Réécriture et création dans La Migration des coeurs de Maryse Condé

De
Publié par

Maryse Condé propose avec son texte La Migration des cœurs une réécriture originale, en français, du chef-d'œuvre d'Emily Brontë, Wuthering Heights. L'ouvrage est une étude comparée de ces deux textes, qui tente de mettre en évidence le travail de transformation et de création effectué par la romancière antillaise et d'en dégager l'intérêt. En effet, Maryse Condé adapte l'histoire inventée par sa devancière en l'implantant en Guadeloupe, à la fin du XIXe siècle, dans la société d'après esclavage.
Publié le : lundi 15 février 2016
Lecture(s) : 26
Tags :
EAN13 : 9782140001352
Nombre de pages : 132
Prix de location à la page : 0,0082€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Jihad Bahsoun
Réécriture et création dansLa Migration des cœurs de Maryse Condé
Réécriture et création dansLa Migration des cœurs de Maryse Condé
Critiques littéraires Collection fondée par Maguy Albet Dernières parutions Khadija KHALIFE,Les autobiographies de Julien Green et de Michel Leiris. Approches thématique et générique,2015. Isabelle CHOL et Wafa GHORBEL,L’hétérogène dans les littératures de langue française, 2015. Amadou OUEDRAOGO,L’imaginaire dans l’esthétique romanesque de Jean-Marie Adiaffi, Une lecture de La carte d’identité, 2015. Irene IVANTCHEVA-MERJANSKA,Écrire dans la langue de l’autre. Assia Djebar et Julia Kristeva, 2015. Magali RENOUF,Surréalisme africain et surréalisme français, 2015. Hideki YOSHIZAWA,Pierre Drieu la Rochelle. Genèse de sa « voix » littéraire (1918-1927), 2015. Élodie Carine TANG,Le roman féminin francophone de la migration. Émergence et identité, 2015. Mamadou DAHMED,Le héros monstrueux. Une lecture psychanalytique du personnage romanesque de Stendhal, 2015. Aline LE BERRE,Théâtre allemand. Société, mythes et démythification,2015. Alya CHELLY-ZEMNI,Jean Giono. Du mal-être au salut artistique, 2015. Francis IMBERT,LireRosie Carpede Marie NDiaye, 2015. TONTONGI,an mawonnaj,/ Pawòl Parole indomptée  La suivi deMemwa Baboukèt / Mémoire de la muselière, 2015. Moussa COULIBALY (dir.),Le roman féminin ivoirien, 2015. Luis NEGRO ACEDO,Ecrivains espagnols exilés à Paris (de 1939 à nos jours), Un chapitre bilingue de la culture française, 2015. Véronique DUFIEF-SANCHEZ,Musset. La Leçon des proverbes, 2014. .
Jihad Bahsoun Réécriture et création dansLa Migration des cœurs de Maryse Condé
Du même auteur Et tonne mon cœur, CIRRMI Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Vasile Goldis University Press Arad, 2013 (recueil de poèmes)
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08492-3 EAN : 9782343084923
Introduction
 Les œuvres les plus connues de Charlotte et Emily Brontë,Jane Eyre etWuthering Heights (Les Hauts de Hurle-Vent), ont suscité depuis leur parution en 1847 beaucoup d’intérêt dans les milieux littéraires et donné e lieu à de nombreuses études. Vers la fin du XX siècle, elles commencent aussi à inspirer des récits de fiction : parmi ceux-ci,Wide Sargasso Sea (La Prisonnière des Sargasses) de Jean Rhys, puisLa Migration des cœursde Maryse Condé et enfin dans une moindre mesureThe Eyre Affair (L’Affaire Jane Eyre) de Jasper Fforde. Si celui-ci invente une histoire très fantaisiste, Jean Rhys et Maryse Condé nous offrent des romans plus sérieux et personnels, en rapport avec elles-mêmes. Toutes deux originaires des Antilles, elles écrivent chacune un texte étroitement lié à leur univers, mais proche aussi de l’œuvre inspiratrice : ainsi Jean Rhys, écrivain de langue anglaise, imagine dans un roman à deux voix, à la première personne, la vie d’Antoinette Cosway aux Caraïbes, jusqu’à ce qu’elle soit ramenée en Angleterre par son époux Mr Rochester et enfermée dans le manoir de Thornfield. Le sujet de son roman lui est fourni parJane Eyre, mais son héroïne lui correspond beaucoup, surtout dans l’expression de son attachement à sa terre natale. Quant à Maryse Condé,
7
l’auteur du célèbreSégou, elle réécrit complètement Wuthering Heights, en français. C’est cette nouvelle version du roman anglais que nous nous proposons d’étudier, en la comparant à son modèle et en essayant d’en dégager l’intérêt.
