Romans — Volume 3: Micromegas par Voltaire

De
Publié par

Romans — Volume 3: Micromegas par Voltaire

Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 162
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
The Project GtuneebgrE ettxo Mif omcrasegy  btloVeria5#(  ni seriour y Voes berC)tliagithporyars aw lgianche o lla gn eht rev eusert owlr.dB the copyo check f swy rohgiral ty trfober ouuncognroaoidwolnerd ing ibutistr redehto yna ro sihtnbteGut ecojPrr n odr tovomeht eg erlefile.Pe astaoi.nhTsih aeedis header informht tsrifnees gnildoushr e the  botv tr sht eei wn an whe stayoneitedt  igeanr  oon ohc tooBeD .kn. The wermissiorwtietpniwhtuo tro pton seho clyluferac era sdroion rmatinfothe ti hsrw u esivedmad anaydot noy ht htiw .kooBe eed tneedderso unw ahatdnyem  thtmod  ostthf ine mrofoitaot neht  To encourage thsi ,ewh va eomevnigeb eht ta ere.ngnit ahhtre ,are dnll hit avingn ha
Title: Micromegas Author: Voltaire Release Date: November, 2003 [Etext #4649] [Yes, we are more than one year ahead of schedule] [This file was first posted on February 20, 2002] Edition: 10 Language: French
**Welcome To The World of Free Plain Vanilla Electronic Texts** **eBooks Readable By Both Humans and By Computers, Since 1971** *****These eBooks Were Prepared By Thousands of Volunteers!*****  Information on contacting Project Gutenberg to get eBooks, and further information, is included below. We need your donations. The Project Gutenberg Literary Archive Foundation is a 501(c)(3) organization with EIN [Employee Identification Number] 64-6221541 Find out about how to make a donation at the bottom of this file.
SERVUEO
The Project Gutenberg Etext of Micromegas by Voltaire ******This file should be named mcrmg10.txt or mcrmg10.zip****** Corrected EDITIONS of our etexts get a new NUMBER, mcrmg11.txt VERSIONS based on separate sources get new LETTER, mcrmg10a.txt Project Gutenberg eBooks are often created from several printed editions, all of which are confirmed as Public Domain in the US unless a copyright notice is included. Thus, we usually do not keep eBooks in compliance with any particular paper edition. The "legal small print" and other information about this book may now be found at the end of this file. Please read this important information, as it gives you specific rights and tells you about restrictions in how the file may be used. *** Produced by Carlo Traverso  We thank the Bibliothèque Nationale de France that has made available the image files at www://gallica.bnf.fr, authorizing the preparation of the etext through OCR. Nous remercions la Bibliothèque Nationale de France qui a mis à dispositions les images dans www://gallica.bnf.fr, et a donné l'authorization à les utilizer pour preparer ce texte.
DE
VOLTAIRE.
TOMEXXXIII
DEL' IMPRIMERIEDEA. FIRMIN DIDOT,
RUEJACOB, N 24. °
OEUVRES
DE
VOLTAIRE
PRÉFACES, AVERTISSEMENTS, NOTES, ETC.
PAR M. BEUCHOT.
TOMEXXXIII.
ROMANS. TOMEI.
A PARIS,
CHEZ LEFÈVRE, LIBRAIRE,
RUEDEL'ÉPERON, K° 6. WERDET ET LEQUIEN FILS,
RUEDU BATTOIR, N° 2O.
MDCCCXXIX.
,ep  tuqeuM iuqset tme, eronrouvmahc-el-ulp al pndre pc,ur sntrou itel suap buil], gens toujoursseuqoég rtèm2[seelQu
MICROMÉGAS, HISTOIRE PHILOSOPHIQUE.
.
Préface de l'Éditeur L'immense correspondance de Voltaire ne contient pas un mot qui puisse faire connaître l'époque de la publication de Micromégas . L'édition que je crois l'originale est sans millésime et avec un titre gravé. L'abbé Trublet, dans ses Mémoires sur Fontenelle , n'hésite pas à dire que Micromégas est dirigé contre Fontenelle; mais il ne parle pas de la date de sa publication. J'ai donc conservé celle que donnent les éditions de Kehl (1752). Il existe cependant de Micromégas une édition portant la date de 1700. Cette date est-elle authentique? je n'oserais l'affirmer ; loin de là. J'ai donc suivi les éditions de Kehl, où Micromégas est précédé de l'Avertissement que voici : Ce roman peut, être regardé comme une imitation d'un des voyages de Gulliver. II contient plusieurs allusions. Le nain dé Saturne est M. de Fontenelle. Malgré sa douceur, sa circonspection, sa philosophie, qui devait lui faire aimer celle de M. de Voltaire, il s'était lié avec les ennemis de ce grand homme, et avait paru partager, sinon leur haine, du moins leurs préventions. Il fut fort blessé du rôle qu'il jouait dans ce roman, et d'autant plus peut-être que la critique était juste, quoique sévère, et que les éloges qui s'y mêlaient y donnaient encore plus de poids. Le mot qui termine l'ouvrage n'adoucit point la blessure, et le bien qu'on dit du secrétaire de l'académie de Paris ne consola point M. de Fontenelle des plaisanteries qu'on se permettait sur celui de l'académie de Saturne. ——— Les notes sans signature, et qui sont indiquées par des lettres, sont de Voltaire. Les notes signées d'un K sont des éditeurs de Kehl, MM. Condorcet et Decroix. Il est impossible de faire rigoureusement la part de chacun. Les additions que j'ai faites aux notes de Voltaire ou aux notes des éditeurs de Kehl, en sont séparées par un — et  , sont, comme mes notes, signées de l'initiale de mon nom. BEUCHOT. 4 octobre 1829.
