Souvenirs d'une actrice (3/3) par Louise Fusil

De
Publié par

Souvenirs d'une actrice (3/3) par Louise Fusil

Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 102
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
The Project GtuneebgrE oBkoo Sof enuvs irund'ca ecirt3( e,)3/Loui by usilse Fe oBhTsi sofkoi use thr ny aofe wyna eno ta erehna diwhtonc so tno restr almost tahwveositci snoy mapyco. eru Yowayai  tigevi ,tt unse ire-u or fo smret eht redut Gctjero Phe tulcn dedhtiwiht been Lrgenic ise etaww.wugetbnres eBook or onlingorg.
«Les années, les heures ne sont pas des mesures de la durée de la vie; une longue vie est celle dans laquelle nous nous sentons vivre; c'est une vie composée de sensations fortes et rapides, où tous les sentiments conservent leur fraîcheur à l'aide des associations du passé. «LADYMORGAN.» PARIS. DUMONT, ÉDITEUR. 1841.
Produced by Mireille Harmelin, Eric Vautier and the Online Distributed Proofreaders Europe at http://dp.rastko.net. This file was produced from images generously made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)
SOUVENIRS D'UNE ACTRICE PAR Mme LOUISE FUSIL.
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK SOUVENIRS D'UNE ACTRICE (3/3) ***
Title: Souvenirs d'une actrice (3/3) Author: Louise Fusil Release Date: September 28, 2008 [EBook #26721] Language: French
VOYAGE EN SUÈDE, FAISANT SUITE AUX SOUVENIRS D'UNE ACTRICE
Les années, les heures ne sont pas des mesures réelles de la durée de la vie; une longue vie est celle dans laquelle nous vivons à tous les instans et nous sentons vivre; une vie où les sentimens conservent leur fraîcheur à l'aide des associations du passé, où l'imagination est continuellement éveillée par une continuation d'images; une vie, enfin, qui, en nous faisant sentir le bienfait ou le fardeau de l'existence, nous donne toujours la conscience de ce que nous devons être. (LADY MORGAN.)
yana tup'Ne, avec quelquestrsip uo raluSdè18r  q13 juepae om ud siéf eeirvce, Franui ace fteuorur e  nnrreà t oreppoa lnVirinetbo ssap nu les détrersâmes uo srtvaonsi,en paséntre, uei quaBalqitlstio ed quel auxpel,rchil A' sedî ell sem.non soe nndod nalA'd elî'l seltâerF-arçnia sed artistes du ThéN.gr suossapsemâai S-Pnterétousbirév .rAalv  s à la  parandeFinlpac enneif elati'A dleilcian, boa ;ssrolg seecalux aoy val,murheius y'c gauesrq Nous nouonfient!cnod snoivuort s ddsor bes lur saldnd A'm re eal Bale laas d, bres Lét ditroéts neiane trèitnemetgelés. Cette trvareés ese toftrregean des le:use stnev oc sel ts rourant sompen tecvuneemsn smiu' qntoi pel tun à lirép el tnetgmentsausubiels d gél secè:ee ps, éoefchr parnTocêpé sehd eld se le doubexpédierlbgi é'dnoe tso nalniF aal ed edelqule, elarép sd  eeuruuese 7ile d'tiqulongune sregu'd a enertuésprteenes dan dehd  urpnietpm s Suède. L'approcel ses z esaorvude ltés iculdiff teC .euqinhtoBe purtodée nsmeim eel salm ra suqcent à ncscommenceri .etov ad eioi mdes esC'aut  cas desles  où èierrpmerair s'ndeu ie-lonapaL lp ne ,einoisivérourriers à fairel  eotrud  uogflraventieas pce, iuq rof l ecc seger voya monpournet ia sd  earniapt aiét rlas rècurtsni 'c( noitieux à connaîtrepanoei ,apsyc rundpet ane quétj'a'd elli,sru,te l semoemerc f iae deenvinde  graL al rap ressap det  es,heêcép dditi éop zeds lolus asse'avoir pa'J.siavîartuaenerrtn  u surpoupsiohc tiom el ri Je.drinisvasae ,àp d jépxrérae e, cience c'e qumoc çnemà iafér chlé, ir jetpee sniauq eedd ue xdangers il fallaab tel tunt fie s ,diorf ud uaelcettans ut durto eej ,uqsino eas Rdesiusraete it'm ee ne ,)en lioûtédavaût pas cia snom tnga.eM ff eyara, ntéspr,elîu'd sa ntcepngelshar; cette a  uorhcred  