Pausanias, Elide-1, chapitre VII

De
Publié par

PausaniasDescription de la Grèceédition bilingueDESCRIPTION DE LA GRECE: LIVRE VΠΑΥΣΑΝΙΟΥ ΕΛΛΑΔΟΣΠΕΡΙΗΓΗΣΙΣ· ΗΛΙΑΚΗ A' CHAPITRE VIIΚΕΦΑΛΑΙΟΝ Z'.1 1Ἀλφειός, ποταός. Ἕτεροι ποταμοί. Alphée, fleuve. Autres fleuves. Aréthuse,Ἀρέθουσα, πηγή. Ὀλυμπιακοῦ fontaine. Origine des jeux Olympiques,ἀγῶνος ἀρχή. Ὑπερβόρεοι. Hyperboréens.Ἀφικομένῳ δὲ ἐς Ὀλυμπίαν, ἐνταῦθα Arrivé à Olympie, vous voyez le fleuve Alphée, quiἤδη τὸ ὕδωρ ἐστὶ τοῦ Ἀλφειοῦ πλήθει τε est très beau et déjà fort considérable, ayant reçuπολὺ ἰδόντι καὶ ἥδιστον, ἅτε ποταμῶν les eaux de beaucoup de rivières, dont plusieursκαὶ ἄλλων καὶ λόγου μάλιστα ἀξίων ἔτι sont très fortes, savoir : l'Hélisson, qui passe àτε ἐς αὐτὸν ῥεόντων. Διὰ Μεγάλης μέν travers Mégalopolis ; le Brenthéate qui traverseγε πόλεως Ἑλισσὼν ἐρχόμενος le territoire des Mégalopolitains ; le Gortynius quiἐκδίδωσιν ἐς τὸν Ἀλφειόν· Βρενθεάτης passe auprès de Gortyne, où il y a un templeδὲ ἐκ τῆς Μεγαλοπολιτῶν γῆς, παρὰ δὲ d'Esculape ; le Buphagus qui, sortant du paysΓόρτυναν ἔνθα ἱερὸν Ἀσκληπιοῦ, παρὰ des Milaenéens, coule entre le territoire deδὴ ταῦτα Γορτύνιος ῥέων· ἐκ Μελαινεῶν Mégalopolis et celui d'Hérae; le Ladon etΒουφάγος τῆς Μεγαλοπολίτιδος μεταξὺ l'Érymanthe, qui viennent, le premier du pays desκαὶ Ἡραιίτιδος χώρας· ἐκ δὲ τῆς Clitoriens, et l'Érymanthe, de la montagne de ceΚλειτορίων Λάδων· ἐκ δὲ Ἐρυμάνθου nom. Toutes ces rivières de l'Arcadie se jettentτοῦ ὄρους ὁμώνυμος τῷ ὄρει. Οὗτοι μὲν dans l'Alphée; le Cladéus, ...
Publié le : vendredi 20 mai 2011
Lecture(s) : 60
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Pausanias Description de la Grèce édition bilingue
ΠΑΥΣΑΝΙΟΥ ΕΛΛΑΔΟΣ ΠΕΡΙΗΓΗΣΙΣ· ΗΛΙΑΚΗ A'
ΚΕΦΑΛΑΙΟΝ Z'.
