Barrière mentale et autres intelligences

De
Publié par

L’avènement d’un monde nouveau... par l’auteur de Tau Zéro et La Patrouille du temps.Sous l’effet d’un phénomène cosmique insoupçonné, toutes les intelligences terrestres se trouvent décuplées du jour au lendemain. Les déficients mentaux se découvrent un Q.I. des plus satisfaisants, les gens ordinaires acquièrent des capacités hors normes... Est-ce l’âge d’or, enfin, pour une humanité appréhendant, après des millénaires d’une évolution tourmentée, le prix réel de la vie, son caractère infiniment précieux ?Rien n’est moins sûr, d’autant que les animaux, eux aussi, acquièrent une intelligence hors norme. Et avec elle l’esprit d’indépendance, voire de vengeance...
Publié le : jeudi 13 juin 2013
Lecture(s) : 30
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782843445057
Nombre de pages : 242
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Poul Anderson – Barrière mentale et autres intelligences
Barrière mentale et autres intelligences
Poul Anderson
2
Poul Anderson – Barrière mentale et autres intelligences
Le Bélial’ vous propose volontairement des fichiers dépourvus de dispositifs de gestion des droits numériques (DRM) et autres moyens techniques visant la limitation de l’utilisation et de la copie de ces fichiers. Si vous avez acheté ce fichier, nous vous en remercions. Vous pouvez, comme vous le feriez avec un véritable livre, le transmettre à vos proches si vous souhaitez le leur faire découvrir. Afin que nous puissions continuer à distribuer nos livres numériques sans DRM, nous vous prions de ne pas le diffuser plus largement, via le web ou les réseaux peer-to-peer. Si vous avez acquis ce fichier d’une autre manière, nous vous demandons de ne pas le diffuser. Notez que, si vous souhaitez soutenir l’auteur et les éditions du Bélial’, vous pouvez acheter légalement ce fichier sur notre plateformee.belial.fr ou chez votre libraire numérique préféré.
Extrait de la publication
3
Poul Anderson – Barrière mentale et autres intelligences
Ouvrage publié sur la direction de Jean-Daniel Brèque & Pierre-Paul Durastanti. © 1951, 1954, 1957, 1958 by Poul Anderson (& Kenneth Gray pour « Technique de survie » ). Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Alain Dorémieux, Roger Durand, P.J. Isabelle et Arlette Rosenblum. Traductions revues et complétées par Pierre-Paul Durastanti. ISBN : 978-2-84344-504-0 Parution : juin 2013 Version : 1.1 — 17/06/2013 © 2013, Le Bélial’ pour la présente édition Illustration de couverture © 2013, Manchu
Extrait de la publication
4
Poul Anderson – Barrière mentale et autres intelligences
Extrait de la publication
5
Poul Anderson – Barrière mentale et autres intelligences
Avant propos
Il faut vouloir saisir plus qu’on ne peut étreindre, Sinon, pourquoi le Ciel ? Robert Browning,Andrea del SartoTraduction de Louis Cazamiance, Aubier-MontaigneBarrière mentalede bien des façons un livre unique dans est l’œuvre de Poul Anderson. Paru en volume en 1954 — à l’issue d’une publication partielle en 1 magazine l’année précédente —, c’est son premier roman à la fois adulte et ambitieux. Si, à ce moment de sa carrière, notre auteur a déjà publié des nouvelles et des récits remarqués pour leur qualité — notamment
