Regards croisés entre colonisateurs et colonisés

De
Publié par

Les situations de conquêtes coloniales européennes des 17e et 18e siècles ont généré des discours portés sur l'autre, c'est-à-dire le colonisé, par les peuples conquérants. Ces discours, qui traduisent une certaine idée de cet autre, se sont manifestés dans différentes formes d'expression : récits de voyage, discours philosophique, religieux, politique et littéraire. Dès que le colonisé a pu s'exprimer dans la langue du colonisateur, il a développé à son tour un discours sur lui et l'Européen. Ce sont ces regards croisés que l'on veut explorer et, ici, plus particulièrement, les regards français et djiboutiens sur l'espace du territoire djiboutien.
Publié le : mercredi 15 juin 2016
Lecture(s) : 1
Tags :
EAN13 : 9782140012853
Nombre de pages : 316
Prix de location à la page : 0,0187€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
CULTURE AFRICAINE
Kadar Ali DIRANEH
REGARDS CROISÉS ENTRE COLONISATEURSET COLONISÉS
FRANÇAIS ET DJIBOUTIENS DANS LA LITTÉRATURE
Regards croisés entre colonisateurs et colonisés
CULTURE AFRICAINE Cette collection regroupe des monographies et travaux d’études divers sur la vie culturelle en Afrique. Organisée par thèmes, elle concerne l’ensemble du continent africain du nord au sud.Déjà parus Liss Kihindou,Négritude et Fleuvitude, Et autres observations littéraires, 2016. Gabriel Danzi et Maryvonne Palessonga,Makombo Bamboté et le royaume centrafricain de Banga-Sù-ulè. Histoire ou complexe généalogique ?,2016. Massoumou Omer (dir),Questions de littérature et de langue française, 2015 Noël Bertrand Boundzanga et Achille-Fortuné Manfoumbi-Mvé (dir.), Controverse et signification. Mélanges offerts à Fortunat Obiang Essono, 2015. Dieudonné Mukundila Kembo,Le pagne africain et sa symbolique, 2015. Mamadou Kalidou Ba, Mbouh Séta Diagana et Mamadou Ould Dahmed (dir.),La poétique de l’histoire dans les littératures africaines,2014. Anicet Etou Nianga, Papa Wemba,La voix de la musique congolaise moderne, Contribution et odyssée, 2014. Ali Mhoumadi (Nassurdine),Réception de Léopold Sédar Senghor. Pour une approche sociologique des littératures africaines, 2014. ^^Ces derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Kadar Ali DIRANEHRegards croisés entre colonisateurs et colonisés Français et Djiboutiens dans la littérature
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06086-6 EAN : 9782343060866
A Soubane A Aïcha A Roukya A Rayhane et Rouwayda
INTRODUCTION
Le Je et l’AutreL’histoire de la rencontre de l’Européen avec l’Autre est longue et souvent tragique. Du Barbare dont on ne comprenait pas la langue, au Sauvage dont on ne saisissait pas la civilisation, au Noir dont on ne rencontrait pas l’âmeet au colonisé à qui on ne reconnaissait pas l’égalité, ce sont autant d’occasions de rencontres manquées. Voyageurs, conquérants, prosélytes religieux, explorateurs de l’inconnu, philosophes, savants, écrivains, journalistes et hommes politiques se sont tous essayés au discours sur l’Autre. C’est ce qu’Edward Saïd étudiedansCulture et impérialismeen révélant la façon dont la conquête de l’Autre s’estaccompagnéed’une négation de ce dernier. Mais il montre aussi comment les résistances se sont organisées dès de le début, aidées quelques fois par des membres du monde conquérant. Les débats qui ont opposé Las Casas (le débat de Valladolid, 1550-1551) aux tenants des thèses négationnistes (de toutes les caractéristiques humaines aux indigènes) sont connus. La critique de Montaigne (Les Cannibales inLes Essais) et d’autres philosophes d’inspiration marxiste aussi.Il n’en reste pas moins que pendant plusieurs siècles, qui ont commencé avec la conquête de l’Amérique par Colomb (XVème siècle), un discours européen sur l’Autre s’est développé. On peut, en effet, soutenir avec Daniel-Henri Pageaux que Toute image procède d’une prise de conscience, si minime soit-elle, d’un Je par rapport à l’Autre, d’un Ici par rapport à un Ailleurs. (…) L’image est la représentation d’une réalité culturelle au travers de laquelle l’individu ou le groupe qui l’ont élaborée (…) révèlent et traduisent l’espace culturel et 1 idéologique dans lequel ils se situent. Or,l’image de l’Autrese façonne par des multiples moyens : le voyage, la lecture des récits de voyage et de la Bible, la réflexion philosophique et la confrontation sur le même espace. Historiquement, toutes ces étapes sont
1  Pageaux, Daniel-Henri, «De l’imagerie culturelle à l’imaginaire» inPrécis de littérature comparée, sous la direction de Pierre Brunel et Yves Chevrel, PUF, 1989, p.135
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.