
XVIIIsiècle. (Geistdoerfer 1987: 45)

10
V.TLF: «supportde boisetde cordagesbâti enforme de berceau,surlequelreposeun navire
enconstruction ouen réparation, et qui glisse avec lui, lorsdulancementà la mer.[...]sousles
graphiesbersetber; subsiste danslesdial.de l’Ouest (FEW1,337b)».
11
Selonlesderniers sondagesdatantde2006.Leprofil détaillé descommunautésestconsultable
surhttp:// www12.statcan.ca/francais/census06/release/index.cfm.

Survol historique etdémographique

21

Lesdocumentshistoriquesmettentenavantl’existence d’un premier noyau
d’habitationsà Havre-Aubert (v.chapitre1.2).La dispersionde lapopulation
sur plusieursîlesa favorisé l’émergence de groupementsbasés surdesliensde
parenté.
L’undes témoinsde cetteoccupation pargroupesisolésapparaîtdansle fait que
les patronymesdiffèrentd’un village àunautre et que chacundénonce l’origine
géographique deson porteur. (Geistdoerfer 1987: 45-46)
Laparenté auxÎles n’est pas seulementdesang […] UnArseneaultestdomicilié
enmajoritésurl’île de Havre-aux-Maisons oude l’Étang-du-Nord.On observe
aussi àpremièrevueune concentrationdesRichard à Havre-aux-Maisons, de
Petitpasà Cap-aux-Meules, de Noël à Fatima, de Nadeauà l’Étang-du-Nord,
d’Éloquinà Grande-Entrée etde Gaudetà Cap-aux-Meulesetà
l’Étang-duNord.Lenom de famillesuitla géographie desÎles… commesiporter un nom
de famille équivalait presqu’à habiter une île désignée. (Richard2002:107)
Lapremière municipalité, le Havre-Aubert, a été créée en 1874.En 1925,
elles sont quatrHae :vre-Aubert, Étang-du-Nord, Grosse-Île etGrande-Entrée.
En 1968s’ajoutentHavre-aux-Maisons, Barachois (Fatima)etCap-aux-Meules.
La dernière municipalité, érigée en 1978, estcelle de l’île d’Entrée(v.
Geistdoerfer 1987: 49).Malgré la fusiondesmunicipalitésen 2002, l’esprit
cantonalreste bienimplanté dansla conscience de habitants.
Quoique l’entreprise de discerner, de façon objective, lescaractéristiquesdes
gensdesdifférentesîlesdemeurepérilleuse ethasardeuse,on nepeut pasécarter
cettequestiondu portraitgénéral de l’identité madelinienne.Deplus, les
Madelinots s’appliquentencore actuellementàparler, blaguer,rouspéter,
s’amuseravec les traitsde caractère desMadelinotsde l’îlevoisine. (Richard
2002:135)
Nous y reviendronsaucoursduchapitre2.2.1.
LesÎles-de-la-Madeleinesont représentéesauParlement provincialpar un
député.Jusqu’en 1897, ellesfirent partie duComté deGaspé, ensuite de celui
de Bonaventure(sud de la Gaspésie)avantde devenir uncomté indépendant
avecunereprésentationauParlementfédéral.Depuis 1966, elles sontànouveau
rattachéesauComté de Bonaventure.Larégionadministrative de laGaspésie–
Îles-de-la-Madeleine est reconnue depuisle22décembre1987.Havre-Aubert,
jadiscapitale administrative, historique etjuridique, figure aujourd’hui comme
centre culturel.Cap-aux-Meulesestconsidéré comme le centre(commercial)et
« carrefour[...] detransactionavec le monde extérieur»(Richard2002:144),
alors que Havre-aux-Maisons s’est vuattribuerlestatutde centre intellectuel(v.
Marie-Victorin 2002[1920] :171).