1 Ἀλφειός, ποταός. Ἕτεροι ποταμοί. Ἀρέθουσα, πηγή. Ὀλυμπιακοῦ ἀγῶνος ἀρχή. Ὑπερβόρεοι. Ἀφικομένῳ δὲ ἐς Ὀλυμπίαν, ἐνταῦθα ἤδη τὸ ὕδωρ ἐστὶ τοῦ Ἀλφειοῦ πλήθει τε πολὺ ἰδόντι καὶ ἥδιστον, ἅτε ποταμῶν καὶ ἄλλων καὶ λόγου μάλιστα ἀξίων ἔτι τε ἐς αὐτὸν ῥεόντων. Διὰ Μεγάλης μέν γε πόλεως Ἑλισσὼν ἐρχόμενος ἐκδίδωσιν ἐς τὸν Ἀλφειόν· Βρενθεάτης δὲ ἐκ τῆς Μεγαλοπολιτῶν γῆς, παρὰ δὲ Γόρτυναν ἔνθα ἱερὸν Ἀσκληπιοῦ, παρὰ δὴ ταῦτα Γορτύνιος ῥέων· ἐκ Μελαινεῶν Βουφάγος τῆς Μεγαλοπολίτιδος μεταξὺ καὶ Ἡραιίτιδος χώρας· ἐκ δὲ τῆς Κλειτορίων Λάδων· ἐκ δὲ Ἐρυμάνθου τοῦ ὄρους ὁμώνυμος τῷ ὄρει. Οὗτοι μὲν ἐξ Ἀρκαδίας κατίασιν ἐς τὸν Ἀλφειόν. Κλάδεος δὲ ἐρχόμενος ἐκ τῆς Ἠλείας συμμίσγει οἱ τὸ ῥεῦμα. Αὐτῷ δὲ ἐν τῇ Ἀρκάδων τῷ Ἀλφειῷ, καὶ οὐχὶ ἐκ τῆς Ἠλείας εἰσὶν αἱ πηγαί.
2 Λέγεται δὲ καὶ ἄλλα τοιάδε ἐς τὸν Ἀλφειόν, ὡς ἀνὴρ εἴη θηρευτής· ἐρασθῆναι δὲ αὐτὸν Ἀρεθούσης· κυνηγετεῖν δὲ καὶ ταύτην. Καὶ Ἀρέθουσαν μὲν οὐκ ἀρεσκομένην γήμασθαι, περαιωθῆναί φασιν ἐς νῆσον τὴν κατὰ Συρακούσας, καλουμένην δὲ Ὀρτυγίαν, καὶ ἐνταῦθα ἐξ ἀνθρώπου γενέσθαι πηγήν· συμβῆναι δὲ ὑπὸ τοῦ ἔρωτος καὶ Ἀλφειῷ τὴν ἀλλαγὴν ἐς τὸν ποταμόν.
3 Ταῦτα μὲν λόγου τοῦ ἐς Ἀλφειὸν ἐς τὴν Ὀρτυγίαν. Τὸ δὲ διὰ τῆς θαλάσσης ἰόντα, ἐνταῦθα ἀνακοινοῦσθαι τὸ ὕδωρ πρὸς τὴν πηγὴν, οὐκ ἔστιν ὅπως ἀπιστήσω, τὸν θεὸν ἐπιστάμενος τὸν ἐν Δελφοῖς ὁμολογοῦντά σφισιν· ὃς Ἀρχίαν τὸν Κορίνθιον ἐς τὸν Συρακουσῶν ἀποστέλλων οἰκισμὸν, καὶ τάδε εἶπε τὰ ἔπη· Ὀρτυγίη τις κεῖται ἐν ἠεροειδέι πόντῳ, Τρινακίης καθύπερθεν, ἵν' Ἀλφειοῦ στόμα βλύζει,
DESCRIPTION DE LA GRECE: LIVRE V
CHAPITRE VII
1 Alphée, fleuve. Autres fleuves. Aréthuse, fontaine. Origine des jeux Olympiques, Hyperboréens. Arrivé à Olympie, vous voyez le fleuve Alphée, qui est très beau et déjà fort considérable, ayant reçu les eaux de beaucoup de rivières, dont plusieurs sont très fortes, savoir : l'Hélisson, qui passe à travers Mégalopolis ; le Brenthéate qui traverse le territoire des Mégalopolitains ; le Gortynius qui passe auprès de Gortyne, où il y a un temple d'Esculape ; le Buphagus qui, sortant du pays des Milaenéens, coule entre le territoire de Mégalopolis et celui d'Hérae; le Ladon et l'Érymanthe, qui viennent, le premier du pays des Clitoriens, et l'Érymanthe, de la montagne de ce nom. Toutes ces rivières de l'Arcadie se jettent dans l'Alphée; le Cladéus, qui vient de l'Élide y porte aussi ses eaux. Les sources de l'Alphée sont dans l'Arcadie et non dans l'Élide.
