Cantiques de la première communion comprenant les cantiques de la retraite sur les fins dernières et ceux sur la sainte Vierge, les voeux du baptême, la sainte Eucharistie et la persévérance, complément du Manuel pratique pour la première communion et la confirmation de Mittensi [...]...

Publié par

Guyot et Ruidot (Paris). 1864. In-16.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1864
Lecture(s) : 38
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 44
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

N° 5.
anses des Catéchismes
PREMIERE COMMUNION
COMPRENANT
Les Cantiques de la Retraite sur les fins dernières
et ceux sur la sainte Vierge,
les Voeux du Baptéme, la sainte Eucharistie
et la Persévérance.
pris net 10 centimes.
PARIS
rGUYOT ET ROIDOT, LIBR.-ÉDITEURS,
Eue de Greiielle-Saint-Germain+ Il et 13.
Complément du Manuel pratiqué pour la première Communion
et la Confirmation de M. Henri CONGNET, approuvé et re-
commande par Son Eminence le cardinal Gousset, par son
Eminence le cardinal Mathieu, et par Nos seigneurs les
Evèques de.Soissons, de Mende; de Beauvais, de Mëaux,de
Chàlons; etc.
S. CHRYSOSTOME.
QUATRIEME EDITION.
Prière avant le Catéchisme. /
Divin Jésus, qui avez aimé les enfants, et qui avez
pris plaisir à leur parler, parlez à noire cceur dans les
instructions que vos ministres vont nous faire.Accor
dez-nous, ô notre bon maître ! l'intelligence votre
sainte doctrine. Apprenez-nous à parler, dès nos jeu-
nes années, le joug aimable de votre loi. Enseignez-
nous à être doux et humbles, de coeur comme vous.
Conservez, augmentez, fortifiez la grace que vous avez
répandue dans nos âmes, afin qu'ayant soutenu jusqua ,
la fin par une vie toute.chrétienne les engagements de
notre baptême nous obtenions de vous et par vous
l'entrée du ciel, où vous régnez, avec le Père et te
Saint-Esprit. Ainsi. soit il,je vous salue, Marie.
Prièreapres le catechisme.
Seigneur Jésus,qui avez daigné vous faire enfant
pour nous! ô vousqui avez toujours témoigné tant de
tendresse et de bonté pour les enfants, jetez un regard
favorable sur nous,.faites que nous ayons toujours la
douceur et la candeur de l'enfance sans en avoir la lé-
gèreté, et qu'en imitant les vertus de votre sainte en-
fance, nous croissions*, à votre exemple, en science et
en sagesse devant Dieu et devant les hommes, afin de
régner un jour avec vous dans le ciel. Ainsi soit-il.
Sub tuum..., ou bien, Je voussalue, Marie,—ou bien,
Souvenez-vous,-
IerOBSERVATION.
Les cantiques les plus utiles .sont ceux qui devien-
nent populaires.—En effet,c'est à cette condition sur-
tout que les vérités ou les leçons de morale qu'ils ren-
ferment peuvent se graverdans le coeur d'un plus
grand nombre de fidèles,en.même temps que leur
mémoire en retient l'air et la mélodie.. Veut-on qu'un
cantique bien choisi devienne populaire? il faut le ré-
péter souvent.,Le peùple prend fort peu d'intérêt à
n'entendre toujours chanter que trois ou quatre per-
(Voir la 3e page de la couverture)
N° 5.
2° SÉRIE
DE LA
PREMIÈRE COMMUNION
COMPRENANT
Les cantiques de la Retraite sur les fins dernières
et ceux sur la sainte Vierge,
les voeux du Baptême, la sainte Eucharistie
et la_Persévérance.
Complement du Manuel pratique pour la première Communion
et la Confirmation de M. HENRI CONGNET, approuvé et re-
commandé/par son Eminence le cardinal Gousset, par Son
Emminence le cardinal Mathieu, et par Nos seigneurs les
Evèques de Soissons, de Mende, de Beauvais, de Meaux, de
Chatons, etc.
S. CHRYSOSTOME.
QUATRIÈME ÉDITION.