22

1.2 Quelques repères historiques

e
AudébutduXVIsiècle, desBretons, desBasquesetdesNormands
commencèrentà entreprendre des voyagesdansle golfe duSaint-Laurent (v.
Hubert 1926:15).Cependant, ils ne furent pasles seulsàs’intéresserauxfonds
depêche autourdesÎles-de-la-Madeleine;à l’époque, lesMicmacs yfaisaient
la chasse aux vachesmarines (morses) (v.Fortin/Larocque2003: 59).Le25
juin 1534, lorsdesapremière expéditiondansleGolfe, Cartierdécouvretrois
rochers (dontleplusimportantestl’actuel« Rocher-aux-Oiseaux») qu’il
12
nomme « Islesde Margaulx».Passant parl’îleBrion, JacquesCartierécrit:
Cette île estbordée desable etde beauxfonds, etde mouillagesà l’entouràsix
et septbrasses.Cette île estla meilleureterrequenousayons vue, car unarpent
de cetteterrevautmieux quetoute la Terre-Neuve.Nouslatrouvâmes pleine de
beauxarbres,prairies, champsde blésauvage etdepoisenfleurs, aussi groset
aussi beaux que j’en visjamaisenBretagnCee […]tte île fut nommé l’île de
Brion. (J.Cartier, d’aprèsJulien 1984 :128)
Cartier poursuit son voyage enlongeantle littoral de l’archipelqu’il confond
avec le continent:
Àquatre lieuesde laditile île,ya laterre ferme à l’ouest sud-ouest, laquelle
apparaîtcommeune île, entourée d’îlesdesable.Ilyaunbeaucap,quenous
13
nommâmescapduDauphin,parceque c’estle commencementdesbonnes
terres.[…] Levingt-septième duditmoisde juin,nouslongeâmesladiteterrequi
s’étend est nord-estet ouest sud-ouest, etilsemble de loin que cesoientdes
buttesdesable, carcesontdes terresbasseset sablonneuses.Nous nepûmes y
aller ni descendre,parceque leventen venait, et nousleslongeâmesce jour-là
surenviron quinze lieues. (J.Cartier, d’aprèsJulien 1984 :129)
Le24 mai1536, lorsd’une deuxième expédition, Cartier se dirigeplus vers
lesud etdécouvre ainsi lesîlesduHavre-aux-Maisons, duCap-aux-Meules
(plus précisement: l’Étang-du-Nord)etduHavre-Aubert,qu’ilnolemme «s
Araynes»,parallusionauxdunesdesables qu’il aperçoitauloin (v.Hubert
1926:21 ;Fortin/Larocque2003:25):
Le jeudiXXVe jourdudictmois, jouretfeste de l’AscensionNostre Seigneur,
nous traversamesàvneterre et sillonde bassesaraynes,qui demeurentau
surouaistde ladicteysle de Bryon, envyronhuictlieues,par suslesquelles ya de
grosses terres,plainesd’arbres.Et yavne merenclose, dont n’avons veuaucune
entréeny ouverture,par oùentrerenicelle mer.Etlevendredi, XXVIe,parce

12
Margau(aussimargault, margot) n.m.:oiseaumarinde l’ordre desPalmipèdes (v.Naud
1999:187).
13
Le « capDauphin» correspond aucapNord de Grosse-Île.

