Recherches archéologiques en Algerier /par Stéphane Gsell. Avec des planches exécutées par Pierre Gavault

De
Publié par

DESCRIPTION DE L'AFRIQUE DU NORD
ET»
rKEPRISE PAR ORDRE DE
M. LE MINISTRE DE l'iASTRUCTION
PUBLIQUE ET DES BEAUX-AHTS.
EN ALGÉRIE
PAR
STÉPHANE GSELL
Ancien membre de
l'iicole
franrnise
ite
Rome, chargé d'un cours d'archéologie
à l'Ecole supérieure des lettres d'Alger.
AVEC DES PLANCHES EXÉCUTÉES
PIERRE GAVAULT
Arcliilecle
diplômé par
le
Gouvcrnemeut
PAHfS
ERNEST LEROUX, ÉDITEUR
28,
RUE BONAPARTE, 28
1893
ExLiMs
Luster R. KieInknigM
DESCRIPTION DE L'AFRIQUE DU NORD
ENTREPRISE PAR ORDRE DE
M. LE MINISTRE DE l']>STRUCTION
PUBLIQUE ET DES BEAUX-ARTS.
RECHERCHES ARCHÉOLOGIQUES
EN ALGÉRIE
ASGKnS, IMP. A. BLUDIN BT
C'».
4,
RCE GARMER.
EN ALGÉRIE
PAR
STÉPHANE GSELL
Ancien membre de l'Ecole française de Rome, chargé d'un cours d'arcliéolugic
à l'Ecole supérieure des lettres d'Alger.
AVEC DES PLANCHES EXÉCUTÉES
PIERRE GAVAULT
Architecte diplùmi? par
le
Gouvernement
PARIS
ERNEST LEROUX, ÉDITEUR
28,
RUE BONAPARTE, 28
1893
PREMIÈRE PARTIE
LA BASILIQUE DE SAINTE SALSA, A TIPASA
l.

