Revue littéraire de l’Allemagne (tome 25)

De
Publié par

Revue littéraire de l’AllemagneXavier MarmierRevue des Deux Mondes4ème série, tome 25, 1841Revue littéraire de l’Allemagne (tome 25)La presse allemande vient de faire une rude campagne Depuis le mois de mai del’année dernière jusqu’à la nuit de la Saint-Silvestre, nous ne croyons pas qu’elle aitcessé un instant d’être en colère, et quand cette presse allemande est en colère,elle emploie un petit dictionnaire d’invectives auprès duquel celui de nos journaux,dans leur plus grande violence, pourrait fort bien passer pour un manuel d’urbanité.Si, jusqu’à présent, nous n’avions pas été parfaitement convaincu que la vraievocation de l’Allemagne est dans ses études spéculatives, dans ses rêvespoétiques, nous le serions aujourd’hui. Elle a deux bons génies dont elle devraitêtre toujours heureuse et fière, le génie de l’étude qui conduit par la main sessavans à travers les routes obscures du temps passé, et la muse qui lui enseignese ballades mélodieuses, ses légendes naïves et ses douces chansons. Sitrompée par les vagues rumeurs qui lui viennent de loin, elle essaie d’y mêler savoix ; si, quittant le foyer où ses honnêtes pénates la charment encore par depieuses coutumes, elle se jette dans l’arène turbulente des autres peuples, la nobleAllemagne s’égare. Elle ne sait pas, elle qui sait tant de choses, se ployer au ton deces discussions, si amères au fond, si nuancées et si modérées dans la forme. Aulieu de prendre ces petites flèches flottantes et acérées ...
Publié le : vendredi 20 mai 2011
Lecture(s) : 43
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
Revue littéraire de l’AllemagneXavier MarmierRevue des Deux Mondes4ème série, tome 25, 1841Revue littéraire de l’Allemagne (tome 25)
La presse allemande vient de faire une rude campagne Depuis le mois de mai del’année dernière jusqu’à la nuit de la Saint-Silvestre, nous ne croyons pas qu’elle aitcessé un instant d’être en colère, et quand cette presse allemande est en colère,elle emploie un petit dictionnaire d’invectives auprès duquel celui de nos journaux,dans leur plus grande violence, pourrait fort bien passer pour un manuel d’urbanité.Si, jusqu’à présent, nous n’avions pas été parfaitement convaincu que la vraievocation de l’Allemagne est dans ses études spéculatives, dans ses rêvespoétiques, nous le serions aujourd’hui. Elle a deux bons génies dont elle devraitêtre toujours heureuse et fière, le génie de l’étude qui conduit par la main sessavans à travers les routes obscures du temps passé, et la muse qui lui enseignese ballades mélodieuses, ses légendes naïves et ses douces chansons. Sitrompée par les vagues rumeurs qui lui viennent de loin, elle essaie d’y mêler savoix ; si, quittant le foyer où ses honnêtes pénates la charment encore par depieuses coutumes, elle se jette dans l’arène turbulente des autres peuples, la nobleAllemagne s’égare. Elle ne sait pas, elle qui sait tant de choses, se ployer au ton deces discussions, si amères au fond, si nuancées et si modérées dans la forme. Aulieu de prendre ces petites flèches flottantes et acérées du picador qui aiguillonnentl’attaque et prolongent le combat, elle prend une massue et tâche d’un seul coupd’assommer le taureau. Son honnêteté de caractère, son patriotisme ardent, et, ilfaut le dire, sa susceptibilité scolastique, ne lui permettent pas de rester dans lesbornes d’une polémique calme et mesurée. Si elle se croit atteinte, elle s’exagèrebien vite le sentiment de son offense. Elle passe en un instant du raisonnement àl’apostrophe, de l’admiration à l’outrage. Hier elle louait encore l’esprit, le caractèredu pays qui l’avoisine ; demain, elle le condamne sans pitié. Hier, elle rendaitjustice à vos travaux, elle vous proclamait un de ses disciples, elle vous adressait,avec des paroles flatteuses, des diplômes honorifiques ; demain, elle efface d’untrait de plume tout le passé et vous appelle un ignorant. Il