Survol historique etdémographique

23

que leventchargeoità la couste,retournamesà ladicteysle deBrion,oùfumes
jusquesau premierjourde juing.Et vinmes querir vneterre haulte,qui demeure
au suestde ladicteyslequi demouroient verslesaraines. (J.Cartier, d’après
14
Biggar, cité dansHubert 1926:21)
Si cettepériode est peudocumentée, lesÎles, faisantl’objetd’unetoponymie
variable,trouventleur place dansles témoignagesdeschroniqueurset
e15
cartographesduXVIIsièclesouslenom de« Ramées»(v.cartes 3et4) ou
16
« Aponas».L’appellation« Havre auxBasques»(Havre-Aubert)et«
SainteCroix»(Grande-Entrée)datentde la même époque(v.Fortin/Larocque2003:
65).LetoponyMagdelème «ndée »,signantd’abord l’île duHavre-Aubert,
figure,pourlapremière fois,sur une carte de Champlainde1632 (v.carte3).
Il estgénéralementadmis parleshistoriens que la désignation« Îlesde la
Madeleine »(onlitégalement: Îles-à-MadeleineouÎles-la-Madeleine)estdue à
FrançoisDoublet qui, en 1663,obtintl’archipel enconcession.Selonle
témoignage desonfils, il lui donna cenom enl’honneurdesonépouse
Madeleine Fontaine :
Jene doutepas quevous n’ayezentendu souuent parler que feumon père,que
Dieuaye àsa gloire,sevoyant ungrandnombre d’enfants,restantencoresaize
bien viuants, etenétatauecsonepouze d’augmenter,n’ayantenssembleque
mediocrementdesbiensenfondset saprofession pour pouuoireleuer une aussy
nombreuse famille, mon perrese determina des’interesserdans une grande
entreprise d’unesocietté auec desMrsde ParisetdeRoüen, dansle dessain
d’etablir une colonie auxillesdeBrionetde S[ain]tJean, dansla baye de
l’Acadie, coste duCanadas[…] Etil fut permisà mon pere de changerles noms
desislesBrionencelle de la Madelaine commesenomoitma merre. (Bréard
1883:27-28)
Néanmoins, denombreuseslégendes sesontconstruitesautourde cette
appellation (v.Chiasson 1976:14).Latradition oralerapporte, entre autres,
qu’à l’époque de Champlain,une femmequisenommaitMadeleine aurait vécu
à l’Anse-à-la-Cabane(Havre-Aubert)et que «pargalanterie, leshommes
17
donnèrent son nom à l’archipel »(Chiasson 1976:17) .

14
LesdifférenteséditionsdesVoyages de Cartierreposent surdesdocuments que l’onavait, à
tort,pris pourl’originalquin’apasétéretrouvé.Parmi leséditionsbasées surcescopiesde
l’original,oncompteranotammentcelle de Biggar (1924)etde d’Avezac(1863).
15
« Ramées» fait référence auxfait que lesîles sont ramifiées, c’est-à-direreliées pardesdunes
desable.
16
Nom attribué auRocher-aux-Oiseaux,sansdouteparceque Cartieravaitévoqué la grande
quantité depingouins (margauxouapponats) quivivaient surl’Île.
17
« Jusqu’en 1663,Brion, RameaouAraynesétaientles seuls noms quiservaientà désignerce
groupe d’îles ;Doublet obtientduRoi lapermissionde changerces nomsencelui deMadeleine,

