Lire les villes marocaines

De
Publié par

Comment, par rapport à d'autres disciplines, comme la géographie, la sociologie ou l'histoire, la littérature saisit-elle les villes ? Dans le cas du Maroc, certaines villes semblent susciter une littérature fondée sur un territoire lié à des particularités physiques ou linguistiques. Ce phénomène littéraire renouvelle l'approche des enjeux identitaires. C'est un état des lieux des rapports humains dans les villes qui se sédimente dans les livres.
Publié le : lundi 1 juillet 2013
Lecture(s) : 5
Tags :
EAN13 : 9782336320953
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Itinéraires Littérature, textes, cultures
LIRE LES VILLES M A R O C A I N E S
Sous la direction de Véronique Bonnet, Marc Kober et Khalid Zekri
Lire les villes marocaines
Itinéraires. Littérature, textes, cultures 2012, 3
Lire les villes marocaines
Sous la direction de Véronique Bonnet, Marc Kober et Khalid Zekri
Centre d’étude des nouveaux espaces littéraires Université Paris 13
Direction
Christèle Couleau et Magali Nachtergael
Comité de rédaction Pascale Hellegouarc’h, Mireille Brangé, Marc Kober et Marie-Anne Paveau. Comité scientifique Ruth Amossy, Marc Angenot, Philippe Artières, Isabelle Daunais, Papa Samba Diop, Ziad Elmarsafy, Éric Fassin, Gary Ferguson, Véronique Gély, Elena Gretchanaia, Anna Guillo, Akira Hamada, Thomas Honegger, Alice Jardine, Philippe Lejeune, Marielle Macé, Valérie Magdelaine-$QGULDQMD¿WULPR 'RPLQLTXH 0DLQJXHQHDX +XJXHV 0DUFKDO :LOOLDP Marx, Jean-Marc Moura, Christiane Ndiaye, Mireille Rosello, Laurence 5RVLHU 7LSKDLQH 6DPR\DXOW :LOOLDP 6SXUOLQ Secrétariat de rédaction Centre d’étude des nouveaux espaces littéraires François-Xavier Mas (Paris 13, UFR LSHS) Université Paris 13 99, av. Jean-Baptiste Clément 93430 Villetaneuse Diffusion, vente, abonnements Éditions L’Harmattan 5-7, rue de l’École polytechnique 75005 Paris Périodicité Trois numéros par an. Publication subventionnéepar l’université Paris 13.
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01183-7 EAN : 9782343011837
Sommaire
VéroniqueBONNET, MarcKOBERetKhalidZEKRI. Introduction.............................................................................. 7 MarcKOBER. Marches tangéroises (Paul Bowles, Brion Gysin, :LOOLDP %XUURXJKV 'ULVV %HQ +DPHG &KDUKDGL ................... 17 Xavier GARNIER. Le Tanger expérimental GH :LOOLDP %XUURXJKV.............................................................. 35 Christiane ALBERTet Marc KOBER. L’hétérotopie tangéroise de Tahar Ben Jelloun................................................................ 47 Évelyne TOUSSAINT. Yto Barrada : ¿JXUHV GH UpVLVWDQFH j OD GRPHVWLFDWLRQ GH O¶HVSDFH................ 57 Nathalie SAGNESALEM. Représentations de Tanger dans La Vida perra de Juanita Narboni.............. 69d’Ángel Vázquez Véronique BONNET.La Vida perra de Juanita Narbonide Farida %HQO\D]LG  XQH UppFULWXUH ¿OPLTXH SRVWFRORQLDOH "................. 81 Abdelkrim CHIGUER. Matière de Fès : littérature, cinérgie et cinécriture ............................................. 95 Anouar OUYACHCHI111. Représentation littéraire de Fès ............... Ziad ELMARSAFY 'LRQ\VRV j 0HNQqV  OHV GLHX[ OHV FRUSVet la ville chez Miloudi Chaghmoum....................................... 127 Selim CHERIEF. L’univers sonore d’Ángel Vázquez ................. 137 Brice GRUET. Au regard du sacré : lectures croisées de la médina de Fès.................................................................. 153
Comptes rendus %HUWUDQG :ESTPHAL,/D *pRFULWLTXH 5pHO ¿FWLRQ HVSDFH(Khalid Zekri)........................................................................... Henri GARRIC,Portraits de villes – Marches et cartes : la représentation urbaine dans les discours contemporains (Marc Kober)............................................................................