 Cependant, arrêtons-nous sur le fait étrange que les textes des sœurs Brontë inspirent à ce point les romancières antillaises. Comment est-il possible que ces dernières se sentent si proches deJane EyreouWuthering Heights? Les écrits brontéens contiennent une puissance diffuse, un élan passionné qui manque rarement de séduire le lecteur ; cette force émanant de leurs compositions, contenue dans chaque page de leurs romans, semble posséder des liens avec l’âme de la Guadeloupe et la Martinique. Est-ce parce que l’Angleterre est une île, tout comme ces deux contrées ? Toujours est-il que la violence des passions dépeinte dansWuthering Heights, l’énergie brute et pure de Heathcliff, la folie de la prisonnière dans Jane Eyreont trouvé des échos en l’âme des romancières antillaises ou dans ce qu’elles avaient observé autour d’elles. Les histoires inventées par Charlotte et Emily Brontë ont paru tant correspondre à la mentalité des Caraïbes, Jean Rhys et Maryse Condé ont tellement trouvé que ces histoires-là auraient pu se passer chez elles, qu’elles n’ont pas pu résister à l’envie de s’en inspirer et de les transposer dans leur univers. La première épouse de Mr Rochester, laquelle passe comme une ombre malveillante et peu rassurante dansJane Eyre — une ombre qui cache une énigme, qui brûle d’un feu secret, ardent et destructeur — et qui doit son caractère troublant et intéressant au talent de Charlotte Brontë, a nourri les fantasmes de Jean Rhys. A partir de quelques détails épars dans le roman anglais, elle invente l’histoire de ce
8
personnage mystérieux et en fait un être profondément lié à son sol natal, qui reconnaît « l’odeur du vétiver et de la frangipane, de la cannelle et du pollen et des limettiers 1 quand ils sont en fleur » même dans la folie et qui rapporte jusqu’en Angleterre l’âme sacrée de la Martinique. DansLa Migration des cœurs, Razyé quant à lui dit à sa maîtresse blanche :
Vous ne pouvez pas comprendre ! Les gens de votre couleur n’ont pas de passion dans leur corps. Ils ne savent pas ce que c’est que de brûler comme du feu en imaginant une personne qui respire, qui mange, qui 2 dort de l’autre côté de la mer, près d’un autre. (p. 21)
Et pourtant, Heathcliff n’est pas tout à fait noir même s’il a le teint basané, et Catherine Earnshaw pas tout à fait métisse… Razyé étant une transposition d’Heathcliff, Maryse Condé a donc jugé que les sentiments de ce dernier auraient parfaitement pu être prêtés à un Noir des Antilles, amoureux et délaissé. C’est dire les correspondances entre la fiction brontéenne et la passion, la fièvre propre aux insulaires antillais, décrite habilement par Jean Rhys et Maryse Condé.
1  Jean Rhys,La Prisonnière des Sargasses, Paris, Denoël, coll. L’Étrangère, 1999, p. 232. 2 Maryse Condé,La Migration des cœurs, Paris, Robert Laffont, 1997. Cette édition est celle à laquelle nous nous référerons dans tout notre travail.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi