Souvenirs de Yalta

De
Publié par

Au début du vingtième siècle, la région de Yalta est un centre intellectuel regroupé autour d'Anton Tchékhov et de Léon Tolstoï. Alexandre Ivanovitch Kouprine fait partie de ces nombreux écrivains, artistes, éditeurs, médecins qui viennent visiter les Maîtres et discuter entre eux. Cette traduction annotée évoque les souvenirs pasionnés de ce monde littéraire.
Publié le : mardi 2 février 2016
Lecture(s) : 0
Tags :
EAN13 : 9782336402154
Nombre de pages : 154
Prix de location à la page : 0,0090€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
t e x t e s e t c o m m e n t a i r e s
Alexandre Ivanovitch KOUPRINE
L i t t é r a t u r e c l a s s i q u e SOUVENIRS DE YALTA Avec Tchekhov, Tolstoi, Garine-Mikhailovski...
Traduit du russe, introduit et annoté par Françoise WintersdorffFaivre


6289(1,56 '( <$/7$ $YHF 7FKpNKRY 7ROVWRw *DULQH0LNKDwORYVNL

Collection Littérature classique Textes et commentaires Cette collection est consacrée à la réédition, l’analyse et la présentation de textes classiques de la littérature mondiale des origines à la fin du e XIX siècle. Titres parus Anton Pavlovitch TCHEKHOV,Ma vie ,en province,2015. Alexandre DUMAS,Impressions de voyage : en Suisse. Tome 2 : du lac des Quatre-Cantons au Tessin,2015. Alexandre DUMAS,Impressions de voyage : en Suisse. Tome 1 : en Suisse romande et dans les cantons alpins,2015. ANONYMES,Maugis d’Aigremont, chanson de gestesuivie deLa morte de Maugis, 2014. Alexandre Ivanovitch KOUPRINE,Monstres insatiables,Traduit du russe, introduit et annoté par Françoise Wintersdorff-Faivre,2013.Alain CHARDONNENS,Terreur prussienne,2012 Jacques LARDOUX,Lessonnetsde William Shakespeare,2012.
$OH[DQGUH ,YDQRYLWFK .2835,1( 6289(1,56 '( <$/7$ $YHF 7FKpNKRY 7ROVWRw *DULQH0LNKDwORYVNL
7UDGXLW GX UXVVH LQWURGXLW HW DQQRWp SDU )UDQoRLVH :LQWHUVGRUII)DLYUH
/·+DUPDWWDQ