24

Depuiscette époque-là, leshabitantsde l’archipelportentlenom de
Madelinots.Le choixduféminindumot ne fait pasl’unanimité(v.Naud1999:
182), mêmesi la formeMadelinienne,recommandée d’ailleurs parl’Office de
18
la langue française, estgénéralement préférée àson synonymeMadelinot(t)e.
Aprèsla fondationde la Nouvelle-France, la compagnie desCent-Associés,
créée en 1627, concède desfiefs pouraccélérerlesentreprisesde colonisation
dansle golfe duSaint-Laurent.En 1653, NicolasDenys, commerçantet
fondateurd’établissementsdepêche enAcadie,reçoitla
concessiondesÎles-dela-Madeleine(v.Hubert 1926:28;Rumilly 1951:12 ;Fortin/Larocque2003:
68).Négligeant ses obligations, Nicolas perdsesdroits.Le19janvier 1663, la
Compagnie desCent-Associésconcède l’archipel à FrançoisDoublet,
apothicaire de Honfleur.
Pourtant, les premières tentativesd’unétablissement permanentéchouent.
Pendantl’hiver 1663-1664,ungroupe de Françaisetde Basques s’installe dans
l’archipel.Quand Doublet retourne auxÎlesen 1664, iltrouve l’habitation
déserte(v.Rumilly 1951:14;Fortin/Larocque2003:72).Après une brève
périodependantlaquelle la Compagnie depêches sédentairesde l’Acadie
détientle monopolepourlapêche autourdesÎlesetauCap-Breton, Juchereau
de Fargy prend larelève jusqu’àsa morten 1720 (v.Fortin/Larocque2003:
72-73).Entre-temps,suite au traité d’Utrecht, Terre-Neuve etl’Acadie
péninsulaire(la Nouvelle-Écosse) sontdevenuesanglaises.
Vers 1720, la concessionest transférée aucomte de Saint-Pierrequi
s’engage à envoyercinquantepersonnesauxÎles touslesans.Toutefois, les
intérêtsducomtese concentrent surlapêche.En 1731, lesdroitsde la chasse et
depêchepassentàunmarchand de Louisbourg, HaranederPontil, etensuite
auxfrèresAntoine etJoseph Pascaud.Cesderniersindiquent qu’ilscomptent
parmi leursengagés uncertain nombre de Canadiensde larégionde Québec,
probablementinstallés surl’île duHavre-Aubertdepuis 1734(v.
Fortin/Larocque2003:75).Notons que l’Île Saint-Jean (l’actuelle
Île-duPrince-Édouard), concédée égalementaucomte de Saint-Pierre, compte environ
600habitantsen 1744.

du nom desa femme;c’estdonc depuis 1663 quenosÎles portentlenom deMadeleine.Brion
toutefoisa été maintenu pourdésignerl’île découverteparCartieret qu’il appela ainsi du nom de
soninsigneprotecteur.Cependant,sur une carte de Champlain,1632,La Magdeleineestdonnée à
l’île duHavre-Aubert». (Hubert 1926:30)
18
Si aucuneprécision n’estapportée, letermeMadelinotsestemployéparlasuitepour tousles
habitantsdesÎles-de-la-Madeleine, hommesetfemmes.

Survol historique etdémographique

25

Carte3.Carte de Samuel de Champlainde1632
Source : Samuel de Champlain,Lesvoyages de la Nouvelle-France, Paris,1632
(reproductiondansFortin/Larocque2003:69).

26

Carte 4.Carte de N.Sansond’Abbeville de1656
SourNce :.Sansond’Abbeville,Le Canada et la Nouvelle-France,1656
(reproductiondansFortin/Larocque2003:70).

Survol historique etdémographique

27

19
Engénéral, lapopulationcivile de cettenouvelleAcadie estd’origine française
ouacadienne etcomprendsurtoutdesmarins, des traiteursetdes pêcheurs,
contrairementà l’ancienne,plusdiversifiée,où prédomine l’agriculture.
(Fortin/Larocque2003:73)
La guerre de SeptAnsforce lesFrançaisàrenoncerà leurs revendications
territoriales.LesdéportationsdesAcadiens quirefusentdeprêter sermentà la
couronne anglaise débutenten 1755.Cetépisode,renducélèbresouslenom de
« grand dérangement», marquera l’histoire desÎles-de-la-Madeleine,qui,parla
20
suite, constitueront unlieuderefugepour quelquesAcadiens .
En 1760, le colonelRichard Gridley,né enNouvelle-Angleterre,obtientla
concessiondesÎles pour yétablir un poste de chasse etdepêche(v.Rumilly
1951:17 ;Fortin/Larocque2003:77).Sousla dominationanglaise, l’archipel
estd’abordplacésousla juridictionde Terre-Neuve(1763), avant son
rattachementà laprovince duQuébecsuite à l’Acte de Québec(1774).Dès
1761, Gridleyengage desfamillesacadiennes originairesde
l’Île-du-PrinceÉdouard comme main-d’œuvrepour profiterde leursconnaissancesdansla
chasse auxmorses.Quatre ans plus tard,22 personnes, dont 17Acadiens,sont
installéesà l’île duHavre-AubertetauCapde l’Est.Selonlatradition orale, les
premièresfamillesauraientété lesBoudreau, Chiasson, CormieretLapierre, et
plus tard lesSneau (Arseneault), Noël etThériault (v.Hubert 1926: 42 ;
21
Fortin/Larocque2003: 82) .
Lesîlesde la Madeleineontété engrandepartiepeuplées parcinqfamilles
venuesde l’île duPrince-Édouard lorsde la deuxième dispersion,vers 1763
[…]. (Marie-Victorin 2002[1920] :130)
Marie-Victorinaffirmeque les premièresfamilles sesontétabliesà
GrosseÎle, alors que lesautres sourcesmentionnentHavre-Aubertcommepremier
centre d’habitation.À défautde donnéesfiables, leslégendesévoquentles
naufragescommeprincipal facteurayantcontribué à lapopulationdes

