Aux ministres de la République franc?aise

Publié par

[S.l., 1799]. 1799. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1799
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

AUX MINISTRES
DE LA
KÉPU B LI QXliLFIl A N Ç AIS E*
CITOYENS MINISTRES,
N"E s T - rt pas réellement désespérant pour une Nation j
de voir qu'il n'y a que ceux qui la gouvernent, dont la puis*
sance, armée de la force , ose avancer habituellement les
plus étranges paradoxes , & les faire soutenir par des milliers
de milliers d'échos qui les répètent sans cesse; tandis qu'elle-
même, nation infortunée, est condamnée à un silence éter-
nel , par cette constitution qu'on prétend faussement qu'elle
a accepté, et tandis qu'aucun citoyen, quivoudroitluj servir
d'organe , ne peut élever la voix pour faire parler la vérité,
sans courir le risque d'éprouver aussi-tôt les coups acca-
blants du plus cruel despotisme ? C'est cependant à cette
triste destinée q»:e la France est assujettie pour toujours.
Convoquée chaque année une seule fois pendant dix jours
pour l'unique objet de la nomination des électeurs , tout ce
qu'elle feroit au-delà j seroit nul par l'article 29 de la cons-
titution.
( 2 )
Les assemblées électorales sont également restrâinteS"par
l'article 3j, à la seule nomination des députés au corps légis-
latif.
Enfin l'article 355 de cette même fatale constitution, en
ayant l'apparence de ne mettre aucune limitation à la liberté
de la presse, l'anéantit cependant en réalité, puisqu'il
donne la faculté de faire à son égard des loix prohibitives
pour une année , si les circonstances les rendent nécessaires,
& puisque nous voyons cette faculté les renouveller chaque
année, sous prétexte de nécessités aussi annuellement re-
naissantes.
Et dans quel ablme de malheur cette faculté indéfinie de
tromper, de séduire & d'enflammer, sans contradiction,
la multitude au gré de vos désirs ; dans quel abîme cette
faculté dont vous abusez si largement, citoyens Ministres,
ne précipite-t-elle pas votre patrie? De quelle source sont
sortis tous les systèmes d'impiété, d'orgueil, d'ambition ,
de cupidité, d'égoisme, dont elle est empoisonnée, & qui
lui causent tant de maux intérieurs, si ce n'est de vos adresses
perpétuelles aux administrations départementales, aux com-
missaires du pouvoir exécutif, aux municipalités, aux
armées ; enfin à tous les Français avec lesquels vos diffé-
rentes fonctions vous donnent djes rapports divers? Il semble.
que vous vous disputiez à l'envi le droit funeste de leur pré-
senter à tous des mensonges, & la coupe souvent trop
attrayante de l'erreur, pour troubler leur raison.
Il seroit beau sans doute, il seroit digne du zèle de la vertu
d'entrer en lice avec chacun de vous , citoyens Ministres, &
de confondre vos impostures. Mais ce seroit entreprendre
une tâche trop immense, & affronter trop d'obstacles. Je
m'arrête donc de préférence en ce moment à vous seul)
Ministre des fin?ur°s, c'est vous seul que j'interpelle.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.