Catalogue des ouvrages de peinture et de sculpture exposés au musée de la ville de Dunkerque en 1873 : Commission du musée

Publié par

Kien (Dunkerque). 1873. 59 p. ; 20 cm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1873
Lecture(s) : 61
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 58
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

COMMISSION DU MUSÉE.
CATALOGUE
DES OUVRAGES DE
PEINTURE ET DE SCULPTURE
EXPOSÉS
Au Musée de la ville de Dunkerque.
DUNKERQUE
TYPOGRAPHIE Ve B. KIKN, RUE NATIONALÉ, 26.
1873.
COMMISSION DU MUSÉE.
■ - i ■ o « ?■- M
CATALOGUE
DES OUVRAGES DE
PEINTURE ET DE SCULPTURE
EXPOSÉS
Au Musée de la Ville de Dunkerque
EN 1873.
DUNKERQUE
TYPOGRAPHIE Ve B. KIEN, RUE NATIONALE, 26.
1873.
MEMBRES DE LA COMMISSION DU MUSÉE
DEPUIS LE 8 MARS 1858,
Date. des 1
Domination.. Homi des Membre.. Cause. des sorties. I
8 Mars -1838. Paul Lemaire, maire, président Cessation de fonctions. 1
Id, Benjamin Morel, pi ésident délégué Décès (i860). a
ld. D'Arras de Clebsattel. vice-président Décès (1852).
Id. E. de Forcade, nommé conservateur le Démission comme conserv-et
5 mars 1859 memb. de la Comm. en 1866.
Id, Pierre Lefebure. Décès. 1
Id. J. Marie Poulain Départ de la ville.
Id. A. Vcrquelle.. Démission.
Id, C. Pieters, secrétaire Décès (1853).
Id. François d'Arras. Départ (tela ville,
7 Avril 4838. Cbailes Lequoy Id.
28 Avril 1838. Balthazar Schoutheer , Décès (1870).
12 Juin 1838. rierre-Jacques Pol Id.
4 Jet. 1838. F. Gourdin, maire, président. Cessation de fonctions.
H Févr. 1840. N, Develie , ————————————————
15 Juillet 1840. A. Philippe, vice-président (1852) Démission (1866).
Id. Cauchois.. : » : » t Décès (ISn)
tl Mai 1841, E. Perre. , Décès.
Id. J.-B. de Forcade père. : Décès (1854).
47 févr. 1843. B. Delattre, maire, président Cessation de fonctions.
13 Sept. 1845. J.-B. Mollet, maire, prrsident, ld. {ICS).
49 Nov. 4845. Gégoux , Départ de la ville.
9 Juin 1847. RafTron Décès.
Id, Charles Cuel , Décès (1872).
25 Juin 1818. Thelu fils Démission.
20 Févr. 1849, Dutoit Décès (1866). ■
24 Nov. 1850. Dcrode fils atné, Démission. «
Id. Defeolly Id. ■
18 Oct. 1851. Margerie. Départ de la ville. m
14 Mars 1832. Auguste Gaspard, secrétaire depuis le 25 ———————————————
juin 1853.
48 Juin 4852. Frédéric d'Arras, vice-présidtnt (1866) ———————~————————
Il Maire, président (1870).
Id. Ponchez fils _-————
25 Juin 1833, Lambert Dccès (1807).
4 Déc. 1833. H. Dagncau (ISH), vice-présideut. délé-
gué do la section des Beaux-Arts..
4 Déc. 4853. François Bessat , , Démission.
16 Juin 4861. Caux.* ———————————-———
4 Fév. 1863. Gustave Hubert, secrétaire adjoint (1866). -
1865. Jules nelelis, maire, président. , cessation de fouctlons (18, u)
29 Avril 1866. B, ColTyn
Id. C. bourdon ————————————————
Id. A. Desmit, délégué de la section des ————————————————
reaux-Arts. ———————————————
Id. Duriau. ;
9 Déc. 4866. Prevost, délégué de la sec ion d'histoire —
naturelle —
Id. Teriucm, délégué de la section d'histoire ——-
naturelle —
46 Déc. 18C6, Bonvarlet, délégué de la section d'ar- —
chrologle ;
Id. L. Deman
Id. V. Derode. délégué de la section d'ar-
chéologie 1 1
Id. C. Trouchaud. i i Décès.(30 août 1868).
1870. Ei Lebleu, maire, président , i , Cessation de fonctions (4 87 1
18-13; Jules Bray i i i > i i ; » i » » É
MUSÉE COMMUNAL.*")
La galerie de tableaux appartenant au Musée
de Dunkerque se compose en grande partie
comme la plupart de celles des villes de France,
de toiles provenant des communautés religieuses
du district, notamment de l'abbaye de St-Winoc
de Bergues. D'autres ont été attribuées à notre
Musée par le patriotisme de nos concitoyens,
par la bienveillance du gouvernement, ou bien
par le fait d'achats opérés par la commission.
