Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Carnet américain

De
100 pages
À la suite des attentats du 11 septembre 2001, l’attention du monde entier s’est tournée vers la ville de New York et ses images de désolation et de souffrance. Avec Carnet américain, Louise Cotnoir redonne à cette ville surréaliste un visage et une voix dignes de sa démesure. Véritable personnage principal de ce recueil de nouvelles, New York prête ses décors et ses paysages à une société colorée et attachante, tributaire de ses origines. Pour ces immigrants et descendants d’immigrants chinois, russes, africains ou italiens, New York représente l’incarnation du rêve américain, la promesse d’une vie meilleure placée sous le signe de l’abondance.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Ame Sans Terre

de Manuscrit

Nulla dies sine Milena

de editions-du-pantheon

Messaouda

de le-seuil

Extrait de la publication
Carnet américain
1
Extrait de la publication
Carnet américain
CARNET AMÉRICAIN
3
Extrait de la publication
Carnet américain
De la même auteure : Si Cendrillon pouvait mourir ! (Le Show des femmes de Thetford Mines), collectif, théâtre, Les Éditions du remueménage, 1980. Théorie, poésie, conception artistique et réalisation Azélie, Zee Artand, Les Éditionszélastiques, 1983. Plusieures, poésie, Écrits des Forges, 1984. Les rendezvous par correspondancede suivi Les prénoms, poésie, Les Éditions du remueménage, 1984. Tension, poésie, Les Éditions nbj, 1984. L’audace des mains, poésie, avec six dessins de Célyne Fortin, Éditions du Noroît, 1987. Comme une chienne à la mort, poésie, Les Éditions du remueménage, 1987. Signature païenne, poésie, Les Éditions du remueménage, 1989. Asiles, poésie, Les Éditions du remueménage, 1991. La déconvenue, nouvelles, Éditions de L’instant même, 1993. Des nuits qui créent le déluge, poésie, Éditions de l’Hexagone, 1994. Dismoi que j’imagine, poésie, Éditions du Noroît, 1996. Nous sommes en alarme, poésie, Éditions du Noroît, 2000.
4
Extrait de la publication
Carnet américain
LOUISE COTNOIR
Carnet américain
nouvelles
5
Extrait de la publication
Maquette de la couverture:Anne-Marie Guérineau Illustration de la couverture : Louisette Gauthier-Mitchell, « E.E.V. 12/12 » (détail), 1985, huile sur toile (135 x 135 cm), collection Prêt d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec (CP.85.24) Photographie: en provenance de l’artiste Photocomposition:CompoMagny enr. Distribution : Diffusion Dimedia 539, boulevard Lebeau Montréal (Québec) H4N 1S2
©Les éditions de L'instant même, 2003
L’instant même 865, avenue Moncton Québec (Québec) G1S 2Y4 info@instantmeme.com www.instantmeme.com ISBN PDF : 978-2-89502-776-8
Données de catalogage disponibles sur le site de Bibliothèque et Archives nationales du Québec L’instant même remercie le Conseil des Arts du Canada, le gouvernement du Canada (Fonds du livre du Canada), le gouvernement du Québec (Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC) et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec.
Extrait de la publication
Carnet américain
La grande énigme de la vie humaine, ce n’est pas la souffrance, c’est le malheur. Simone WEIL, L’amour de Dieu et le malheur.
7
Extrait de la publication
Carnet américain
8
Extrait de la publication
L’homme dans la boîte
L’homme dans la boîte
’homme est dans la boîte. DeLbbra, sa fille. La boîte le garde dans l’anonymat. En sécurité, il s’y enferme avec les corps de Stella, sa femme, et de Sa fille, Debbra, qui avait le sourire du jour au fond des yeux et tout juste cinq ans. Cinq ans. L’âge de son père, quand les grandsparents s’ins tallent à Chicago. Issus de la Grande Dépression, pour eux la ville s’offre avec des promesses d’emploi. Aux abattoirs d’où émanent des effluves putrides et aux aciéries qui crachent, par de longues cheminées de pierre brune, le feu. Le feu. Son père s’en souviendra longtemps, devenu sensible à jamais à la lumière rougeâtre des couchers de soleil sur les façades miroitantes des buildings. Le feu aux rideaux de coton tissés par la grandmère. Son père racontait«l’Insurrection», et ses mains tremblaient encore, comme à l’époque de l’im meuble crasseux où ils étaient parqués. Du bétail. Et il se rappelait la voix forte du grandpère : New York. Une ville tolérante, avec des lois et des écoles. Des écoles pour apprendre à lire, à écrire et à compter. Contre l’ignorance, l’exploitation et la pauvreté ontologiques.
9
Extrait de la publication
Carnet américain
Il avait ajouté un mot magique qui brillait encore dans les yeux du père quand il racontait leur histoire de migrants : Ton grandpère rêvait tout haut, et nous, on participait à ses rêves. Ton grandpère a murmuré chaque lettre, avec passion :HARLEM. Harlem, un soleil qui s’est éteint après vingt ans de travail acharné, vingt ans entremêlés de mémoire, et de désirs, et d’espoirs ; une seule et longue ligne musicale qui supporte toute une mélodie. Job Tubman se souvient de l’or des marguerites posées d’abord sur la tombe de sa grandmère, Loretta. Puis, sur celle du grandpère, Percy. Il avait dix ans et reprenait à sa charge«le sale espoir». Il devenait plus attentif aux chants de sa mère dont la voix langoureuse semblait revenir du fin fond de l’Afrique, oubliée par pure nécessité. Et il percevait, déjà, l’absence de racines autour de laquelle s’effondrait tout l’espace. Cet espace devant lequel le père se désespéra de ce que son courage et le travail de ses bras ne suffisaient pas à faire de lui, de sa famille, dereal Americans. Le père avait juré, en prenant Dieu à témoin : Je ne mourrai pas avant de vous avoir acheté une maison, une vraie, à Brooklyn. Brooklyn avec l’arc miraculeux de son pont, ses lampadaires comme des tulipes en flammes. Cette enjambée audessus du fleuve avait provoqué chez le père une sensation d’irréalité et l’impression d’avoir atteint la Terre Promise. Avec sa foi naïve, il a cru que Dieu luimême lui avait insufflé la façon d’obtenir «la belle maison», dans le quartier de BedfordStuyvesant. Le père avait rendu sa mort suffisamment accidentelle pour que la compagnie Iron and Steel verse à sa veuve et à ses trois enfants la prime d’assurances avec laquelle ils allégeraient leur vie d’African Americans.
10
Extrait de la publication