2 On débite beaucoup d'histoires sur ce fleuve ; on dit entre autres choses, qu'il devint amoureux d'Aréthuse, qui se plaisait aussi à la chasse ; mais Aréthuse ne voulant pas se marier, traversa, dit-on, la mer, et passa dans l'île nommée Ortygie ou Syracuse, où elle fut changée en fontaine. Alphée fut aussi changé en fleuve, à cause de l'excès de son amour.
3 Quant à ce qu'on ajoute, que l'Alphée, traversant la mer, va dans l'île d'Ortygie mêler ses eaux avec celles d'Aréthuse, je ne vois pas pourquoi je refuserais de le croire, sachant que le Dieu de Delphes est d'accord, en ce point, avec les Éléens ; car il disait à Archius de Corinthe, en l'envoyant fonder Syracuse :Au-dessus de la Trinacie est une certaine Ortygie, où l'Alphée sort de terre pour mêler ses eaux à celles de la belle Aréthuse.Je suis donc persuadé, d'après cet oracle, que les eaux de l'Alphée, se mêlent aux eaux d'Aréthuse; et je crois ce qu'on raconte de l'amour de ce fleuve.
Μισγόμενον πηγαῖσιν ἐυρρείτης Ἀρεθούσης.
Κατὰ τοῦτο οὖν, ὅτι τῇ Ἀρεθούσῃ τοῦ Ἀλφειοῦ τὸ ὕδωρ μίσγεται, καὶ τοῦ ἔρωτος τὴν φήμην τῷ ποταμῷ πείθομαι γενέσθαι.
4 Ὅσοι δὲ Ἑλλήνων ἢ Αἰγυπτίων ἐς Αἰθιοπίαν ὑπὲρ Συήνης καὶ ἐς Μερόην Αἰθιόπων πόλιν ἀναβεβήκασι, λέγουσιν οὗτοι τὸν Νεῖλον, ἐσιόντα ἐς λίμνην, καὶ δι' αὐτῆς διεξιόντα ὥσπερ ἐκ χέρσου, μετὰ τοῦτο ἤδη δι' Αἰθιοπίας τῆς κάτω καὶ ἐς Αἴγυπτον ῥεύσαντα, ἐπὶ Φάρον καὶ τὴν ταύτῃ θάλασσαν κατέρχεσθαι. Ἐν δὲ τῇ γῇ ποταμόν τινα Ἑβραίων καὶ αὐτὸχ οἶδα Ἰάρδανον λίμνην Τιβεριάδα ὀνομαζομένην διοδεύοντα, ἐς δὲ λίμνην ἑτέραν καλουμένην θάλασσαν νεκράν, ἐς ταύτην ἐσιόντα, καὶ ὑπὸ τῆς λίμνης αὐτὸν ἀναλούμενον.
5 Ἡ δὲ θάλασσα ἡ νεκρὰ πάσχει παντὶ ὕδατι ἄλλῳ τὰ ἐναντία· ἐν ᾗ γε τὰ μὲν ζῶντα πέφυκεν οὐ νηχόμενα ἐποχεῖσθαι, τὰ δὲ θνήσκοντα ἐς βυθὸν χωρεῖν. Ταύτῃ ἄκαρπος καὶ ἰχθύων ἡ λίμνη, ἅτε ἀπὸ τοῦ φανερωτάτου κινδύνου ἐπὶ τὸ ὕδωρ ἀναφεύγουσιν ὀπίσω τὸ οἰκεῖον. Τῷ δὲ Ἀλφειῷ τὸ αὐτὸ πάσχει καὶ ὕδωρ ἄλλο ἐν Ἰωνίᾳ. Τούτου δὲ τοῦ ὕδατος πηγὴ μέν ἐστιν ἐν Μυκάλῃ τῷ ὄρει. Διεξελθὸν δὲ θάλασσαν τὴν μεταξὺ ἄνεισιν αὖθις κατὰ Βραγχίδας πρὸς λιμένι ὀνομαζομένῳ Πανόρμῳ.
