Michel Houellebecq revisité

De
Publié par

Il existe depuis plusieurs années un "cas Houellebecq", mais peut-on parler d'une écriture houellebecquienne et quels en sont les thèmes constructeurs ? Les romans de l'écrivain, l'un des plus controversés du paysage littéraire français, peuvent-ils être qualifiés de pornographiques ou bien est-ce de l'érotisme pur ? Quel est le rôle des rêves des protagonistes et quelle est la fonction de la mémoire dans les diégèses ? Cette analyse spectrale, fondée sur le close-reading, appréhende les romans de l'intérieur et répond à ces questions encore peu abordées de l'oeuvre houellebecquienne.
Publié le : dimanche 1 avril 2007
Lecture(s) : 72
Tags :
EAN13 : 9782336256528
Nombre de pages : 204
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

MICHEL HOUELLEBECQ

REVISITÉ

Du même auteur

. Baudelaire et la musique, Tunis, Éditions Sahar, 2005
. Le Bateau ivre, Amsterdam,Éditions Musicales, 2004 . Houellebecq, Sperme et sang, Paris, L'Harmattan, (2003)
ASCA BOOK AWARD 2004

. Sibérie, Entretiens au quotidien, Paris, Editoo.com, 2002
. Treizefois Noël, Amsterdam, Emelci, 2001 . Les Nuits sibériennes, Saint-Étienne du Rouvray, Éditions OnAFaim, 2001, réédition . La Mongolie, Mandchourie, Sibérie, Paris, Éditions de l'Adret, 2000

Site Internet de l'auteur http://www.mlclement.com

L'HARMATTAN,2007 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

@

75005 Paris

http://www.1ibrairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr hannattan1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-02811-1 EAN : 9782296028111

Murielle Lucie CLÉMENT

MICHEL

HOUELLEBECQ REVISITÉ

L'écriture houellebecquienne

L'Hannatlan

Critiques Littéraires Collection dirigée par Maguy Albet
Déjà parus REDOUANE Najib, Ecritures féminines au Maroc. Continuité et évolution, 2006. FOUGÈRE Éric, Aspects de Loti, l'ultime et le lointain, 2006. METE- YUV A Gül, La littérature turque et ses sources françaises, 2006. KABA Ousmane, Le bestiaire dans le roman guinéen, 2006. HARA Taichi, Lautréamont: vers l'autre, 2006. SOULÉ Yves, René Char, une géologie talismanique, 2006. ISSA DAOUDA Abdoul-Aziz, La double tentation du roman
nigérien, 2006.

HESS Deborah, La poétique du renversement chez Maryse Condé, Massa Makan Diabaté et Edouard Glissant, 2006. DEGOTT Bertrand et GARRIGUES Pierre (textes réunis et présentés par), Le sonnet au risque du sonnet, 2006. KANE Baydallaye, Représentations de la justice répressive dans la littérature africaine postcoloniale, 2006. RADIX Elise, L 'homme-Prométhée (volumes 1 et 2), 2006 NGANDU Nkashama Pius, Ecrire à l'infinitif, la dérision de l'écriture dans les romans de Williams Sassine, 2006. JOQUEVIEL-BOURJEA Marie, Jacques Réda: La Dépossession heureuse, 2006. HENANE René, Césaire et Lautréamont Bestiaire et métamorphose, 2006. GAUTIER Brigitte, Un humanisme subvertif. Lectures polonaises de Camus, Malraux et Saint-Exupéry, 2006. YOTOV A Rennie, Jeux de construction: poétique de la géométrie dans le Nouveau Roman, 2006. CANÉROT Marie-Françoise et RACLOT Michèle (dir.), Julien Green, visages de l'altérité, 2006. PILORGET Jean-Paul, Le compagnonnage souverain de Jean Giono. lntertextualité et art romanesque, 2006.

