Roland Brival

De
Publié par

Cet ouvrage offre une approche originale sur le métissage dans l'oeuvre d'un écrivain martiniquais peu connu du grand public. Il fut le premier à focaliser sa créativité littéraire sur le personnage métis, quasi « in absentia » de la littérature antillaise. Cette étude analyse le métissage sous l'angle de l'anthropologie, de la culture, de la philosophie et de la littérature. Les codes et les créneaux des grands mouvements littéraires antillais sont transgressés pour révéler que Roland Brival donne naissance à sa propre mythologie du métissage.
Publié le : mardi 1 novembre 2011
Lecture(s) : 23
Tags :
EAN13 : 9782296472617
Nombre de pages : 180
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Roland Brival

Métissages et identités caribéennes

EDITIONSL’Harmattan
COLLECTION«ESPACESINTERCULTURELS »

Directeurs de collection :
EmmanuelJOVELINetClaudioBOLZMAN

La conjoncture mondiale dans laquelle nous vivons rend la
question des contacts et des relations entre les cultures plus
actuelle que jamais. «ESPACESINTERCULTURELS»,
collection del’Association pour la RechercheInterculturelle
(ARIC),créée depuis 1995, vise à prendre place dans la
confrontation d’idées et des débats actuels, en privilégiant les
perspectives pluridisciplinaires. Elle publie des travaux de
qualité présentant des descriptions et analysesderecherches
interculturelles, desarticulationsentrerecherche et pratique, des
réflexions théoriques, des synthèses, des monographiesetdes
actesdescongrèsetcolloquesdel’ARIC.

La collection publie des travaux traitantdes thèmes suivants:
Les phénomènes liésauxcontactsentreles groupes
socioculturells ;esconditionsd’existence des sociétés
multiculturelles ;l’articulationentrelesdifférents niveaux
d’approche, etégalementdela confrontation internationale des
pointsdevue, des théoriesetdes pratiques ;lescontactsentre
personnes ouentregroupes sociaux seréclamantde cultures
différenteset processusde changements individuelsetcollectifs
résultantde cescontactsau seind’unesociétéoud’unEtat,ou
entresociétésetEtatsetc.

©L'HARM ATTAN,2011
5-7,ruedel'École-Polytechnique;75005Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-56228-8
EAN : 9782296562288

Yolande Aline Helm

RolandBrival

Métissages et identités caribéennes

L’HARMATTAN

Comité de lecture

Michèle VATZ LAROUSSI(Université de Sherbrooke,
Canada)
Tania OGAY(Université deFribourg, Suisse)
AlineGOHARD (Université deFribourgSuisse)
Claudio BOLZMAN(Haute écolespécialisée de Suisse
occidentale-Université deGenève, Suisse)
RenéMOUKONKOLO(Université de Tours,France)
Mohammed LAHLOU(Université de Lyon,France)
AnneFrançoise DEQUIRE(Université catholique de
Lille/Institut socialLille Vauban)
HédiSAIDI(Université catholique de Lille/Institut socialLille
Vauban)
Gina THESEE(Université duQuébec, Canada)
EmmanuelJOVELIN(Université catholique de Lille/Institut
socialde Lille France)
Mourad KAHLOULA(Université d’Oran, Algérie)
Fabienne RIO(Université Paris8, IME, France)
Aissa KADRI(Université de Tours)
Anna ELIA(Université de Calabria, Italie)
JeanFOUCART(Haute Ecole Européenne Charleroi, Belgique)
ReinaldoFLEURI(Université Fédérale de Santa Catarina,
Florianoplois, Brésil)
Marie Antoinette HILLY(Université de Poitiers, France)
Geneviève VERMES(Université de Paris8, France)
Nicole CARIGNAN(Université duQuébec, Montréal)

Tu as coulé ta vie comme le fleuve coule
ses courants, à la fois libre de tes sentes,
de tes calmes et de tes tourments,
à la fois tributaire des obstacles,
que tu as su ou n'a pas su contourner,
et des écueils où les mots se sont éclaboussés,
prisonniers des rives, mots inéluctables,
vivant, entre l'amont et l'aval, l'instant présent.
Tu savais au moins une chose :
les livres sontdesbateaux,
et les mots,leuréquipage.
Leur lumière a éclairétaroute,
commela flammes'avivejoyeusement
sous lesouffle du vent.
Mille Eaux

À tousceuxetcelles qui sontautres.