Prix net : 10 cemtinies,
PARIS
GUYOT ET ROIDOT, L1BR.-ÉDITEURS,
rue de Grenelle-Saint-Germain, 11 et 13.
A
AVERTISSEMENT.
Mes chers enfants,
Par l'introduction des cantiques dans les caté-
chismes et les réunions pieuses, on so propose de vous
instruire davantage, en donnant à certaines vérités
importantes quelques développement plus frappants.
On veut ensuite élever vos âmes el toucher vos coeurs
par le charme de la poésie et de la musique.—Mais pour
que ce double but soit plus facilement et plus sûre-
ment atteint, il sera bien utile, et souvent il sera indis-
pensable , que, avant de vous mellre à chanter un
cantique, vous le lisiez attentivement une ou plusieurs
fois, et que vous vous effoiciez de le comprendre dans
son ensemble et dans tous ses mots. La prose, même
la plus simple, n'est pas toujours, croyez-le bien, à la
portée des jeunes enfants, et cela, dans les villes tout
aussi bien que dans les campagnes. A plus forte raison
la poésie, avec ses inversions et son langage figure ou
mystique, doit-elle avoir pour eux de véritables obscu-
rités. Ne rougissez pas, chers enfants, de demander
l'explication de ce que vous ne comprenez pas. On vous
en estimera et aimera davantage. On s'intéresse tou-
jours beaucoup à un enfant qui cherche à s'instruire.
Lorsque par cette lecture attentive et par les expli-
cations que vous aurez provoquées, un cantique vous
sera devenu intelligible, chantez-le alors avec recueil-
lement et laissez voire âme se pénétrer des sentiments
d'une tendre piété. C'est en employant ces moyens que
les cantiques ne seront plus seulement dans une pa-
roisse un passe temps, une espèce d'amusement et de
récréation ; ils deviendront un véritable exercice reli-
gieux, d'où l'on sortira le coeur rempli de grâces et
plus décidé que jamais à servir le Seigneur avec cou-
rage et persévérance. « Les, abeilles, dit saint Clirysos-
tome, aiment à habiter les lieux remplis de parlums ;
et la grâce de l'Esprit Saint descend sur ceux qui
s'adonnent au chant des cantiques et elle sanctifie
à la fois leurs lèvres et leur coeur. Ubi sunt aro
mata et suffilus, apes iïlic habitant : ubi cantica spi-
ritualia, illuc advolat spiritus gralia, quoe os sanctificat
et animam. » Henri CONGNE
CANTIQUES
POUR LA PREMIÈRE COMMUNION
Indication des airs : C. chants pieux. L. Lambillotte.
F. Foulon.A. Amiens.-S. St-Sulpice.
§ 1er Cantiques pour la retraite.
C. 6. N° 41. A. 277.
Ayant de chanter un cantique, mon cher enfant, lisez-le attentive-
ment; essayez de le comprendre et demandez l'explication des mots et des
phrases que vous ne comprenez pas.—Après la lecture ou le chant de chaque
cantique, excitez en vous quelque bon sentiment et prenez une résolution
qui soit en rapport avec le sujet qui y est traité.
REFRAIN.
Esprit-Saint, descendez en nous ; (bis)
Embrasez notre coeur de vos feux les plus doux.
Esprit-Saint, etc.
\ Sans vous, noire vaine prudence
Ne peut, hélas! que s'égarer.
Ah ! dissipez notre ignorance, (bis)
Esprit d'intelligence,
Venez nous éclairer. Esprit-Saint, etc.
2 Le noir enfer, pour nous livrer la guerre,
Se réunit au monde séducteur ;
Tout est pour nous embûches sur la terre :
Soyez, soyez notre libérateur, (bis.) Esprit, etc.
3 Enseignez-nous la divine sagesse ;
Seule, elle peut nous conduire au bonheur :
Dans ses sentiers, qu'heureuse est la jeunesse!
Qu'heureuse est la vieillesse! Esprit, etc.
Aspiration.—Esprit-Saint, c'est sur votre secours que je compte pour
comprendre l'instruction que l'on va nous faire et pour en tirer quelque
profit spirituel qui me fasse opérer mon salut.
A. 376. N° 42. C. 67.
DIEU.