L'indication des diverses provenances sera
faite avec la légende de chacun des tableaux.
Les notes qui accompagnent les noms des
peintres ont été écrites principalement avec
l'aide des catalogues des Musées du Louvre et
d'Anvers, des monographies de MM. Paul
Mantz, Alfred Michiels et Charles Blanc.
Nous avons trouvé dans un travail remarqua-
ble de M. de Forcade, qui a été pendant long-
temps conservateur du Musée, des détails sur
les provenances d'un grand nombre de nos
tableaux et sur leurs auteurs vrais ou présumés,
(*) « Le Conseil munieipal de la ville de Dunkerque, dans la séance du
» 8 Août 1873, après discussion du rapport présenté par M. A. Gaspard
» au nom de la Commission composée de MM. G. Beck, C. Bourdon,
» E. Lebleu et L. Lefebvre, adopte le projet de construction d'une tôlerie
» de tableaux qni sera établie sur le terrain du Jardin de la ville, con-
n farmement au plan de M. Devellc, directeur des travaux municipaux.
- Membres du Conseil: MM. d'Arras, maire, G. Lemaire, Dagneau,
n Deman, adjoints; Collet, Fichaux, Didier, A. Pelyt, Coqueliit,
» A. Gaspard, E. Lebleu, Vancosten, P. Marchand, G. Beck,
» M. Dpssurne, Ph. Beck, A. Trillems. Durimt. De/elis, Zandyck,
» C. Bourdon, A. Hamoir, L, Lefebrre, H. Sapelier, B. Debqecjue,
» Berthelot, Dumont, A. Leroy, J, Bouly de Lesdain. »
Cette galerie en voie de construction (Dorcmbra
1873) sera prochainement terminée.
PEINTURE.
ADRIANSEEN (ALEXANDRE), né à Anvers vers
k 1625, mort dans la même ville en 1685.
ï -
l Grand imitateur de la nature, il a peint des fruits,
rdes fleurs, des vases de marbre et des bas-reliefs.
Une bonne couleur, une belle entente du clair obscur,
rendent précieux tout ce qu'il a peint.
1. Nature morte, un jambon, des crabes, un
couteau, etc.
O,71.-0,42.-Peinture sur bois.—Vient de l'abbaye
de St-Winoc.
BARKER, né en Angleterre au commencement
de ce siècle.
2. Nature morte, table couverte d'un tapis, vases,
lièvre, chien) etc.
1m30.—1,65.—Toile.—Donné par le gouvernement
en 1844. Ce tableau à figuré à l'exposition du Louvre
çn 1840. Signé: Th. Barker, Paris, 1840.
BEREYDEN.
5. Vue de Dunkerque et du canal de Mardyck
(1715 à 1756).
1m84.-0,70.- Toile. - Légué par Mlle Faulconnier
(1847).
BLOEMAERT (ABRAHAM), peintre, graveur, né
à Gorcum en 1564, mort à Utrecht en 1647 ou
1658 (Ecole hollandaise).
Il peignait des tableaux d'histoire, des paysages et
des animaux. Plusieurs œuvres de ce maître sont
exposées au Louvre,
- 6 -
4. Jeune homme soufflant sur un tison.
0,59. - 0,72. — Toile. — Abbaye de St-Winoc.
BOUT ou BAUT (PIERRE), né à Bruxelles vers
1660.
Et BOUDEWYNS (ANTOINE-FRANÇOIS-BOUDEWYNS
ou BEAUDOIN), né à Dixmude en 1676.
Élève de Van der Meulen; après la mort de son
maître, Boudewyns s'associa à Anvers avec Bout,
peintre de figures (Stopfeerder), et ils firent ensemble
des tableaux où l'un peignait le paysage et l'autre ira
figures.
5 et 6. Paysage avec figures.
0,30.—0,22 -Toile.-Abb, de St-Winoc. - Le n° r.a..
est signé : M. B.
BRAUWER (ADRIAAN), peintre, graveur, né à
Harlem 1608, mort à Anvers en 1640 (Ecole
hollandaise)
Élève de Frans Hais, il habita successivemènt Ams-
- terdam, Anvers et Paris. 11 peignait avec une grande
supériorité des scènes de cabaret, des corps-de-garde,
des joueurs et des fètes de village. Rubens, qui esti-
mait beaucoup ses ouvrages, fit retirer son corps du
cimetière des pestiférés où il avait été enterré, pour
le placer dans l'église des Carmes.
7. Buveur renversé sur une chaise.
0,32.—0,25.—Bois.—Abb. de St-Winoc.
BREUGHEL (PETER) dit LE VIEUX, né à Breu-
ghel en 1510 ou 1530, mort à Bruxelles vers
1600 (Ecole flamande).
