Renan, Taine, Michelet - Les maîtres de l'histoire

De
Publié par

The Project Gutenberg EBook of Renan, Taine, Michelet, by Gabriel MonodThis eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it,give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online atwww.gutenberg.netTitle: Renan, Taine, Michelet Les maîtres de l'histoireAuthor: Gabriel MonodRelease Date: February 26, 2009 [EBook #28200]Language: French*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK RENAN, TAINE, MICHELET ***Produced by Mireille Harmelin, Eric Vautier and the Online Distributed Proofreaders Europe at http://dp.rastko.net.This file was produced from images generously made available by the Bibliothèque nationale de France(BnF/Gallica)LES MAITRES DE L'HISTOIRERENAN, TAINE, MICHELETPARGABRIEL MONOD1894TABLEDédicace.—À Charles de Pomairols.Préface.ERNEST RENANHIPPOLYTE TAINEI.—La vie de Taine.—Les années d'apprentissageII.—Les années de maitriseIII.—L'homme et l'œuvreJULES MICHELETI.—La vie de MicheletII.—L'homme et l'œuvreAPPENDICEI.—Michelet éducateurII.—Le Journal intime de MicheletÀ CHARLES DE POMAIROLSMon cher ami,J'ai tenu à inscrire ton nom en tête de ce volume. Les études qui le composent ont trouvé chez toi, lorsqu'ellesont paru séparément dans divers recueils périodiques, une sympathie qui a été pour moi le plus précieux desencouragements. Ton goût littéraire si délicat et ton sens moral si droit me garantissaient que je ...
Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 70
Nombre de pages : 75
Voir plus Voir moins
The Project uGetbnre gBEoo k RofanenTa, e,inciM elehb ,taG yl Mobriehis nodT ksiBeoot ehf rof  ose u aneyoan erehwynoc on tati hlaomtsa dnw strictiost no reeveoY .rw snstahy op,git mou cayror aw ytia vi eer t unde ite-us eht fo smret ehernbteGut ecojPrw de htisihtoBe Lig nsceine udclwwg.tuneebgrn.teok or online atw
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK RENAN, TAINE, MICHELET ***
Title: Renan, Taine, Michelet Les maîtres de l'histoire Author: Gabriel Monod Release Date: February 26, 2009 [EBook #28200] Language: French
LES MAITRES DE L'HISTOIRE RENAN, TAINE, MICHELET PAR GABRIEL MONOD 1894
Produced by Mireille Harmelin, Eric Vautier and the Online Distributed Proofreaders Europe at http://dp.rastko.net. This file was produced from images generously made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)
TABLE
Dédicace.—À Charles de Pomairols.
Préface.
ERNEST RENAN
HIPPOLYTETAINE
I.—La vie de Taine.—Les années d'apprentissage
II.—Les années de maitrise
III.—L'homme et l'œuvre
JULES MICHELET
I.—La vie de Michelet
II.—L'homme et l'œuvre
APPENDICE
I.—Michelet éducateur
II.—LeJournal intime 
deM icehelt
ÀC HAREL SDE POAMRIOLS
Mon cher ami, J'ai tenu à inscrire ton nom en tête de ce volume. Les études qui le composent ont trouvé chez toi, lorsqu'elles ont paru séparément dans divers recueils périodiques, une sympathie qui a été pour moi le plus précieux des encouragements. Ton goût littéraire si délicat et ton sens moral si droit me garantissaient que je ne m'étais pas trompé en donnant à ces essais sur des écrivains que j'ai personnellement connus, que j'ai admirés et aimés, non la forme d'une analyse critique de leur œuvre aboutissant à l'approbation ou à la réfutation de leurs doctrines, mais celle d'essais biographiques où j'ai cherché