Je tiens particulièrement à remercier Georges pour sa patience et ses remarques suggestives

A toi

Michel Houellebecq revisité

Il

Ouverture Michel Houellebecq revisité. Cette seconde lecture de l'écrivain le plus controversé du paysage littéraire français, loin de désapprouver la première, bien au contraire l'approfondit. Certains points sont mis en lumière qu'il avait été impossible de considérer dans mon premier essai. 1 De toute évidence, il existe dans l'univers littéraire ce qu'Olivier Bardolle appelle «Le cas Houellebecq 2 ». Le moment est donc venu d'une relecture sous un nouvel éclairage. Nous avons tous pu être témoins des polémiques virulentes provoquées par la sortie de Plateforme (2001) 3 et les procès intentés à l'auteur. Quoi qu'il en soit, les attaques en justice contre Michel Houellebecq furent déboutées. Elles concernaient sa position vis-à-vis de l'islam, qualifié de « religion la plus con» dans un entretien reproduit à tire larigots ragots dans les médias. L'épithète et la hiérarchisation avaient fortement déplu à plusieurs associations. Regardé à la lumière des événements terroristes, 911, 411, 077, survenus sur la scène occidentale après la sortie de Plateforme et les paroles de l'écrivain, il y a matière à question. Intempestives et malvenues ces interventions? Plutôt malencontreuses dans leur formulation. Toutefois, s'il prend fantaisie à un auteur de mettre en lumière le cannibalisme des rites de la religion chrétienne, le sang du Christ bu au cours de chaque messe, Son Corps partagé, brisé et ingurgité par les fidèles, il y a fort à douter que l'évêque de Paris ou le Pape fasse clouer au pilori
Murielle Lucie Clémen~ Houellebecq, sperme et sang~Paris~ L 'Hannattan, 2003 2 Olivier Bardolle, La Littérature à vif, Paris, L'Esprit des Péninsules, 2004 3 sera abrégé comme PLAT
1

12

Murielle Lucie Clément

l'écrivain ou l'assigne en justice. Les effets de leurs religions restent à l'heure actuelle fort éloignés de la lapidation effective pratiquée dans plusieurs contrées soumises à des dogmes plus virulents. Enfin, tout cela est loin derrière nous, croyons-nous. Peut-être est-ce justement l'avenir. En outre, La Possibilité d'une île (2005) 4 incite aussi à une relecture de son œuvre entière tant ce roman s'y rattache et en diffère tout à la fois. Les articles consacrés à Michel Houellebecq oscillent toujours et encore entre le pour et le contre et font souvent l'amalgame entre l'auteur et ses personnages. Certains parIent d'une satire de notre société qui, dans le fond, nous serait assez salutaire et venant très à propos, d'autres verraient plutôt son œuvre comme un pamphlet pornographique. La qualification de prophète dont d'aucuns l'affublent est peut-être exagérée. Les attentats islamistes représentés dans Plateforme eurent bien lieu, mais à Bali non à Bangkok. À New York aussi. À Madrid. Plus récemment à Londres. En définitive, n'est-ce pas un peu la fonction du poète et de l'écrivain que d'être visionnaire? Apparemment, il est des prophéties plus faciles à détecter que d'autres. Bret Easton Ellis place quatre bombes à Londres dans Glamorama (1998) et plusieurs à Paris. Toutefois, non seulement en France, mais aussi à l'étranger, la logoIThée houellebecquienne engendre des fleuves d'encre. Plusieurs articles d'universitaires et plusieurs thèses de doctorat ont placé ses écrits sur l'orbite de la recherche. Subséquemment, parler 5 d' « écriture houellebecquienne » intervient dans cette optique.

4 sera abrégé comme POSS 5 Didier Sénécal, « La rentrée houellebecquienne», tembre 2004, pp. 76-77