Il peignait surtout des marches d'armée, des atfca=__
ques de voleurs, des kermesses et des sujets grotes-
ques ; ce qui lui fit donner le « nom » de Hreugheble-
Drôle (Viesen Breughel), et de Breughel des paynnns
Boeren Breughel). Son fils fut surnommé Breughel
d'Enfer.
8. Les Feux de la St-Jean.
0,77.-1 ,08.-Bois.-Acquis vers 1842.
-7-
BREUGHEL (JEAN) dit DE VELOURS, né à Bru-
xelles en 1568, mort à Anvers en 1625 ou 1642.
Il peignait en petit, avec beaucoup de succès, les
paysages, les fleurs et les animaux. Rubens orna
souvent ses paysages, de figures, notamment le Paradis
du musée de la Haye.
Et HOECKE (JEAN VAN DEN) ou VAN HOECK,
né à Bruxelles en 1598 et mort dans la même
ville en 1651.
L'un des meilleurs élèves de Rubens, il peignit de
nombreux tableaux pour l'empereur d'Allemagne. Il
est désigné comme peintre du gouverneur général
des Pays-Bas.
9. Les Saintes Femmes au tombeau (d'après
RUBENS).
0,89.—0,53,—Bois.—Abb. de St-Winoc. Le bois
porte par derrière ces mots : « Les Vierges au sépulcre,
par RUBENS. »
BRUN (ELISABETH-LOUISE VIGÉE LE), née à
Paris le 16 avril 1755, morte dans la même
ville le 30 mars 1842.
Elève de Greuze et de Joseph Vernet; suivant la
note laissée par elle-même, Me Lebrun a peint 662
portraits, 15 tableaux et près de 200 paysages.
10. Portrait de Femme.
Cette admirable peinture a été attribuée par un
grand nombre d'amateurs à Me Lebrun, et par quel-
ques-uns à Greuze. Ces deux attributions laissent
peut-être à désirer.
0,68.—0,81.—Toile.—Vient du Courent des Dames
Anglaises, n'a été placé au Musée qu'en 1850. Cette
peinture est fort usée en quelques endroits.
BYETT (H. D.), né en 1600.
11. Portrait d'homme, costume du 17m8 siècle. ,
— s —
0,59.—0,70.—Bois. — Donné par M. Plaideau aîné
en 1841. — Il porte ces mots : AET. 36. Au 1636. HD.
BYETT fecit.
CARLIER (CHARLES), né à Dunkerque à la fin
du 17e siècle.
Élève de Mathieu Elias, il a laissé un grand nom-
bre de tableaux retraçant les principaux évènements
survenus dans sa patrie.
12. Vue du port de Dunkerque en 1710.
1,08. - 0,53. - Toile.
15. Dunkerque démolie donne la paix à l'Europe
par la destruction de son port (6 août 1714).
1,10—0,55.—Toile.
14. Rupture du batardeau qui fermait le poii de
Dunkerque (31 décembre 1720).
1,09.-0,49.- Toile.
15. La roi annonce à la ville de Dunkerque le
rétablissement de son port (1756).
1,08.-0,53—Toile.
16. La ville de Dunkerque présente le plan de son
rétablissement.
l.—0,50 -Toiles.- Ces divers tableaux de Carlier
ont été donnés par M. T aquet-Buffin en 1850.
D'après CARACCI (ANMBALE), né à Bolognê
eu.1560, mort à Rome en 1609 (Ecole bolo-
naise.
Aidé de ses cousins Ludovico et Agostino CarraccL,
il fonda une école où l'on opposa à la manière expédi-
tive et libre si fort en vogue alors dans la Lombardie,
l'étude réfléchie de la nature et de l'antique. Son aca-
démie eut la gloire de former le Dominiquin, le Guide,
l'Albane.
- 9 -
17. La Mort du Christ.
1,30. —1,88. — Toile. — Vient de l'Hôtel-de-Ville
(1859). Ce tableau a été aussi considéré comme une
copie de Van Dyck (1599-1641). On lit très-distincte-
ment les lettres P. N. E. placées au-dessus de la tête
t de l'Ange, à gauche du spectateur.
P. CARTO (17e siècle).
Les deux tableaux inscrits sous les n08 19 et 20 por-
tent cette inscription : P. Carto, 1679.
18. Le Christ en croix.
0,28.—0,35.—Cuivre.
19. Ensevelissement du Christ.
0,28. — 0,35. — Cuivre. — Ces deux tableaux ont
été donnés par M Gaspard Malo, en 1841. M Gaspard
Malo les avait rapportés du Couvent de la Serra, près
Oporto, en 1833.
CIGOLI (CARDI DA), né au bourg de Cigoli près
Florence en 1559, mort à liouen en 1613.
Les travaux qu'il exécuta à la suite de ses études
sur les grands maîtres lui valurent le surnom de
Corrége ou de Titien Florentin. Paul V, pour le
récompenser de travaux importants qu'il exécutait à
Rome par ses ordres, demanda pour lui l'habit de
Chevalier de Malte.