1 Reviens, pécheur, à ton Dieu qui l'appelle ;
Viens au plus lot te ranger sous sa loi :
CANTIQUES
Tu n'as été déjà que trop rebelle;
Reviens à lui, puisqu'il revient à toi. (bis.)
LE PÉCHEUR.
2 Voici, Seigneur, cette brebis errante
Que vous daignez chercher depuis longtemps;
Touché, confus d'une si longue attente,
Sans plus tarder, je reviens, je me rends. (bis)
DIEU.
3 Pour t'attirer ma voix se fait entendre ;
Sans me lasser partout je te poursuis ;
.D'un Dieu pour toi, du père le plus tendre,
J'ai les bontés, ingrat, et. tu me fuis ! (bis.)
LE PÉCHEUR.
4 Errant, perdu, je cherchais un asile;
Je m'efforçais de vivre sans effroi :
Hélas! Seigneur, pouvais-je être tranquille
Si loin de.vous, et vous si loin de moi! (bis.)
DIEU.
5 Attraits, frayeurs, remords, secret langage,
Qu'iii-je oublié dans mon amour constant?
Ai-je pour loi dû faire davantage?
Ai-je pour toi dû même en faire autant? (bis.)
LE PÉCHEUR.
6 Je me repens de ma faute passée ;
Contre le ciel, contre vous j'ai péché ;
Mais oubliez ma conduite insensée,
Et ne voyez en moi qu'un coeur touché. (bis )
DIEU.
7 Si je suis bon, faut-il que tu m'offenses ?
Ton méchant coeur s'en prévaut chaque jour :
Plus de rigueur vaincrait les résistances ;
Tu m'aimerais,si j'avais moins d'amour. (bis.)
LE PÉCHEUR.
8 Que je redoute un juge, un Dieu sévère!
J'ai prodigué des biens qui sont sans prix ;
Comment oser vous appeler mon père?
Comment oser me dire votre (ils ? [bis.)
DE LA PREMIERE COMMUNION.
9 Ta courte vie est un songe qui passe,
Et de ta mort le jour est incertain ;
Si j'ai promis de te donner ta grâce,
T'ai-je jamais promis le lendemain? (bis.)
LE PÉCHEUR.
10 Votre bonté surpasse ma malice;
Pardonnez-moi ce long égarement ;
Je le déteste, il fait tout mon supplice,
Et pour vous seul j'en pleure amèrement. RACINE.
Réflexion.—Oui, mon Dieu, je déteste le péché, je suis touché de
votre bonté et je m'efforcerai de ne plus vous offenser mortellement.
A. 180. N° 43. C. 114.
REFRAIN.
A la mort, à la mort,
Pécheur, tout finira :
Le Seigneur, à la mort,
Te jugera.
1 Il faut mourir, il faut mourir ;
De ce monde il nous faut sortir;
Le triste arrêt en est porté,
Il faut qu'il soit exécuté. A la mort, etc.
2 Comme une fleur qui se flétrit,
Ainsi bientôt l'homme périt ;
L'affreuse mort vient de ses jours,
Dans peu de temps, Unir le cours. A la mort,etc.
3 Pécheurs, approchez du cercueil,
Venez confondre votre orgueil :
Là, tout ce qu'on estime tant
Est enfin réduit au néant. A la mort, etc.
4 O vous qui suivez vos désirs,
Qui vous plongez dans les plaisirs,
Pour vous quel affreux changement
La mort va faire en ce moment! A la mort, etc.
5 Adieu, famille, adieu, parents,
Adieu, chers amis, chers enfants :
CANTIQUES
Votre coeur se désolera ;
Mais enfin tout vous quittera. A la mort, etc.
6 S'il fallait subir votre arrêt,
Chrétiens, qui de vous serait prêt?
Combien dont le funeste sort
Serait une éternelle mort! A la mort, etc.
Le vénérable GRIGNON DE MONTFORT.
reflexion. — Si je mourais en ce moment, et avant d'avoir reçu l'ab
solution de mes péchés, n'aurais-je pas tout à craindre de la justice de
Dieu?
A. 182.
N° 44.
C. 118.
Tout n'est que vanité,
Mensonge, fragilité,
Dans tous ces objets divers
Qu'offre à nos regards l'uni-
[vers.