n’y a pas long-temps queM. Heine faisait encore école en Allemagne par sa prose et par ses vers. Le livrequ’il a récemment publié sur Boerne lui a attiré de la part des mêmes journaux quile louaient tant autrefois des invectives que nous rougirions de traduire. Les bruitsde guerre qui nous ont tant occupés l’été dernier, les menaces de propagande,quelques lettres écrites sur les bords du Rhin par M. Frédéric Soulié, ont fait sortirde l’atelier de la presse allemande toutes les paroles haineuses et envenimées quenous croyions profondément ensevelies depuis 1813. Une éloquente brochure denotre ami Edgar Quinet a réveillé, avec toute sa fougue, l’esprit de la vieilleTeutonie. Pour peu que cette effervescence allemande continue, les choses enviendront au point que nous n’oserons plus prononcer le nom du Rhin, chanter lachanson de Claudius, répéter les vers de Byron, ou jeter un regard du côté deJohannisberg, sans être véhémentement soupçonnés d’esprit d’usurpation et depropagandisme. Le mieux serait, si nous voulons avoir la paix, d’effacer de noscartes le nom de ce fleuve ennemi, de rayer dans notre histoire les jours où il futfranchi par nos armées victorieuses, d’oublier qu’il existe, qu’il arrose une partie denos frontières, et soupire au bord des provinces qui furent à nous !Dans cette guerre engagée entre la presse d’Allemagne et la France, nous avonseu aussi notre part de récriminations, nous humble explorateur de littératuregermanique. En voyant avec quelle animosité les journaux de par delà le Rhins’emparaient des deux derniers articles que nous avons donnés dans cetteRevuesur les publications de l’Allemagne, nous nous sommes demandé d’où pouvait venirtant de colère, et nous nous le demandons encore. Avons-nous donc d’une plumesacrilège attaqué les grands noms dont l’Allemagne se glorifie ? Non, nousprofessons pour eux une sorte de culte et une profonde admiration. Avons-nous niéle mérite des vrais poètes comme Uhland, Ruckert et Tieck, des vrais savanscomme Grimm, qui restent encore à l’Allemagne ? Non, et nous en appelons autémoignage même de ces hommes qui n’ont pas encore oublié, nous en sommessûr, le jour où nous allions pieusement les visiter dans le cours de notre pèlerinagepoétique. Avons-nous mis en doute la science des écoles, l’autorité des universitésallemandes ? Non, nous nous honorons d’appartenir nous-même à l’une de cesuniversités, et nous n’avons pas coutume d’insulter le lendemain ceux à qui nousdemandions des leçons la veille. Enfin avons-nous calomnié le caractère de
epticisme profon duq i atépénead cdusslaisic ;me ua ilimd uecs ut to sonesdeus lpeérxur na sestn Ae.rigoem Lsiine reicreytapuD t nuart earuteru e, en scaractèr à tnnodrehcnehc lretéit àerot nB-ueniet ,aSmrlaand,ge SGeorve, énna seuqleuq tnnot ta éreot neserutte ,enu nol reendes it lratéueesd sed viregsification minutiu tneiv ssalc enilam fdeisPu. le eterolaiv el  ayantappu lam surple  luserns lvéap aoc scnarn eont la Fs noms da l  àedac rliy , vetiuctrnstiorf senredom snoitoduce pret durs uaet ediltsug e iueaqchqunttansrg euqleerre evau quur oe plelqutn eiaasir ehtoémeomerntes lôt n ,ern li ne tsepas un où nous n ertuoevirno s àbup esiaçnarf er dntmeeméc réeliucieseernud na spopulus es pls l ,sd rap eJ?nerpne ungloemexe,pltrtaoi neud siesittératusur la lislbp somiga ede qurangsoitil  sulp seertsullile, erin lmsnos amng,ee  tj yrtlaires de lAlleitacl nolp atésuveoua  lasclfisiplus la turea naedl ni sirav scétécae êm mlas and ségnar eésoppoue les eniveau qa  uêmem slpcasé es,let diméreocp se sulirpsl stainsmalsets  sujotffdnseegus( nunfrei qus onxileed puocuaeb emrexcellentchoses eeld aremseD.na sM.s as J ,e)ai m tir sed nimcé a t às notê ealt écode ldéalle irotciV ,te oguH d relf Anyig Vdeené ocelr aéiltse dont M. Vitet etsiiam,ne scaf de x eu yil u atsuC ed .MM ,srumœe  danom rles D.naattnséneerrpipalrincle pest  uepsèrpnega à t, rertpaBrndkèuc,eR yaomoSvusertzac, E. ine, Bal