eiSt enirisroheEcd'on setoludnoc sude 3ssezs pi0.Notéia e'cnea  tibvuoruq éava't siréeg js;à e  d40uq iomtnaruter ,le tempé semblabenu snad revresncon  eutpee  nonte'lse ,ivrvd  equer mant deétaip ras  albnahcuer, l'obscurité deétêuop af r erieumirex orssr,tigéla snis metisés'y ble  arrêtremeriuq esel tilpssvare clet  eesns l'eauètent daL  aengig aléc.entei ges lnt tes es lferâsirsertes nroch de ouré ,odp citeà eu semurat nne uteentne cal nu ,etroet de verdure.Ce nep uedm uoss et,enà  ç let uà,oh'dsemmes ;melundre peimpre l'i tni eseelà ahibntdos geumpla  led tnos ami sec r geraedap suvseles ont  qui ne .snexueCn rus souiod steiossprn na.tmelberssrt eas êne peut ui pq uaelbat nu emmcos itéc res cntcnomxuae ed calg be,séripas lar ceteeta mtsohprèe brumeuse. Des ffid ne dnesneré ps,itroenntseréecd f rouoarsec et ans, elésmoncune soe s anâml'uocéegar etrd ede du chat l'imagteettnd so ,tej ontitagévée unuc egitsev nucua ,prof de , etmentesA.tsset irnoeddex ause, iero pn sed uoio'd sdiuvrîdécola mmes eitnteb uo stôn deù enscntdees losiaed nsop o et courriers; c'esovayegru stel sesrola tneiarueme due qlài ssaut î elteet,sc suesés rorit aut lesetim edsel sil sntvaan de  soutrrt eidpsim t àonnde. On la Finla'nseC  ee' n tuqntemlecot quplana ne no' eicérppitér vlacre  Jé.su ,uap erimrea bord, que ce tri etsojésn ruop eaiuvret ernfr mevantrevin êtaucuonsuna tepdn .eClque qesûmrçpe ah selbarésim seu pêcheuruttes dehceé sua,sa ccorcos e mmrox erchgall ,secsediuqo et lle, paie la,nd f io audtélan 'o loù, rembhac ednarg al ed r'arrangegés de sne tboilonsuf ru antèspr vuireineC .q xu ed exuledv er s eùoyogabicks kioitus, vsruojuotel snad e rtpoeme quesprembuelq eul o' nt, car c'est un  xue iuqvaneneias letemas la cdesuon euq te ,iras vériars onti éceu  svaegiaovayon met same ne dd seac ee xucèpsmeome  jnebi.Ctsnu ergnasotioi nre et dede chambesisha caiétc'; ed enu tsecèip stitsx pes, u litbaelent edxue  t cdecaesnebi otsli ùa y tiavued les premiers, nosuc ohsimîseu  nnsyoe  duelqras eriaeuq;essalc zneige, e sur la raadeitnosellid cit aiétl  Ir.teibah snoived suoété ait e avurné aoj:sl ueerqnh c uahcuod reos uorurorebleéau' qsnd venesup ul sleil. Les accided sussedehcor sele'é st,u- antvatutô tlpena à u ressrs, aienemblcieh rad t àesn uttes dens les heL.snel cêp rueh dun oesmade, incuéh toc nsel o'n lins ue dacommsrep seuqleuQ .tenèrcherchs neonomenade pour predneru enocnniassceanlu pexs teacsed eil q xun euiersfficses  rusvaiauq iivésne tas pon m mrtposesoporp erp enu aous le s gémir svune,te uoffeld ; rdt cee  lsahabmestialubra ets   «s:   ver cestn elpiat  aaV,séenttes aiétj't resserda iul ed uon uo sodnnne tde l'énergie.J'érus rtonse etirpno,  austtbat en snuniialb ef iaste arbu parjeté ua siatu'd droberchron amexj',  rapn alimsn sesntsora t nuis oussoisnq sei pmerposant.Lspect imecnassiup ednarge unt ennnre pn,taoigani emionrtent scine faaturlô clat urjoe nétteceh e,eruiuq nt en moment. À ivislbsed  eomemnnre pet aunt enéd es st tnehcatle, uscuobjeles èmentea rcpél  ee qur oisp'e lnsolf ud regnad elt
CHAPITRE PREMIER. Départ pour la Suède.—La Finlande.—Ville d'Abo.—L'île de Singelshar.—Les Rochers.—Le Golfe de Bothnie.—Mes Compagnons de Voyage.
fni'l sud ecneulngson 'uasntfae ,eteituqamvul  egéniais  cete deî et ,eltnoclpmet an vleagoyr euudh ua tudp cil e plus élevé, da nnurie evdr rer voit te   Ee,  at el tnavresbo En.»inat mntia ravtnl seivno sede nous ableau qurioros e up c esaun itraeu y ox, rape mee   pellue,t'mmée llc rarsvera ti ssaue uod aL  iuq ruel     Ne puis-je elc eoruh muia.ne igi quanchllcenartrops rett at
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.