Tous ces brillants dehors,
Cette pompe,
Ces biens, ces trésors,
Tout nous trompe,
Tout nous éblouit,
Mais tout nous échappe et
[nous fuit.
Telles qu'on voit les fleurs,
Avec leurs vives couleurs,
Eclore, s'épanouir,
Se faner, tomber et périr ;
Tel est des vains attraits
Le partage ;
Tels l'éclat, les traits
Du bel âge,
Après quelques Jours,
Perdent leur beauté pour tou-
jours.
En vain, pour être heureux,
Le jeune voluptueux
Se plonge dans les douceurs
Qu'offrent les mondains sé-
[ducteurs;
Plus il suit les plaisirs
Qui l'enchantent,
Et moins ses désirs
Se contentent:
Le bonheur le fuit
A mesure qu'il le poursuit.
Que doivent devenir,
Pour l'homme qui doit mou-
[rir,
Ces biens longtemps amasses,
Cet argent, cet or entassés?
Fût-il du genre humain
Seul le maître,
Pour lui tout enfin
Cesse d'être :
Au jour de son deuil.
Il n'a plus à lui qu'un cer-
[cueil.
Que sont tous ces honneurs.
Ces titres, ces noms flatteurs?
Où vont de l'ambitieux
Les projets, les soins et les
[voeux?
Vaine ombre, pur néant,
Vil atome,
Mensonge amusant,
Vrai fantôme
Qui s'évanouit
Après qu'il l'a toujours séduit.
J'ai vu l'impie heureux
Porter son air fastueux
DE LA PREMIERE COMMUNION.
Et son front audacieux
Au-dessus du cèdre orgueil-
Peux :
Au loin tout révérait
Sa puissance.
Et tout redoutait
Sa présence ;
Je passe, et soudain
Il n'est plus, je le cherche en
[vain.
Que sont donc devenus
Ces grands, ces guerriers
[connus,
Ces hommes dont les exploits
Ont soumis la terre à leurs lois?
Les traits éblouissants
De leur gloire,
Leurs noms éclatants,
Leur mémoire,
Avec les héros
Sont entres au sein des tom-
[beaux.
Arbitre des humains,
Dieu seul lient entre ses
[mains
Les événements divers
Et le sort de tout l'univers :
Seul il n'a qu'à parler,
Ella foudre
Va frapper, brûler,
ÎMetlre en poudre
Les plus grands héros,
Comme les plus vils vermis-
[seaux.
La mort, dans son courroux,
Dispense à son gré ses coups,
N'épargne ni le haut rang,
Ni l'éclat auguste du sang.
Tout doit un jour mourir.
Tout succombe,
Tout doit s'engloutir
Dans la tombe :
Les sujets, les rois,
Iront s'y confondre à la fois.
Oui, la mort, à son choix,
A soumis tout à ses lois,
Et l'homme ne fut jamais
A l'abri d'un seul de ses traits;
Comme sur son retour,
La vieillesse,
Dans son plus beau jour
La jeunesse,
L'enfance au berceau
Trouvent tour à tour le tom-
[beau.
LeVén. GRIGNON DE MONTFORT.
Réflexion.— Après avoir vécu quelques années sur la terre, je quit-
terai donc tout : parents, biens, plaisirs...! Pourquoi m'attacher à ce
qui passe? je ne veux etre qu'à Dieu, qui seul est éternel.
L. 16. N° 45 C. 21.
1 Dieu va déployer sa puissance ;
Le temps comme un songe s'enfuit.
Les siècles sont passés, l'éternité commence,
Le monde va rentrer dans l'horreur de la nuit.
Dieu, etc.
2 J'entends la trompette effrayante ;
Quel bruit! quels lugubres éclairs!
Le Seigneur a lancé sa foudre étincelante,
El ses feux dévorants embrasent l'univers.
J'entends, etc.
CANTIQUElS
3 Les monts foudroyés se renversent,
Les êtres sont tous confondus :
La mer ouvre son sein, les ondes se dispersent;
Tout est dans le chaos, et le monde n'est plus.
Les monts, etc.