20. Judith décapitant Holopherne.
1,87. — 1,33. — Toile. — Abb. de St-Winoc.
COIGNET (JULES-LOUIS-PHILIPPE) , né à Paris
en 1798, mort le 1er avril 1860.
Élève de Bertin.
21. Paysage, une route du Tyrol.
0,55. — 1,04. — Toile — Acquis par l'Administra-
tion municipale après l'exposition qui eut lieu à
Dunkerqus en 1853.
— 10-
COOS (JEAN VAN.
22. Paysage.
9,93. — 0,70. — Toile. — Donné par M. Montessuy.
M. le comte de Montessuy était délégué de la Société
des Arts et Sciences d'Ile-et-Vilaine à la session du
Congrès Archéologique de France qui a été tenue à
Dunkerque en 1861. Il a indiqué Van Coos comme
auteur du tablean n° 22. Il est probable qu'il y a là
une erreur et que ce paysage est de Croos (v. le n° 29).
CORBEHEM (PHILIPPE DE).
On ne connait ni la date de sa naissance ni celle de
sa mort, on sait seulement qu'il a longtemps habité
Dunkerque. Il vivait encore vers la fin du 17" siècle.
23. Paysage.
1,50. — 1,30. — Toile. — Donné par M. Thoores-
Rosenquest en 1841.
24. Grand Paysage avec figures.
2,13. — 1,48. —Toile. — Vient du Couvent des
Jésuites. — Descamps fait mention de ce tableau dans
son ouvrage « Voyage dans les Flandres. »
2o. Le Jugement de Cambyse.
1,85 -2,15. — Toile. — Vient d3 l'Hôtel de Ville
(1861). Ce tableau porte la date de 1529. Il est signé
par de Corbehem. Nous savons toutefois d'une ma-
nière à peu près certaine que ce peintre était contem-
porain de Jean de Reyn. l! y aurait donc là une sin-
gulière erreur.
COROT (JEAN-BAPTISTE), né à Paris en juillet
1796.
Rlêve de Michallon, puis de Bertin, officier de la
Légion d'honneur (1867).
26. Paysage.
0,46. — 0,57.— Toile. — Acquis directement de M.
Corot par la Commission du Musée en 1868. — Il est
signé: COROT.
- 11 —
Attribué à COSSIERS (JEAN), né en 1603 à
Anvers, mort en 1671.
Élève de Corneille De Vos, il fut admis dans la
corporation de St-Luc en 1628 en qualité de fils de
maître. Le registre le désigne ainsi « Cossiers, fils de
peintre, à l'enseigne de la bague (in den Rinck) ». Il
faisait partie également de la Chambre de rhétorique
appelée la Violette (Violiere) ainsi que presque tous
les peintres d'Anvers. Il aborda avec succès la pein-
ture d'histoire, le portrait et les scènes familières.
Il a fait le grand tableau du Musée de Bruxelles
« le Déluge », qui fut attribué à Tintoret par une
erreur assurément très-glorieuse pour Cossiers.
27. Portrait d'homme, costume espagnol.
1,15. — 0,83. —Toile.— Abb. de St-Winoc.- « Les
tableaux de Cossiers, peints trop vite, paraissent avoir
souffert: son coloris abonde en tons jaunâtres, ou
plutôt roux, qui marquent dans l'école d'Anvers le
commencement de la décadence » (Paul Mantz).
CRAESBEKE ou CRAESBECK (JOOST VAN),
né à Bruxelles en 1608, mort à Anvers en
1 fi 11 (Ecole hollandaise).
( Brauwer lui donna des leçons. Craesbeke a peint
des tabagies, des corps-de-garde et des ivrognes en
querelle.
28. Des Buveurs.
0,22. — 0,17. — Bois. — Abb. de St-Winoc. = Il a
aussi été attribué à BRAUWER.
CROOS, né à la Haye, vivait au 17e siècle.
29. Paysage avec Cascade.
0,52. — 0,37. — Bois. — Abb. de St-Winoc.
DAMMAN (BENJAMIN - AUGUSTE-Louis), né à
Dunkerque, le 26 janvier 1835.
Élève de M. Alexandre Desmit et deM. RobertFleury.
50. L'Enfant Jésus et St-Joseph.
1,32. - 2,08. — Toile. — Donné au Musée en 1864.
Il est signé : Ben. Damman, 1864.
- 12 -
DE CONINCK (PIERRE), né à Méteren (Nord).
Élève de M. L. Coignet.
51. Supplice de Brunehaut.
3,43. — 2,59. - Toile. — Donné par l'Empereur en
1864. Il figurait à l'Exposition du Louvre de la même
année sous le numéro 520.
DEHODENCQ (ALFRED), né à Paris.
Élève de M. L. Coignet.