CHAPITRE I. Voyage d'un habitant du monde de l'étoile Sirius dans la planète de Saturne. Dans une de ces planètes qui tournent autour de l'étoile nommée Sirius il y avait un jeune homme de beaucoup d'esprit, que j'ai eu l'honneur de connaître dans le dernier voyage qu'il fit sur notre petite fourmilière; il s'appelait Micromégas[1], nom qui convient fort à tous les grands. Il avait huit lieues de haut: j'entends par huit lieues, vingt-quatre mille pas géométriques de cinq pieds chacun. [1] De micros , petit, et de megas , grand. B.
IHUQ.EHPLISOPORCIMTOISE IRÉGOM,HAS
avn's on nres oual eret eyotd sn que notieds, et eicqnp ugrè euqpie llmit ngvit nec tnof iuq ,sas ciutreus ae no tuq,ie edorde sq tnl eulg e ebo filt ausoabmeluia tuaj suetv niqui l'a produit il ellimted seuebelo gref eu n ad sino,tq 'uj-,e ilsour;uver trot du pays de Sirui,sa d  ealt têaue pix s edngviuq-tertalim p elicM,sagémornatibah  lit dansi qu'onmeèier s sel srpes ltr ês anustotse'nia [.seC ]2rten, potreséomè.sB sietégrb tlatrauD'. nsioitédg ed ueil ua ,se ealC ihen ,ens ont qu'une très  eriuTediuqrd ,eMoe ovsc, ie douneecffré eal suqure  nates damisi elbiafsed egamgidiro pdis seeutI'deilaenga uo 'A demlleruvnsaiqleu sosstd qeeu Les éta nature.pme'l à sérapmoc, reeu-hmidee une  notrul  eiaerut fn pent o, dorefée nce qutrnolpsid suic enocrix cent mille fotgu- nimlloisns reaiinrdlas an de elpmiso sulp t n'eRienlus st pitet eeper .t re.evonconcs ne nouàld -uednea  sirpee trnor su, es,euob ed sat tit merveilnaissait tel solelsumeneesagNo. noe uss ruegnoc  ertayovroecsef rtca stas ettiveulsi répal ed siativarg et, ontislteou t ,uq,et naôt t àl'aide d'un rayo.sev lI ne'sres itvai  sprà osopg ed tialla li ,temècoe und'é itmmdoalocap rôt t taneil, soln dub edcnartlov egiis ou eammcoune s eisn , itel seglobe lulobe en mptee  djet  es;étcal eiuep ne ecourlpara vout l nrbehe .eI nahcrsvees lto éesilj tiiamaà ,sart vouer qu'il ne vs iu sboilégd a'e  nIlercoidém euq tuf d'êligé affmentnu e i'dabnnrt eruociuq é'n tiatem rieplue qe  drtcasaesirsee  tde petitesses. Ienutif lnosnahc plt or fe ntsaaierl octnhpit eumnt c, do-ci elui tlis  eugrè;ee arrassa ne s'embpne ènalalp etèngeyader t mivoà  r'lroemesf d  eever achpourte, o'l emmoc ,]8[ruoe clet  eitpresne voyagent qu'e nid.tC ue xuq ioue  benlier snehc nesia ed tsopnnés éto équ des tasrenouoetsnd  nar ct;traus oud segapiuah-àl eec ses gabord av nep u'dm qoauu l  Iens'vienn.rouah uo tesioed sle t mil que'ontiun snq n iad sentsoà -lyspae  ced sneyotic sel uq ealt reer ,te fois plus gros q ern eucfuestneurat nnest'euè gC raeg.sniS e fn auxfoiss sa plueppahcé euqleuq ioérup sui qtériq ris eun ruova'ie p dds mixleil n'ntêeroftrb eiicule po pas ridê nu'uq etiv neiutpet annspee trserpob nu  navtiit bompril cit, ra Fe.ncai M cs,emmo el iriSa nesiquede Lulli, qaudni  livne tneiealitn et msen  erir à um al ed à pens,rès eu p enuocmmcieim sueulis ler sut aité sagémorciM si etjeur,rvatobseob nu  ne'ts,xc er Dm haque M.e érp dnetq saejeuaise! maeu ne pluv , àiDia tam lva'd etna uv riom[haer Dvae  s9] .eCteettsp n e'ut du bo lune sa,eém ec uaebeic on delt  elesestliultserv ciiaerl empyrée que l'bo e ulgesd tisebitas hae seet d erdnefédes ,stndee irursoe  cdesec ohes àovrid les, il s nouveloba' ,drp end tulat et p venanoyarriné, ans va dolebelg aSutd  eue Qe.rncoacuelquq émutu tûf li'e ne veux contreiderp reosnn.eM roicgamé as,èsprova b ri neiruothapi lecI detre estnp érmu,ev loz,yevo: les an dtneiver tnevuos XI de l'Homme auVI ,elc ahiprt ensdae  lmetoXX XciM émor,sag te pmoliue ,nq loilre Rcontout surt etrop tiart eC": it dg,diZas antliaery duse .oVé des éton Traitad ss snserpnoiscet exs soieenuv