Paris, Lire, Sep-

Michel Houellebecq revisité

13

Les ouvrages de Michel Houellebecq, fréquemment écrits à la première personne du singulier, avec plusieurs de ses héros qui portent le même prénom que lui, tissent des situations diégétiques qui ne nous dispensent pas de la rigueur nécessaire à une analyse impartiale où la confusion entre auteur et personnages doit être soigneusement évitée. Plutôt que de limiter l'approche de l'œuvre à l'étude de sa réception, d'y analyser l'amalgame de mise entre l'auteur et ses personnages, puis le marketing éditorial et de conclure par le succès de l'élaboration médiatique, la présente étude appréhende les romans de l'intérieur, dans leur spécificité littéraire et quelques particularités de l'écriture houellebecquienne. Je suis consciente que cela puisse m'être reproché. En effet, n'est-il pas de bon ton de s'attaquer à cet auteur à succès par l'entremise de ses narrateurs, étant admis que l'auteur crée ses héros. Néanmoins, il serait erroné d'imputer à Michel Houellebecq, les turpitudes, la misogynie, le racisme et la xénophobie aux racines misanthropes de plusieurs de ses personnages. Ne fait-il pas que rapporter, en quelque sorte, sur leur vie. Les romans de Michel Houellebecq rencontrent un succès commercial sans précédent. Vu le nombre grandissant de publications sur son œuvre, c'est aussi un auteur lu d'où l'intérêt croissant de l'étudier de manière approfondie. Qu'à chaque sortie de livre, Michel Houellebecq soit traîné en justice pour délit de diffamation semble une étape obligée contredite par La Possibilité d'une île. Pour Les

Particules élémentaires (1998) 6, ce sont les propriétaires
d'un camping naturiste « L'Espace du possible)} qui attaquent l'auteur dont l'un des personnages déblatère sur cette aire de récréation inspirée par la philosophie new-âgienne. Le naturisme du lieu et la nature permissive des ébats
6 sera abrégé comme PART

14

Murielle Lucie Clément

sexuels qui s'y pratiquent permettent à l'auteur la description de quelques scènes à l'érotisme débridé ce qui amène la grande question: Houellebecq, est-ce érotisme ou pornographie? Question abordée au premier chapitre. Dans les romans, les rêves se reflètent dans la vie diurne des personnages. Ou peut-être est-ce le contraire? TIs se souviennent au réveil de leurs tribulations oniriques, sujet traité dans «Des rêves pleins la tête». De ce fait, nous voyons que leur mémoire joue un rôle décisif dans la perception de soi. Dans ce sens, il paraît approprié de regarder de plus près ce phénomène de la mémoire dans les romans car ces aventures possèdent aussi un sens d'irréversibilité. Alors que cette question de l'irréversibilité du temps divise les scientifiques depuis des siècles, le monde décrit par la science est, lui, rempli de processus réversibles. Einstein en personne soutient: « Pour nous autres physiciens convaincus, la distinction entre le passé, le présent et le futur n'est qu'une illusion ». De même dans Les Particules élémentaires où le mythe du présent et celui du passé dans La Possibilité d'une île se profilent Cet aspect est analysé dans «Les enjeux de la mémoire» où la mémoire du présent s'enchevêtre dans la présence de la mémoire. La lecture et l'écriture ne sont pas nécessairement un véritable plaisir pour les personnages: certains sont piégés dans des situations contraignantes dont ils ne peuvent s'échapper. Toutefois, leurs activités littéraires justifient dans « Le plaisir du texte » la recherche de l'acte de lecture des personnages féminins et masculins et les différences dans leurs représentations respectives. On s'en souvient, « le texte de plaisir est celui qui donne de l'euphorie 7 ». Euphorique n'est pas précisément l'épithète que l'on peut
7 Roland Barthes, Œuvres complètes, 251 Paris, Gallimard, 1. IV, pp. 250-

Michel Houellebecq revisité

15

impunément accoler aux personnages houellebecquiens. Selon Mikhaïl Bakhtine, tous les textes sont des va-et-vient de l'un à l'autre. La question reste de savoir sur quoi fonder la valeur d'un texte puisque partant de ce principe du va-etvient entre les textes, chaque texte est influencé par d'autres et exerce une influence sur ceux-là mêmes qui le modèlent. Dans ce cas, il s'agit de reconnaître la pluralité du texte et d'en déceler les parties internes ou externes, le dégager simultanément de son extérieur et de sa totalité, en fouiller les forces centripètes et centrifuges. Pour observer les relations scripturales dans les romans, les positions de Mikhaïl Bakhtine en regard du sujet précis de l'intertextualité sont d'un grand secours. «Les filiations scripturales» qu'entretient l'œuvre houellebecquienne avec certains auteurs selon les lois de l'intertextualité, un concept manipulé au sens large, terminent cet ouvrage avant d'arriver à un bilan, « Somme toute» qui n'engage que mol.