52. Le Mariage d'une Juive au Maroc.
Les solennités d'un mariage juif durent quinze
jours env.ron; les cérémonies sont diverses; l'une
d'elles consiste à placer la mariée sur une table, et
sur sa tête une couronne de carton doré à plusieurs
étages, offrant une certaine analogie avec la tiare
papale. Elle reste là immobile, les yeux fermés,
jusqu'à ce que chacun l'ait considérée à loisir ; puis
on la descend, on lui prend la main, et entourée de
ses plus proches parents, on la promène par les prin-
pales rues de la ville. Cette promenade a lieu le soir,
à la lueur des flambeaux. La mariée doit toujours
fermer les yeux ; le tout offre un coup d'œil curieux.
(F. SCHlCKLER; le Tour du Monde Ire année).
1,85.-1,24. — Toile. — Exposé au Louvre en 1866,
sous le numéro 122; a été donné au Musée par
l'Empereur.
DEHONDT ou DHONDT.
Élève de Van der Meulen.
53. Choc de Cavalerie.
1,?2. — 1,71. — Toile. — Quelques personnes ont
attribué ce tableau à VAN DER MEULEN. Il a été acquis
en 1842.
DESMIT (ALEXANDRE - LOUIS-BENJAMIN) , né à
Dunkerque, le 27 novembre 1812.
Élève de M. I. Van Brée, d'Anvers.
33 bis. Jean Bart capturant une frcgale.
Ayant équipé sur ses parts de prise à l'âge de 25
- 13 -
ans uue galiote armée de 2 canons et 36 hommes, il
rencontra devant le Texel une frégate hollandaise de
18 canons, montée par 65 hommes d'équipage, qu'il
prit à l'abordage.
Ce tableau a été admis à l'Exposition de Paris, en
1859, sous le numéro 865.
Il reste la propriété de son auteur.
DESCAMPS (JEAN), peintre , écrivain , né à
Dunkerque le 28 août 1706, mort à Rouen le
14 août 1791.
Il reçut, dit-on, les premières leçons de Louis Coypel,
son oncle maternel. Il est plus probable toutefois que
le père de sa mère portant le nom de Catelle (ainsi
qu'il est écrit au registre des actes de baptême déposé
à l'Etat-civil de Dunkerque), fut son premier maître.
On sait que jusqu'à présent on n'a pu trouver l'indi-
cation d'un Coypel portant le prénom de Louis.
Entré dans l'atelier de Largillière, il travailla aux
tableaux exécutés pour le sacre de Louis XV. Direc-
teur et professeur à l'école de dessin du Hàvre (école
gratuite qu'il avait fondée), il fut appelé à retracer les
principaux épisodes du voyage que Louis XV fit en
Normandie. Ces tableaux ont été gravés par Lebas. Il
fut reçu à l'Académie royale de peinture de Paris, le
7 avril 1764.
Il est beaucoup plus connu comme écrivain que
comme peintre. Il a publié en 1755-1763, les Vies des
peintres Flamands, Allemands et Hollandais, et plus
tard, en 1769, son Voyage pittaresque de la Flandre et
du Brabant. Au Musée du Louvre est exposé un ta-
bleau de Descamps, sous le numéro 161.
54. La ville de Dunkerque livrée à l'Angleterre
par la France après la bataille des Dunes (26
juin 1658).
1,54 — 0,86. — 0,98. — Toile. — Ce tableau et les
suivants du même maître étaient placés dans la salle
d'audience de l'ancien Palais de Justice, comme des",
sus de porte,
- 14 -
55. La ville de Dunkerque rachetée à l'Angleterre
par la France (29 novembre 1662). -
1,54. - 0,86. - 0,98. — Toile. — Ce tableau est
resté encastré dans la boiserie de l'ancienne salle d'au-
dience, aujourd'hui dépendance du collége communal.
36. Paix d'Utrecht ; Dunkerque. seule victime de
la paix (7 novembre 1713).
1,54. — 0,86. — 0,98. — Toile.
37. La mer, soulevée par la tempête, rompt le
batardeau qui fermait le port de Dunkerque
(31 décembre 1720).
1,54. — 0,86. — 0,98. — Toile.
58. Le roi fait annoncer à la ville de Dunkerque
que son port sera rétabli (5 juillet 1756).
1,54. — 0,86. — 0,98. — Toile,
39. L'Europe.
1,54. — 0,86. — Toile. — Est resté au collége
comme le numéro 36.
40. L'Asie.
1,54. — 0,86. — Toile.
41. L'Afrique.
1,54. - 0,86. — Toile.
42. L'Amérique.
1,54. — 0,86. — Toile.
Ces tableaux de Descamps ont été gravés par Lebas
en 1757. Ils avaient été exécutés à Rouen en 1756,
sur les ordres de la Chambre de Commerce et avaient
coûté, frais de transport compris, 547& livres 18 sous
3 deniers.