6 Ταῦτα μὲν δὴ ἔχει τρόπον τὸν εἰρημένον. Ἐς δὲ τὸν ἀγῶνα τὸν Ὀλυμπικὸν, λέγουσιν Ἠλείων οἱ τὰ ἀρχαιότατα μνημονεύοντες, Κρόνον τὴν ἐν οὐρανῷ σχεῖν βασιλείαν πρῶτον, καὶ ἐν Ὀλυμπίᾳ ποιηθῆναι Κρόνῳ ναὸν ὑπὸ τῶν τότε ἀνθρώπων, οἳ ὠνομάζοντο χρυσοῦν γένος· Διὸς δὲ τεχθέντος ἐπιτρέψαι Ῥέαν τοῦ παιδὸς τὴν φρουρὰν τοῖς Ἰδαίοις Δακτύλοις, καλουμένοις δὲ τοῖς αὐτοῖς τούτοις καὶ Κούρησιν· ἀφικέσθαι δὲ αὐτοὺς ἐξ Ἴδης τῆς Κρητικῆς, Ἡρακλέα, καὶ Παιωναῖον, καὶ Ἐπιμήδην, καὶ Ἰάσιόν τε καὶ Ἴδαν·
7 τὸν δὲ Ἡρακλέα παίζοντα (εἶναι γὰρ δὴ αὐτὸν πρεσβύτατον ἡλικίᾳ) συμβαλεῖν τοὺς ἀδελφοὺς ἐς ἅμιλλαν δρόμου, καὶ τὸν νικήσαντα ἐξ αὐτῶν, κλάδῳ στεφανῶσαι κοτίνου· παρεῖναι δὲ αὐτοῖς πολὺ δή τι οὕτω τὸν κότινον, ὡς τὰ χλωρὰ ἔτι τῶν φύλλων ὑπεστρῶσθαι σφᾶς καθεύδοντας. Κομισθῆναι δὲ ἐκ τῆς Ὑπερβορέων γῆς τὸν κότινόν φασιν ὑπὸ τοῦ Ἡρακλέους ἐς Ἕλληνας· εἶναι δὲ ἀνθρώπους οἳ ὑπὲρ τὸν ἄνεμον οἰκοῦσι τὸν Βορέαν.
4 Tous les Grecs et les Égyptiens qui ont été en Éthiopie, dans l'île de Méroé, au-dessus de Sizène, disent, que le Nil entre dans un lac, le traverse comme si c'était un champ, et que prenant son cours dans la basse Éthiopie et l'Égypte, il va se rendre par la mer vers Pharos. J'ai vu moi-même dans le pays des Hébreux, un certain fleuve nommé le Jourdain, qui traverse le lac de Tibériade, et va se rendre dans un autre lac nommé la Mer Morte, où il se perd.
5 Les eaux de cette mer sont d'une qualité tout à fait contraire à celle de toutes les autres ; ce qui est vivant se soutient dessus sans nager, et tout ce qui est mort va au fond : aussi n'y a-t-il pas de poissons dans ce lac ; ils évitent des eaux si pernicieuses pour aller dans celles qui leur conviennent. Il y a dans l'Ionie un fleuve pareil à l'Alphée ; il a sa source au mont Mycale, et traversant la mer, il va ressortir à Panorme, port voisin de Branchides.
6 Tout cela est comme je viens de le dire. Les Éléens qui veulent remonter à ce qu'il y a de plus ancien, disent au sujet des jeux olympiques, que Cronus fut le premier qui régna dans le ciel, et que les hommes de ces temps-là, nommés la race d'Or, lui érigèrent un temple à Olympie. Jupiter étant venu au monde, Rhéa le donna en garde aux Dactyles, qui sont aussi connus sous le nom de Curètes ; ils étaient venus du mont Ida de l'île de Crète, et on les nommait Hercules, Pœonæus, Épimèdes, lasius, et Idas.
7 Hercules, qui était l'aîné, proposa en s'amusant, à ses frères, de s'exercer à la course, en disant qu'il couronnerait le vainqueur avec une branche d'olivier sauvage ; il y avait en effet dans cet endroit une si grande quantité de ces oliviers, qu'on amassait leurs feuilles vertes pour se faire des lits. Les Éléens disent qu'Hercules avait apporté cet arbre dans la Grèce du pays des hyperboréens qui est au-dessus du vent Borée.
