Portraits d'acteurs

De
Publié par

Au travers d'une cinquantaine de portraits d'artistes, Ion Mihaileanu donne un aperçu dynamique de la scène théâtrale roumaine. A l'adage "Un Roumain naît poète", l'auteur veut répondre : "Un Roumain naît acteur". Miniatures amoureuses, les quelques pages qu'il consacre aux figures du théâtre roumain laissent transparaître son amour de la scène et du jeu.
Publié le : mercredi 1 juin 2016
Lecture(s) : 10
Tags :
EAN13 : 9782140010712
Nombre de pages : 178
Prix de location à la page : 0,0105€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Ion MIHĂILEANU
PORTRAITSPORTRAITS D’ACTEURS D’ACTEURS
PORTRAITS D’ACTEURS
IOn MIHĂILEANU
PORTRAITS D’ACTEURS
Traduit du rouMain par DOminique ILEA
Première édition : Portrete de actori,éditions Printech, Bucarest, 2011© L'HARM ATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Pariswww.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09363-5 EAN : 9782343093635
Par la grâce de Ion Mihaileanu, les magniques acteurs du Théâtre roumain restent pour toujours en lumière. En lisant ces portraits d’artistes j’ai eu l’envie de connaître chacun d’entre eux. YasMina Reza
DES ARTISTES ET DES hOmmES
Né en 1921 à Iaşi, la capitale historique et culturelle de la Moldavie roumaine, Mordechai Buchman, homme de lettres juif évadé d’un camp du régime pronazi d’extrême droite, changea (par ce qu’il appellerait une « imposture positive ») son nom d’origine enIonMihăileanu, pour débuter en 1943, comme publiciste, à la page littéraire, dirigée par le poète Miron Radu Paraschivescu, du journal antinaziEcoul. Dans l’après-guerre, il devint rédacteur en chef adjoint de l’important hebdomadaire bucarestoisContemporanul,qui, par le bon goût, la rigueur intellectuelle et de subtils propos frondeurs, incarna une forme de résistance à l’aliénation idéo-logisante de l’ère de Ceaușescu. Il a aussi enseigné : en assistant du grand critique George Călinescu, auprès de la chaire d’Histoire de la littérature roumaine de l’Université de Bucarest, et en maître de confé-rences à la faculté de Journalisme. On lui doit des traductions en roumain d’œuvres d’André Malraux (dont il s’est rapproché, et qu’il a interviewé), François Mauriac, Jules Verne et Alexandre Dumas. En 1966, il signa le scénario du lmDimanche, à six heuresde Lucian Pintilie. Arrivé en France en 1985, pour y rejoindre ses deux ls, Dan et Radu Mihăileanu (le cinéaste), il a été l’un des corres-pondants à Paris de la revue israélienne en langue roumaine Minimum,dirigée par le dramaturge Alexandru Mirodan.
7
Le grand poète et dramaturge Vasile Alecsandri, par la bouche de son inénarrable M’dame Chirița, a dit : « Voilà le monde : une comédie, / Dont nous autres acteurs, révérence parlant, / Brûlons d’une seule, suprême envie : / Bien mériter vos applaudissements ! ». Comme de juste,Portraits d’acteurs,miniatures amou-reuses, de celles que l’on porte sur son cœur serties dans un médaillon, ont pour vocation de nous restituer tant l’ar-tiste que « l’homme, le citoyen », en chacun(e) de ces inter-prètes d’exception ayant, au l des années, fait vibrer l’auteur. Subtilement son propre portrait s’esquisse au l de ces pages d’abord disséminées dans la presse, venant s’ajouter en li-grane aux autres. L’acte nal de cette aventure théâtrale est leur récupé-ration (hélas, partielle) et leur réunion dans un livre. Qui pourrait se concentrer tout entier dans ces vers du même Ion Mihăileanu : « Les yeux parlent / Les mots regardent / Les regards pensent / Les pensées qu’on entend / Les paroles qu’on voit / Alors / Les cœurs s’ouvrent ». DOminique ILEA Œuvres Aimer,plaquette de vers à compte d’auteur, Paris, 2013. Portraits d’acteurs(Portrete de actori),éditions Printech, Bucarest, 2011. Qui entre au musée(Cine intră la muzeu),pamphlets, Editura pentru Literatură, Bucarest, 1962.
8
8
AvANt-propos DE L’AUtEUr
Un célèbre adage dit : « Le Roumain naît poète » ! J’y ajouterais, quant à moi, un second adage : « Le Roumain naît acteur » ! La richesse inouïe en talents scéniques déployée lors de tant de spectacles inoubliables (tragédies, drames, comédies), au long d’un seul siècle, justie une telle boutade. La Roumanie s’est même octroyé le luxe d’exporter en France quelques grands acteurs. Je me suis donc interrogé : d’où vient-il, ce talent indé-niable ? J’avoue ne pas avoir trouvé d’explication autre qu’his-torique. Dès le commencement, pas une seule lignée barbare ne manqua l’occasion de rendre visite aux terres carpato-da-nubiennes. Plus tard, bien d’autres peuples tombèrent amou-reux de ces superbes paysages, qu’ils occupèrent, tour à tour. Et, à l’époque moderne, nous eûmes droit aux régimes de dictature d’extrême droite, puis d’extrême gauche, dont la dernière, celle de Ceaușescu, de tragique mémoire. Qu’est-ce que notre pauvre peuple pouvait-il bien faire, en ces temps de détresse ? Rire pour ne pas pleurer, faire contre mauvaise fortune bon cœur. Mais, surtout,jouer la comédie. Dissimuler ses sentiments, ses pensées, pour sauver sa vie. Non pas mentir, mais endosser divers rôles, tel le Bourgeois gentilhomme de Molière, disant de la prose sans qu’il en sût rien. L’hypothèse que j’avance est, certes, discutable, contestable. Mais je n’en trouve pas de meilleure. J’ose dire que le théâtre
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.