Autres ouvrages de l'auteur

L'Eau :source d'une écriture dans les littératures
féminines francophones. Amsterdam, New York : Peter
Lang, 1995.

Malika Mokeddem:
L'Harmattan,2001.

envers et contre tout. Paris :

Métissages et Marronnages dans l’œuvre de Suzanne
Dracius.Paris: L'Harmattan,2009.

Prolégomènes

Lapensée denos institutions littéraireset universitaires
est menacée de"lobotomie".Le conformismesocialfait un
retourenforce etcontribue au repli identitaire etcultureldes
hommes sureux-mêmes,unerétrogradation qui s’était déjà
accrue par l’attaque terroriste du 11 septembre. Notre siècle
prêchele"multiculturalisme"et latolérancemaischarrie du
sexisme etdu racisme encontrebande.Vivre en marge des idées
reçues, êtreautreest encore perçu comme une menace : si nous
progressons dans le domaine des sciences et de la technologie,
leretour vers uneidentiténationale bannissant l’autrenousfait
régresserdans notrehumanité.Lesadeptesdel’identité
"comprennentbieneffectivement quel’ennemi, c’est lelangage
et l’histoire, ces spectres qu’ilconvientd’occulter" (Laplantine
& Nouss,Le Métissage,142).Ainsi,ilestd’autant plus
essentieldenous "ré-humaniser"etdenous tourner versdes
penseurs qui véhiculent undiscours marginal,unepensée de
l’autrequi ne cesse denous surprendre.Car,sesoumettre à
touteorthodoxie, ceserait "Perdrel'Art" (Gide)et stériliser la
pensée del’Homme.

Depuisdes temps immémoriaux,on ne cesse de
s’interroger sur ses origines. Cettequestion préoccupe d’autant
plus lesécrivainsd’anciens payscolonisés:revendiquer une
subjectivitépropre,tracer ses "rhizomes" (Deleuze)etexprimer
sasingularitérelèventd’un questionnement qui resteplus que
jamaisd’actualité.Jeveuxdirel’urgence d’undébat sur la
question identitaire dans le contexte delavieilleFrance
sarkozyenne aux relentscolonialistes.RolandBrivalest
partisandel’effractionetdelaliberté dans son sens leplus
fondamental:parailleurs,toutdiscours métis n’est-il pas un
discoursdela"libération" ? (Laplantine).RolandBrivalétonne,
questionne, dérange...Sapenséemétisse défiel’illusiond’une
identitérassurante etdonneun soufflenouveauànotre époque.
D’autres textes ontdit lemétissage et l’ont trèsbiendit:je
pense, entre autres, àLa Mulâtresse SolitudeetàPluie et Vent
7

surTéluméeMiracle, qui constituent les plus beaux discours sur
le métissage au-féminin.Àce propos,jeretiendrai l’étude de
KathleenGyssels sur l’identité antillaise :Filles de solitude :
essai sur l'identité antillaise dans les (auto) biographies fictives
de Simone etAndré Schwarz-Bart.Mon propos rejointceluide
KathleenGysselsdans lamesureoùelle affirmele besoinde
sortirdel’"ornière francophone" pourexplorerd’autres
horizons.Les personnagesbrivaliens, au mêmetitrequeles
protagonistesdesSchwarz-Bart,portenteneux la complexité
d’unesubjectivitémétisse dissociée d’uneidentité dela
plénitudeprônéepar lesdiverses théoriesdela créolité etde
l’antillanité.