1 Ballantine, 1954 ; The Escape» , inSpace Science Fiction, septembre 1953.
Extrait de la publication
6
Poul Anderson – Barrière mentale et autres intelligences
23 « Sam Hall »et la version courte deTrois cœurs, trois lions —, on ne peut pas dire que ses romans aient révolutionné la science-fiction, que ce 4 5 soitVault of the Ages, une œuvre pour la jeunesse,La Troisième Race, un récit d’invasion extraterrestre plutôt mineur, ni mêmesans« Question 6 réponse»— encore que ce dernier ne manque pas d’atouts et annonce une bonne partie de son œuvre à venir. Ses précédentes tentatives romanesques ont en commun d’être avant tout des récits d’aventures, d’une indéniable vigueur narrative, où il développe néanmoins certaines idées. Par la suite, et jusqu’au milieu des années 60, c’est plus ou moins à ce registre qu’il se cantonnera, en ce qui concerne la forme longue en tout cas. AvecBarrière mentale, les enjeux sont d’un autre ordre. Il ne fait guère de doute que l’inspiration lui est venue du grand H. G. Wells, qui lui a fourni un beau point de départ avec son romanAu 7 temps de la comète, dont Joseph Altairac résume ainsi l’argument : «Une comète gazeuse contamine l’atmosphère terrestre avec une substance inconnue. L’humanité entière perd conscience, puis se réveille métamorphosée : toutes les pulsions négatives, haine, jalousie, etc., ont disparu ! Guerres et conflits cessent comme par enchantement. Une 8 civilisation parfaite peut s’établir sur toute la Terre, enfin unifiée . »Mais là où Wells renonçait très vite à son vernis scientifique pour construire un récit merveilleux, tenant de l’utopie un peu naïve, Anderson respecte les règles du jeu SF et, non content d’extrapoler sur les connaissances
2 InAstounding, août 1953 ; voirLe Chant du barde, Le Bélial, 2010. 3 Three Hearts and Three Lions» , inThe Magazine of Fantasy and Science Fiction, septembre et octobre 1953 ; en volume : Doubleday, 1961 ; trad. inTrois cœurs, trois lions, suivi de Deux regrets, Le Bélial, 2006. 4 Winston, 1952 5 The War of Two Worlds, Ace, 1959 ; prépublication sous le titre Silent Victory» inTwo Complete Science Fiction Adventures, hiver 1953 ; traduction française : Fleuve Noir, 1960. 6 Question and Answer» , inAstounding, juin et juillet 1954 ; en volume, sous le titrePlanet of No Return, Ace, 1956 ; traduction in Satellite, novembre et décembre 1961. 7 MacMillan & Co., 1906 ; traduction : Le Mercure de France, 1910. 8 H. G. Wells, parcours dune œuvre, Encrage, 1998.
Extrait de la publication
7
Poul Anderson – Barrière mentale et autres intelligences
scientifiques de son temps, il expose les conséquences de son événement fondateur avec rigueur et subtilité, sans jamais succomber à la facilité. Si l’humanité est métamorphosée, ce n’est pas parce qu’elle devient soudain pacifique, mais parce qu’elle voit s’accroître son intelligence, du fait non d’un agent chimique, mais d’un agent électrochimique, ou plutôt de la levée d’une inhibition électrochimique. Anderson montre bien ce phénomène à l’aide d’exemples judicieusement choisis : un lapin qui déjoue un piège, un débile léger qui apprend l’autonomie, un scientifique qui réalise soudain des percées fondamentales, un gestionnaire qui maîtrise le gouvernement d’un pays tout entier… Mais cette altération n’a rien d’un enchantement : si l’humanité se métamorphose, c’est dans la douleur, une dimension abordée par Poul Anderson à travers le personnage de Sheila, que son intelligence nouvelle rend profondément malheureuse — le contraste est vif avec Brock, dont l’évolution est décrite avec une sensibilité qui a peut-être inspiré Daniel 9 Keyes lorsqu’il a imaginé« Des fleurs pour Algernon». Par ailleurs, fidèle à sa manière, notre auteur passe sans cesse du particulier au général, voire parfois à l’universel, explorant les conséquences de l’altération à l’échelle personnelle, nationale, globale puis cosmique. C’est là queBarrière mentale trouve ses limites ; non pas, contrairement à ce qu’estimaient certains critiques, parce qu’il est difficile de faire saisir à un lecteur d’intelligence humaine le fonctionnement d’une intelligence surhumaine (à ce compte, les auteurs de SF auraient renoncé depuis belle lurette à écrire des histoires de mutants et de surhommes), mais parce que, là où un tel sujet aurait demandé un roman foisonnant, aux personnages multiples, avec une intrigue se développant en plusieurs lieux pour bien faire saisir l’universalité du phénomène, Poul Anderson, prisonnier des contraintes éditoriales qui pesaient sur la SF américaine de l’époque, doit se contenter d’un récit bref, presque calibré, où l’on n’a que des aperçus de la crise globale. N’oublions pas que la SF en ce temps-là était considérée comme une sous-littérature, et les éditeurs ne se privaient pas de raccourcir les romans, voire de les édulcorer, lorsqu’ils le jugeaient
9 Flowers for Algernon» , inThe Magazine of Fantasy and Science Fiction, avril 1959 ; nouvelle étendue aux dimensions dun roman en 1966. Traduction : inFictionn° 69, août 1959, pour la nouvelle ; éditions Jai lu, 1972, pour le roman.