,

Erotisme ou pornographie

Michel Houellebecq revisité

19

Je rêvai d~une beurette qui dansait dans le métro. Elle n'avait pas les traits d' Aïch~ du moins je ne crois pas. Elle se tenait au pilier central, comme les filles dans les go-go bars. Ses seins étaient recouverts d'un bandeau de coton minuscule, qu'elle relevait progressivement. Avec un sourire, elle les libéra tout à fait; ils étaient gonflés, ronds et bruns, magnifiques. Elle lécha ensuite ses doigts et se caressa les mamelons. Puis elle posa une main sur mon pantalon, fit coulisser la braguette et sortit mon sexe, qu'elle commença à branler. Les gens passaient autour de nous, descendaient à leurs stations. Elle se mit à quatre pattes sur le sol, releva sa minijupe; elle ne portait rien en dessous. Sa vulve était accueillante, entourée de poils très noirs, comme un cadeau; je commençai à la pénétrer. La rame était à demi pleine, mais personne ne faisait attention à nous. (pLAT 90-91)

Ce texte est tiré de Plateforme. Après la mort de son père, le narrateur Michel décide de partir en voyage organisé en Thaïlande. Son groupe fait une excursion à laquelle il participe sans grand enthousiasme. Au lieu de visiter les alentours avec ses compagnons de voyage, il se soustrait au programme et s'enferme dans sa chambre d'hôtel. Rideaux tirés, il s'endort. On l'aura compris, Michel n'aime pas vraiment la vie. Les gens non plus. Soi encore moins que les Autres. La relation avec son père était difficile pour ne pas dire inexistante. La mort de ce dernier l'a moyennement affecté. Michel travaille au Ministère de la Culture où il est supposé aux dossiers de subventions des artistes contemporains. Son choix de la Thaïlande comme but de son voyage repose plus sur l'indifférence que sur une préférence due à une volonté propre. Sentiment qui, à tout prendre, lui serait totalement étranger. Aicha est la jeune femme qui faisait le ménage chez son père. À sa grande surprise, il apprend leur liaison, incapable d'imaginer son père attrayant pour quelqu'un. Aicha, côtoyée quelques instants, est remplacée par une Beurette anonyme dans le rêve. Perplexe, Michel s'interroge. S'agitil de la même jeune fille ou non? Dans la vie, il a peu de

20

Murielle Lucie Clément

relations sexuelles avec des partenaires. L'onanisme est la forme qu'il pratique le plus fréquemment devant sa télévision ou des magazines érotiques. TIvisite aussi assidûment les peep-shows. Le roman tout entier est relaté à la première personne. Dans le fragment qui nous occupe, c'est donc Michel qui parle. Dans cet épisode, seul le sexe de la femme, son attitude lascive et son corps offert sont dignes d'intérêt pour le narrateur. Le rapport sexuel est facile. Sublimation du désir masculin. Aucun effort de séduction n'est requis. Tout se passe sans rencontre au sens social, ce qui susciterait des présentations, un minimum de conversation, voire un rendez-vous ultérieur, toutes choses que Michel abhorre. Seul but apparent: la satisfaction immédiate du plaisir. S'agit-il d'érotisme ou de pornographie? Une question que ce chapitre tente d'approfondir. Dans ce dessein, seront reprises les positions de Francesco Alberoni telles qu'il les a formulées dans son essai, L'Érotisme (1986). On pourrait objecter que, par exemple, Freud, Barthes ou Bataille se sont également penchés sur le thème de l'érotisme 8 et spécifier que ce champ d'investigation n'est nullement l'apanage de la gente masculine. Des auteurs féminins ont aussi mené une interrogation théorique à son endroit. Que l'on pense à Suzanne Griffin, Hélène Cixous ou Simone de Beauvoir pour ne nommer que ces trois-là 9. Toutefois, Francesco Alberoni enseigne la psycho-sociologie à l'Université de Milan et
8 Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris, Seuil, 1971 ; Georges Bataille, L'Érotisme, Paris, Minuit, 1957; Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1961 9 Simone De Beauvoir, Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, 1949 ; Hélène Cixous, Entre l'écriture, Paris, Des Femmes, 1989; Susan Griffin, Pornography and silence, New York, Harper and Row, 1982