[4] Au lieu de le plut célèbre , qu'on lit dans la première édition, les êdilions postérieures portent: des jésuites . B. [5] Pascal devint un très grand géomètre, non dans la classe de ceux qui ont contribué par de grandes découvertes au progrès des sciences, comme Descartes, Newton, mais dans celle des géomètres qui ont montré par leurs ouvrages un génie du premier ordre. K. [6] L'édition que je crois l'originale, porte: téméraires, sentant l'hérésie . Le texte actuel existe dès 1756. B. [7] M. de Voltaire avait été persécuté par le théatin Boyer, pour avoir dit dans ses Lettres philosophiques que les facultés de nôtre ame se développent en même temps que nos organes, de la même manière que les facultés de l'ame des animaux. K.
Quant à son esprit, c'est un des plus cultivés que nous ayons; il sait beaucoup de choses; il en a inventé quelques unes: il n'avait pas encore deux cent cinquante ans; et il étudiait, selon la coutume, au collège le plus célèbre[4] de sa planète, lorsqu'il devina, par la force de son esprit, plus de cinquante propositions d'Euclide. C'est dix-huit de plus que Blaise Pascal, lequel, après en avoir deviné trente-deux en se jouant, à ce que dit sa soeur, devint depuis un géomètre assez médiocre[5], et un fort mauvais métaphysicien. Vers les quatre cent cinquante ans, au sortir de l'enfance, il disséqua beaucoup de ces petits insectes qui n'ont pas cent pieds de diamètre, et qui se dérobent aux microscopes ordinaires; il en composa un livre fort curieux, mais qui lui fit quelques affaires. Le muphti de son pays, grand vétillard, et fort ignorant, trouva dans son livre des propositions suspectes, malsonnantes, téméraires[6], hérétiques, sentant l'hérésie, et le poursuivit vivement: il s'agissait de savoir si la forme substantielle des puces de Sirius était de même nature que celle des colimaçons. Micromégas se défendit avec esprit; il mit les femmes de son côté; le procès dura deux cent vingt ans. Enfin le muphti fit condamner le livre par des jurisconsultes qui ne l'avaient pas lu, et l'auteur eut ordre de ne paraître à la cour de huit cents années[7].
La taille de son excellence étant de la hauteur que j'ai dite, tous nos sculpteurs et tous nos peintres conviendront sans peine que sa ceinture peut avoir cinquante mille pieds de roi de tour; ce qui fait une très jolie proportion. [3]Son nez étant le tiers de son beau visage, et son beau visage étant la septième partie de la hauteur de son beau corps, il faut avouer que le nez du Sirien a six mille trois cent trente-trois pieds de roi plus une fraction; ce qui était à démontrer. [3] Je rétablis celte phrase d'après les premières éditions. B.
ducus,te éaranx quI  Xtierhcpal  ee mm bdeuceap oued etaS enruoh ,avait, àla vérit'dserpti ,uq i'nqus ai maindrei  neir ,é,étnevni desmpteenti invf ro tnu noc tobva al ceilimsira sIlfae hae . uta ovritérpsèl seniens, aes Saturéitima etiorté euna lil  Is.néonédima'acedl ri eréta secc le aveuesr ,nu eocvnresation singulièruq eciMeémor sagt eu junr ouecavels M  .atriceér] Voe.[8ma nyez gap ,etoB .011 eteet[c.  de,ot nautres, ons des seia tapteq iuf  dntpee abssmele te g edstitsrevs. Jlculs carand icietarppro earisat slar ou pi,tcel sed noitcaf
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.