- 15 -
DEVAUX (JULES-ERNEST), né àMelun.
Élève de M, Guillemin, demeurant à Ecouen (Seine-
efe-Oise).
43. La Leçon de lecture.
0,46.— 0.38. - Toile - Exposé au Louvre en 1868
sous le no 778, il a été donné par l'Empereur.
DUCQ ou DUC (JEAN LE), né à La Haye 17e
siècle.
Elève de PaulPotter, il imita son maître et peignit
des paysages avec des animaux. Il fit aussi des por-
traits, des haltes d'armée, des scènes de corps-de-
garde. Il fut directeur de l'Académie de la Haye.
44. Joueurs de trictrac.
0,44 —0,37.—Bois.—Abb. de St-Winoc
L'attribution à Le Ducq est fort contestable ; la
date inscrite sur le tableau permettrait de le donner
à Palamèdes.
ÉLIAS (MATHIEU) , né dans les environs de
Cassel en 1658, mort à Dunkerque en 1741.
Ces dates sont peut-être contestables. Ce qui est
certain, c'est qu'Elias acquit par son travail et sa
résidence prolongée à Dunkerque le droit d'être ré-
clamé comme notre concitoyen. Un très-grand nombre
de ses tableaux sont exposés dans l'église St-Eloi,
dans celle de St-Jean-Baptiste, et dans des galeries
particulières. Le tableau placé au-dessus du maître
autel de St-Jean-Baptiste, et dans lequel se trouve
son portrait, est considéré comme son chef-d'œuvre.
45. Le Sacrifice d'Abraham.
1,15.—1,95.—Toile.—Ce tableau, qui vient du cou-
vent des Caimes, a été placé dans l'église de Sf-Eloi.
La fabrique de cette paroisse l'a remis au Musée le 17
décembre 1850.
46. Vue du Bassin de la Marine et de l'Arrière-
port en 1709.
- i6 -
1,72.—1,48.—Toile.—Ce tableau est signé: Matheus
ELYAS, rector Àcademiae pictorum parisiensis, 1709.
Il était à la bibliothèque de la ville et a été placé au
Musée en 1861.
47. Portrait de M. Gabriel Duval, échevin de
Dunkerque en 1700.
0,67.—0,76.—Toile.—Donné par M. E. de Forcade
en 1863.
48. Sainte Famille.
9,90.—1,07.—Toile.—Donne à la ville par l'Hospice
civil (1866), avec les numéros 49 et 197 à 203. Cette
donation était faite par l'Hospice pour payer la res-
tauration opérée aux frais de la ville de deux tableaux
demeurés la propriété de cet établissement.
49. Christ en croix.
1. — 0,57. — Toile.-Donné par l'Hospice en 186G.
ELSCHOECHT (JEAN-LOUIS), né à Bergues le
24 mars 1760, mort à Dunkerque le 18 juillet
1841.
Fils d'un artiste peintre et sculpteur, il fut peintre
et sculpteur ; les églises de St-Jean-Baptiste et de
St-Eloi et notre Musée possèdent diverses œuvres de
sculpture dont il est l'auteur. (Voir le catalogue des
sculptures du Musée).
50. Portrait du capitaine de vaisseau Leduc (iné à
Dunkerque en 1764).
0,73. — 0,93. — Toile. — Acquis en 1862.
51. Portrait de Marie Vandenbussche, femme du
capitaine Leduc.
0,73. — 0,93. — Toile. — Acquis en 1862.
52. Portrait de l'auteur, peint en 1834, à l'âge de
74 ans.
0,36. — 0,40. — Toile. — Acquis en 1865.
- Il -
55. Enfants jouant avec une chèvre.
0,42. — 0,34. - Bois.- Don de M. Schoutheer.
ELSHEIMER (ADAM) né à Francfort en 1574,
mort à Rome en 1620.
Ses tableaux, peu nombreux, car il employait beau-
coup de temps à les composer, sont généralement
petits. Il les vendait très-cher, et néanmoins il mou-
rut dans une profonde misère.
54. Moïse sauvé des eaux.
0,23.-0,20.-Bois.-Abb. de St-Winoc.
FYT (JEAN), peintre et graveur, né à Anvers
en 1609, mort dans la même ville en 1661.
Élève de Jean Van Bercb, il se rendit en Italie et
visita la ville éternelle; ce fait résulte de sa réception
dans la gilde des Romanistes d'Anvers en 1650, sous
le consulat du célèbre peintre Jean van den Hoecke.
Il fut avec François Snyders un des peintres d'ani-
maux et de fruits les plus vigoureux de son époque.
Il a souvent travaillé avec Jacques Jordaens et VAN
TULDEN, qui a peint les figures dans les deux numé-
ros suivants :
55. Nature morte. Fleurs, Fruits, Jeune Garçon
tenant un perroquet.
1,11.—1,69.—Toile.