4 Sortez des tombeaux, ô poussière !
Dépouille des pâles humains :
Le Seigneur vous appelle, il vous rend la lumière;
il a sonder les coeurs et fixer vos destins.
Sortez, etc.
5 II vient : tout est dans le silence ;
Sa croix porte au loin la terreur ;
Le pécheur consterné frémit à sa présence,
Et le juste lui-même est saisi de frayeur.
Il vient, etc.
6 Assis sur un trône de gloire,
Il dit : Venez, ô mes élus!
Comme moi vous avez remporté la victoire ;
Recevez de mes mains le prix de vos vertus.
Assis, etc.
7 Tombez dans le sein des abîmes,
Tombez, pécheurs audacieux ;
De mon juste courroux immortelles victimes,
Vils suppôts des démons, vous brûlerez comme eux.
Tombez, etc.
8 Triste éternité de supplices,
Tu vas donc commencer ton cours ?
De l'heureuse Sion ineffables délices,
Bonheur, gloire des Saints, vous durerez toujours!
Triste éternité, etc.
Le Vénérable GRIMOS DE MONTFORT.
Réflexion.—Qu'aurai-je à répondre au tribunal de Dieu? j'ai commis
tant de pèches!.... j'ai abuse de tant de grâces
A. 103. N. 46. F. 27. S. 40.
4 J'ai péché dès mon enfance,
J'ai chassé Dieu de mon coeur;
J'ai perdu mon innocence,
Quelle perte! ah! quel malheur ! J'ai, etc.
DE LA PREMIERE COMMUNION.
2 Oh ! qui mettra dans ma tête
Une fontaine de pleurs?
A la perte que j'ai faite
Puis-je égaler mes douleurs? Oh! qui, etc.
3 En livrant mon cosur au crime,
Dans quels maux l'ai-je plongé!
Dans quel effroyable abîme,
Hélas! me suis-je engagé! En livrant, etc.
4 Riche trésor de la grâce,
Te perdant, j'ai tout perdu.
Que faut-il donc que je fasse
Pour que tu me sois rendu? Riche, etc.
5 Oh ! que mon âme était belle
Quand elle avait sa candeur !
Depuis qu'elle est criminelle,
O Dieu, quelle est sa laideur ! Oh! que, etc.
6 Mon Dieu, quel bonheur extrême
Si j'étais mort au berceau,
Et si, des fonts du baptême,
On m'eût conduit au tombeau! Mon, etc.
7 Malheur à vous, amis traîtres,
Mes plus cruels ennemis,
Qui fûtes mes premiers maîtres
Dans le mal que j'ai commis! Malheur, etc.
8 Ah ! Seigneur, je vous aborde
Tremblant et saisi d'effroi :
Dans votre miséricorde,
Jetez un regard sur moi. Ah ! Seigneur, etc.
9 Pardonnez à ce rebelle
Qui déplore son malheur ;
Oui, désormais plus fidèle,
Il veut vous rendre son coeur. Pard., etc.
Aspiration—O mon Dieu, mon souverain maître et mou père, par-
donnez, pai donnez à votre enfant qui se repent de vous avoir tant offensé,
A. 143. L. 128. N° 47. C. 51.
4 Un fantôme brillant séduisit ma jeunesse,
Sous le nom de plaisir il égara mes pas.
Insensé que j'étais ! je n'apercevais pas
CANTIO.UES
L'abîme que des fleurs cachaient à ma faiblesse.
REF.Mais enfin, revenu de mes égarements,
Remettant mon salut à ta bonté chérie,
O mon Dieu, mon soutien, après mille tourments,
Quand je reviens à toi (bis), je reviens à la vie. (ter.)
2 Faux plaisirs où je crus ne trouver que des charmes.
Ivresse de mes sens, trompeuse volupté,
Hélas ! en vous cherchant, que vous m'avez coûté
De craintes, de douleurs, de regrets et de larmes!
Mais enfin, etc.
3 Vous qui, par tant de soins, souteniez mon enfance,
O mon père! ô ma mère ! à combien de douleurs
Ma jeunesse indocile a dû livrer vos coeurs,
En provoquant du Ciel la trop juste vengeance !
Mais enfin, etc.