169
173
Xavier GARNIERHW -HDQ3KLOLSSH :ARREN(dir.),Les Écrivains francophones en exil à Paris – Entre cosmopolitisme et marginalité(Sada Soumaré et Marc Kober) ........................ Priska DEGRAS,L’Obsession du nom dans le roman des Amériques(Annick Gendre)........................
176
181
Introduction
&RPPHQW SDU UDSSRUW j G¶DXWUHV GLVFLSOLQHV FRPPH OD JpRJUDSKLH OD VRFLRORJLH RX O¶KLVWRLUH OD OLWWpUDWXUH VDLVLWHOOH OHV YLOOHV " 4XHOOH HVW OD VSpFL¿FLWp GX GLVFRXUV OLWWpUDLUH SDU UDSSRUW DX[ DXWUHV GLVFRXUV WHQXV VXU OD YLOOH " (W SRXUTXRL OD OLWWpUDWXUH VHPEOHWHOOH V¶DUWLFXOHU j O¶HVSDFH XUEDLQ GH IDoRQ SULYLOpJLpH " 7HOV VRQW OHV HQMHX[ SULQFLSDX[ GHV pWXGHV réunies dans le présent volume. Le fait d’évoquer des villes marocaines DMRXWH XQ LQWpUrW VXSSOpPHQWDLUH j FHWWH TXHVWLRQ 'DQV OH FDV GX 0DURF certaines villes semblent susciter une littérature fondée sur un territoire et sur une production locale, en raison de particularités physiques (Fès et Meknès sont des « villes intérieures ») ou linguistiques (Tanger comme ancienne « zone internationale » et creuset d’un dialecte mêlant berbère, DUDEH HVSDJQRO HW TXL LQFOXW HQFRUH G¶DXWUHV HPSUXQWV  &¶HVW j SDUWLU GHV lieux, et plus particulièrement des villes, que le phénomène littéraire sera envisagé pour renouveler l’approche des enjeux identitaires. En effet, 1 DERUGHU OD OLWWpUDWXUH PDURFDLQH pFULWH j SDUWLU GX 0DURF  SOXV VSpFL¿TXH-PHQW j SDUWLU GH VHV YLOOHV UHÀqWH OD PRQGLDOLVDWLRQ OLWWpUDLUH HQ PDUFKH HW l’affranchissement croissant des « centres » anciens, en particulier celui de la capitale d’un empire colonial, et le cœur artistique de la première e moitié duXX siècle que fut Paris. Le choix de privilégier les villes de Tanger, Fès ou Meknès et non Casablanca, la capitale économique et intel-lectuelle ou Rabat, le centre administratif et politique, ou bien Marrakech, ville évoquée et pratiquée par des écrivains, pourrait sembler arbitraire. ,O UpSRQG FHSHQGDQW j XQH ORJLTXH OLpH DX[ FKRL[ SHUVRQQHOV GHV FRQWUL-buteurs et des organisateurs de rencontres qui ont eu pour cadre certaines 2 villes marocaines ; leur connaissance, le travail de terrain et les rencontres
1. Littérature marocaine au sens large : produite par des auteurs nationaux, de nationalité espagnole comme Ángel Vázquez ou bien par ceux qui ont choisi d’y vivre et d’y écrireSRXU XQH GXUpH YDULDEOH FRPPH -XDQ *R\WLVROR 3DXO %RZOHV RX 5RGULJR 5H\ 5RVD j WLWUH d’exemple.  8QH UHQFRQWUH VXU © /¶DUWLVWH SRO\YDOHQW ª V¶HVW WHQXH j .pQLWUD HW j 0HNQqV HQ  3OXVLHXUV WDEOHV URQGHV RQW HX OLHX j O¶RFFDVLRQ GX 6DORQ LQWHUQDWLRQDO GH 7DQJHU 6,7 GX Livre et des Arts, en avril 2009. Le colloque international « Lire les villes marocaines : FUpDWLRQ HW XUEDQLWp ª TXL V¶HVW WHQX j O¶XQLYHUVLWp 3DULV  OHV  HW  IpYULHU  D pWp
8
INTRODUCTION