19
Lesauteursdésignentainsi lesétablissementfrançaisà l’île Royale(aujourd’hui île
duCapBreton),notammentà Louisbourg, età l’île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard).
20
Entre1755 et 1763, lesautoritésbritanniques,quirégissaientà l’époque la Nouvelle-Écosse,
onteffectué le déplacement systématique de lapopulationacadienne.Cen’est qu’aprèsletraité
de Parisde1763 que lesexiléseurentle droitderetourner surleurs terres.Étantdonnéque
cellesci étaientattribuéesà denouveauxcolons, lesAcadiens sesont réinstallésà d’autresendroits (v.
Flikeid1991:196), cequi a conduitaumorcellementetà
l’isolementdescommunautésfrancophones quiperdure,notammentenNouvelle-Écosse.
21
Dans sonlivreDécouverte etpeuplementdes Îles-de-la-Madeleine(2009), Pauline Carbonneau
retrace endétail lesdifférentes vaguesdepeuplementetd’émigration quiont transformé la
société madelinienne.

28

différentesîles.Ainsi, l’échouage d’un navire anglaisauraitété à lasource de
l’installationde lapopulationanglophone à Grosse-Île :
Avec letemps, d’autresépavesdugrandnaufrage d’Acadiesesontéchouées sur
lesÎles.Desfamilles réfugiéesà Miquelon rejoignirentlesautresdansl’archipel.
PresquetouslesansdesTerre-Neuvas, mousses oumatelots, fuyantlatrique du
patronde barque, demandaientasile auxinsulaireset se fixaient parmi eux.Les
catastrophesmaritimesapportèrentaussi diverséléments vite absorbésetfondus
danslapetitepopulation.LesTurbide(d’Ithurbide), lesChevari(Etchevarie)et
d’autres sontdesBasques ;lesÉloquin, lesHubert sontdesFrançaisde France.
(Marie-Victorin 2002[1920] :131)
Ahtu vas voirça làpis tu vois toutletourdesÎles-de-la-Madeleine i doit yavoir
entourdequatre cents:naufragés.des naufrages.de différentes pays qu’a abordé
pisça ças’en venaitdansles/dansla brumepis: i frappaientlaterrepisi
perdaientleu= bateau:ohoui c’estde mêmeque lesÎles-de-la-Madeleine até
découvertben ouais.dansles premiers/dansles premiers qu’arriventauxÎlesah
yenavaitdesbordées*yenavait:/ yenavaitdesAnglaisaussi là. ouais.ahoui
toutletourdesÎles-de-la-Madeleinevousallez voirça la c’estmarquétout’des
épavesde bateaux.hm jepensequ’yena eu quatre centsau-dessus.[…] moi j’ai
pasétudié lavie de deça j’ai entendu parler nos parents nosancêtres nousa conté
quoi c’était[…] mais onapasfaitderechercheslà-dessus seulement que
c’était./c’estde mêmeque lesÎles-de-la-Madeleine ç’até découvert (PL02,
45622
474)
LepeuplementdesÎles sepoursuitavec l’arrivée, en 1773, de huitfamilles
acadiennesde Saint-Pierre-et-Miquelon.L’absence deregistresde l’époque
rend difficile l’évaluationde lapopulation.Il est toutefoisfort probableque,
déjà avant 1770,quelquesAcadiens revenantd’exilsesoientinstallésauxÎles.
Avec l’Acte de Québec, lesÎles-de-la-Madeleinepassent, en 1774,sousla
juridictionduBas-Canada.La Révolutionfrançaise,qui éclate en 1789,va
contribuerà modifierleprofil démographique desÎles-de-la-Madeleine :en
1792,250 personnesd’origine acadienne etantirévolutionnaires quittent
Miquelon, accompagnésdu prêtre Jean-Baptiste Allain (v.Hubert 1926: 58;
Fortin/Larocque2003: 85).À l’époque, laplusgrandepartie de lapopulation
est toujoursinstalléesurl’île duHavre-Aubert.Les premiers registres
mentionnentégalementles nomsde Havre-aux-Maisons, Bassin,
Cap-auxMeulesetde l’île d’Entrée.On peut soupçonner que cesontles quatre îles
habitées parcettepopulationcatholique etfrancophone, à laquellesesontmêlés
quelquesanglophones.