lk,oceKrivofae gnar reid luaP .eurshonnprem du a qe ,xeel sou , pis qarl uetimoof e ,sin ejas eest relégué cettd seA llmenasd ,irenet, eréguvsoété rcs iuq tno ment recupuleusetee rngeeuliil sllA lar péstrisoçpuos eJ.engame de teurlaunne atitssre eidecttd nortênu e ed s cemadégugo lestiétarriseuq ies plaisent à portol al reriarga i lnsdae aiom desedl en sioer algdépo, à er luillrv.eA ni relp uaour doteeriche pamaLnitr.M e ed lyce dn, lsiJoe  e ;amlbeliadilyune  queste, neB .M ed ,aihcsIde rlPea  lisma un livre admiraenidtcd O,se tsueiqes dan cquti,elbvel  iartnaclfreM. A Vigd de elsed  r !mauoèrphostméf rdee d tiv ynaenu sna Pdee dénéAr, negoluoB ed niuodeer,tsaotrStettcodes al Wtuotèrp  boc tsenoble, Ht de GreB raigen ,teM .Med ruetuD-ertoN quesprt halaà e lboi eib eaJhplide Pame  ; larisniolaD .l snor ebef,coau pups luiCqnM-ra staetniman historique,  pas estagnelleml A eedarritiét lleècsid angre l euq tid snovasici. Nou ? le voerc iremem? N toreotri c enc nstO .sod ùnamreuqiuq e n ;imlled st lioneatioimital snad tcudart usple  duspln  ed  eégin,et moebe par des œuvreslli,rtsuan érèug ;séue qe  cyspa,noN ? engamellA caus onavs ou néil olnm sacn-uodelère racte caal siev l senoçe ainnsvoe.llnf Endions ddematapios h desèrlialupopseeg snoitertues vmests do,sl qieuuœsrsem ou lleé abshuditt sehcuoetnal ,sontraire, sans cseese  taptruo,tai rdee eque,llberk ,es emm sedournaux, de sesjlagoeu,ss sec tammcot enssai nuiq semulov sel sus covelienseont tes el sasgi eedp seecèime snurpleelets utto lesalF arcn e :onsutés seulement à t ed ser ,ertâéhs see  doirtperéet st uoonvuel s lestousans, romts emeipedc  eavn est bire, il em iutirép neq uentmen iot ene unem sovuld  eeisrque  chantésenfaid sel rap eénnas ceinovpresrsvetranche donc du onbmermiemsn eedes sub pcaliontiil srétteriaot seusesérilAl.Si ng eelamue tenv oqus pa cusnon uq ,eiorer ellees, cettspompeuslAelamng eejnu es seéeiddevie  dhp sesarap sed rm, qn nor sor paer sa tutneriue,usqui pn,fiene eleppal tuaf li eney i tnorudsiant les moquerieiuq térp dneégérrenélr leAlgnmani siravetxuavin sup qui au pléeloV ed sc ,eriatéiplteetécde adnovaso s .evsuoNusplra guceap ouice tsb  tecul-ipable, eendu couellevuon elocé ettcel eiguorn sod  eemtnvierlneans er dtaqué atsies tont outienriafon e ertfnoclu restera.Pour v reorsnc  euq is ou nus resmmsomirc ertontnod eencoons n aure un uorè,euore svareoigle  dnttaisorpér suon euq ,vaintte s ceuvonilttss ef ua etentdoou tatére urlani étiletgiro à outraconsisteasnisei eg rel siduts ems te xuersœu mesesrihé cv yod sesr; gauet pacesque rce suonuov oirdl snvoa  pirsiererstd na salv io eùo elle sest acquomsn sianeuo euqparcest . Ciétécarac iarv nos cve aneagemllA l,rs sen g ardnuesa vraietère et tuotmoh séré ed nsvaén vsdomsae nieuingédansses iellemvrro tsef d, ongiete drorsyap nu iler ed ouvert pour son d merola,ea d cénibie sm letmpiérgatnem el ocaj, etllerlque queug el noerd eltt, owzkut Te,ubLatdnuM .hüD .dÉ ,e invective des ojruanxud  eMMG.à f usnott aerireuq euqluon llevaruttiétall d  e saunde,lemareals noinipo erton eltuact taé lurreno s àc noitunnchementdire fraj etitsued stec et, usnocafiontir el suonoicremeimandt  Né.itoss uop sat naelévousne, nionsaurus sl rellAngamrndersiert aleicrétiséd na son sormulé tant de v fas pnsioavnuson is ,euq erid ouluen va biom, edn uq enn u tocou ness euctner  el adér,edstnodl de Dren journaapss.éU édsed  ue trcoà enmmr te sesrvile sees ts journaux commee ll eevtub eicnunt esi fas dee sesselbillA sed ds, emanousvsi nno suoilm teonsuneiaad tsniaviv on cnuti cnsteetccputaoileelrpoémêmes qun deux-elleuq snemegujra Flar suteor pll etie- ?aScn ecrivos ési nque se-tleelb ei nûseson caractère, p edafra eti sed drelae ec rtutid  eer,stiétasl  sess dentiè frod servud te tra, retura œes sdet lespriller, eelà é evs  iaficpas onrlnduaou natirqelbs tiri illem lAMaislff. .oW.LB-O -. e.Mst etélibitiepscus al tnod ,enga
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.