Mallarmé et la Chine

De
Publié par

Mallarmé s'est donné pour modèle d'artiste idéal le peintre chinois, qui incarne tout son projet esthétique. Pour lui, tous les arts visent le nec plus ultra de la figuration esthétique : "une ligne fine, comme tracée à l'encre de Chine". La prééminence du blanc, du vide et du silence est au coeur de la méditation esthétique du poète et trouve ses échos dans la culture chinoise, faisant de Mallarmé un précurseur en Europe de l'idée que l'art offre une vision d'autant plus riche et parlante à l'imagination qu'elle est raréfiée, simplifiée.
Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 8
EAN13 : 9782336392370
Nombre de pages : 272
Prix de location à la page : 0,0180€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
et In ». Le peintre chinois que le jeune poète se donne alors pour modèle est la Igure idéale de l’artiste, qui incarne tout le projet esthétique, présent et à venir, de Mallarmé. La poésie, la peinture, la musique et la danse sont d’abord pour lui des arts qui décrivent dans l’espace leur « arabesque », des arts du trait, à l’instar de la calligraphie et de la peinture chinoises. Tous les arts en déInitive visent ce qui est pour Mallarmé de la Iguration esthétique : « une ligne Ine, comme tracée à l’encre de chine ». La prééminence du blanc, du vide et du silence est au cœur de la méditation esthétique de Mallarmé et trouve ses échos dans le vaste champ de la culture chinoise, taoïste surtout, à laquelle nous ont familiarisés, notamment, les travaux de François Cheng, Stephen Owen, François Jullien, Anne Cheng, Jean François Billeter et Rémi Mathieu. Mallarmé est ainsi le génial précurseur en Europe de l’idée, foncièrement chinoise dans son esprit, que l’art, par sa transposition verbale, visuelle et sonore, offre paradoxalement du monde une version d’autant plus riche et plus parlante à l’imagination qu’elle est raréIée et simpliIée.
Laurent Mattiussi
MALLARMÉ ET LA CHINE
MALLARMÉ ET LA CHINE
L’univers esthétique
Collection dirigée par Véronique Alexandre Journeau
Indépendamment des critères esthétiques propres à une époque et à une culture, il semble bien qu’une esthétique générale puisse être approchée par l’étude des réactions psychiques au contact des œuvres. Distinctement des jugements théoriques et du goût, la perception sensible, pour subjective qu’elle soit, conditionnerait une appréciation sur la qualité d’une œuvre qui dépasse le temps et l’espace de sa création : elle révèle des effets plus ou moins consciemment insufflés par le créateur et ressentis par le récepteur, de l’ordre d’une intuition artistique, tantôt agissante tantôt éprouvante. La collection vise à développer ces recherches sur « la pensée créative » et « l’émotion esthétique » simultanément en comparatisme entre cultures (en particulier occidentales et asiatiques), et en correspondance entre les arts (perception par les sens) et avec les lettres (en particulier poésie).
Déjà parus Musique et effet de vie, sous la direction de Véronique Alexandre Journeau, Préface de Danièle Pistone, 2009. Arts, langue et cohérence, sous la direction de Véronique Alexandre Journeau, 2010. Musique et effet de vie, sous la direction de Véronique Alexandre Journeau. Avec la participation de Jean Ehret. Préface de Danièle Pistone, 2010. Polytonalitésstone,, sous la direction de Philippe Malhaire, Préface de Danièle Pi Postface de Véronique Alexandre Journeau, 2011. Musique et arts plastiques : la traduction d’un art par l’autre. Principes théoriques et démarches créatrices,, sous la direction de Michèle Barbe, Préface de Michel Guiomar Postface de Véronique Alexandre Journeau, 2011. Le Surgissement créateur : jeu, hasard inconscient, sous la direction de Véronique Alexandre Journeau, Préface de Menene Gras Balaguer, Postface d e Danièle Pistone, 2011. Entrelacs des arts et effet de vie, sous la direction de François Guiyoba, 2012. Les Nibelungen deFritz Lang, musique de Gottfried Huppertz, sous la direction de Violaine Anger et Antoine Roullé, préface de Jean-Loup Bourget, 2012. Métaphores et cultures. En mots et en images, Véronique Alexandre Journeau, Violaire Anger, Florence Lautel-Ribstein, Laurent Mattiussi (dir.), 2012. e Polytonalité, des origines au début du XXI siècle, exégèse d’une démarche compositionnelle, sous la direction de Philippe Malhaire, 2013. Opéra à l’écran : opéra pour tous ? Nouvelles offres et nouvelles pratiques culturelles, sous la direction de Jean-Pierre Saez et Gilles Demonet, 2013. Notions esthétiques. Résonances entre les arts et les cultures, Véronique Alexandre Journeau, Muriel Détrie, Akinobu Kuroda, Laurent Mattiussi (dir.), 2013. L’art et l’esthétique du vide, Kim Hyeon-Suk, 2014. Rythmes brésiliens. Musique, philosophie, histoire, société, sous la direction de Zélia Chueke, 2014. Poétique de la musique chinoise, Véronique Alexandre Journeau, 2015. Notions esthétiques. La perception sensible organisée, Véronique Alexandre Journeau et Christine Vial Kayser (dir.), 2015.