à démêler les rapports qui existent entre leurs écrits et leur vie, la nature de leur influence, les idées et les sentiments qui les ont inspirés. Quelques personnes se sont étonnées que j'aie pu parler avec une sympathie presque égale d'écrivains aussi dissemblables que le furent Michelet, Renan et Taine; et que j'aie mêlé si peu de critiques à l'exposé que j'ai fait de leurs idées. Elles auraient aimé me voir indiquer les points sur lesquels je me sépare d'eux et les motifs de mon dissentiment. Je n'ai point pensé qu'il importât beaucoup au public de connaître mon sentiment personnel sur les questions religieuses, philosophiques et historiques que Taine, Renan et Michelet ont abordées et résolues chacun à leur manière. Si je croyais devoir le dire, je le ferais directement, et non sous forme de réfutation des idées d'autrui. Je crois d'autre part avoir suffisamment indiqué, bien qu'avec discrétion, les points sur lesquels ces grands esprits me paraissent avoir donné prise à la critique. Je n'ai point caché le tort qu'une sensibilité et une imagination trop vives ont fait chez Michelet à la critique de l'historien et à l'observation raisonnée du savant; la part de responsabilité qui lui revient dans ce culte aveugle de la Révolution française dont nous avons si longtemps souffert; l'influence troublante que les luttes religieuses et politiques ont exercée sur la sérénité et l'équilibre de sa pensée. J'ai indiqué comment Renan, trop sensible à la crainte de paraître juger autrui ou imposer ses opinions alors qu'il avait rejeté la foi absolue et l'autorité sacerdotale, trop désireux de poursuivre les nuances infinies de la vérité, trop porté par sa nature à un optimisme et à une bienveillance universels, avait encouru le reproche de tomber dans le dilettantisme, et avait engendré des imitateurs dont le scepticisme superficiel, raffiné et pervers a rendu haïssable ce qu'on appelle leRenanisme.J'ai laissé voir que chez Taine il y avait quelque désaccord entre la hardiesse de sa pensée et la timidité de son caractère, et que ce désaccord pouvait expliquer quelques uns de ses jugements historiques; que ses convictions déterministes et la puissance logique de son esprit lui ont fait méconnaître ce qu'il y a de complexe, de mystérieux, d'insaisissable dans la nature et dans l'homme; qu'il a trop cru à la possibilité de réduire à des classifications fixes et à des formules simples l'histoire et la vie; qu'il a pris trop souvent la clarté et la logique d'un raisonnement pour une preuve suffisante de sa justesse; qu'il a eu enfin, lui aussi, dans les écrivains naturalistes et matérialistes de ces dernières années des disciples dont les hommages étaient pour lui une amertume et presque un remords. J'aurais pu sans doute insister plus que je ne l'ai fait sur les imperfections de leurs œuvres et sur les limites de leur génie; mais il me semble que j'aurais alors altéré la vérité du portrait que je voulais tracer d'eux. Au lieu de m'attarder à dire ce qu'ils n'ont pas fait et ce qu'ils n'ont pas été, j'ai cherché à montrer ce qu'ils ont été et ce qu'ils ont voulu faire. Connaissant personnellement leur valeur morale, j'ai cherché à leurs doctrines et à leurs actes, des explications naturelles, légitimes et élevées, même à ce qui pouvait me surprendre ou me choquer en