Un "Homme Orchestre"
RolandBrival,hommepolyvalent,mèneson métier
d’écrivainetd’artiste à Paris où il vit "endissidence".Né en
Martinique, cet homme aux "semellesdevent" sillonnele
monde :nomade dans l’écriture, dans le corpsetdans l’âme,
son œuvre est traverséepar sesappartenances multiplesà
1
l’Amérique, àl’Afrique, àl’Europe et même àl’Asie.Le fait
d’être exilélui permet (ainsi qu’àses personnagesfictifs)de
s’imprégnerd’autresculturesetd’en irriguer son œuvre.Roland
Brivaldéclarequel’on peutécrire"avecl’ambition ouavec
2
l’humilité des mots".Laréserve d’unécrivain (ànepas
confondre avecl’effacement)constituesansdoutesonatout le
3
pluséminent ; surelle,reposel’authenticité du texte.L’œuvre

1
Sesancêtres,lesIndiens Caraïbes seraient lesdescendantsdepêcheurset
chasseurs nomades venusd’Asie et passés par le détroitdeBering 20 ou
30000ansavantJ.-C., àune époqueoù lamerétait plusbasse(Gannier,65).
Cependant,peud’Antillais peuvent seréclamerd’un lignage caribéenétant
donnéquelagrandemajorité de cepeuple fut trucidéepar les premierscolons
espagnols,portugaiset puis, français.
2
Propos que RolandBrivalatenudans uncoursdelittérature caribéenneoù il
fut mon invité(cours quej’aienseignépendant troisannéesconsécutivesà
l’IUFM enMartinique),novembre2006.
3
J’entends parauthentique etauthenticité, cequiexprimeunevéritéprofonde
del’individuet nondesconventionset habitudes superficielles.
8

brivalienne est sous-estimée enMartinique eten France;
4
cependant,François Busnel, critiquelittérairerenommé,le
décritcomme"leplus grand écrivain martiniquais":
[RolandBrival] s’est engagé depuis quelques années sur
la voie de l’excellence. Rien à voir avec cette littérature
créole, volontiers baroque et crépitante, qui fleurit à
l’ombre des tamariniers sous les plumes de Raphaël
Confiant ou de PatrickChamoiseau.Brival est un
Martiniquais de cœur qui s’est épanoui en métropole.
Son inspiration, il la puise dans les villes : Paris,New
York ou Venise.Depuis deux ou trois romans, il rompt
avec l’identité, qu’il dénonce comme actrice, d’une
littérature caraïbe (Bulletin desNouveautés duMinistère
desAffairesÉtrangères, n° 9, juin 2002, 50-5).

Eneffet (etceciexpliquerait -en partie du moins - son
5
manque depopularité), Roland Brival seréclame detoute
appartenance etd’aucune.Écrivain prolifique,ilcompte àson
actifquatorzeromans historiquesetcontemporains, des
nouvelles, descontes pourenfants, des poèmes qu’il récite dans
un spectacleintituléBiguineBluesainsi que des piècesde
6
théâtre.Les tenantsdela créolitégardent lesilencesur laprose
brivalienne,maisattribuèrentàsapratiquethéâtraleune
richesse déployéepar uneoralité créoletraditionnelle(Éloge de
la créolité,35).
L’œuvre brivaliennes’inscritdansdeux périodes
distinctes ; si ses premiers romans (dontMartinique des
Cendrespublié en 1978) sepenchent sur lepasséhistorique
esclavagiste etcolonialiste,son roman,NoMan’sLand(1986),
marqueunenouvelletrajectoire dans soncheminement
littéraire.Ildécide depratiquer unautretype d’écriture et le
formule ainsi:

4
Busnel mène avec brio l'une des plus grandesémissions littéraires,Notre
Librairie.
5
J'examine cettesingularité dans leschapitres suivants.
6
Roland Brival performe àtravers lemonde et il réciteses poèmes
accompagné d’un (e) violonisteoud’un (e)contrebassiste dejazz.En2007,il
ajoué cespectacle àl’occasionduSalonInternationalduLivre de Taipei.
9

[J’ai quitté] le roman historique pour le roman
"contemporain". Effectivement, cela m’a coûté trois ans
de travail, de remise à nouveau de ré-appropriation du
langage, mais ce type d’exercice [...] polyphonique [...]
appartient au futur métissé(Entretien avec Paola
Ghinelli, 78).