Extrait de la publication
8
Poul Anderson – Barrière mentale et autres intelligences
nécessaire : Anderson raconte lui-même que tel fut le sort subi parLa 10 Route étoilée, qu’il ne put restaurer que partiellement lors de sa réédition, le manuscrit originel étant perdu. Fort heureusement pour lui,Brain Wave fut accepté par un éditeur éclairé, à savoir Ian Ballantine (1916-1995), qui ne lui fit subir aucune coupe et le réimprima à de nombreuses reprises durant les années 1950, lui permettant d’accéder au statut de classique du genre. Mais, par la suite, comme s’il sentait que la forme romanesque ne pourrait que le frustrer, Anderson s’illustra surtout dans le registre de la novella et de la novelette, produisant au fil des deux décennies suivantes 11 quantité de chefs-d’œuvre , tout en édifiant des cycles dont l’ampleur ne devait apparaître que bien des années plus tard. Dans deux de ses romans 12 les plus marquants des années 1950-60,The Enemy Stars etWorld 13 Without Stars, on a affaire au même schéma de base : un petit groupe de personnages en situation de quasi huis clos, qui doivent dépasser leurs désaccords — voire leur haine — pour se sauver mutuellement. Et son 14 œuvre la plus connue,Les Croisés du cosmos, peut elle aussi rentrer dans ce schéma — si l’on admet qu’un village médiéval constitue un petit groupe. Mais si les personnages sont transformés par leur expérience, leur univers, lui, ne subit aucun changement profond. Barrière mentale est unique, donc, en ce sens qu’il nous raconte le bouleversement du monde suite à l’apparition d’unnovum. Lorsque la SF deviendra aux États-Unis un genre respectable, c’est-à-dire à partir de la fin des années 1970, Poul Anderson, à l’instar de nombre de ses confrères et de ses consœurs, abordera de nouveau ce registre ambitieux, avec des romans plus longs qui lui permettront de développer ses thèmes comme
10 Star Ways, Avalon, 1956 ; trad : Satellite, 1959. Version restaurée :The Peregrine, Ace, 1978. 11 VoirLe Chant du barde, Le Bélial, 2010. 12 Lippincott, 1959 ; prépublication in Astounding, août et septembre 1958, sous le titre We Have Fed Our Seas» ; réédition : Baen (1987), augmentée de la nouvelle The Ways of Love» (1979). 13 Ace, 1967 ; prépublication in Analog, juin et juillet 1966, sous le titre The Ancient Gods» . 14 The High Crusade, Doubleday, 1960 ; prépublication inAstounding, juillet à septembre 1960 ; trad. : Denoël, 1962.
Extrait de la publication
9
Poul Anderson – Barrière mentale et autres intelligences
15 ils le méritent. Citons, parmi les plus remarquables,The Avatar,Orion 1617 Shall Rise etThe Boat of a Million Years. En espérant vous les proposer un jour, nous vous invitons à découvrir ou à redécouvrir le premier roman majeur de Poul Anderson, dont la traduction a été révisée en profondeur — le texte français d’origine était allégé d’un bon quart, pratique hélas courante durant les années 1950 —, complété par trois nouvelles qui lui sont contemporaines et où notre auteur se livre à d’autres variations sur le motif de l’intelligence. Terminons en remarquant que, comme presque toujours chez l’auteur, tout progrès, fût-il chèrement acquis, ne peut que déboucher sur une invitation au voyage spatial, à l’exploration sinon à la conquête de l’univers, une entreprise qui reste dangereuse mais qu’il estime indispensable. Jean-Daniel Brèque
15 Putnam, 1978. 16 Timescape Books, 1983 17 Tor, 1989.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.