22
Citations provenantdenotre corpus (v.CD-ROM).Les référencesindiquentle lieu, lenuméro
de l’entretien (le locuteurest toujoursL1)etlaséquence dansletexte(v.aussi chap.5.2).
Exemple : PL02, 456-474 = Pointe-aux-Loups, Entretien n°2,séquence 456-474.

Survol historique etdémographique

29

C’estégalementà ce moment-làque lesautoritésbritanniques se mettentà
luttercontre lapratique de la contrebande etle commerce illicite des
Américainsdontlaprésence estdevenueplusimportante depuis 1783et qui
convoitentl’archipelpour sesfondsdepêche.La concessiondesÎles passe à
Isaac Coffin,officierde marinené à Boston,quirecense, lorsdeson premier
séjouren 1806,unepopulationde 500 personnes (Rumilly 1951:23).
Parmi les quelque90habitants protestants, les registres signalenten 1820la
présence de cinqfamilles (dontlesDicksonetlesMcLean) quisesont
installéesà l’île d’Entrée, ainsiquesixautres (notammentlesClarke, Goodwin
etRankin)habitantl’île Coffin (aujourd’hui Grande-Entrée) oubienl’île du
Cap-aux-Meules,quiporte à l’époque lenoGm de «rindstone »(v.Fortin/
Larocque2003:95).
Coffin oblige lesMadelinotsàpayer uneredevance annuelle et seréserve
unepartie de l’archipel(l’île Coffin) pour une éventuelle implantationduclergé
protestant (v.Hubert 1926:71).Mais unepartie deshabitants nereconnaissent
pas sesdroitset s’opposentau paiementd’unloyer pourdes terres qu’ils
considèrentcomme leurs.Lasdesdifficultés, Coffinessaie devendre lesÎles
dès 1822etdemande leur rattachementà la Nouvelle-Écosse.Enmêmetemps,
les premièreschapelles sontconstruitesà Havre-AubertetHavre-aux-Maisons.
En 1829, lesÎles sont rattachéesaudiocèse de Charlottetown.Avecune
économie centréesurlapêche, les produitsexportés sontavant toutla morue,
séchéeou verte, ainsique l’huile etles peauxdephoques (v.Fortin/Larocque
2003:92).La découverte de larichesse du sol mène aux premières tentatives
d’agriculture avec la culture depommesdeterre.En 1831, lapopulation s’élève
à1 057 personnes.
La mise en place destructuresd’encadrementde lasociété estbaséesurla
créationde deux paroisses: Cap-aux-MeulesetGrand-Ruisseau.Àpartirde
1839, l’abbé AlexisBélangerassure l’encadrement religieuxet, en 1849, les
Madelinots sontfiersderecevoirlepremier prêtreoriginaire desÎles,
CharlesNazaire Boudreau.Vers 1840, lesinitiativesallantdanslesensd’une
organisation socialeseprolongentavec la constructiondes premièresécoles qui
constituent unélémentclé dansla lutte contre l’analphabétisme.
Lasituationéconomiqueprécaire etl’inquiétude constanteprovoquéeparla
dépossessionincitent plusieursfamillesàquitterl’archipel.Coffinmeurten
1839, léguant sondomaine de l’archipel àson neveuJohnTownsend Coffin,
«sans qu’un règlementconvenable aitété consenti enfaveurdesAcadiens qui
nepouvaientencore, après un siècle,obtenirla librepossessionde leurs terres»
(Arsenault 1994 :283).