En effet, RolandBrival écrit l’Histoire de son pays (les
horreurs de l’esclavage et le génocide des Indiens Caraïbes)
avantdepasseràune autre forme d’écritureromanesque avec
No Man’s Land(1986) ;Roland Brival y meten scène des
personnages métis qui questionnent leur condition humaine par
rapport à leur île d’origine, mais aussi dans l’au-delà, dans un
ailleurs, en sillonnant d’autres terres et d’autres mers.L’œuvre
brivalienne coïnciderait (en partie du moins)àla définition que
MichelLeBrisdonne dela"Littérature-Monde":
[Une littérature qui retrouve] son ambition de dire le
monde, de donner un sens à l’existence, d’interroger
l’humaine condition, de reconduire chacun au plus secret
de lui-même.Littérature-Monde, pour dire le
télescopage, dans le creuset des mégapoles modernes, de
cultures multiples, et l’enfantement d’un monde nouveau
[...](Pour uneLittérature-Monde,41-2).

Cette descriptioncolle àla"peau"des textesetdes
personnagesde RolandBrival,qui pratique cettelittérature
depuis prèsdetrente ans.L’auteuret ses protagonistes sontdes
dissidents:
[...] je suis de ceux qui pensent qu’il y a un caractère
nécessaire et extralucide dans cette folie [dissidence],
parce qu’elle témoigne d’un impératif éthique
irréductible au réalisme [...]La rébellion, la résistance,
la subversion sont des moyens nécessaires pour une
révolte de nature éthique"(Morin,Introduction à une
politique de l’homme,340).

Said
10

Les parolesde Morin renvoientaudiscoursd’Edward
pour qui lamarginalité et l’exil sont sources

d’enrichissement et de connaissances. Roland Brival met en
7
fiction leMétis,"tabou" parexcellence et porteurdes stigmates
del’Histoire antillaise.L'auteuranalyse avecluciditéla
complexitéidentitaire duMétisdans uncontextehistorique
éloigné etàl’époque contemporaine.Le Métisbrivalien, figure
emblématique, dénoncel’ostracisme du passé etdu présent.
Selon l'écrivain,lemétissage estavant tout une"prise de
conscience"et l’Histoireun "pré-texte"audiscoursde
l'Homme :"Aveclaquestiondu métissageintervient lethèmele
plus grave del’histoire dela conscience, celle del’identité.
Qu’est-cequ’un individu ?Où résideson identité?" (Toumson,
Mythologies du métissage,10).Le discours sur lemétissage
biologique etculturelestainsi lié chezRolandBrivalàune
déclaration philosophique, àun "nouvel humanisme"aux
antipodesdel’humanismeoccidental quiamis l’homme blanc
aucentre du monde; transcendation quiapermisdejustifier
des idéologies inégalitaires qui ontdivisél’espècehumaine en
catégories inférieureset supérieures (ibid,223). Faireune
œuvre"métisse", c’est, évoquer ses propres souffrances, en
dénoncer l’origine,lever lepoidsdela culpabilité, accepter le
pardon,pourensuitesereconstruire, assumer ses propres
ratagesetaccepter l’autresanschercheràle"convertir".Le
terme"apaisé" revient souventdans les proposde Roland
Brival ;cependant,son œuvretragique etécorchée commeses
protagonistesexposeun univers impitoyable.La"viescélérate"
est une curéesans merci:l'écrivain vajusqu’auboutisme dela
détresse amenéepar l’aveuglementet lasauvagerie des
hommes.Il met "en pratique cette conscience [...] dela
familiaritéindissoluble del’humanité" (Polet,"L'Atlasdu
Monde",129)etdesconséquences qui participentdel’absence
de fraternitéuniverselle.D’aucuns reprochentà RolandBrival
des'accrocherauxfantômesdel’Histoire etde"re-produire"

