Paoustovski, l'homme du dégel

De
Publié par

Gueorguievitch Paoustovski (1892-1968) a su de façon subtile, remettre en question une idéologie qui a prôné, selon l'expression d'Hannah Arendt, "la destruction de l'identité individuelle" et ainsi sauver la quintessence de son art. Aux laideurs et aux horreurs engendrées par un système axé sur la manipulation des corps et des âmes, il a opposé la vision d'un univers harmonieux où le charme ensorcelant d'une nature humble et mélancolique demande à être découvert pas à pas.
Publié le : jeudi 1 janvier 2009
Lecture(s) : 128
Tags :
EAN13 : 9782296213081
Nombre de pages : 280
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Cette dédicace a été écrite par Michel Henry sur la première page de son livreLa barbarie,Paris, Grasset, 1987.
Lors de notre rencontre au château du Tertre le 28 octobre 2006, Andreï Makine me dit, après avoir lu mon manuscrit : « Des centaines de milliers de Russes se sont réfugiés dans des pays étrangers. Paoustovski, lui, s’est réfugié dans l’étrangeté radicale de la beauté. Pour les autres, c’était une émigration intellectuelle, géographique, économique. Pour lui, il s’agit d’une émigration intérieure et avant tout esthétique. » Le regard poétique de Makine fait partie à présent de cet ouvrage et en éclaire la lecture.
Nous avons adopté la transcription phonétique des termes cités en russe. Les références mises entre parenthèses à l’intérieur du texte indiquent le tome (en chiffres romains) et la page (en chiffres arabes) de l’édition russe : K.G. Paustovskij,Sobranie sotchinenij v 8 tomah, Moskva, Hudojestvennaja Literatura, 19671970. Les références à des œuvres autres que celles de Paoustovski indiquent le tome (en chiffres romains) et la page (en chiffres arabes). La traduction en français des titres et des extraits des œuvres de Paoustovski ou d’autres auteurs russes a été faite par nos soins. Dans le cas contraire, les références sont indiquées.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.