Ostinato

De
Publié par

Au commencement était la lutte. Placer l'écriture de Louis-René des Forêts sous le signe de la lutte n'est pas le fruit d'une vérité théorique mais le résultat d'une confrontation de plusieurs années avec les textes.
Une vérité de parole s'en est dégagée, vérité d'expérience, celle donnée par un homme, à la fin de sa vie, en un passage de siècle et de millénaire, sous une forme inachevée et fragmentée. Ce livre propose au lecteur d'entrer dans les flots héraclitéens de l'écriture desforestienne. L'oeuvre entière de l'auteur est convoquée autour d'Ostinato, ce coeur battant qui compte "au nombre des plus beaux livres de la seconde moitié de ce siècle".
Publié le : mardi 1 juin 2010
Lecture(s) : 44
Tags :
EAN13 : 9782296257610
Nombre de pages : 255
Prix de location à la page : 0,0138€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
b/:~V%:b FR@bE~/d$RV$FR/]b$3:/ @~0]mcopm_ ]jhh_ fpoo_
© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN:978-2-296-11975-8 EAN:9782296119758
RhhZip_ff_ $jpnn_fjo
b/:~V%:b FR@bE~/d$RV$FR/]b$3:/ @~0]mcopm_ ]jhh_ fpoo_
Critiques Littéraires Collection dirigée par Maguy Albet
Dernières parutions
ConstantinFROSIN,L'autreCioran, 2010. JacquesVOISINE,Autournant desLumières (1760-1820)et autresétudes,2010. KarineBENAC-GIROUX,L’Inconstance dans la comédie du XVIIIesiècle,2010. Christophe DésiréAtanganaKouna,La symbolique del’immigré dans le roman francophone contemporain,2010. AgataSYLWESTRZAK-WSZELAKI,Andreï Makine : l’identité problématique,2010. DenisC.MEYER,Monde flottant. La médiation culturelle du Japon de KikouYamata,2009. PatrickMATHIEU,Proust,unequestiondevision,2009. ArletteCHEMAIN(Textes réunis par),« Littérature-Monde » francophone en mutation,2009. PiotrSNIEDZIEWSKI,Mallarmé etNorwid :lesilence et la modernitépoétique enFrance etenPologne,2009. RaymondPERRIN,Rimbaud :unpierrotdansl’emtement blanc.Lecture deLaLettre deGênesde1878,2009. ClaudeMAILLARD-CHARY,PaulÉluard et letme del’oiseau, 2009. IdrissaCISSÉ,saire et lemessage dOsiris,2009. ChristineRAMAT,ValèreNovarina.La comédie du verbe,2009. DavidNGORAN,Le champ littéraire africain,2009. CarlosALVARADO-LARROUCAU,Ecritures palestiniennes francophones.Quête d’identité enespacenéocolonial,2009. GabriellaTEGYEY,Treizerécitsde femmes (1917-1997), de Colette àCixous,2009. ChristopherBOUIX,L’épreuve delamortdans l’œuvre de T.S.Eliot, GerogesSéférisetYvesBonnefoy,2009. FrançoiseJ.LENOIR JAMELOT,Stéréotypesetarchétypesde l’altérité dans l’œuvreromanesque deStendhal,2009. GisèleVANHESE,Par le brasierdes mots.Sur lapoésie deJad Hatem,2009.
