Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Bravoure
DU
MÊME
AUTEUR
WERNERHERZOG,Edilig,1982. L'AMIEDUJAGUAR,Flammarion,1983.
EmmanuelCarrère
Bravoure
roman
P.O.L 26,rueJacob,Paris,6e
0P.O.L.éditeur,1984 ISBN2-86744-023-8
Précédantlemouvementdesoncorps,sonregard embrassesuccessivementlapénombrehumideducouloir ilvapénétreret,justeavantquelaportesereferme,le spectacledelaruequ'ilvientdequitter,dontlelourd battantdechênelesépareàprésent.Lamaisonn'abritant aucunmobilieretlui-mêmenepossédantplusrien,iln'a quesonproprepoidsàymouvoir,maisc'estassezpour l'épuisertoutpèsedavantageentrecesmursépais,à commencerparlaportedontilfranchitdeplusenplus rarementleseuil,chaquegestedemandeuneffort,comme silagravitéétaitmultipliée,l'attractiondelaterreplus impérieuseencetendroitprécisdeLondres. Parfois,àpeineentré,aulieudegravir,enretenant sonsoufflecourt,lavoléedemarchesquis'amorceaufond duboyauetleconduitàsapenderie,ils'agenouilledevant laporte,collesonœilàunefissurequ'ilarepérée,regarde au-dehors.Cesséancesdeguetluiplaisent,dumoinslui plaisaient-ellesaudébut,malgrél'étroitessedesonchamp devision.C'estencorelameilleuremanièrepourluide voirlemondesansêtrevu,sansqu'onluidemandedes'y mêler,d'ytenirsapartie. Tantqu'ilestdanslarue,àdécouvert,cettepartie consisteessentiellementàprévoirlesmodalitésdeson exclusionvolontaire,lesobstaclesquirisquentdel'empê-
cher.Arpentantlachausséeàquelquesmètresdelaporte, illuifauts'assurerquepersonneneleverralapousser, déplacerlaplanchequial'airclouéemaisenréaliténel'est paset,bienquelavenellesoitpeufréquentée,ilarrive qu'ildoivelalongerdeuxoutroisfois,danslesdeuxsens, parcequ'ilcroiseunpassantdevantsaretraiteetqu'ildoit donnerlechangeenpoursuivantsonchemin.Quand l'importuns'estéloigné,ilrevientsursespas,vérifieque personnen'estenvueniàportéed'oreilleet,enhâte, retirelaplanche,puislareplacetoutenpoussantle battant.Ilarriveaussiquelepassantsoittoujoursàson retour,lenezenl'air,entraindeconverseravecune personnedesaconnaissanceoumêmed'examinerla façade,évaluantlesdommages quedoitsubircette demeuredemaîtrelaisséeàl'abandon.Alors,illedépasse denouveau,évitantsonregard,craignantquel'autre trouvequelquechosedesuspectàsesalléesetvenues,àsa mineengénéral.Malgréseseffortspoursepersuaderque cecaractèresuspect,etparsuitecettesuspiciondupassant, n'existentquedanssonimagination,ilsentpesersurson épauleleregardencoredistrait,maisquinetarderapasà sefixer,àtransmettresonrapportaucerveauquidonnera l'alerte,avantquelui,Polidori,ait pudisparaître,se soustrairecommeondérobeunepièceàconvictionpour fairepiétineruneenquête.Toutenpressantlepas,ilse figurelesretombéesdecetteinformationsansimportance (unjeunehommevientderepasser,l'aircoupable,devant laported'unimmeublecondamné),sonvoyagedansles circonvolutionscérébralesdel'honnêtepromeneurbien sûr,pensecelui-ci,cethommeàl'aircoupablequivientde repassersansraisonapparente,flânepeut-être,commeje lefaismoi-même,maiscen'estpasun flâneur,ilparaît, c'estparadoxal,beaucouptropdisponiblepouravoirle loisirdeflâner.Non,cethommen'arienàfaire,maisilne flânepas.Ilsecache,trèsprobablement,ilredoutele commercedesessemblables,iln'a.d'autrerapportavec euxquesacraintedelesvoirstationnerdevantsonterrier, luiinterdisantd'entrer.Iln'estmêmepasexcluqu'unefois