7
Si les personnages métis sont,pour laplupart,originairesdela Martinique,il
metaussien scène des Guadeloupéens, Jamaïquains,CubainsetHaïtiens.De
plus,son métissageneselimitepasaux îlesantillaisescar il seprolonge dans
d’autres lieux:l’Irak,l’Italie,l’Afrique,laFrance,laGuyane etc.Et,les
Métisses (blanches)de cœurabondentdans ses textes.Lemétissagepour
Brivalest plus unequestionde cœur que desang.
11

des stéréotypes liés auxMétisantillais. D’autres s’accordent
pourdirequele devoirdemémoirenepeut s’accomplir que
dansceretour.Monétudes’attache àmontrer que Roland
Brivalfaitéclater le clivage Métis/Noir ; sesMétis partagent
souffrance et solidarité avectous lesHommes,quelles que
8
soient leur "race"et orientation sexuelle.RolandBrival met
fin,une fois pour toutes, audéterminisme, àlasupériorité d’une
"couleur" sur une autre.Ses romans proposent unemultiplicité
devoixetderegardscomplaisants ou meurtriers, certains
anticipés, d’autres inattendus. Ces perspectives plurielles
confirment saprédilection pour unephilosophie del'Homme
universel.

Problématiques liées au métissage
Jepropose,pour unemeilleure compréhensiondemon
étude,un récapitulatif des originesetdelapensée du métissage.
Si la composante biologique enest lamanifestation laplus
évidente, elle enestaussi laplus trompeuse.La couleurdela
peau,quijoueun rôlesi importantdans lanotiondu métissage
"biologique"etdans les préjugés racistes,nereflètepas tant une
"diversitégénétiquequ’un phénomène de brunissement
progressif del’épiderme àmesurequel’on va duNordvers
l’équateur" (Kahn,"Génome, biologie et racisme",405). Denos
jours,letermemétissage est lié à des notions intellectuelles ;
malheureusement,ilestaussiaccolé à desconceptsde
marketing.Ainsi,lesignifiantet ses signifiés,qu’ils soientde
nature biologiqueouculturelle,posent problème : banalisé,
9
galvaudé et vulgarisépar les médiaset lapublicité ,ilfait

8
Brival, contrairementàsescompatriotes martiniquais,meten scène
l’homosexualitélatente :ilaborde aussi unautresujet tabou,particulièrement
aux Antilles, celuidel’inceste.
9
J’ai notérécemment uneillustration "banale" mais révélatrice del’abus que
l’on peutfaire du terme"métis". Commes’il nesuffisait pasdéjà de
répertorier lescheveux selon les "races" ("caucasiens"et "ethniques"),un
coiffeur parisienestalléplus loinencore et sespécialise dans lescheveux
"métis" refusant toute cliente dont le cheveu seraitde"typenégro-africain"...
12

aujourd’hui l’objet "d’unconsensus mou permettant
d’amalgamer un peu n’importe quoi dans une perspective de
globalisation naïve" (Montandon,"Préface".Métissages
littéraires,Dir.YvesClavaronetBernardDieterle,7).Le
synonyme de"mélange"courammentattribué au signifiant
"métis","charrie desconnotationsetdesaprioridont il
convientdeseméfiercomme delapeste" (Gruzinski,La
Pensée métisse,10).Mieuxavisée,la critiquelittéraireoffre des
pointsdevue divergentsetcomplexes sur lemétissage.Selon
10
NellySchmidt,"l’histoire del’humanité est un métissage ad
infinitum: [...] L’histoire des hommesfutaussicelle des peurs,
du refusdela différence, des rapports inégaux séculairesentre
dominantsetdominés" (Histoire du Métissage,11).Nousavons
"tousévolué, depuis 100 000ans, àpartird’un petit nombre de
tribus qui ont migré depuis l’Afrique etcolonisélemonde"
(Annas,"Génisme,racisme et génocidegénétique :vers un
traitéinternational sur lapréservationdel’espècehumaine",
398).Le chercheur sénégalais CheikhAntaDiopavaitdéjà
démontrélapréexistence et l’apportde cescivilisationsàla
Gréco-Romaine.Ilestdonc ardude définiravecprécision l’
"origine"biologique del’Homme.Ilen va demêmepour le
conceptde"race":Claude Lévi-Straussdéclarequeles
anthropologues nesesonttoujours pas misd’accordsurcette
notionfloue et quesaréalitéseperd"dansdes temps si reculés
qu’ilest impossible d’en rienconnaître" (LeRegard éloigné,
21).Detoute évidence,larace est unconcept socialavant tout
et non scientifique :
On s’est tellement épouvantés de la notion de race, au
nom de la diversité des cultures, que l’on a oublié la
seule qui mérite considération : la race humaine.
L’humain est devenu, si j’ose dire, objet de haine raciale
(Béji,"La culture del’inhumain",62).

