Pièces Claires

De
Publié par

Trois pièces entre rires et larmes, entre vie et mort, entre tendresse et violence. Trois pièces où l'étranger s'exprime en son verbe cahotant, coloré et involontairement poétique. Trois fables. En ce jardin poussent les herbes amères et Monluc et Armelle s'y blessent l'un et l'autre. Au pied de monte Cassino le grand cimetière est un théâtre pour rire. Elles n'iront plus au bois se déroule aussi, hors de nos frontières, dans ces confins perdus que sont nos banlieues imaginaires.
Publié le : dimanche 1 février 1998
Lecture(s) : 24
Tags :
EAN13 : 9782296357709
Nombre de pages : 112
Prix de location à la page : 0,0060€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

1er

PIÈCES CLAIRES

Collection Théâtre des Cinq Continents dirigée par Maguy Albet et Kazem Shahryari Déjà parus

01- Aouad Basbous Thérèse, H20. 02- Aouad Basbous Thérèse, Seuls comme l'eau. 03- Aouad Basbous Thérèse, La coïncidence. 04- Driss Ilias, Absences. 05- Aba Noureddine, Une si grande espérance. 06- Reza Ghassemi, Portrait. 07- Reza Ghassemi, À vous de jouer. Mercutio ! 08- Couao-Zotti Florent, Ce soleil où j'ai toujours soif. 09- Kazem Shahryari, Al/er/Retour. 10- Jocelyne Sauvard, Matèré. 11- Philippe Caspar, Peer Gynt. 12- Daniel Boukman, Délivrans! 13- Michel Ecoffard, L'écrabouil/euse ou la révolte des gueux". 14- Caya Makhele, La fable du cloître des cimetières suivi de Picpus ou la danse aux amulettes. 15- Kazem Shahryari. Sans la voie lactée. 16- Edith Habersaat, La cel/ule des ombres. 17- Thérèse Aouad Basbous, La nonne et le téléphone. 19- Philippe Caspar, Beethoven. 20- Abdul Ali War, Génial Général Président. 21- Huguette Gray, Zec ou la joie de vivre suivi de Camp secret. 22- Michel Ecoffard, Oratorio pour une jeune fille et 26 sculptures. 23- José Pliya, Negrerrances suivi de Konda le roquet et Concours de circonstances. 24- Bisikisi Tandundu, Lesfiançailles suivi de J'ai mission de mourir. 2S-Bisikisi Tandundu, Les promesses de l'aube. 26- Kazem Shahryari, Parle-moi du soleil et des oliviers Les immigrés... France 1997. 27- Odile Pedro Leal, La chanson de Philibert ou les gens simples. . 28- Thérèse Aoyad Basbous. Pour un homme seul. 29- Omesco. Le fumet de la chimè reoTrois drames. 30- Michel Ecoffard, La légende de la vie ou fous le camp Bouffon.

-

@ L'Harmattan, 1998 ISBN: 2-7384-6302-9

HENRI MICHEL BOCCARA

PIECES CLAIRES
Les herbes amères La mémoire morte de MONTE CASSINO Elles n'iront plus au bois

"

LA MAQUETTE

EN COUVERTURE, D'ALEXANDRE TRAUNER POUR LES HERBES

AMÈRES

Éditions

L'Harmattan

5-7, rue de l'École-Polytechnique

75005 Paris

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Du même auteur ITINERRANCES, Editions EDDIF 1993 (roman) L'OMBRE et autres balivernes, L'Harmattan 1994 (récits) TRAVERSÉES, L'Harmattan 1996 (roman) ICI ET D'AILLEURS (association "Théâtrales") PIÈCES FAUVES, Théâtre, L'Harmattan

à la mémoire d'André VOISIN

PRÉFACE

L'accord au sein de la discordance

Comme c'est drôle, l'amitié... invétérée, foncière, vieille de plus de quarante ans, cinquante bientôt en l'an 2001... une amitiéfossile en quelque sorte. Nous étions jeunes, sous le soleil, et nous découvrions ensemble - une dizaine de garçons et de .filles - le théâtre, la poésie, l'humour, l'ivresse de se sentir accordés aux cadences d'un "cœur parlé" qui nous unissait dans le travail de la découverte, de la répétition, de la fabrication des décors, de la représentation, de l'esprit de troupe et qui jàisait surgir entre nous le jaillissement permanent du rire et de la gratitude mutuelle.

Je revois Henri Boccara sur la scène, il joue avec tout

ce que son texte -Prévert, Verlaine...peut suggérer de sons
évocateurs, stridents ou dissonants de préférence. De la même façon, je retrouve dans ses pièces le désir d'obtenir des mots qu'ils nous claquent sous la langue, qu'ils nous éclaboussent de leur retentissement sonore autant que de leur signification, voire qu'ils tendent vers la scansion sauvage de l'onomatopée... Comme c'est drôle l'amitié! Pendant plus de quarante ans, Henri n'a pas cessé d'écrire etje n'avais rien lu de lui, comme il n'avait rien lu de moi. Bonne occasion donc que cette préface pour le re-connaître, intact... La singularité de cet humour s'est donc finalement traduite dans l'écriture. Comment pouvait-il en être autrement? Autre chose, je n'avais pas très bien compris son désir de fuir Paris et la France après ses études et de se retrancher avec sa famille dans sa maison de Marrakech. En découvrant ses pièces, je me suis dit qu'il a eu raison. Sa vocation essentielle n'était-elle pas de c011;fronterles langages, les langues, les styles, les modes de vie, brassés par les ironies de l'histoire, de manière à rapprocher et à unir ce que les mots "étrange" ou "étranger" tendent à désunir. Toute son amitié ne va-t-elle pas au tirailleur marocain jeté dans la boucherie de Monte Cassino, ou bien à ce travelo dénommé Colombo qui devise avec Brahim, le marchand de frites dont le mal du pays à quelque chose de bouleversant.

Tout se passe comme si le dialogue naissait de son impossibilité foncière. Henri Boccara cherche l'accord au sein de la discordance. L'accord avec lui-même? Très probablement. Claude Jean Philippe écrivain et réalisateur

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.