//img.uscri.be/pth/18a6bdb4b64edb79b4bb79b3bf6aeb46c6c8df9d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Britannicus - Racine

De
128 pages

Tous les outils et compléments nécessaires pour aborder l'étude de l'œuvre.

Voir plus Voir moins
SOMMAIRE
1 - REPÈRES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9 1 - LE CONTEXTE HISTORIQUE. . . . . . . . . . . . . . .9 Le Roi-Soleil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9 L’absolutisme royal (1661-1713). . . . . . . . . . . .10 La vie culturelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 2 - BIOGRAPHIE DE RACINE (1639-1699). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 Jeunesse de Racine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 Début de carrière. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 Britannicus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 L’après-Britannicus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16 3 - LE CADRE DE L’ŒUVRE. . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Genèse deBritannicus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Britannicus: le défi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18 Les préfaces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 4 - LES RÈGLES THÉÂTRALES e AU XVII SIÈCLE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 L’unité de temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 L’unité de lieu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21 L’unité d’action. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 Les bienséances. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23 5 - SPECTACLE ET SPECTATEUR e AU XVII SIÈCLE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 Le spectateur, l’acteur et le public. . . . . . . . . . . .24 Aller au théâtre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25 Le théâtre comme lieu de spectacle. . . . . . . . . . .26
2 - ÉTUDE DU TEXTE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 1 - RÉSUMÉ DE LA PIÈCE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 Acte I : Agrippine outragée. . . . . . . . . . . . . . . . . .29 Acte II : «Néron est amoureux ». . . . . . . . . . . . .30 Acte III : la disgrâce de Britannicus. . . . . . . . . .31
Acte IV : Agrippine contre Néron. . . . . . . . . . . .32 Acte V : le monstre est né. . . . . . . . . . . . . . . . . . .33 2 - LES PERSONNAGES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33 Agrippine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33 Néron. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37 Britannicus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 Burrhus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43 Narcisse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45 Junie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47 Albine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49 Octavie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49 Pallas. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51 Sénèque. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 3 - LA LANGUE DANSBRITANNICUS. . . . . . . . .53 Le spectacle de la langue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 Les figures de style. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .57
3 - THÈMES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
1 - LE POUVOIR. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63 Le modèle romain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63 La politique dans la tragédie. . . . . . . . . . . . . . . . . .64 Un titre paradoxal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64 Les conceptions du pouvoir. . . . . . . . . . . . . . . . . .66
2 - DÉSIR ET PASSION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75 L’amour galant…. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75 La passion racinienne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 Liberté et fatalité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86 Liberté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89
3 - INSTRUIRE, PLAIRE ET TOUCHER. . . . . . . .94 La purgation des passions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .95
4 - ÉCHOS ET CORRESPONDANCES. . . . . . . . . . . . . .97 1 - CULTURE DE RACINE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97 Euripide. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97 Tacite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98 Le jansénisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100
6LESMOTS
2 - ÉCHOS DU TRAGIQUE. . . . . . . . . . . . . . . . . .102 Le tragique grec. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103 Le tragique romain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105 Le tragique classique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107 Le tragique moderne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107 3 - NÉRON ANTIQUE ET MODERNE. . . . . . . . .110 Pseudo-Sénèque :Octavia. . . . . . . . . . . . . . . . . .111 Alfieri :Ottavia. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111 Marceau :L’Étouffe-Chrétien. . . . . . . . . . . . . . . .112 Hubay :Néronissime ou l’empereur s’amuse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113 4 - LES MISES EN SCÈNE DEBRITANNICUS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114
5 - ANNEXES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117
1 - JUGEMENTS CRITIQUES. . . . . . . . . . . . . . . .117 2 - LEXIQUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120 3 - ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES. . .123
REPÈRES7
1
REPÈRES
1 - LE CONTEXTE HISTORIQUE
À quelques années près, on peut dire que l’expan-sion de la monarchie de Louis XIV correspond à l’as-cension sociale de Racine. Le règne personnel de ce célèbre monarque débute en 1661. De par l’idée de monarchie absolue, Louis XIV a été choisi par Dieu. Ses volontés émanent donc d’un pouvoir sacré et il entend clairement le rappeler en toute occasion. Son caractère « solaire » vient conforter son caractère divin.
Le Roi-Soleil Le roi gouverne seul et décide de ne pas prendre de premier ministre. Quelques conseillers l’assistent, mais il se réserve l’exclusivité de la décision. Louis XIV s’en-toure de bourgeois, et non de nobles, ce qui mécon-tente l’aristocratie. Les bourgeois ont acquis des compétences et des richesses dans tous les domaines, et c’est exactement ce que recherche le puissant monarque. De plus, dans sesMémoires, Louis XIV explique clairement son intention de mettre la noblesse à ses ordres : « Il fallait avant tout [...] établir ma propre réputation et faire connaître au public [...] que
REPÈRES9
mon intention n’était pas de partager mon autorité avec eux », avec eux, entendons avec les nobles. On doit au duc de Saint-Simon une monumentale récapi-tulation du règne du monarque absolu. Le mémoria-liste déclare, non sans nuances, que Louis XIV est né « bon et juste pour être un assez bon roi ». Et d’ajou-ter que Louis XIV porte aux flatteries une attention presque maladive, « son faible pour la gloire », et d’avancer que « la souplesse, la bassesse, l’air admirant, dépendant, rampant [...] étaient les voies uniques de lui plaire ». Il nous reste donc de Louis XIV un portrait riche, mais tout en contraste.
L’absolutisme royal (1661-1713) L’absolutisme royal se retrouve dans tous les domaines. En France, le monarque protège les compa-gnies commerciales qui favorisent les rentrées d’argent, dont il a besoin pour financer sa gloire : fêtes, pensions, et belligérances de toutes natures. Du point de vue de la politique extérieure, Louis XIV entreprend de mul-tiples conflits qui ensanglantent la France. Ces affron-tements, victorieux jusqu’en 1688, ruinent ensuite le pays de manière épouvantable : guerre de dévolution (1667-1668), guerre de Hollande (1672-1678), guerre de la ligue d’Augsbourg (1689-1697), guerre de Succession d’Espagne (1702-1714). En relation avec le désarroi économique, se développent des dog-matismes qui tentent d’expliquer cet état des choses par une volonté intransigeante de Dieu, dont l’exemple le plus marquant est le jansénisme. La famille de Racine ne sera pas sourde à ces appels exaltés. Le monarque absolu fera d’ailleurs démolir Port-Royal-des-Champs en 1713, au moment des famines les plus terribles, pour éliminer symboliquement cette contestation qui nuisait à son rayonnement. C’est que la religion préoc-cupe depuis toujours le roi. Pour accroître son lustre, il
10BRITANNICUS