Πρῶτος μὲν ἐν ὕμνῳ τῷ ἐς Ἀχαιίαν ἐποίησεν Ὠλὴν Λύκιος, ἀφικέσθαι τὴν Ἀχαιίαν ἐς Δῆλον ἐκ τῶν Ὑπερβορέων τούτων. Ἔπειτα ᾠδὴν Μελάνωπος Κυμαῖος ἐς Ὦπιν καὶ Ἑκαέργην ᾖσεν, ὡς ἐκ τῶν Ὑπερβορέων καὶ αὗται πρότερον ἢ τῆν Ἀχαιίαν ἀφίκοντο καὶ ἐς Δῆλον.
9 Ἀριστέας γὰρ ὁ Προκοννήσιος μνήμην ἐποιήσατο Ὑπερβορέων καὶ οὗτος τάχα τι καὶ πλέον περὶ αὐτῶν πεπυσμένος εἴη παρὰ Ἰσσηδόνων, ἐς οὓς ἀφικέσθαι φησὶν ἐν τοῖς ἔπεσιν. Ἡρακλεῖ οὖν πρόσεστι τῷ Ἰδαίῳ δόξα τὸν τότε ἀγῶνα διαθεῖναι πρώτῳ, καὶ Ὀλύμπια ὄνομα θέσθαι. Διὰ πέμπτου οὖν ἔτους αὐτὸν κατεστήσατο ἄγεσθαι, ὅτι αὐτός τε καὶ οἱ ἀδελφοὶ πέντε ἦσαν ἀριθμόν.
10 Δία δὴ οἱ μὲν ἐνταῦθα παλαῖσαι καὶ αὐτῷ Κρόνῳ περὶ τῆς ἀρχῆς, οἱ δὲ ἐπὶ κατειργασμένῳ ἀγωνοθετῆσαί φασιν αὐτόν. Νικῆσαι δὲ ἄλλοι τε λέγονται, καὶ ὅτι Ἀπόλλων παραδράμοι μὲν ἐρίζοντα Ἑρμῆν, κρατήσαι δὲ Ἄρεως πυγμῇ. Τούτου δὲ ἕνεκα καὶ τὸ αὔλημα τὸ Πυθικόν φασι τῷ πηδήματι ἐπεισαχθῆναι τῶν πεντάθλων, ὡς τὸ μὲν ἱερὸν τοῦ Ἀπόλλωνος τὸ αὔλημα ὄν, τὸν Ἀπόλλωνα δὲ ἀνῃρημένον Ὀλυμπικὰς νίκας.
Olen de Lycie, dans son hymne à Achaeïa, a dit le premier que cette Achaeïa était venue à Délos du pays des Hyperboréens. Mélanopus de Cumes fit ensuite sur Opis et Hécaergé une ode, où il assure qu'elles étaient venues auparavant dans l'Achaïe et à Délos ;
9 Aristéas de Proconnèse a aussi parlé des Hyperboréens ; et il est possible qu'il en eût appris quelque chose de plus que les autres, par le moyen des Issédons chez qui il avait voyagé, à ce qu'il dit dans ses vers. L'honneur de la première institution des jeux olympiques appartient donc à Hercules Idaeen, et ce fut lui qui leur donna ce nom ; il ordonna qu'on les célébrât tous les cinq ans, parce qu'ils étaient cinq frères.
10 Il y en a qui disent que Jupiter y lutta avec Cronus pour savoir à qui resterait l'empire du monde ; suivant d'autres, Jupiter fit célébrer ces jeux après ses victoires ; et parmi ceux qui furent couronnés, on nomme Apollon qui vainquit Mercure à la course, et Mars au pugilat : c'est pour cela, dit-on, qu'on joue sur la flûte l'air pythique pendant l'exercice du saut qui fait partie du pentathle, cet air étant consacré à Apollon, et ce dieu ayant remporté des victoires aux jeux olympiques.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.