intellectuelles qu’ont pu y faire les contributeurs ont ainsi motivé et stimulé OHXUV UHFKHUFKHV HW SDU FRQVpTXHQW OHXUV FRQWULEXWLRQV VFLHQWL¿TXHV Les villes sont un espace physique et sonore, une trame verbale où OHV DUWLVWHV WURXYHQW j H[SULPHU OHXU FUpDWLYLWp HW OHXU VHQVLELOLWp (OOHV VRQW la mémoire concrète des événements de l’histoire nationale, mais surtout de la connexion des histoires, par leurs bâtiments, leurs inscriptions, les enseignes multilingues des habitations ou des magasins, et par la toponymie générale de l’espace urbain. La parole est donnée aux lieux autant qu’aux OLYUHV TXL WUDQV¿JXUHQW O¶LGHQWLWp XUEDLQH /HV JULOOHV GH OHFWXUH GH OD YLOOH (les termes « portraits », « carte », « vue », « récit-parcours » en disent la 3 nature ) déterminent l’objet autant que le sujet de la lecture. Lire les villes marocaines renvoie aux rapports humains, aux proximités culturelles et spatiales dont elles sont la manifestation éclatante. Ainsi, c’est un état des OLHX[ GHV UDSSRUWV KXPDLQV GDQV OHV YLOOHV PDURFDLQHV j WUDYHUV OHV kJHV qui se sédimente dans les livres, puis se redéploie pour imaginer d’autres avenirs relationnels. La ville de Tanger a émergé comme un pôle d’attraction majeur pour un certain nombre de raisons. Cette ville occupe une place essentielle dans nos analyses parce qu’elle démontre la capacité des écrivains et de OD OLWWpUDWXUH j LQIRUPHU XQ OLHX MXVTX¶j SDUWLHOOHPHQW OH GpUpDOLVHU HQ XQH 4 forme de « dérive littéraire ». En effet, l’imaginaire d’une ville comme Tanger, cosmopolite, internationale et transnationale, ville emblématique du métissage culturel, illustre l’idée de polyvalence et celle d’émergence G¶XQ FHQWUH OLWWpUDLUH &RPPHQW HQ XQ FHUWDLQ OLHX j XQH FHUWDLQH pSRTXH des rencontres intellectuelles, une effervescence, un brassage favorisent-ils XQ SUpFLSLWp OLWWpUDLUH " /¶pWXGH GHV © IR\HUV ORFDX[ ª pYRTXpV SDU 0LFKHO Foucault au début deL’Archéologie du savoir HVW j OD VRXUFH GH QRWUH projet de géocritique de la création contemporaine. Dans le cas de Tanger, le but serait non seulement d’écrire une histoire des représentations, mais DXVVL GH FRQVWUXLUH XQH LPDJH FRQWHPSRUDLQH TXL WLHQQH j GLVWDQFH XQH représentation de la ville datée, de nature exotique et orientaliste, produisant SDUIRLV j VRQ WRXU XQ QRXYHO HQVHPEOH GH UHSUpVHQWDWLRQV GH W\SH SRVWFR-lonial, associé par exemple au récent élan euphorique pour le métissage et le multiculturalisme. Tanger est aujourd’hui la base avancée d’importants
SUpFpGp SDU XQH MRXUQpH G¶pWXGH j O¶XQLYHUVLWp GH 0HNQqV RUJDQLVpH OH  PDL  SDU l’Équipe d’études culturelles et postcoloniales, avec l’appui de l’université Moulay Ismaïl HW GH OD )DFXOWp GHV /HWWUHV GH 0HNQqV HW D GRQQp OLHX j XQH SXEOLFDWLRQ  .KDOLG =HNUL HW Anouar Ouyachchi (dir.),Études postcoloniales : théorie, littérature, art, Meknès, Univer-sité Moulay Ismail, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, 2011. 3. Ces termes sont utilisés dans l’ouvrage d’Henri Garric,Portraits de villes. Marches et cartes : la représentation urbaine dans les discours contemporains, Paris, Champion, 2007. 4. Marie-Haude Caraës et Jean Fernandez,Tanger ou la dérive littéraire. Essai sur la colonisation littéraire d’un lieu: Barthes, Bowles, Burroughs, Capote, Genet, Morand, Paris, Publisud, 2003.