4 Pardonnez, pardonnez à votre enfant coupable ;
Hélas I cent fois puni d'oublier vos leçons,
Même au sein des plaisirs, par des remords profonds
Il expiait déjà son crime détestable.
Mais enfin, etc.
5 Oui, mon Dieu, c'en est fait, touché de ta clémence,
J'abjure dès ce jour le monde et ses appas.
[Nouvel enfant prodigue, accueilli dans tes bras,
Je retrouve à la fois mon père et l'innocence.
Pour jamais revenu de mes égarements,
Je remets mon salut à ta bonté chérie, elc.
Réflexion.—C'est bien sincèrement, ô mon Dieu, et avec une grande
confiance, que je viens implorer votre miséricorde.
A. 129. L. 123. No 48. C. 179.
4 Comment goûter quelque repos
Dans les tourments d'un coeur coupable?
Loin de vous, ô Dieu tout aimable !
Tous les biens ne sont que des maux.
J'ai fui la maison de mon Père,
A la voix d'un monde enchanté ;
Il promet la félicité,
Mais il n'enfante que misère. (bis.\
2 Vois, me disait-il, vois le temps
Emporter ta belle jeunesse ;
DE LA PREMIERE COMMUNION.
Tu cueilles l'épine qui blesse,
Au lieu des roses du printemps.
Le perfide, pour ma ruine,
Cachait l'épine sous la fleur :
Mais vous, ô Dieu plein de douceur !
Vous cachez les fleurs sous l'épine. (bis
3 Créateur justement jaloux,
Ah ! voyez ma douleur profonde :
Ce que j'ai souffert pour le monde,
Si je l'avais souffert pour vous !...
J'ai poursuivi dans les alarmes
Le fantôme des vains plaisirs :
Ah ! j'ai semé dans les soupirs
Et je moissonne dans les larmes: (bis.
4 Qui nie rendra de la vertu
Les douces, les heureuses chaînes?
Mon coeur, sous le poids de ses peines,
Succombe et languit abattu.
J'espérais, ô triste folie !
Vivre tranquille et criminel.
J'oubliais l'oracle éternel :
Il n'est point de paix pour l'impie. (bis.)
5 De mon abîme, ô Dieu clément !
J'ose t'adresser ma prière.
Cessas-tu donc d'être mon Père,
Si je fus un indigne enfant?
Hélas! le lever de l'aurore
Aux pleurs trouve mes yeux ouverts,
Et la nuit couvre l'univers
Que mon âme gémit encore. (bis.)
6 Mais quelle voix !... qu'ai-je entendu !
« De concerts que tout retentisse,
« Que le ciel lui-même applaudisse :
« Mon cher fils enfin m'est rendu... »
Dieu ! je vois mon Père, il s'empresse:
L'amour précipite ses pas :
11 veut nie serrer dans ses bras,
Baigné des pleurs de sa tendresse. (bis.)
Mgr LE TOURNEUR.
Réflexion. — Non, certainement non, je n'étais pas heureux quand je
commettais tel et tel pèche!... Ma conscience me reprochait sans
cesse mon indignité et mon ingratitude.
1.
CANTIQUES
A. 88. L. 28.
N° 49.
C. 69.
Au sang qu'un Dieu va ré-
[pandre,
Ah! mêlez du moins vos pleurs,
Chrétiens qui venez entendre
Le récit de ses douleurs.
Puisque c'est pour vosoffcnses
Que ce Dieu souffre aujour-
d'hui,
Animés par ses souffrances,
Vivez et mourez pour lui.
Dans un jardin solitaire
11 sent derudes combats;
Il prie, il craint, il espère;
Son coeur veut et ne veut pas.
Tantôt la crainte est plus forte,
Et tantôt l'amour plus fort;
Mais enfin l'amour l'emporte,
Et lui fait choisir la mort.
Judas, que la fureur guide,
L'aborde d'un air soumis;
Il l'embrasse .. et ce perfide
Le livre à ses ennemis.
Judas, un pécheur t'imite
Quand il feint de l'apaiser;
Souvent sa bouche hypocrite
Le trahit par un baiser.
On l'abandonne à la rage
De) cent tigres inhumains;
Sur son auguste visage
Les soldat portent leurs mains.