eux. Les sachant incapables de céder sciemment à des motifs frivoles ou bas, j'ai cru en agissant ainsi faire œuvre d'équité. En présence d'hommes supérieurs, la sympathie est la voie la plus sûre pour comprendre; et l'œuvre la plus utile de la critique est d'expliquer en quoi les grands hommes ont été grands, les ressorts secrets de leur génie, les motifs légitimes de leur influence. Ce n'est que longtemps après leur mort, quand le temps a mis chaque chose à son rang, qu'on peut discerner les défauts, les lacunes, les défaillances qui ont rendu certaines parties de leur œuvre caduques ou nuisibles. Et même alors, n'est-ce pas sur les parties durables et bienfaisantes qu'il est le plus nécessaire d'insister? Les influences nuisibles n'ont d'ordinaire qu'un temps; les influences bienfaisantes sont éternelles. C'est l'honneur de la critique scientifique de notre siècle d'avoir su sympathiser avec les esprits les plus divers pour les mieux comprendre, d'avoir cherché à expliquer et à légitimer par conséquent, dans une certaine mesure, en les expliquant, leur manière de sentir et de penser. Que dirait-on aujourd'hui d'un critique qui jugerait Calvin d'après les piétistes étroits et déplaisants qui se réclament de lui, Rabelais d'après les chroniqueurs orduriers qui se disent rabelaisiens, Racine d'après Campistron, Voltaire d'après M. Homais? qui reprocherait à Bossuet de n'avoir pas conçu l'histoire universelle comme Herder ou Auguste Comte, et à Pascal d'avoir eu pour disciples les convulsionnaires de Saint-Médard? S'attacher surtout à mettre en lumière les côtés lumineux du génie des grands penseurs et des grands artistes, et montrer de préférence ce qu'ils ont ajouté aux jouissances esthétiques et aux richesses intellectuelles et morales de l'humanité, c'est faire acte d'équité. Lorsqu'il s'agit de contemporains à qui l'on doit le meilleur de sa pensée, c'est un devoir de reconnaissance. Tu en as ainsi jugé quand tu as écrit sur Lamartine un livre où le plus inspiré des poètes trouvait son vrai critique chez un poète dont l'âme est parente de la sienne. Le même sentiment m'a guidé dans ces esquisses plus modestes, sur Renan, Taine et Michelet. J'ajouterai que ma sympathie et ma reconnaissance pour ces trois hommes également et diversement grands, se mêlent d'une nuance plus marquée d'admiration pour Renan, pour Taine de respect, et pour Michelet d'affection.
ug'AtiusThn rried ,yuG etozied , Mignet, de Tocqeuivll,ed  euFtstsinpos  vneJe. trec xued sap seuer iminéritle ml  a eteerd lgiolcèiI .eton s erlèmpntte slscoe  n'spoop ,ottue  certainsant suresse'd a y li'uqvrœul's anldientd  eqieutsro eiht deys ee panotrei r'luœrv etel s proposé d'étudm à y se,xue ec via  re,umést,enj tnod sius em eoitrs Lereîtmas sens critique; mia s'cse t àeRan ldevia  Me,heic telT teenia ud iquesophine , TanenateR ne sd suait lehenqmat enes ud éuolihp sndirébaelul socsn été fai qui aitorrel snon ev sue iv platea atntc;e'qieurctid  ee quTainhez st cmed tuaf li'uq nnsçoles der deandnaml rees eterc qetilu'au fdet  t'cse t àiMhclephilosophique, enoc enu' noitpece nciesc dom nauh'sirel  eneotriour te ptitucons qès lueseripr ane epertûd trtê re aurail'histoiitnod  eocsnitutree ttcet enemquigoL.