'X PrPH DXWHXU /D QRFH HW DXWUHV UpFLWV WUDG 0LFKHO 1LTXHX[ HGV /LEUDLULH GX *OREH &ODLU REVFXU WUDG 1DGLD *RXsU\ HGV GHV 6\UWHV  5pFLWV GH YLH GDQV OD 5XVVLH WVDULVWHGH  j  WUDG)UDQoRLVH :LQWHUVGRUII)DLYUH /·+DUPDWWDQ  0RQVWUHV LQVDWLDEOHV WUDG )UDQoRLVH :LQWHUVGRUII)DLYUH /·+DUPDWWDQ  +HQUL 0RQJDXOW WUDGXFWHXU  /H EUDFHOHW GH JUHQDWV UpHG &LUFp  /D )RVVH DX[ ILOOHV UpHG HGV GHV 6\UWHV  /H GXHO UpHG 5RFKHU  2OHVVLD HW DXWUHV UpFLWV UpHG 5HVVRXYHQDQFH  *DPEULQXV UpHG 5HVVRXYHQDQFH  /HV /HVWU\JRQV HW DXWUHV UpFLWV UpHG 5HVVRXYHQDQFH 
© L’Harmattan, 20165-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08377-3  EAN : 9782343083773
,1752'8&7,21 $X GpEXW GX YLQJWLqPH VLqFOH OD UpJLRQ GH <DOWD HVW XQ FHQWUH LQWHOOHFWXHO UHJURXSp DXWRXU G·$QWRQ 7FKpNKRY HW GH /pRQ 7ROVWRw $OH[DQGUH ,YDQRYLWFK .RXSULQH IDLW SDUWLH GH FHV QRPEUHX[ pFULYDLQV DUWLVWHV pGLWHXUV PpGHFLQV TXL YLHQQHQW YLVLWHU OHV 0DvWUHV HW GLVFXWHU HQWUH HX[ &·HVW FHWWH YLH TXH OHV VRXYHQLUV G·$OH[DQGUH .RXSULQH QRXV IRQW SDUWDJHU 'DQV VRQ UpFLW ©/LHQRWFKNDª pFULW HQ  DSUqV OD  PRUW GH VRQ WURLVLqPH HQIDQW HW O·DQQpH GH OD PRUW GH VD PqUH OH SHUVRQQDJH GH 9R]QLWV\Q VH FRQIRQG DYHF $OH[DQGUH .RXSULQH TXL SURPqQH VD QRVWDOJLH GX WHPSV SDVVp HW GH VHV SUHPLqUHV DPRXUV 2 YD FH SHUVRQQDJH " (Q &ULPpH HW YHUV FH <DOWD TXL D HX WDQW G·LPSRUWDQFH GDQV OD YLH G·$OH[DQGUH .RXSULQH &·HVW GDQV OD UpJLRQ GH <DOWD HQ HIIHW TX·HQ  DFWHXU GDQV XQH WURXSH GH WKpkWUH DPEXODQW LO DUULYH DX WHUPH G·XQH WUDYHUVpH GH OD 5XVVLH SHQGDQW ODTXHOOH LO D H[HUFp OHV PpWLHUV OHV SOXV GLYHUV &H VHUD SRXU $OH[DQGUH .RXSULQH OH WRXUQDQW GH VD YLH G·pFULYDLQ 'pMj FRQQX SRXU VHV pFULWV DSSUpFLpV SDU /pRQ 7ROVWRw FH Q·HVW TX·j FHWWH GDWH TX·LO DXUD OD SRVVLELOLWp GH YLYUH GH VD SOXPH &·HVW XQH SpULRGH IDVWH SRXU $OH[DQGUH .RXSULQH (Q  LO GHYLHQW VHFUpWDLUH GH UpGDFWLRQ GH OD5HYXH SRXU WRXV FH TXL OXL SHUPHW GH VH FRQVDFUHU j O·pFULWXUH ,O IDLW OD FRQQDLVVDQFH GH 0DULD . 'DY\GRYD pGLWULFH GX0RQGH GH 'LHXTXL GHYLHQGUD VD IHPPH HQ  HW DYHF TXL LO DXUD XQH ILOOH (QILQ VRQ VpMRXU FKH] $QWRQ 7FKpNKRY HVW OH GpEXW 1  Il s’agit d’un enfant qu’il a eu avec sa seconde femme, E. M. Geynrick, après son divorce avec Maria K. Davydova,

G·XQH JUDQGH DPLWLp %LHQ TX·LOV Q·DLHQW TXH GL[ DQV G·pFDUW $QWRQ 7FKpNKRY VHUD WRXW j OD IRLV VRQ DPL VRQ FRQILGHQW VRQ PHQWRU HW DXVVL XQH VRUWH GH SqUH GH UHPSODFHPHQW 0rPH ORUVTXH OD YLH OHV pORLJQHUD O·XQ GH O·DXWUH OHV UHODWLRQV pSLVWRODLUHV OHV UDSSURFKHURQW DLQVL TXH $OH[DQGUH .RXSULQH HQ IDLW pWDW GDQV VHV VRXYHQLUV )LGqOH j $QWRQ 7FKpNKRY $OH[DQGUH .RXSULQH VHUD SUpVHQW OH  MDQYLHU  j OD SUHPLqUH UHSUpVHQWDWLRQ GH © /D &HULVDLH ª /H OHQGHPDLQ $QWRQ 7FKpNKRY SDUWDLW SRXU VH  VRLJQHU j O·pWUDQJHU  LO Q·HQ UHYLHQGUD SDV YLYDQW 
/H FKDJULQ HW OD PpODQFROLH TX·pSURXYH $OH[DQGUH .RXSULQH FHWWH DQQpH GH OD PRUW G·$QWRQ 7FKpNKRY VRQW VDQV GRXWH GHV UpPLQLVFHQFHV GH OD PRUW GH VRQ SqUH GDQV VD SHWLWH HQIDQFH HW OH GpSDUW j VL[ DQV HQ LQWHUQDW TXL D PDUTXp XQH UXSWXUH DYHF VD PqUH /H YLGH ODLVVp SDU FHWWH PRUW V·H[SULPH GDQV ©/HV GDWFKDV GpODLVVpHVª HW DXVVL GDQV ©(Q VRXYHQLU GH 7FKpNKRYª GRQW RQ WURXYH LFL XQH  QRXYHOOH WUDGXFWLRQ 
2Q QRWHUD GDQV FHV © 6RXYHQLUV ª O·H[LVWHQFH G·XQ UpVHDX OLWWpUDLUH GDQV OHTXHO VH WURXYH $ .RXSULQH /HV UHQFRQWUHV GH <DOWD VH SURORQJHQW HQWUH DXWUHV j 0RVFRX RX j 6DLQW 3pWHUVERXUJ /H *URXSH OLWWpUDLUH PRVFRYLWH 6UHGD 0HUFUHGL MRXU GHV UpXQLRQV  IRQGp HQ  SDU 1LNRODw 7HOHFKRY FRPSUHQDLW SDUPL VHV PHPEUHV RXWUH $OH[DQGUH .RXSULQH 0D[LPH *RUNL DYHF TXL SDU DLOOHXUV LO pWDLW GDQV XQ JURXSH G·pFULYDLQV SURJUHVVLVWHV GH 6DLQW3pWHUVERXUJ  6HUJHw
1  « Dans la salle (il y avait) Gorki, Andreieff, Kouprine, toute la Russie artistique, peintres écrivains, musiciens… Monté sur scène, Tchékhov nous regardait de son regard d’amour inoubliable, d’amour de l’humanité » Cf. A. Pitoëff, « Tchékhov et les Pitoëff », dans Europe,Anton Tchékhov, août-septembre 1954,. 2  Deux traductions dans Tchékhov,Revue Europe, août-septembre 1954, et dansTchekhov vu par ses contemporains, Gallimard, 1970, étaient incomplètes à des degrés différents.