56. Nature morte. Vases, Fneits, Jeune Fille.
1,10. -1,70. -Toile. - Ces deux tableaux étaient
placés à l'Hôtel de Ville. Ils sont entrés au Musée en
1841.
GIORGIONE ou BARBARELLI (GIORGIO), né
à Castel-Franco en 1477, mort en 1511 (Ecole
vénitienne)
Elève de Giovanni Bellini et de Léonard de Vinci
par la justesse du ton local et la connaissance parfaite
du pouvoir des oppositions, il a poussé l'art de la
couleur aux dernières limites de la perfection. Ses
ouvrages authentiques sont très-raras.
— 18 —
57. Religieux appuyé sur une table. Tête de
chien, papiers, draperie.
0.41.—0,33.—Toile appliquée sur bois. — Abb. de
St Winoc.
GONTAY.
58. Paysage.
0,32 -0,22. - Toile. — Donné en 1839 par Cari
Elschoecht. Il est signé : GONTAY, 1836.
GOYEN (JEAN VAN), né à Leyde en 1596, mort
à La Haye en 1656.
Il a peint des marchés et surtout des paysages pour
des rivières et des bateaux de pêcheurs Les tons griil,
et roussâtres qui dominent dans ses tableaux les fonhu
aisément reconnaître.
Berghem et Jean Steen qui épousa sa fille, furent
ses élèves.
59. Marine.
0,35.—0,28.—Bois.—Abb. de St-Winoc.
60. Paysage. Ville fortifiée, une rivière ***
laquelle flottent des barques chargées de persm-_
nages.
0,81.—0,57.—Toile.—Acquis en 1861. Ce tableau
est attribué par un grand nombre de personnes à
Van Goyen.
GREBBER, 17e siècle.
61. Enée et Didon.
1,98.- 1.82. -Toile. -Acqnis en 1847. Signé:A.D.
GREBBER F. Ao. 1677. L'Hôtel de Ville d'Harlem
possède des tableaux d'un maître de ce nom.
GROBON (F.-FRÉDÉRIC), né à Lyon le 10 juillet
1815.
62. Fleurs et Paysage.
0,33.—0,41.—Toile.—Don de M. Montessuy (1866).
— 19 —
HEEM (JAN-DAVIDZ DE), né à Utrecht en 1600,
mort à Anvers en 1674.
Élève de son père, dont il suivit la manière, mais
qu'il surpassa; il peignit les flenrs, les fruits, la
nature morte avec une rare perfection.
« Il n'est pas de mangeur si repu, de gourmet si
» blasé que la vue d'un tableau de David de Heem
» ne put guérir de son inappétence. (Ch. BLANC).
63. Groupe de fruits attachés pur un ruban.
0,37.—0,26.— Bois.—Abb. de St-Winoc.
HEEMSKERK (EGBERT VAN) dit LE JEUNE, né à
Harlem en 1645, mort à Londres en 1704.
Il eut pour maîtres son père, surnommé LE VIECX ou
LE PAYSAN, etPieter Grebber. Il imita surtout Teniers.
Et VERBRUGGEN (GASPARD-PIERRE). Voir plus
loin.
64. Petite figure entourée de fleurs (les fleurs
peintes par Verbruggen).
0,31.—0,38.—Toile.—Abb. de St-Winoc.
HELMONT MATHIEU VAN), - né à Bruxelles en
1635, mort à Anvers en 1719.
Élève de Teniers le jeune, il eut une grande vogue
en peignant les mômes sujets que son maître.
65. Un Buveur assis.
0,30.—0.36.—Bois.—Abb. de St-Winoc.
HERP (Van), vivait au 17esiècle (école flamande).
Il a aussi imité le genre Teniers.
66. Un Homme et une Femme buvant.
0,25.—0,19.—Bois.—Abb. de St-Winoc.
67. Deux hommes en gaieté.
0,31.-0,24.—Bois.—Abb. de St-Winoc.
- 20 -
68. Marchande de légumes.
1,52.-1,03.-Toile.-Abb. de St-Winoc.
HOECKE (JEAN VAN DEN) dit VAN HOECK, né à
Anvers en 1598, mort dans la même ville en
1651.
L'un des meilleurs élèves de Rubens, il peignit de
nombreux tableaux pour l'Empereur d'Allemagne. Il
est désigné comme peintre du Gouverneur général
des Pays-Bas.
(Voir BREUGHEL, de Velours).
69. Le Christ sur la Croix.
0,24.—0,35.—Bois.—Acquis en 1842.
HOECKE (ROBERT VAN DEN), né àAnvers en 1609.