Aux pères et mèresdetous ordres
Aceuxqui ont lutté et luttent dans et par l’écriture
INTRODUCTION Au commencement était la lutte. Placer l'écriture de LouisRené des Forêts sous le signe de la lutte n'est pas le fruit d'une vérité théorique mais le résultat d'une confrontation de plusieurs années avec les textes. Sur un "livre de bord" 1 (O, TF, p.271) qui aurait narré notre première approche de cette écriture, on aurait pu lire : abordage difficile. Il fallut suivre le cours imprévisible et insaisissable de la vie. Une reprise duBavardfut révélatrice de changements. La découverte, la même année, de fragments d'Ostinatoet desPoèmes de Samuel Woodfut, cette fois, une épiphanie. A la manière de des Forêts parlant de sa première lecture du poète anglais Gérard Manley Hopkins, nous pourrions 2 dire : "j'en ai subi un choc" . 3  Une "vérité de parole" s'en dégageait. Non une vérité théorique imposée mais une vérité d'expérience, celle donnée par un homme, à la fin de sa vie, en un passage de siècle et de millénaire, sous une forme inachevée et fragmentée. Mais la prévention pessimiste qui pesait sur l'oeuvre a provoqué cette première question : que restetil comme salut possible ? Cette question fut le point d'origine de notre recherche. Un peu par défi contre un sentiment dominant, par 4 désir aussi de "risquer" un "sens" , "au nom d'une idée de la poésie comme 5 souci du salut et tentative pour changer la vie" . Nous plaçant ainsi en situation 6 de "transgression positive" , nous nous mîmes à traquer les cellules de salut, 1 La liste des abréviations pour les œuvres de LouisRené des Forêts est reprise en fin de volume. 2 "Entretien avec JB Puech",Cahier LouisRené des Forêts,n°6,7, Le Temps qu’il fait, Cognac, 1991, p.25. 3 Y. BONNEFOY,La Vérité de parole, Le Mercure de France, 1988. 4 Y. BONNEFOY,Poèmes, Poésie/Gallimard, 1982, p.138. 5 J. THELOT,Poètique d’Yves Bonnefoy,Genève, Droz, 1983, p.15. 6 M. FINCK,Yves Bonnefoy Le simple et le sens,José Corti, Paris, 1989, p.12.
9
lecture après lecture, en rechercher, fragment après fragment, les motifs. La formule du salut dansOstinatonous apparut sous la lumière d'une trinité : lucidité, lutte, unité. Lepremier et le dernier motif mettaient à jour une "face lépreuse" (O, MF, p.97) etun "bien pur" (O, MF, p.21). La recherche "à tâtons" (PSW, p.7) des motifs de salut dans les fragments d’Ostinatonous avait conduit à cette coexistence, nourrie par la critique, et consubstantielle à l'écriture de des Forêts, de la lucidité et de l'unité, de la face sombre et de la face claire, de la finitude et de l'ouvert, du nihilisme et de l'espoir. A leur croisée, le motif moteur de la lutte.  La conscience de cette coexistence plaçait en face d'une réalité conflictuelle incarnée dans le texte. Ce sont ces moments où l'être d'Ostinato,armé de son tempérament, de son énergie et de son expérience, assume sa lucidité et entre dans une lutte qui devient comme sa "religion". Il s'élève alors au rang de "héros de légende" (O, MF, p.36). Dans un style qui fait face, l'écriture incarne ce corps à corps, ce mot à mot. Le héros lutte, littérairement et littéralement. Il se bat, et se débat, désespérément, mais ne cessera le combat que toutes forces éteintes sans s'occuper ni des chances ni des issues. Seuls l'énergie, le mouvement et la force le maintiennent, non la probabilité d'aboutir. Le salut n'est plus alors dans une issue mais dans la lutte même, au cœur de sa contradiction assumée. Et l'analyse étymologique confirmait cette approche en mettant à jour une riche source commune entre les deux termes de notre hypothèse, écriture et lutte. Le verbe "écrire" vient du latin scribere, luimême issu du grec graphein qui signifie proprement "creuser" : "les anciens écrivaient en creusant des 1 tablettes de cire avec des stylets" . Et leDictionnaire historique de la langue 2 françaiseprécise la parenté avec des termes indoeuropéens signifiant également "gratter, inciser". Cet acte d'abord physique de l'écriture renvoie aux premiers vers desPoèmes de Samuel Wood:"Ecoutezle qui grignote à petit bruit" (PSW, p. 7) ; "Aussi se tientil voûté sur un champ tout étroit/Comme une bête creuse un trou" (PSW, p.8). L'écriture est d'abord cet acte musculaire qui investit le corps du scribe aux prises avec la matière de la tablette, comme déjà dans un corps à corps. Et le mot lutte, issu du latin lucta, exprime justement ce combat corps à corps dont le modèle originel est la lutte gréco romaine. Ecrire et lutter renvoient donc tous deux à des actes élémentaires, physiques et musculaires, dont il demeure en "manière de traces" (O, MF, p.15) cette inscription dans l'arène et sur le support du combat.  L'étymologie morphologique confirme cette approche. En effet le mot écriture s'est formé à partir du participe futur du verbe scribere: scriptura. Dans la grammaire latine, tout participe futur a nécessairement un sens actif, par 1ème  P. LAROUSSE, article "écrire",Grand dictionnaire universel du 19 siècle, collection REDIVIVA, Nîmes, 1990. 2 Article "écrire",Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’Alain REY, ed. LE ROBERT, Paris, 1995.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.