Littérature hongroise - littérature européenne

De
Publié par

Les articles réunis dans le présent volume parlent de la littérature hongroise en la situant dans un contexte plus large, celui de la littérature européenne. Une partie d'entre eux offre un parcours plus global de l'histoire de la littérature hongroise du point de vue d'un problème spécifique ; d'autres sont consacrés à l'étude plus particulière de l'oeuvre d'un auteur ; tandis que certains interrogent d'une façon plus générale l'état actuel et les perspectives de l'histoire littéraire.
Publié le : dimanche 15 mai 2016
Lecture(s) : 5
Tags :
EAN13 : 9782140009488
Nombre de pages : 192
Prix de location à la page : 0,0112€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
aár
Judit M
Judit Maár
Littérature hongroise Littérature européenne
C A H I E R S DE LA NOUVELLE E U R O P E
Littérature hongroise Littérature européenne
Cahiers de la Nouvelle Europe Numéro hors-série
Collection publiée par le Centre Interuniversitaire d’Études Hongroises et Finlandaises Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
1, rue Censier 75005 Paris Tél : 01 45 87 41 83 Fax : 01 45 87 48 83
Judit MAÁR
Littérature hongroise Littérature européenne
Cahiers de la Nouvelle Europe Collection du Centre Interuniversitaire d’Études Hongroises et Finlandaises Numéro hors-série
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09014-6 EAN : 9782343090146
Table des matières
Avant-Propos......................................................................................7
La puszta et la périphérie. Représentation du................................... 11 paysage et quête d’identité dans la poésie hongroise
Modernité et fantastique dans les littératures ................................... 43 française et hongroise ; quelques exemples
La littérature fantastique hongroise. ................................................. 59 Trois types d’un genre incertain
La Naissance du poète moderne, ou la constitution ......................... 71 du Sujet poétique inscrit dans l’horizon de l’ambiguïté « Centre/Périphérie »
La poésie comme espace identitaire. ................................................ 85 L’œuvre de Márton Kalász
De la Périphérie vers le Centre ou les paradoxes ............................. 97 d’une littérature nationale clivée par l’exil
L’enjeu du Sujet ou les modalités de la vérité................................ 111 Approche de l’œuvre d’Imre Kertész
L’autoréflexivité de l’œuvre littéraire ............................................ 121 Ou la recherche de la certitude chez Imre Kertész
Construction de l’espace et sens du lieu dans l’œuvre ................... 133 d’Imre Kertész. D’une approche phénoménologique à l’interprétation éthique
Poétique de l’espace, quête identitaire. .......................................... 149 Les journaux de Sándor Márai et d’Imre Kertész
Histoire littéraire et autofiction : la littérature hongroise ............... 161 dans le roman contemporain (Esterházy, Konrád, Kertész)
Écrire et réécrire l’histoire littéraire .............................................. 173
5
Avant-Propos
Les articles réunis dans le présent volume parlent de la littérature hongroise en la situant dans un contexte plus large, celui de la littérature européenne. Certains d’entre eux offrent un parcours plus global de l’histoire de la littérature hongroise du point de vue d’un problème particulier ; d’autres sont consacrés à l’étude plus particulière de l’œuvre d’un auteur ; tandis que le dernier interroge d’une façon plus générale l’état actuel et les perspectives de l’histoire littéraire.
La présence de la littérature hongroise dans la littérature européenne – ou plutôt parmi les littératures nationales dont elle est faite – a toujours été marquée par divers facteurs historiques, politiques et culturels. Mihály Babits, l’éminente personnalité de la e littérature hongroise du début du XX siècle, écrivait dans la préface à sonHistoire de la littérature européenne (1936) : « Les littératures nationales européennes assument deux rôles. D’un côté, elles rejoignent les changements progressistes de la littérature mondiale. De l’autre, elles représentent et gardent l’âme d’une collectivité nationale. Parfois, la lutte entre ces deux tendances donne l’essentiel de leur histoire, comme c’est le cas de la littérature hongroise ». Il est vrai que la littérature hongroise ne se trouve pas parmi les « grandes littératures » européennes, française, anglaise, allemande ou russe. Quelques-uns de ses auteurs sont mondialement connus et traduits en de nombreuses langues, mais on les évoque comme des individus plutôt que comme les représentants de la littérature hongroise.
