Notre besoin de comparaison

De
Publié par

La comparaison n'est pas seulement une activité intellectuelle qui permet de rapprocher les choses, les êtres, les domaines. Elle révèle un comportement humain, une façon de se comporter ensemble, dévoilant un "besoin de se comprendre". Cet ouvrage, tout en proposant une approche théorique inédite de la comparaison, cherche à réfléchir cette façon de se concevoir les uns et les autres, au sens littéral de l'expression (les autres sont faits des uns), au coeur de l'activité comparatiste.
Publié le : lundi 1 avril 2013
Lecture(s) : 29
Tags :
EAN13 : 9782296534636
Nombre de pages : 190
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
une autre nécessité dans cette inInité incomplète ? La
celui qui compare ? La comparaison révèle un
inédite de la comparaison, cherche à rééchir cette façon
Frédérique Toudoire-Surlapierre
Notre besoin de comparaison Préface de Pierre Brunel
Universités / Comparaisons
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr
Universités sous la direction de Peter Schnyder www.orizons-universites.com
ISBN : 978-2-296-08850-4 © Orizons, Paris, 2013
Notre besoin de comparaison
Comparaisons
Série dirigée par : Florence Fix (Université de Lorraine) Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Haute-Alsace)
Comité scientifique : • Antonio Dominguez-Leiva (UQAM, Québec) ; • Vincent Ferré (Université ParisXII) ; • Sébastien Hubier (Uni-versité de Reims) ; • Bertrand Westphal (Université de Limoges).
La collection « Comparaisons » comprend des essais, des ouvrages collectifs et des monographies ayant trait au comparatisme sous toutes ses formes (démarches transdisciplinaires, théorie de la lit-térature comparée, croisements entre littérature et arts, mais aussi sciences humaines et sciences exactes, histoire culturelle, sphères géographiques). L’esprit se veut également ouvert aux transferts culturels et artistiques, aux questionnements inhérents aux diffé-rentes modalités de la comparaison.
En préparation : L’Invisible théâtral, de Shakespeare à Ibsen et Strindberg, Yannick Tauliaut,2013. À table ! Manger et être mangé sur la scène contemporaine, Florence Fix,2013.
Frédérique Toudoire-Surlapierre
Notre besoin de comparaison
Préface de Pierre Brunel
2013
« Lire c’est comparer » George Steiner,After Babel
Avec le soutien de l’ILLE(EA4363) de l’Université de Haute-Alsace. Nous adressons nos remerciements les plus vifs à Peter Schnyder, pour son appui concret et sa présence chaleureuse.
Préface Discours de la méthode comparatiste
n choisissant comme épigraphe de son livre cette phrase de George E Steiner, « lire c’est comparer », Frédérique Toudoire-Surlapierre semble s’inscrire en faux contre la phrase devenue célèbre de Jean-Marie Carré dans l’avant propos du « Que sais-je » de Marius-François Guyard publié pour la première fois en1951: « La littérature comparée n’est pas 1 la comparaison littéraire » . Peut-être aurait-il mieux valu dire : « La littérature comparée n’est pas que la comparaison littéraire » et je demeure persuadé que « la com-2 paraison peut avoir une fonction heuristique en littérature comparée » . Allant plus loin, Frédérique Toudoire-Surlapierre parle dès son préambule de « notre besoin de comparaison » et pose, entre autres questions, celle-ci : « Pour quelles raisons est-il pertinent de comparer aujourd’hui ? ». Jean-Marie Carré avait, non sans raison, voulu mettre en garde contre une assimilation trop grande et le risque de ne voir dans la littérature comparée que la reprise ou la transposition des parallèles des anciennes rhétoriques entre Corneille et Racine, Voltaire et Rousseau etc.. Pour prendre un exemple récent la thèse de Guillaume Métayer surVoltaire et Nietzsche, publiée en2010avec une préface de Marc Fumaroli et justement saluée par la critique, est tout autre chose que cela, tout autre chose aussi
1.
2.
La littérature comparée, Presses Universitaires de France, numéro499de la collection, p.5de l’édition originale. Comme je l’écrivais dans l’introduction deQu’est-ce que la littérature comparée?, Armand Colin, «U»,1983, p.9. Cette introduction était un nouvel élément dans la reprise du livre de Claude Pichois et André-Michel Rousseau,La littérature compa-rée, Paris, Armand Colin, «U2»,1967.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.