Les romansde RolandBrival
aboutissementsd’unetelle amnésie et

montrent
présentent

les
des

10
Histoire du métissageprésentel’origine et l’histoire duMétisetdu
métissage àtravers lesâges touten offrant une abondance d’illustrations.
13

personnages confrontés aux "identités meurtrières"
Maalouf)del’histoire ancienne etcontemporaine.

(Amin

L’anthropologue et sociologue,
RogerBastide(18981974) introduit lapensée du métissage cultureldans lesannées
50:il l'étudie aux "AmériquesNoires", auBrésilen particulier,
dans le contextehistorique delatraite etdel’esclavage.Depuis
unequinzaine d’années,lanotiondemétissage(dont
l’équivalentenanglais serait "creolisation"et "hybridity")fait
l’objetd’étudesconsidérablesdans le domaine des sciences
sociales.Les "CulturalStudies" ("Cultural Diversity",
"Multiculturalism")essaientderendre compte du monde
contemporainetglobalisé.Laplantine etNouss nous mettenten
garde contre cephénomènesuspectàla critique francophone :
[...] Poser la question du multiculturalisme soulève celle
des dangers du communautarisme : les différences,
valorisées en elles-mêmes, risquent de susciter le repli
et/ou l’affrontement(Préface,Métissages de Arcimboldo
à Zombi,16).

Dans laperspective francophone,lemétissage est
positionné dans uncontextehistorique.Parailleurs,les mots
"métissage"et "Métis" n’ont pasd’équivalent précisen
américain: auxUSA,onest "noir" ou onest "blanc" (toutes
proportions gardées).La conscience épidermique,prédominante
dans lescommunautésantillaisesfrançaises (etdans une
moindremesure dans lesAntilles hispanophoneset
anglophones),semanifeste demanièreinsidieuse auxU.S.A.
SelonJean-LoupAmselle etSergeGruzinski,toutes les sociétés
sontd’embléemétisses sur leplanculturel.Amsellenous met
cependanten garde contreles piègesdu métissage.Il oppose
une"logiquemétisse"àune"raisonethnologique",qui
représentel’obsession occidentale devouloir tout répertorier
selon les typeset les races (Logiques métisses,1990).Le
métissagerenvoie ainsi, encore ettoujours, aux notionsde"race
pure".Pouréviter les pièges liésau métissage biologique,il
proposeleterme de"branchement",tiré del’informatique etde
l’électricité.Ildémontreque des signifiants universels (cf.la
14

Bible) peuvent se concevoir différemment selon les cultures et
ce, sans aucune référence épidermique. Pour ma part,jeregrette
qu'il considère le métissage dans le contexte de la race pure, un
non sens, particulièrement dans une perspective postmoderne et
"(post) postcoloniale". Historien et sociologue, spécialiste de
l’Amérique latine, Serge Gruzinski est l’auteur d’un essai
intituléLa Pensée métisse(1999).L'auteur yévoquela
"dynamique"du métissage et lamultiplicationdes "effetsde
convergence, d’équilibre etd’inertie,qui ont produitàleur tour
denouvellesformesdevie etd’expression" (271).Lemétissage
estalors lié à desfinséconomiqueset politiques.Lapensée de
Gruzinski m’interpelle car, d’unepart,il nese contentepasde
direl’abominationdel’européocentrisme; ilenexploreles
origines. D’autrepart,Gruzinskyamène àunconstat
fondamentalet quej’étudie dans lapremièrepartie demon
étude :lemétissage biologique et historiquepassepar la
douleur du corps.Ainsi,si onconçoit lemétissage comme
phénomène arbitraire de croisementculturel,on ne doit pas
occulter sonautre composante.Amselle et Gruzinski
s’entendent sur unautre aspectfondamentaldu métissage :
l’imprévisibilité et la"perméabilité".L’œuvre brivalienne enest
l’illustrationfrappante : elleseplace, eneffet,sous lesigne de
l’incertitude,une caractéristiquequetout texteunilatéralet
cartésien récuse.