VÉRONIQUEBONNET,MARCKOBERETKHALIDZEKRI
ÀX[ PLJUDWRLUHV GH O¶$IULTXH HQ GLUHFWLRQ GH O¶(XURSH PDLV DXVVL O¶RULJLQH d’un développement économique qui concerne autant le Maroc que les côtes HVSDJQROHV OLp DX[ ÀX[ GH FDSLWDX[ RSDTXHV JpQpUpV SDU XQH pFRQRPLH HQ partie souterraine. Cette ville, en pleine transformation, qui est en train de se doter d’un gigantesque terminal portuaire pour le fret mondial, est déterminante dans l’actualité économique et démographique de l’Europe, soucieuse de contrôler un mouvement migratoire clandestin multiforme. 5 /LUH OHV ¿FWLRQV GH O¶XUEDQLWp PDURFDLQH FRQVLVWH j V¶LQWHUURJHU VXU OD manière dont l’expérience créatrice réagit aux clivages sociaux, culturels et géopolitiques. Il s’agira de développer l’analyse d’œuvres littéraires et artis-tiques qui prennent appui sur l’espace géographique et humain de la ville, et n’en éludent pas la matière vivante. En ce qui concerne le Maroc, cet espace 6 correspond parfois, et c’est le cas de Tanger j OD YLOOH FRORQLDOH RX j XQH « zone internationale », qui se greffe sur la ville initiale, puis en devient le cœur ou la périphérie. Cet espace se prête aux recompositions nostalgiques, HW GHYLHQW REMHW j GpFRQVWUXLUH SRXU OHV WKpRULHV SRVWFRORQLDOHV &¶HVW HQVXLWH un espace sociopolitique marqué par le mouvement migratoire clandestin et SDU OD WUDYHUVpH GX FRQWLQHQW DIULFDLQ MXVTX¶j O¶(XURSH &¶HVW HQ¿Q XQ HVSDFH où se projettent l’imaginaire individuel et les fantasmes collectifs. L’espace urbain abordé ici correspond, dans le cas exemplaire de Fès ou de Meknès, j XQH DQFLHQQH YLOOH LPSpULDOH SHUoXH FRPPH XQ FUHXVHW © G¶DXWKHQWLFLWp marocaine » ou le modèle intérieur d’une identité nationale, avec ce que ces mots impliquent en termes de conservation d’une structure patrimo-niale et d’imbrication entre narration et architecture. La ville portuaire et le OLWWRUDO V¶RSSRVHQW j OD YLOOH LQWpULHXUH O¶hinterlandculturel du Maroc. Sur un plan plus vaste, les analyses ponctuelles de quelques villes marocaines permettront de questionner les modes d’articulation entre local et global, traditionnel et moderne, masculin et féminin, autochtone et étranger. Notre lecture entend mesurer la créativité dans l’espace, sa recomposition et ses résistances, la langue en sa licence, le discours sur la ville tenu depuis O¶LQWpULHXU GHV URPDQV GHV ¿OPV RX GHV LQVWDOODWLRQV DUWLVWLTXHV GDQV VHV accentuations sombres ou euphoriques. Les textes réunis dans ce volume démontrent toute la complexité GH OD GpPDUFKH TXL FRQVLVWH j YRXORLU VDLVLU OD VSDWLDOLWp XUEDLQH G¶XQ pays en mouvement. Les uns proposent une lecture micro-spatiale et
5. Le volume que nous introduisons ici correspond en partie au colloque international © /LUH OHV YLOOHV PDURFDLQHV  FUpDWLRQ HW XUEDQLWp ª RUJDQLVp OHV  HW  IpYULHU  j l’université Paris 13 par Véronique Bonnet et Marc Kober, avec l’appui du CENEL, du &RQVHLO VFLHQWL¿TXH GH O¶XQLYHUVLWp HW GX &UpGLW 0XWXHO (QVHLJQDQW GH %RELJQ\  'H 3DXO %RZOHV j 0RKDPHG &KRXNUL HQ SDVVDQW SDU :LOOLDP %XUURXJKV 7HQQHVVHH :LOOLDPV $OOHQ *LQVEHUJ 7UXPDQ &DSRWH 3DXO 0RUDQG -RVHSK .HVVHO 5RODQG %DUWKHV -XDQ *R\WLVROR HW 5RGULJR 5H\ 5RVD SOXVLHXUV JUDQGHV ¿JXUHV GH OD YLH OLWWpUDLUH PRQGLDOH RQW YpFX j 7DQJHU RX ELHQ RQW pFULW DX VXMHW GH FHWWH YLOOH
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.