éssap ud noectisurrlaré de  ntesioialv d  esius aéeuendte é issua ,elarénégssi , auondeprofeculuq eR ne ieddeelou Cngla; essiamuel fe rtrof ne me semble pa svaio rnu eoptr reuqitirc :xuap, nsioitadtrs lee  tnestcomueldségags; dfaitles te eciM  ,naniaTis'hirtolehe Lt.opest or eesp ors princiis objetgésielrs ;erestnifiqientqui ues eR .éssa tse nana  lrend paue vi eed scaitno suher la philosophitnarsel iol cs sinma eesdén uvcoeur.réaten ctorih'sielltcieh,eM ic Metn naRee qu etuod snas noN en criti'historillneecl ap rxeeclohiphsorito penl ensih',euqiaT férendifou ires  e'nsic  ;amtnseui liephsolohi pègnarté tnessuf 'est vance. Il s relp erét'dvaio eenesllt ess paas trof 'uq iatéd a'nestev scrih écrpourune ire  ne reimu ecnarF lsélitiumoc despmol iémhtdoqieu des sources oritsiherionég laré re,omecndma'eél.noitiduré snas reoisthid't inpo y a l'nuqi'mr éaffi et les,ginail etrebg endnaravt  uecsee airvq 'ulis noantîer fautrec Mais il'iedmmhotinagima'c euq t'l tiatéi amainss, eassé sam éedua xétirr eularevetit  etiad ed ruellav ritique qui décinop ul suq eelc e  d sla besesasotsiuqirneich eca méthodeet de leua ruia erctiqi. essépoé étt ent ertê-tuep siaMque ritide crop iholedp or ptet hposa eiiaruap tlyral'sédaau cceértairec ;eptuê-tre était-il néc,eriasseuq ruop elchMie , ût pet ezÉocmmle ,céihflersouf les sur aavlleééh sedl tsdesséc ossemened rahc er sitêvatphle, e  dsaJotid serp e'lred nétrs pét leir e évartne sap tûfe  nilu' qe,vie  et les distinctaplrses rcpuluseni, ar pes léd dsnoi ud tirceuqidu sses t. Cavanno scuitruueirogtiri clalat eequ tse'n e euq sap Christirient au sedl O'erilignoe,ales dtéeror mal ebil sserd fiprogsor l'esant véléemr losiysbme stvan  uui lurop tiaté eriotsirola.eT uoetl h'leine autonomiemmoh'v em srep alol vtaone ir ldeedtnoriv eteeill à lsionis pa fo,étilatanecsa'l on ctéer flae tr,euqiuq mys ilobes dhi «n  entfoc notstiitleqsiur valeuruent leu emmoh euqahc snenss etsaitrs leacarti s saf eel, daquesistictérc', t esissa dir snaqahcé euuqoption française.Ércri e'lihtsioer de,rmfoéf Rlae l à emroulovéR ame, anishrisdu Csiemitna aéRà l  pitrasee ncserép ne tnemetiutros ri plue lae qutavisnrtédomul sthynecèsr pa slainag euqprocro ses mis fts simpl'dléméneihimuq eal ed no;étirév ém dlai tirastoncuitrpdou' nnod même de  la  quemmoCal egol euqi lder euplem. oieié attip uo rul pour Taine,la vne tppmeevol eédé étanit'humde ll xuey ses à tiaib llae edttlua d a'avcnxelcauticonceptie toute ifit euqs noneicirto Le. ldeis'hle dt elit uonna irgens p alnaed'a l àceieomonuteniamuh elle'uq goureuse desanalsyse .aSp iholosiephis hritoe quiatéis tgav e euritéa vétori hisels ul iedl ne snuves ens rèaps sel suotirotsih ndément son inflreo tnusibp orofe in pentiarlicu;euqneR e naaT tacité'ovsil  ,amécorun dl d'l'œi-epmort el sap toi snee aloc lurépc eh zdavélepoichelet elles. Mesohér s ,stc ed vesaniv dontr'êq tiorc iv al eu tussoe ses teouamdn ledtt e eecrrecrésu. Iltionleutc elemmoeiv ysphueiqa , s se sofmrse ,iv eomrale et intellecfae  dut burpoa p el erviver erimme , coe.Siuencni e ,aTleteiMhctiec dfss débjsunoiti'uqid eaniv n'est passé, cesep oréciotnà d t ai fdettlot anc euuq e li'va ydans ses conceptte'dniusffsina t pnes ueâtysalarihp snoiqihposoléatre cr Sonice.s  ap saascnupsi .»srueHhpareuqi iesogdéogérphlyens icne tvaiaut Micheleeusementnoitiutni enu tee idol sezss aceruq  éopapssd  uanéepontez s asssee ltsec ohes sdu passé avec deoc sueluq srd iuneon lntll'iiousl  a nedti.