11
Unanthropologue,FrançoisLaplantine , apporteune
réflexion novatricesur lephénomène en perpétueldevenir
qu'est lemétissage.Ila co-édité aveclelinguiste et sociologue,
AlexisNoussdeux ouvrages:Le Métissage(1997)et
Métissages de Arcimboldo à Zombi(2001).Seloneux,"La
penséemétisse [...]s'oppose à,ou plutôt suspend cequi
identifie, fixe,stabilise,résout[...](Préface,Métissages de
Arcimboldo à Zombi, 8).Laplantineprésenteune étudequi
relève comme biend’autres (etàl’évidence), ducroisementdes
cultures, del'anthropologie, delasociologie etdela

11
Sapensée,quelquefois "élastique", a cependantet grandementalimenté
mon travail surBrival.
15

topographie ; l’intérêt de son discours s’opère dans une
dimension psychanalytique, éthique et philosophique.
Métissages de Arcimboldo à Zombiest un vaste répertoire de
634 pages indexé par ordre alphabétique et constitue ainsi un
ouvrage de référence indispensable.

12
En 1977, RenéBdéveloppé la théorie de laarbier a
transversalité dansL'approche transversale, l'écoute sensible en
sciences humaines(1997). Sa méthode est basée sur la
psychologie psychanalytique, les théories de l'analyse
institutionnelle et les philosophies orientales : elles amènent à
formuler une réflexion fondamentale en sciences humaines et
qui fonctionne sur les modèles du "métissage créateur" et de la
"reliance".Lapensée du professeurBarbier m’interpelle carelle
estauxantipodesdes théoriesetdiscours proférésdans les
"laboratoires" universitaires où lasubjectivitéhumaineyest
disséquée dans une ambiance demorgue.Sondiscours, àla fois
érudit,poétique,tendre,sensible et humain nous rappelle"qu'il
est tempsderedonner vie au motamouren sciences humaines
[...] à conditiondelaisser interférer lasensibilitéspirituelle des
autrescivilisations" (ibid.,289)[c'est moi qui souligne].Roland
Brivalfaitéchoaudiscoursde Barbier:"Cemot[amour],j'en
revendiquel'emploiau traversdudiscours sur lemétissage.Je
crois quenous sommes prêtsdésormaisàl'entendre"
(Correspondance Helm,22décembre2008).

La deuxièmepartie,"Métissagesculturels",se fondesur
les paradigmesdu "métissage créateur" proposés parRené
Barbier.L’"immersion-métissage" participenon pasd’une
fusionavecla culture de contact,mais "d’uneinvention
13
interculturelle aucœur même d’uneidentitépersonnelle" .
Ainsi,laquestion même desa"fragilité"etdesa"virtualité"est
posée.RolandBrivalditaussi la difficulté du métissage
"créateur":"[...] Sans l'acceptationdel'autrejusqu'à
l'embrasement,lemétissagen'existepas.Cela aussiestà

12
ProfesseurdesUniversités,(ilenseignelesSciencesdel'Educationà
l'Université Paris8 Vincennes-à-Saint Denis).
13
http://www.barbier-rd.nom.fr/journal/article.php3?id_article=158.
16