Vous deviez, anges fidèles,
Témoins de ces attentats,
Ou le mettre sous vos ailes,
Ou frapper tous ces ingrats.
Ils le traînent au grand-préire,
Qui seconde leur fureur,
El ne veut le reconnaître
Que pour un blasphémateur.
Quand il jugera la terre,
Ce Sauveur aura son tour;
Aux éclats de son tonnerre
Tu le connaîtras un jour.
Tandis qu'il se sacrifie,
Tout conspire à l'outrager.
Pierre lui-même l'oublie
Et le traite d'étranger :
Mais Jésus perce son âme
D'un regard tendre et vain-
queur,
El met d'un seul trait de flam-
Le repentir en son coeur, [me
ChezPilate on le compare
Au dernier des scélérats.
Qu'entends-je? o peuple bar-
bare !
Tes cris sont pour Barabbas ;
Quelle indigne préférence !
Le juste est abandonné ;
On condamne l'innocence,
Et le crime est pardonné.
On le dépouille, on l'attache,
Chacun arme son courroux,
Je vois cet agneau sans tache
Tombant, ptesque sous les
[coups.
C'est à bous d'être victimes.
Arrêtez, cruels bourreaux !
C'est pour effacer vos crimes
Que son sang coule à grands
[flots.
Une conronne cruelle
Perce son auguste front ;
A ce chef, à ce modèle,
Mondains, vous faites affront.
11 languit dans les supplices,
C'est un homme de douleurs;
Vous vivez dans les délices,
Vous vous couronnez de fleurs.
il marche,il monte moule au calvaire,
DE LA PREMIERE COMMUNION.
Chargé d'un infâme bois ;
De là, comme d'une chaire,
II fait entendre sa voix :
Ciel, dérobe à ta vengeance
Ceux qui m'osent outrager!
C'est ainsi, quand on l'oflense,
Qu'un chrétien doit se venger.
Un troupe déchaînée
L'insulte et crie à l'envi :
Qu'il change sa destinée,
ht nous croirons tous en lui.
Il peut la changer sans peine,
Malgré vos noeuds et vos clous;
Mais le noeud qui seul l'enchaîne
C'est l'amour qu'il a pour nous.
Ah ! de ce lit de souffrance,
Seigneur, ne descendez pas;
Suspendez votre puissance,
Restez-y jusqu'au trépas.
Mais tenez votre promesse,
Attirez-nous près de vous ;
Pour prix de votre tendresse.
Puissions-nous y mourir tous,-
Il expire, et la nature
Dans lui pleure son auteur ;
Il n'est point de créature
Qui ne marque sa douleur;
Un spectacle si terrible
Ne pourrait-il me toucher?
Et serai-je moins insensible
Que n'est le plus dur rocher?
FÉNELON
Réflexion—C'est surtout en regardant un crucifix ou en me rappelant
les principales circonstances de la douloureuse passion de Jésus-Christ,
que je puis concevoir jusqu'à quel peint Dieu est offensé par le pèche. La
crime doit donc être bien grand puisqu'il a nécessité une telle répa-
ration!
A. 47. L. -142. N° SO. C. 8<>-
1 Sainte cité, demeure permanente,
Sacré palais qu'habite le grand Roi,
Où doit un jour régner l'âme innocente ;
Quoi de plus doux que de penser à loi?
REFRAIN. O ma patrie !
O mon bonheur!
Toute ma vie
Sois le voeu de mon coeur.
2 Dans tes parvis, au sein de l'allégresse,
Coule un torrent des plus chastes plaisirs;
On ne ressent ni peines ni tristesse,
On ne connaît ni plaintes ni soupirs. O ma attie.
3 Tes habitants ne craignent plus d'orage;
Ils sont au port, ils y sont pour jamais.
Un calme entier devient leur doux pariage ;
Dieu dans leur coeur verse un fleuve de paix. O, eit
4 De quelle léclat ce Dieu les environne
Ah ! je les vois tout brillants de clarté!
CANTIQUES
Rien ne saurait y flétrir leur couronne ;
Leur vêtement est l'immortalité. O ma patrie, etc.