Il faut une loupe pour apercevoir clairement les
objets multipliés à l'infini aans ses ouvrages. « On
cite, dit Gault de St-Germain, un morceau considé-
rable de Van den Hoecke dans le cabinet de l'abbé de
Berg St-Winoc. C'est un pays immense occupé par
une armée innombrable. La Flandre possède plusieurs
ouvrages de Van den Hoecke, qu'on n'obtient qn'à de
très-grands prix. »
70. Un Campement.
0,53 — 0,40. — Cuivre. — Abb. de St-Winoc —
Ce tableau est signé: Robert van den Hoecke. 1665.
Il n'est pas douteux que ce tableau ne soit le même
que celui dont parle Gault de St-Germain.
HOLBEIN (HANS) LE JEUNE, peintre, sculpteur,
graveur, architecte, né à Augsbourg en 1495,
mort à Londres en 1553 (école allemande).
Protégé à Bàle par l'imprimeur Amerbach, dont il
enrichit les éditions de compositions remarquables et
par le célèbre Erasme, il demeura longtemps dans
cette ville (1516 à 1526 et 1529 à 1531).
Choisi par Henri VIII pour faire le portrait de ce
roi, il passa le reste de sa vie en Angleterre. C'est un
des peintres les plus brillants du XVIe siècle.
— 21 —
71. Portrait de Martin Luther.
0,30.—0,43.—Bois.—Abb. de St-Winoc.
Cette désignation de « portrait de Martin Luther »
parait fort contestable. Ce magnifique tableau repré-
senterait peut-être Melanchton, l'ami de Luther.
JANSSENS (ABRAHAM) LE VIEUX, né à Anvers
en 1567, mort en 1631.
« Afin de distinguer son nom de famille des autres
Janssens qui étaient et sont encore très-nombreux à
Anvers, il écrivit fréquemment « Janssens Van Nuys-
sen. » Doyen de la confrérie deSt-Luc, il se fit inscrire
en 1610, dans sa ville natale, comme membre de la
confrérie des Romanistes dont Schut le vieux était le
chef et qui comptait Rubens au nombre de ses adhé-
rents.
Comme peintre et comme coloriste, il mérite tou-
jours d'être placé au premier rang après Rubens. »
M. Paul Mantz dit de ce peintre: u Lorsque Rubens
» est splendide, Janssens demeure terne; le savant
» coloriste excelle à noyer ses contours dans la
» transparence des demi-teintes; les ombres chez
» Janssens sont d'ordinaire lourdes et noires, et ses
» lignes se découpent durement sur la toile. »
72. Une femme que l'on veut contraindre de
sacrifier aux idoles.
1,16.-0,82.-Toile.-Abb. de St-Winoc.
JANSSENS (VICTOR-HONORÉ) , né à Bruxelles
en 1664, mort dans la même ville en 1739
(Ecole flamande).
Élève de Volders, qui lui-même était élève de
Gaspard de Crayer, après un séjour de quatre ans à
la cour du duc de Holstein, il partit pour l'Italie où il
travailla longtemps avec Tempesta. La vogue de ses
petits tableaux fut telle qu'il ne pouvait suffire aux
demandes des amateurs. Vers 1718 il fut nommé
peintre de l'Empereur et se rendit à Vienne. Ses
petits tableaux d'histoire sont plus estimés que les
grands ouvrages qu'il fit à Bruxelles pour les églises
et les palais.
— 22-
75. Jésus-Christ accueillant les enfants.
0,29.—0,23.—Cuivre.—Abb. de St-Winoc.
74. Assemblée devant un palais; qnelques per-
sonnages font de la musique.
1,21. - 0,85. — Toile. — Abb. de St-Winoc. Ce
tableau est signé : H. JANSSENS fecit Ao 1672.
Le tableau du Musée du Louvre (la Main chaude).
offre quelques points de ressemblance avec le n° 74
comme dessin et composition.
JORDAENS (HANS), né à Anvers en 1581, mort
dans la même ville en 1642 ou 1643.
Il y a eu â Anvers plusieurs peintres de ce nom.
75. Combat d'Amazones.
0,53.—0,40.—Rois.—Abb. de St-Wiuoc. Ce tableau
est signé : P. JORDAENS F.
Attribué à JORDAENS ou JORDAANS (JACOB),
né à Anvers en 1593, mort dans la même
ville en 1678.
« Rubens lui donna des conseils et lui voua une
amitié qui ne se démentit jamais. Doué de beaucoup
de facilité, assidu au travail, il produisit une quantité
d'ouvrages remarquables qui le placent au premier
rang des peintres Flamands.
76. Adoration des Mages.
1,30.—1,70,—Toile.—Acquis par le Musée en 1850.
JONAERT.
77. Le Bombardement de Dunherque (f t aoid
1695) par les flottes d'Angleterre et de Hollande,
commandées par l'amiral Barklays.
4.75. —1.55.—Toile.— Ce tableau, donné par Mon-
sieur Tugghe à la ville de Dunkerque en 1793, a été
placé au Musée en 1864.
JOUVENET (JEAN), né à Rouen en 1644, mort
à Paris, le 5 avril 1717.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.