bibi

De
Publié par

Qui est bibi? Qui le force à être? À devenir lui-même, c'est-à-dire à se pendre? Qui pousse bibi à commettre cet acte insensé pour se retrouver à travers ceux qui l'ont poussé à être? Bibi reste collé à sa naissance, au désespoir d'avoir pu être sans avoir jamais été vraiment. «Quand on me dit de parler, c'est-à-dire d'être, je sens bien à quel point Je me manque. Car personne n'a jamais été si peu bibi que moi-même, pense-t-il. Ce ne sont pas mes souvenirs, ce n'est pas moi qui parle. Qui me parle? Qui vit autant que moi la double catastrophe de s'être vu tout en n'étant pas lui-même?» Bibi attend, attend d'être soi. La naissance fut sa première maladie. Mais il n'est pas né à terme, car s'il est au terme de sa maladie, il sait qu'il ne peut plus faire partie des humains. «Je ne suis pas celui que tu crois être, pense bibi, je ne suis pas celui qui colle à la peau de la réalité. Je suis celui qui sort. On m'a sorti de moi-même tel un pendu. Comme un qui naît sans langue. La langue pendue, c'est comme l'histoire de moi, l'histoire de comment vont mes phrases. Comme un qui pend son être en voix, voilà pourquoi seulement j'écris, nous dit bibi.»
Publié le : jeudi 13 octobre 2011
Lecture(s) : 32
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818010112
Nombre de pages : 141
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
bibi
DU MÊME AUTEUR
LEPÈRE CE MATIN, Carte Blanche, 1997. MOINS ÇA VA,VIENTPLUS ÇA , Jardin Ouvrier, 1999. DEDANS, Al Dante, 1999. 1JOUR, Derrière la salle de bains, 2001. LETTRE ÀJ.S., Al Dante, 2001.
Charles Pennequin
bibi
P.O.L e 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2002 ISBN : 2-86744-860-3 www.pol-editeur.fr
« Je suis la preuve vivante que je ne vis pas. » Bibi
Salut à moi. Salut à toi. Salut tout le monde. Tout le monde salue. Tout le monde passe. Un par un. Tout le monde vient pour saluer tout le monde. Tout le monde dit salut tout le monde. Un monde qui passe. Je dis bonjour. Bonjour à tous. Un par un. Tout le monde me dit bonjour. Comment tu vas. Comment ça se passe. Où sont les enfants. Comment vont-ils. Qu’est-ce qu’ils fabriquent. Qu’est-ce qu’ils en disent. Quoi qu’ils pensent. Qu’est-ce qui les fait qu’on pense. Qui fait penser qu’on les pense. Que les enfants vous viennent. Qu’est-ce qu’ils viennent dire. Quoi qu’ils nous veulent encore. Qu’est-ce qu’ils veulent dire. Pourquoi ils pensent ainsi.
9
Qu’est-ce qui les fait agir. Qu’est-ce qu’ils te font à toi. Qu’est-ce qu’ils te veulent donc. Et que leur réponds-tu. Pourquoi tu répondrais. Qu’est-ce qui te ferait répondre enfin. Et pour-quoi tu te tairais. Pourquoi t’as intérêt à te taire. Pourquoi tu veux plus rien répondre. A qui tu répondrais. Quelles seraient tes réponses. A qui tu les donnerais. Il te viendrait plutôt des ques-tions. A qui tu les poserais. Pourquoi il te vien-drait l’envie de parler. D’avoir des mots. Des mots bien à toi. Des pensées tiennes. Des dic-tons. Tu construis tes dictons. Tu penses en boule. Tu t’agites. T’es qu’une boule d’agisse-ment. Tu penses plus. Tu viens tu vas. T’as plus d’orgueil. C’est quoi l’orgueil. C’est quoi avoir son mot à dire. J’ai mes raisons. J’ai ma propre libido. Mes secrets. C’est quoi être intimement mêlé. Etre lié. Faire le vide. Souffler. Respirer. Pousser. Qu’est-ce qui nous vient. Qu’est-ce qui nous pousse dedans. Dehors. Qu’est-ce qu’on viendrait y faire. On viendrait rien y faire. On viendrait y pousser. Pousser sa voix. Pousser son corps en voix. Dans l’être. On naît. On naît d’un coup. En un coup de gueule. On n’a que ça. On n’a qu’une gueule. Qu’un corps. On naît qu’un seul jour. Il n’y a qu’un temps. On est tout seul
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant