Avis à la noblesse ([Reprod.]) / [P. V. Malouet]

De
Publié par

[s.n.]. 1788. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1788
Lecture(s) : 1
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Aij
AVIS
A L A NOBLESSE.
Que peur Nobldfe, quand
perdu crédit fur le. oa
l'a
PAR.
Lisez donc
de Mzùly con fuirez tous nos Hilte-
riens & que les Annales du Monde
vous éclairent fur vos vrais ineérùs.
Que voulez-vous, qu'allcx-vous faire,
Se qu'allons-nous devenir?–- Quoi
au moment où la Vérité, U
4
Lumière ont pénétré dam mutes les
Condirioas, où le) dernières dalles
du Peuple voyent &: entendent, où
la Monarchie cl\ d.ms une café
effrayante c'cft l'iniiant que vous
clioifillcz pour montrer des intérêts,
des, prerentiom, c\: des droits féparés
ge ceux de la Nation
Et qu'elle &cc ave/. vous donc
de vc. droits, u vous ne les regardez
co-nnv- une cxprcilion de la volonté
de tous Quel fera l'appui de vos
intérêts, de vos pràcrtions, fi vous
apprend/ au PeupL qu'il Joie vous
conlul^rer comme i:s ennemis
Sms doute il eft des intérêts Se
des droits dont vous devez
le faciii:;c à ce Peuple opprimé,
qui ne vcut plus l'être 5c qui s'u-
nir.i, avec contiancc>à fon Souverain,
comme à vou; pour obtenir la li-
lierre: la Paix t: des Lois: protec-
trices i mai» au'avei-vous à craindre,
y
A iij
*c que pourriez-vous obtenir de plus
heureux, de plus duraoje, que les
avances résultants de l'harmonie de
tous les Ordres 'd'une grande Na-
tion travaillant X f* propre Cotoi-
turion.
On vous dit qu'elle Cxifte cette
Conftirution qu'elle eft antique
faine & immuable, qu'elle réfide dans
le concours & la puillançe des trois
Ordres.
On vous troinpc indignement i &
mon effroi .non Itonnemcnt lont
extrêmes, qu'on puiire vous abufer
par des artifices aufli grolîîers.
Qu'a donc produit cette Confli-
turion antique, donc vous mécon-
noufTez les principes, & dont vous
idolâtre/, 'es abus ? dans quel fiécle
& i quelle époque kx Nation â-t elle
été libre, depuis le régne de Charîc-
magne ? Si vous retranchez de notre
Hilloirc le regne de Louis XII ,&
6
eélui de Henri IV, que trouvez-vous? t
Des maux &: des malheurs > je delpo-
tifme de tous les Rois &: Je tous
les Minières une Nation gênereufe,
ecrant, de ficelé en fiéclc,fans bouf-
fole & fans guide, autour du fan-
tôme de la Liberté des CoutciLns
avides, qui fe tranfmccconc comme
un hericage leur baiîedê tx leurs dé-
prédations j un Pcuple ncceUireux,
malgré les richeflès de fon /î>l & les
effort» de fon indultric unc Noblclïs
ignorante & courageuse, mettant de
frivoles dîftinclions à la place des
droits les p'us facnés un Cierge paf-
fionné pour Tes propres Immunités
& des Magirtrat5 qui ne connoiiïenr
la Nacian &c l'empire que dans l'en-
ceinte & fous la protediun de leurs
Tribunaux.
Or voilà, Meneurs ce que vous
appellez la Canftituiion. Telle-, font
le? puiiTantcs barrivrcs qui nous ont
7
A îv
préfervé jufiju'à préfent des Imp6c$
artnrraircs des atteintes portées .i
nos Propriétés., nos Liberté:» qui
onr contenu cette toute de Mini-*
lires opprcùcufs ou déprédateurs,
dont nous ne ferons jamais vçngés.
C'cH enfin ce qu'on appelle les prin-
cipes & les bâj'es'de U fpUndtur ù de
la prajpcntc dt la Mo/uirc/uc.
La SPLENDEUR SC la PltOSP'l-
RiTil! C'eit au moment ou nous
voyons près de d^u^- cents mille
Pauves dans la Capitale} où les
Ouvriers, les Journaliers de pluficurs
Provinces manquent de pain j où la
detreife du Trésor Royal le fait ii
dangcrcufcincnt (entir,où nos Alliés,
nos Ennemis
La splendeur &: la rRosPi^-
RlTi-î C'cft, fans doute, de vous
dont vous parle/ Grands du Royau-
me Mais la Nation inquiète, agi»
,tce, malheurctife n'a tMs encore de
s
Elle y arrivera fans
vous ou .iv,c vous; car vous avez
ctvoie le cm & cîic ne vntis tlc-
ni.miic ci <yc b Paix ce
Vos f'ro(.TC^ po.:r toux
t*C ?. \l. i]i>i !o ionc
Iv.juco'.ip piis,Jj. \\)trcs, m.iU bien
cca\ elle vuus
dc-
rno:tr.c c.minîCMt en iu-
nion d^.s lijroiv. avi\ Co lununcs
f^n.i &: put k'u.'e con/oIi.L-r la Li-
bfcirc puMiijac.
des dioics £v des prctciuioiu
d.t TcipL- Il a Je \ous
avec l.i tju'ii n.ura befoin
de lurAju'il Tcra parvenu
à la maturité de Tes forces, &: au
développement total de lès [mmeres

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.