Or la question se pose : comment définir une littérature européenne ? Y a-t-il une littérature transnationale que nous pourrions qualifier d’européenne ? On peut déjà remarquer qu’aujourd’hui nombre de colloques, congrès, prix, etc., prétendent, à travers les publications qu’elles promeuvent, de définir, de justifier, de propager, de stimuler aussi une littérature européenne. C’est la cas, pour n’en mentionner que quelques-uns, du Prix Européen de Littérature, attribué chaque année à un écrivain de dimension internationale, des Rencontres Européennes de Littérature, ou encore du Manifeste pour
7
l’enseignement des littératures européennes, voté en 2008 au Conseil de l'Europe en faveur de l’élargissement du champ des littératures nationales constituant la littérature européenne. Quels obstacles, quelles conditions alors à l’identification d’une littérature européenne, quels critères d’appartenance définir ? Plus encore : cette littérature européenne, dans quelle relation serait-elle avec la littérature mondiale (la « littérature-monde ») et même universelle ? La phrase de Goethe à son sujet n’est que trop citée : « Le mot delittératurene nationale signifie pas grand-chose aujourd’hui ; nous allons vers une époque de littérature universelle [Weltliteratur], et chacun doit s’employer à hâter l’avènement de cette époque » - déclare-t-il à son disciple, Johann Peter Eckermann.
Mais que faut-il déjà entendre par cette « littérature e universelle » que Goethe appelle ainsi de ses vœux au début du XIX siècle – ce siècle qui verra naître les états-nations, avec l’affirmation et la revendication par chacune de leur langue, de leur culture, de leur littérature ? La littérature hongroise en est un bon exemple, car tout en essayant de faire entendre sa voix parmi les grandes littératures nationales, elle n’a cessé d’affirmer la singularité de sa langue et de l’histoire du peuple hongrois. Pour les états-nations, leur littérature est toujours porteuse de leur identité nationale, et prétend afficher cette identité dans la particularité de ses moyens propres. Concernant l’identité hongroise, François Thual remarque ceci : « La première constante de l’histoire identitaire de la Hongrie concerne la perception de sa singularité ethnique. Celle-ci se déploie dans l’histoire hongroise selon des articulations précises. Il y a bien sûr la singularité de la langue qui renvoie immédiatement aux origines asiatiques lointaines de la Hongrie, peuple finno-ougrien incrusté entre le monde slavo-1 byzantin et l’espace germanique dès le Moyen-Âge » .
En faisant l’hypothèse d’une littérature européenne, avec ses spécificités, sa raison d’être, nous ne pouvons ignorer la question du statut et de la fonction des littératures d’aujourd’hui. C’est à cela même que faisait allusion Jean Bessière à l’occasion du colloque
1  François Thual : « Identités hongroises », inVisages de la Hongrie et métissages culturels européens, Cahiers d’Études Hongroises, L’Harmattan, Paris, 11/2003, 145.
8
« Temps, Espaces, Langages. La Hongrie à la croisée des disciplines », en affirmant qu’« il n’est de critique littéraire possible que selon une identification de son objet ». Il ajoutait que « le statut de la littérature s’est considérablement déplacé depuis une vingtaine 2 d’années — pour des raisons sociologiques et culturelles » . La littérature semble ne plus avoir cette fonction cognitive de jadis qui lui a assuré pendant de longs siècles ce statut de lieu de savoirs et de connaissance ; le statut de l’écrivain aussi a changé : il n’est plus, semble-t-il aujourd’hui qu’un « scripteur peu souvent inséré dans le 3 système économique, industriel et commercial de l’édition » . L’accueil des « littératures nationales mineures » par les grandes littératures nationales longtemps identifiées avec la littérature européenne, est aussi une question pertinente : les connaissent-elles, s’en inspirent-elles ? De ce point de vue, le livre de Melchior de Voguë sur la littérature russe paru en France en 1886 a fait œuvre de pionnier, mais fut-il bientôt suivi par d’autres ? Il est vrai que la découverte des littératures nationales dépend aussi de la connaissance des langues ou de l’existence de traductions, ce qui n’est pas toujours le cas. La division politique du continent, le clivage entre l’Europe occidentale et l’Europe centre-orientale de presqu’un demi-siècle n’a pas non plus facilité la naissance d’une littérature européenne e transnationale. Les changements politiques de la fin du XX siècle, en revanche, pouvaient rapprocher des cultures jusqu’alors séparées par l’idéologie et la politique. La littérature hongroise contemporaine a des liens particulièrement étroits avec l’histoire : elle intègre souvent les événements d’un passé toujours très proche dans la mémoire de e chacun, événements déterminants de l’histoire du XX siècle, dont elle ne pouvait parler librement sous un régime de censure vigilante. La seconde guerre mondiale, la Shoah, le presque demi-siècle de dictature soviétique, la révolution de ’56 sont autant de réalités vécues auxquelles l’écriture littéraire, bien que fondamentalement fictionnelle, réagit à sa façon, d’autant mieux qu’une expression
2  Actes du colloque parus dans les Cahiers d’Études hongroises, 14/2007-2008, Tome I, l’Harmattan, Paris, p. 197. 3 Ibid.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.