La passion de sai.me Salsa.
Le Martyrologe
dcs de juin
sainte du
(-io
dit
de saint Jérôme mentionne, an XIII des calun-
mai) et au VI des ides d'octobre (lo octobre), une
nom
la
de Salsa
'.
La passion de
scrits
sainte Salsa, passion conservée dans
deux manu-
de
Bibliothèque nationale à Paris, a été publiée récem-
ment ...
Publié le : mardi 11 janvier 2011
Lecture(s) : 58
Nombre de pages : 460
Voir plus Voir moins
DESCRIPTION DE L'AFRIQUE DU NORD ET» rKEPRISE PAR ORDRE DE M. LE MINISTRE DE l'iASTRUCTION PUBLIQUE ET DES BEAUX-AHTS. EN ALGÉRIE PAR STÉPHANE GSELL Ancien membre de l'iicole franrnise ite Rome, chargé d'un cours d'archéologie à l'Ecole supérieure des lettres d'Alger. AVEC DES PLANCHES EXÉCUTÉES PIERRE GAVAULT Arcliilecle diplômé par le Gouvcrnemeut PAHfS ERNEST LEROUX, ÉDITEUR 28, RUE BONAPARTE, 28 1893 ExLiMs Luster R. KieInknigM DESCRIPTION DE L'AFRIQUE DU NORD ENTREPRISE PAR ORDRE DE M. LE MINISTRE DE l']>STRUCTION PUBLIQUE ET DES BEAUX-ARTS. RECHERCHES ARCHÉOLOGIQUES EN ALGÉRIE ASGKnS, IMP. A. BLUDIN BT C'». 4, RCE GARMER. EN ALGÉRIE PAR STÉPHANE GSELL Ancien membre de l'Ecole française de Rome, chargé d'un cours d'arcliéolugic à l'Ecole supérieure des lettres d'Alger. AVEC DES PLANCHES EXÉCUTÉES PIERRE GAVAULT Architecte diplùmi? par le Gouvernement PARIS ERNEST LEROUX, ÉDITEUR 28, RUE BONAPARTE, 28 1893 PREMIÈRE PARTIE LA BASILIQUE DE SAINTE SALSA, A TIPASA l. — La passion de sai.me Salsa. Le Martyrologe dcs de juin sainte du (-io dit de saint Jérôme mentionne, an XIII des calun- mai) et au VI des ides d'octobre (lo octobre), une nom la de Salsa '. La passion de scrits sainte Salsa, passion conservée dans deux manu- de Bibliothèque nationale à Paris, a été publiée récem- ment par les Bollandistes et a fait en 1890 le sujet d'une intéres- sante lecture de M. l'abbé Duchesne à lAcadémie des inscriptions et belles-lettres'. Je la résume rapidement. Les parents de la sainte, habitants do Tipasa, en Maurélanie, étaient restés attachés au paganisme, mais Salsa avait reçu le baptême et quoiqu'elle fût âgée à peine de quatorze ans, elle était animée d'une foi enthousiaste. Il n'y avait qu'un petit nombre de Patrr,lo()ie latine I. de Migno, t. XXX, p. 458 et 478. x\i, i. Catalogus corlicuin haijioi/raphicorum latinorutn aiitiqitiorutn saeculo in qui a^servantur t. 1 Bibliothcca nationali Pariiiensi ; ; ediderunt hagiographi Uollandiani, d'après une recenservir, (1889), p. 341 sq. cf p. 334, n" 12. — Je citerai cette passion sion inodite, faite par M. l'alibé Durhesne qui a bien voulu m'.iutoriser ù m'en la mais j'indiquerai en distes. 3. même temps page et le paragraphe de l'édit'on des Bollan- Comptes rendus de l'Acadimie p. 110. Cf. Bulletin critique, 1890, p. 125. le publiée in ertenso dans du 14 mars 1890). La lecture de M. l'abbé Duchesne a été journal Le Monde, numéro du 4 avril 1890. da-i inscriptions (séance 1 2 PREMIÈRE PARTIE chrétiens à Tipasa, cependant les persécutions avaient cessé. Les cultes payens n'étaient plus célébrés oflîciciellement; sur la col- dominait la ville de Tipasa et formait un cap dans la mer, les sanctuaires dos dieux et des empereurs divinisés tombaient en ruines. On n'y adorait plus qu'un dragon de bronze line des temples, qui à tète dorée. Un fut jour, les parents de Salsa l'emmenèrent à une l'été qui se elle, célébrait La jeune fille, qui y était prise d'indignation en voyant les sacrifices, lieu. en ce les allée malgré les réjouissances impures, danses, les contorsions fanatiques des idolâtres. Elle : leur adressa des reproches ils se moquèrent dans la d'elle. La fête ter- minée, ils s'endormirent, ivres. Salsa en profita pour saisir la tète dorée du dragon et la précipiter mer sans être vue de personne. Peu de temps après, Salsa revint au sanctuaire avec de jeter dans les flots le l'intention corps même de l'idole. Elle y réussit, mais la statue de bronze diens accoururent. fit en tombant un tel bruit que les garLa populace s'empara de la jeune fille. Lapi- dée, percée de coups d'épées, piétinée, mise en pièces, elle fut enfin jetée à la mer, afin que son corps restât sans sépulture. La mer reçut profondes, mais, le corps elle comme dans un cha pas aux roches, le berceau elle ne l'accrone l'ensevelit pas au milieu des algues ; caressant doucement de ses vagues, elle le porta jusque dans le port. Presque à ce moment, un certain Saturninus, venant de Gaule, par un temps calme. Mais tout à coup une tempête y violente s'éleva et fit courir au vaisseau les plus grands dangers. Pendant que Saturninus dormait, il reçut en songe l'ordre de recueillir le corps de la martyre qui se trouvait sous son vaisseau, sinon il périrait. A son réveil, il et de lui donner la sépulture jetait l'a.icre : un rêve menteur et ne tint pas compte de lendemain et le jour suivant la tempête redoubla crut à cet ordre. : Le les gens de l'équipage avaient perdu l'espoir de sauver taient plus le navire et ne souhai- que leur propre Il salut. Saturninus reçut un second, un troisième avertissements. la se décida enfin à obéir et se jeta la dans mer. Aussitôt sa main guidée par Dieu, toucha : ceinture de la martyre « il prit dans ses bras le corps et reparut à la surface précieuse perle du Christ ». Dès que l'air revit ce corps sacré, la mer s'apaisa, et les vents tombèrent. Saturninus et ses compagnons, rendant grâces à, Dieu, portèrent à terre le corps de Salsa qui fut enseveli dans une humflots cette rapportant du sein des
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.