considérer" (ibid.). Deux autres ouvrages sur le métissage dans
le contexte antillais sont à retenir,Mythologie du métissagede
Roger Toumson etLe Métissage dans les littératures
antillaises. Le Complexe d’Arielde ChantalMaignan-Claverie.
Les "traces"du métissagenepeuventêtreque"mythiques"et
son histoirese confond avec celle des préjugés qui ont jalonné
l'histoire coloniale auxAntilles (Toumson).Saréflexion inédite
et savantegravite autourdela double face du métissage :le
VieuxMonde dont ilest lasource et le NouveauMondeporteur
desesblessures.Cependant, en réduisant lemétissage àun
"mythe", Toumson occultesa dimension sociale et
anthropologique.L’étude de Maignan-Claverie faitéchoau
discoursde Toumsonet remarquel’absence duMétisdans la
littérature et lathéorie antillaises.Selon lathéoricienne,le
Métis serait un personnage"inabsentia",un "signifiant zéro".
Son texteoccultel’œuvre de RolandBrival ;deplus,je
m’étonnequ’ellen’incluepas lalittérature antillaise au-delà des
années70.Malgrél'insuffisance ducorpus littéraire et le
manque denuance dudiscours théorique, elle anéanmoins le
mérite d’êtreinnovatrice etd’aborder unsujet "tabou"et peu
étudiéjusqu'à cejour.Maréflexion s'estaussialimentée à
d'autres sourcesdela critiquepostcoloniale : JuliaKristeva,
ÉdouardGlissant,Deleuze etGuattari, HomiBhabha,Edward
Said, MarcAugé, RolandBarthes, MicheldeCerteau, Mireille
Rosello, MichelSerres, Pierre-André Taguieff, RenéDepestre,
MichelLeBris,AnneDouaire etChrisBongie.

De la Négritude au"Tout-Monde"
Lorsqu’ilcogite,l’Hommelucide, au plus prèsdesa
conscience,ne cesse des’interroger sur la complexité desa
subjectivité : àtout moment, ellerisque dese faire confisquer
par les valeurs imposéesducollectifsocial. Cequestionnement
estd’autant pluscomplexe etdouloureux pour tout homme
ayant vécuen "paysdominé".FrantzFanonet AiméCésaire,les
deux maîtresàpenserde RolandBrival,sont les premiersà
avoir poséles jalons pour un questionnement sur l’identité
17

antillaise. DansPeau noire, Masques blancs, Fanon dénonce "le
complexe de lalactification" : il théorise l'aliénation
psychotique provoquée par la pathologie du système colonial.
Dans ce texte fondamental, Fanon illustre le trouble et la
souffrance de ses compatriotes face au phénomène
d’assimilation culturelle et de "blanchissement" identitaire.
Mêmesi Fanonapu tenirdes propos qui, aujourd’hui
14
soulèvent, àjustetitre,la colère desféministes,ilanéanmoins
marquéune avancée considérable dans le débat sur laquestion
identitaire auxAntilleset son œuvrereste d’actualité commele
notesa biographe,AliceCherki.RolandBrival s’emploie à
mettre enécriture cequeFanonformule dans sondiscours
psychanalytique et philosophique.En 1933,sous l’égide
d’AiméCésaire, Léopold SédarSenghor
(Sénégal)etLéonGontran Damas (Guyane),naît lemouvementdela Négritude :
elle estconçue commeun vecteur idéologique delalibération
du peuplenoiretembrassel’ensemble des valeursculturelleset
spirituellesdela civilisation négro-africaine.RolandBrival
entendlemétissage comme dépassementetaussicomme
prolongementdelanégritudequ’il identifie commeune
"technique de combat".Lemétissagerelèveraitd'une attitude
plus liée à des objectifs humanistesapaisés.SiBrivalcomprend
les objectifsdelanégritude,il seméfie dela créolitéqui
revendiquele"créole"dans saquêteidentitaire :
L’espace littéraire devrait être libre de toute contrainte.
Y introduire des paramètres de conscience politique,
c’est nier la liberté de la littérature. Imposer la créolité
par l’écrit, signifie que l’on s’est trompé sur le sens de
l’oralité. L’oralité représente la parole sacrée, la
noblesse de l’homme. La faire entrer dans l’univers de la
langue écrite revient à nier cette langue de cœur. Je
pense qu’il faut utiliser le créole pour ce qu’il est et ce
pour quoi il est né : un "étalon valeur"(Entretienavec
Bernard S,"L’espacelittérairesanscontrainte",2000).

14
cf. Christiane Makward dansMayotte Capécia, ou, L'aliénation selon
Fanon(ÉditionsKarthala,1999).Notons que d’autresféministes ont récupéré
le discoursfanonien.
18

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.