Michel Houellebecq revisité

21

ses essais, dont, Le Choc amoureux (1979), L'Amitié (1984), L'Érotisme (1986), La Morale (1992), Le Vol nuptial (1997), attestent sa spécialisation dans l'étude des émotions collectives et des sentiments humains. Spécialisation qui a dicté d'opter pour son travail. « Mais qu'est-ce que l'érotisme? » Pour Alberoni, « l'érotisme est distillé partout, que ce soit dans « Playboy», ou dans les romans à l'eau de rose, ou encore, bien plus surprenant, dans les revues de décoration intérieure! ». Quant à la pornographie, nous dit-il: « [elle] appartient à l'imaginaire de l'homme. Elle est la satisfaction hallucinatoire des désirs, des besoins, des aspirations et des peurs propres au sexe masculin: exigences et peurs historiques, voire archaïques, mais toujours à l'œuvre aujourd'hui » (13). Ce fragment de Plate/orme que nous venons de lire répond à cette peur atavique inspirée par l'obscurité et le noir. Le métro où la jeune Beurette s'offre, séduit le narrateur, est le contraire du nid douillet photographié dans les revues de décoration, la fameuse atmosphère féminine tellement appréciée des hommes. C'est une métaphore de la représentation de l'acte sexuel, revendiqué par les revues pornographiques. Sans fioritures, sans préliminaires amoureux, tout au plus précédé d'une excitation sexuelle précise ne prenant en compte que les zones érogènes primaires. Nous pouvons lire que l'échange se fait rapidement. La pénétration y est presque immédiate. Cette soudaineté dans l'échange, Alberoni la commente comme l'un des fantasmes masculins (110). La rame de métro qui s'engouffre sous terre. Un tunnel. Un endroit sombre malgré l'éclairage de la station souterraine à la béance aux remugles nauséeux, indéfinissables et asphyxiants, qui aspire et recrache les wagons dans un va-et-vient incessant. On est loin de « l'écrin fleuri, séduisant et parfumé» des revues de

22

Murielle Lucie Clément

décoration dans lesquelles le corps féminin doit apparaître pour séduire l'homme dans les revues spécialisées. On peut lire toutefois dans Les Particules élémentaires que cet écrin fleuri existe bel et bien dans l'univers houellebecquien. Nous y reviendrons plus loin. Ce rêve de Michel met donc en scène une jeune Beurette dont le comportement correspond à l'imaginaire masculin. Elle est avide de s'emparer de l'organe sexuel du héros. Après avoir exécuté une danse suggestive autour du pilier central de la rame de métro, « elle posa une main sur mon pantalon, fit coulisser la braguette et sortit mon sexe, qu'elle commença à bramer ». Or, je cite Alberoni, «La pornographie (masculine) représente les femmes comme des êtres assoiffés de sexe: poussées par une pulsion irrésistible, elles ne pensent qu'à se jeter sur le pénis de l'homme» (14). TIserait bien simple de conclure à la pornographie d'après cette unique citation, mais la matière est légèrement plus complexe. En effet, Alberoni poursuit: « Telle est, du moins, la manière dont les hommes croient que les femmes se comportent avec eux ». Le comportement de la Beurette est donc valorisant pour Michel. TIpeut se prouver qu'il est capable « de se lancer courageusement dans une aventure amoureuse» (51). C'est cet homme-là que les femmes recherchent, toujours d'après Alberoni, et celui dont les hommes apprécient la virilité. Car en réalité, « il se préoccupe surtout des autres hommes dont il craint la concurrence et avec qui il est dans une rivalité continuelle» (51). Michel se conduit selon celui qu'il voudrait être plus que selon celui qu'il est au quotidien. Les possibilités du rêve font tomber l'inaptitude de l'homme à répondre positivement aux avances d'une femme inconnue. Son imagination l'entraîne au cœur de son fantasme, la femme qui s'offre à lui sans ambages, sans qu'il ait à demander, provoquer quoi que ce soit. Dans sa réalité quotidienne, un tel

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.