Laurent Mattiussi
MALLARMÉ ET LA CHINE
L’auteur remercie le musée départemental Stéphane Mallarmé de Vulaines-sur-Seine (www.musee-mallarme.fr) pour les illustrations de son ouvrage, en particulier Hélène Oblin pour son accompagnement dans ce choix.
Avec le soutien de LangArts (http://langarts.hypotheses.org)
Création de la couverture Véronique Alexandre Journeau
Réalisation infographique Frédéric Vialle
Illustration de couverture : panneau intérieur, côté gauche du cabinet japonais de Mallarmé – musée départemental Stéphane Mallarmé. N° inv. : 985.50.1. © Yvan Bourhis/ Conseil Départemental 77. Avec l’aimable autorisation du musée départemental Stéphane Mallarmé pour le Conseil Départemental de Seine-et-Marne.
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-07034-6 EAN : 9782343070346
À « l’instinct de ciel en chacun »
(Mallarmé,La Musique et les Lettres)
㠽ਚ⛰᯦ yǔ gǔ wéi xīnAvec de l’ancien créer la nouveauté
ਮグൌ Sikong Tu 㓌ゖ xiān nóng, Délicate magnificence, traduction de Véronique Alexandre Journeau
у㮺ԀӰ⡧ਚӰ bù báo jīnrén ài gǔrénAimer les anciens sans dédaigner les modernes
ᶒ⭡ Du Fu ᡨ⛰ޣ㎋ xì wèi liù juéSix quatrains pour rire(à partir des traductions anglaises de Stephen Owen et de John Timothy Wixted)
SOMMAIRE
INTRODUCTIONLe parfum chinois de Mallarmé À la suite de Mallarmé, deux poètes fascinés par la Chine La critique et les affinités chinoises de Mallarmé La Chine vue d’ici Sic itur ad astra Les enjeux de la comparaison, la comparaison comme enjeu Éclairer Mallarmé par la Chine, la Chine par Mallarmé ?
I.LE MODÈLE CHINOISPar-delà les clichés Les sources de Mallarmé Le sens de la circonstance La peinture chinoise : un projet esthétique La disposition intérieure Linéaments d’une esthétique chinoise Sortir par la Chine de l’impasse mélancolique La mort et le néant apprivoisés par le vide Terre et Ciel
II.UNE ESTHÉTIQUE DU TRACÉAbstraction poétique et schématisation Entre logique et espace : le statut ambigu de l’Idée esthétique L’Idée comme contour Les dessins de l’« arabesque »
111415182024 2830
33353741444750545861
6973767882
Une poétique de la ligne et du trait Le paradigme de l’écriture chinoise Les délices de la simplification L’essence figurée
III. DE LA NATURE À LART Le retrait de l’auteur Le primat de la nature La voix de la nature en l’homme La continuation de la nature par l’art Le monde à la lettre Abstraction poétique et dématérialisation L’éthérification imaginaire Les structures essentielles Vers une cosmologie taoïste
IV. LE RYTHME UNIVERSEL DE LALTERNANCE Le schème duel : respiration, pulsation, scansion, battement Poétique de l’éventail L’aile lustrale La compénétration du haut et du bas Le souffle de l’invisible La cérémonie esthétique Cycles esthétiques de la nature, cycles cosmiques de l’art
V.LA RARÉFACTION DES SIGNES La transparence des choses La limpidité de l’art De la limpidité au vide Mallarmé et le « Néant » bouddhiste À la limite du blanc et du silence La musique en sourdine
VI. LA RÉSERVE Le double sens de la réserve L’impulsion initiale du poème
86 91 93 96
99 104 108 112 118 121 123 127 131 135
139 141 144 149 152 155 162 166
171 174 175 179 182 189 196
205 207 210
La contrepartie positive de l’anéantissement Poétique de la virtualité L’élargissement indéfini de la perspective Souveraineté de l’absence
CONCLUSION
INDEX DES NOMS PROPRES
INDEX DES ŒUVRES DEMALLARMÉ CITÉES
INDEX DES NOTIONS
TABLE DES ILLUSTRATIONS
BIBLIOGRAPHIE SÉLECTIVE
214220225233
241
247
251
255
257
259
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.