30

En 1847enfin,une famineplonge leshabitantsdansla misère etencourage
davantage l’exodeversla baie Saint-Georges, l’île d’Anticosti etla Côte-Nord
(Pointe-aux-Esquimaux, Kegaska, Blanc-SablonetNatashquan) (v.Hubert
1926:108).SelonCarbonneau (2009:199),plusde125 famillesdepêcheurs
quittentlesÎles-de-la-Madeleine entre1854 et 1872 pour s’installer surlarive
nord duGolfe.D’autresémigrent versla Beauce etla Matapédia :
Toutaulong de cesannées, la mobilité de la diaspora acadienneperdure, alors
que l’arrivée de dizainesde famillesen provenance desMaritimesest
contrebalancéeparle départd’un nombresupérieurd’exilés surlarivenord du
golfe duSaint-Laurent. (Fortin/Larocque2003:100)
Les premières tentativesd’établirdes structuresdémocratiquesmarquentla
vie deshabitants qui,ne montrantaucunintérêt pourlesélections nationales,
découvrentlaviepolitique locale :un premierconseil municipal estéluen
1861.Lescommissions scolairesetconseilsde fabrique favorisentl’émergence
d’une conscience démocratique.En 1871, lapopulationanglophone augmente :
À cette date,167Madelinots se déclarentd’origine anglaise, 82irlandaise et 74
écossaise.Très peucependant sont venusd’Europe.La majorité d’entre eux sont
nésauxÎles, lesautres viennentde la Nouvelle-Écosse, de l’Île
duPrinceÉdouard, duNouveau-Brunswick etde Terre-Neuve.Laplupart,pêcheurset
éleveurs,s’installenten périphérie :Grosse Île etOld Harry, île Brionetîle
d’Entrée.Lescommerçantset navigateurs,parcontre,préfèrentcohabiteravec
leursclientsfrancophonesdes troisîles principales. (Fortin/Larocque2003:109)
Grâce à la créationdesconserveriesde homard, lesfemmes trouvent
désormaisleur placesurle marché detravail.En tant qu’ouvrièresdansles
usines, ellescontribuentà l’émergence denouveauxmétiers spécialiséscomme
parexemple celui depaqueteur,quiprocède « au polissage, au tapissage etau
remplissage desboîtesmétalliquesd’une livre de chairducrustacé »
(Fortin/Larocque2003:146).
Suite à lasurexploitationdes ressources, lapréservationduhomard devient
e
l’objetde débatsà la finduXIXsiècle.À la même époque, le développement
denouveauxmoyensde communication (bateauxàvapeur)facilitantle lien
avec le continentintensifie leprogrès quisepoursuitdansl’organisationde la
société.
En 1877, la créationducouventdes sœursde la congrégationde
NotreDame à Havre-aux-Maisons permetauxjeunesfemmesd’obtenir undiplôme
d’institutrice.Le bilandeseffortsd’alphabétisation serévèle assez positif à la
e
finduXIXsiècle :
Toutefois, le bilinguismesemble largement réservé auxAcadiens.Ainsi,surl’île
de la Grande Entrée,unetrèsforte majorité desfrancophones seprétend

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.