5 Beauté divine, ô beauté ravissante !
Tu fais l'objet du suprême bonheur :
Oh ! quand naîtra celte aurore brillante
Où nous pourrons contempler ta splendeur? O, etc.
6 Puisque Dieu seul est notre récompense,
Qu'il soit aussi la fin de nos travaux.
Dans celte vie un moment de souflrance
Mérite au ciel un éternel repos. O ma patrie, etc..
Réflexion. —Quel malheur si, en continuant à pécher, je me Faisais
fermer l'eutre du ciel où je suis appelé à jouir d'un bonheur éternel!
N° 51 C. 177.
1 Mon doux Jésus, enfin voici le temps
De pardonner à nos coeurs pénitents;
Jamais nous n'offenserons plus
Votre bonté suprême,
O doux Jésus!
(On peut chanter pour refrain : Parce, Domine.)
2 De mes péchés vous portez tout le poids,
Vous expirez sur un infâme bois ;
Je mettrai donc tout mon plaisir
A répandre des larmes bis
De repentir.
3 Puisqu'un pécheur vous a coûté si cher,
Faites-lui grâce, il ne veut plus pécher.
Ah ! ne perdez pas cette fois ),
La conquête admirable
De votre croix !
4 Enfin, mon Dieu, nous sommes à genoux
Pour vous prier de pardonner à tous ;
Pardonnez-nous, ô Dieu clément!
Lavez-nous de nos crimes
Dans votre sang.
5 Si votre amonr en vous livrant pour nous
D'un juste juge a calmé le courroux.
Oui, c'en est fait, ô Dieu sauveur ! ,
Voilà le sacrifice
De notre coeur. DE SAMBUC;
Réflexion.—Aulant Dieu est irrité contre le péclicur impénitent, autant
à genoux, implorant mou pardon.
DE LA PREMIERE COMMUNION.
L. 109.
N° b2.
C. 203. 213
REFRAIN
Bénissons à jamais
Le Seigneur dans ses bienfaits !
bis.
Bénissez-le, saints Anges;
Louez sa majesté ;
Rendez à sa bonté
Mille et mille louanges.
Bénissons, etc.
Oh ! que c'est un bon Père,
Qu'il a grand soin de nous !
Il nous supporte tous,
Malgré notre misère.
Bénissons, etc.
Comme un pasteur fidèle,
Sans craindre le travail,
Il ramené au bercail
Une brebis rebelle.
Bénissons, etc.
Par lui cesse la peine
Qui désolait mon coeur ,
ht du monde vainqueur,
Je vois briser ma chaîne.
Bénissons; etc.
11 console mon âme,
La nourrit de son pain ;
A ce banquet divin
II veut qu'elle s'enflamme.
Bénissons, etc.
Sa bonté me supporte,
Sa lumière m'instruit,
Sa beauté me ravit,
Son amour me transporte.
Bénissons, etc.
Dieu seul est ma richesse
Dieu seul est mon soutien,
Dieu seul est tout mon bien,
Je redirai sans cesse
Bénissons, etc.
Reflexion.—Devrais-je laisser passer une seule heure sans remercier
Dieu de ses bienfaits? C'est vous, ô Seigneur, qui me conservez chaque
jour et me permettez de jouir de tout ce que vous avez créé pour le ser-
vue de l'homme. ,
§ 2. Cantiques sur la Sainte Vierge.
A. 29. N° 53. C. 122.
Avant de chanter un cantique, lisez-le attentivement; essayez de le com-
prendre, puis demandez l'explication des mots et des phrases que vous ne
comprenez pas.— Après la lecture ou le chant de chaque cantique , excitez
en vous quelque bon sentiment, et prenez une résolution qui aie du rap-
port avec le sujet qui y est traité.
Je mets ma confiance,
Vierge,en votre secours :
Servez-moi de défense,
Prenez soin de mes jours :
Et quand ma dernière heure
Viendra fixer mon sort,
Obtenez que je meure
De la plus sainte mort. 5
A votre bienveillance,
O Vierge, j'ai recours ;
Soyez mon assistance
En tous lieux et toujours;
Vous même êtes ma Mère,
Jésus est votre fils ;
Porlez-lui la prière bis
De vos enfants chéris.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.