(OSDWLHYVNL ,YDQ %RXQLQH HW OHV LQYLWpV $QWRQ 7FKpNKRY DLQVL TXH O·LQJpQLHXU pFULYDLQ 1LNRODw *DULQH0LNKDwORYVNL '·XQH PDQLqUH SOXV LQIRUPHOOH OHV UHQFRQWUHV SRXYDLHQW DXVVL VH IDLUH GDQV GHV OLHX[ SXEOLFV  O·K{WHO /RQGRQVNDwD JUDQG K{WHO GX H VLqFOH DX FHQWUH G·2GHVVD R GHVFHQGDLW $QWRQ 7FKpNKRY PDLV DXVVL $OH[DQGUH .RXSULQH HW TXL DFFXHLOOH HQFRUH DFWXHOOHPHQW GHV K{WHV FpOqEUHV  OH UHVWDXUDQW 9LHQD GH 6DLQW3pWHUVERXUJ R VH UpXQLVVDLW OH &OXE DUWLVWLTXH IUpTXHQWp SDU $OH[DQGUH .RXSULQH $OH[Hw 7ROVWRw HW )LRGRU &KDOLDSLQH HW G·DXWUHV FH TXH UDSSHOOH HQFRUH OH 9LHQD j VHV FOLHQWV
$OH[DQGUH .RXSULQH pFULYDLQ UHFRQQX DX VHLQ GH O·LQWHOOLJHQWVLD SDUWLFLSHUD j XQH VRLUpH HQ O·KRQQHXU GHV  DQV GH /pRQ 7ROVWRw DX FRXUV GH ODTXHOOH LO IHUD SDUW GH VHV VRXYHQLUV ©-·DL YX 7ROVWRw VXU OH EDWHDX j YDSHXU 6Y 1LNRODwª
 ,O VHUD DPHQp DXVVL j IDLUH XQ GLVFRXUV j OD VRLUpH GpGLpH j O·LQJpQLHXU HW pFULYDLQ 1LNRODw *DULQH0LNKDwORYVNL PRUW GHX[ DQV SOXV W{W .RXSULQH O·DGPLUDLW EHDXFRXS SRXU OD  FUpDWLYLWp GH VHV SURMHWV  DGPLUDWLRQ H[SULPpH DYHF IRXJXH GDQV ©(Q VRXYHQLU GH 1* 0LNKDwORYVNLª
1 N. Garine-Mikhaïlovski fut chargé par l’Empereur du tracé du chemin de fer pour la construction du Transsibérien de 1891 à 1896. Au début du 20e siècle, il est chargé de définir le tracé d’une grande route entre Sébastopol et Yalta en passant par le col de Laspi. Actuellement l’autoroute Sébastopol-Yalta passe par le col de Laspi surplombé par une falaise dénommée « Garine-Mikhaïlovski ». Le projet évoqué par Kouprine d’une voie ferrée électrique reliant Sébastopol à Sinferopol en passant par Yalta n’a jamais été réalisé. Dans les années 1960, une ligne de trolleybus fut mise en service reliant Yalta à Sinferopol à travers les monts de Crimée. Cette ligne est la plus longue qui soit encore en service (86 km).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.