éérlaest  Il eul le samor sed seuqitnui qezchleouac lt profon instincei ,asp  dedalv e  dmpsyssuiceand se snoihtas ,ere, nnaiisiode vsid epmrno tul ie  detr negima'immoh sel rertnomtions trop absol stes sea ffriamuratumehneait  e,seutum  élin ala paine s, prfoiimintére ,aTtsse ensioatvesiesxcs ses racifilpmitud veneotri eepns l'hisconditiohtém edoeuq  ellncieete  uirscne ,litnseivaves s cho leséchédess selleuq snad érntmot anrtou p ailpxitac snopmiss le pdenohénemè socpmelex steà  affirmer au nomxorppa ssnoitami iisma, ai lsel uotrsspelaelna ttentr à es eer d llaiqogmmtat eniofes ,s .eutuoTîné par i, entraciitnodses socvnmaueiqog llae  d snad euqitaméhtù lane oomaiun docsnne td mév eiuscae  dd't  eesenîahc eeinifni ire istoe uncommtit  lovl h'uoetcenéaisss,reti ed tnp seudor stins des hommes soc moeml sea tcoied euq etropmoc net  eteacexine eicn ecs tnu ,seales morncesscie set selmmocuoteoist, ree quhil' sodtu eantîs naIl reconeffets. roeiihts lrc.nI à unoit atiqe sta li'uq c engissis mmeoml' àonsisil  aimese  ncation de ces loissiolte ;e'c l tsdéa uvcoteerpu, pens il ire;istommse soh eel euqepunà e êm mete h'l ed eigolohtaatomie, à une ansyoiolig ànu ehpe unnady eueà t laic ,seuqimos erveie med'untre epniu  n rtetaueuttour sîtrapae m ,ecnassiup ellune pénér, avec uo rvaiog ardnp nssaga éérncé itu teisentart noiarsisev caètc ra détles,né lermitidnoc s ed snoi lets reiera vesroqieu .lIa c rila critique histo enal ùirc uqitnscoitcr dleaiometiaf tse ne's eiqitcra  lst'e.Cttarreemiup euq r enernedisc de sem  erueuq euqltoise irnsda'h lue ttêerecq iup e scienc objet d qcedee tees ruiod ud ared eniamrt e l'a la t deceutocjneRaner . qn, suist'eon m,értiul sua  ,isdans son œuvre hsiotiruq,enuc ér gesérénerrn d às arob eelleved , et qu'e du motsnp orrpeca  uesréétén preêtt oid elle siam ;seltiel parquesophilisosnhptaoilasid ertua' tnasulpur auna ar ctèacitifuq,ee  tleele d'esprit scien eédi'l niaT euqvadaa erdee agnts  eleelorhcarppntifscie qu'iquep ue tofq 'uleella scienurnir à viusp erd no tioriuvcer r oucodéimeneté émirl  ed'avine e Tant dolihp al à te ecst'ercCa. iephsoce et celle de piholoshpei .lIe r oienidfitilaé ton  nois edneicndraeviefici diftnu elemicneens isra vstleabblemih'leuq d eriotscritiqueination losiemd d  uysbmreoiet, l'e sthi
PRÉFACE
tanté auporta apeds e  tattcd  enaRee qué itacagvid ettec snad nuqi'slc racaétirsent un état soc laiu uoté nd tame'âPe. onrsn'neue-x.sC no tic'nne vqu'ur syaleueuqilobmia ruop redii nse  cen, d xuenu'ég sarénacarretè ade cuxitucilreiastp raqu'aux f époque euqilpparuel no'que qutiri clas itutc re sedp ulorde acc qui, etntmedes a  ladtrd tn sna selucod, mais aussi dantioi nihtsroqieu tseesat qcet ouianidroaciléd er nonain,leme seuy a 'uliectr'dniissai qu, térivértxe enu ceva tis leoute à tiblel  a sednaec sunruscleput,fee  l tirsnesnu'dpse  ce qui pothèseseve  nfe's yrtuon sli ;etneiov ean das phys ses l a' etearribrtins le datoir'hiscca'resui'd ortnirdua elntfasiaidaevsriaer senm anquent pas de leS str .d a' nteatioivinde dct, at ed tnemélé nu, meisivctjeubes eaptrd m-mê enuque ellela critid er snali ,tne om dneai drscee e qu dirdeho'en ia s;sm o éslia esglrès vetisipo'd ,rûs ed sèrpant opérer à coupeitnfiqieup ueevobl'rvseioatscn ih erotseuqi te 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi