Causes célèbres, curieuses et intéressantes de toutes les cours souveraines du royaume, avec les jugemens qui les ont décidées. Tome 171 / [Nicolas-Toussaint Le Moyne, dit Des Essarts]

De
Publié par

[s.n.] (Paris). 1789. 17 microfiches ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1789
Lecture(s) : 4
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 162
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

tome .Part..
mois
donner
peine q^e nous
-̃̃"I
*'4Jj.
CURIEUSES ET INTÊRHSSA.NTES;
PREMIÈRE PARTIE.
CAUSE
& intérêts
de.f
police pour prévenir
cochers & des autres
̃• ,f'- C A V § » $ --̃
d# vôtres mais ces tèglémens
^Wpêcfeeôt pas qut
V on ne des
rues dô la. capitale.
fans doute, qu'il y ait ctcs canons
dans une vitle auffi
Paris mais quelque précieux que
foit l'emploi du temps » il parbîtrat
toujours atroce que ,le, d&Ctt- 4'ar»
river pfomptement, ou de mon»
vtrer qu'on a des chenaux vigou*
reux i coûte la vie à une mVtîtitudé
Si lion oflFroit à la fin,
année.l^ tableau des personnes ̃éçt'SLi
d'horreur & d'indignation à la CI
de h
payante, des
b
CÉLÉBRÉ 5- f\
Auj
j'écïàfr^ itë
tours ôd dc« remèdes .dans le« hô->
les gens très
Aujourd'hui
même de* 'î
pâ^é. d<e Paris ça»
toutes les rues de lat capitale.»
aucitoyeri païfibl^qui
les rencontre Il
oû -Hiie.iinpnidéncc,4c: ce$ «to«#^
Peut.
d^
'0 Toutes les cîeffc$ <îe ckoyéns^.
parmi riolis là
gloire dus
h '.font
>• «"4l.« BR!$, • y;
Alv
fe procurer défôrftiais les
tion de .bienfaisance
& fa
leur
nité, La
n'a dfautre alniî qus fort
'mari) compagnon meàuîf4cr,. que
îâ; probité & des bras,
tjSy* ̃• • "̃̃
r8 C A u s t s
/'• traire à la
tiojt, à
,ao bout de trais ans
foh cocher & être ad'
niîfe à
prouver
la, voiture comme if de voit 1»
» conduire ̃ que fon cheval s*eft
» abattu & que nul cocher ne
des*à-
m battre, fût pas peut*
si être abattu s.'il pe fe ?àt etoJ
jambes dans les jupons
» de la femme
tombé
awfii, doucement qu'un cheval
» 'pêùtje faire». ̃• ̃̃] ;••
Be$
'̃.̃̃̃; *(^_
ne
4e ii b çon-
le le*.
̃••̃ ̃?.
Mais, avant ïe».-
"̃ •. '••̃̃- .'̃-
quatre
vrïers
chargée dû
-;̃ YY'
Y
**̃ CI
a voient &é menus-
brîblef toute bride .der-
tomba
à corps perdu Tha*
;̃'̃'

#v-
ici littéralement la déclaration dit
fous les pieds £&
I*
le commiffaire fit la clôture de fat*
pfocèr-yerbal fenvoy^Jes parties
pourvoit fùr e
dufieur €iyet, il le changea du ca~
triolet, du cheval, aînfi que du
for lé
cocher, cheval ̃& • vbjture quand
contres au pan..
la "tïiàmaiïon
châtelet le 2,0
j«rocè$«^etbèl des
CELEBRES. ïj
W notamment dans la rlgion dés
» reins & des lombes, à raison des
mauvais traitemens qu'elle dit
avoir égayés, difant qu'elle a
par un cheval at-
Va-tiré-»
» pignée & eft tombé fur elle; fe
» difant dVilteursêtre enceinte de
» quatre à cinq mois. Nous lui
n- avons remarqué, j°. une con-
» tufîon fur la tempe gauche 8c
» s'éteftdan.t Ûvr. Jfë euir chevelu
^z°. une petite plaie à demi
catrifée fur la p-artie moyenne du
échi-»
̃ m* mofèe > occupant la majeure pàr«?
» tns interne du bras droit.; 4^une
V
s ciiiffé gauche de tioi$=
pouces & demi à quatre pouce»
» de circonférence; 10.. une plaie-
fur la, partie
» antérieure & inférieure de î&
etifîri
for fc
çùî^i- ees
p- densquiont été produtts
»,-comportent pas de-danger- pac
» ïeffû de îçîxiiteïîçe
dix jottt bfJLf puis
notre
S»/
̃'•̃ 6 i libres; '*$-
des médecins &
̃ accorda «êe proyifion de <jp livres»
le même jour Louis
«le la régie (on premier ioïn fut de
feire évacler Çronio^t, &
cher, qui pom
d'un décret qui ne
<: cher de
̃
•̃'̃ ̃"
1|% -•
le CLAUSES
ail châtcïet qui pétant joint k evrx
Se
ayant fait comniettre
hùiffier de
cinq pu fi« mors-.
enjpîoyé dans les meflag^ries de
Senlts avoit été attaché à la grande*
porte en qualité de poftiUoirv
Ccft alors que crut
polir voir tant, centre la
crvilement garante
'du fait de tes
contre le èeur Çivet coiï»»é s*éV
tarif
<juencè^ par requête, ordonnance
&
CÉLÈBRES. il
*7$6 il a demande dès dommages
& intérêts tant contre le fleur
Une pré.mière fentence par dé*
ix décembre tj$6 ,qui? après qu'il
a été avance q ue la fenime Thoma^f*
travailler par fuite deî*acciçlent''du
x;4. août avant faire droit
a ordonné une nouvelle vifite.des
médecins
cette {eii^nce,
intervenue ie 9 janvier 1787, qui
a ordonné que Petreaii le fieur
Civet feraient téitusd*àcçordèr ou,
conteur ie fait articulé^ qae k
travaiifer de (on métier de fàbri-
parité de Taç«
't& Causes
cidènt de 14 août 17S5 &, ce'.
pendant dès à prêtent a --ordo
ta régie déboutée 'cll^ton oppô-
anticiper en la cour & obtenu ?zp-
? port des charges $c informations
& comme l'appel de la
piouvoit empêcher l'exécution, d©
ïentènces, contre il
^avoit point de défenfe« la vifitç:
feite le
̃ •
tâté de fàiirê «̃ onr
» là femme ThoniiÉbn^ étoWnf:
» les luîtes
CELEBRES. ;£
quelle (croît encore
» du temps. fans pouroir vaquer à
»t duréç>
,*♦ vu le long efpace de temps depuis
«ti'Iéijti^ -ctte: empêchée
& fa femme', ont
par
le rapport de M.,
de le nouveau
^erj?j|i
'r',
'̃. ̃4,épsns«" •̃̃ '̃•̃
de éette côa- ,;•
dé voit"
Voici les moyens qui
Via Civs ê.'s
r furent employés par 1ft
de &: de ? teéptne.
i«e$ maîtres ( difoit^il ) font ga-
rants
les auteurs. $î Ton cofifulte la toi r<M:;
niaiiiè, de ïeg€ Aquitiâ, te de là
police & toutes tes ordonnances de
police interverties
& enfin toutes les loix qui ont
reçu la de Fatitôrité de
Voit qa'il ejft enjoint à fous
tïers & voitariers d'être à la tête
<8e leurs chevaux; aux cQcher.sr
Pans au petit trot;
toutes pèrforinés,
édndwjfant des les (uf-
veillef de n'arrive
aucun accident; le tout
priiTon contre le^ cochers 8c cintrz
Il,11
les maîtres', Ile demeurer 'garants
faits de létrrs
Jamais loi ne fut plus, fage ^c y
lies loîx de.
faritaiîîû mo-
jdefte jttur aiure contré çette inimeii-
iité de ,cabriolets légers & yolu-
geans qui, pour employer
iion admife par tes éiégans, brâùm le
des
Hifir, lé public; ànjour-
tf hui "'ce. font des enfans artgîifés
appèrceyoir la ,-fête du cheval attelé
dîllingtter tour, i^mbîabie
guindés fur un obfer-
leur deyienneht invifiblcs J
.Mi'1. CAVSM
paroïfferxt des pîgmées. Dans l'ancïéft
temps
voiture, couverte»
étpit 6i>lïgé, pour obéir aux ordon*
jîîieyar dans Paris > à péïnç
de Aujourd'hui par une tô»-
chaque
prié taire de charrette » tranché do
cocher avec des guides de cordon
«et & iorfgu'il éft queiiion d'em-
pêcher uni accident qui ji'âuf oïtr
pas le ccwidii^euf étoit à
la taie de fon à pied, les
Je harnois
je; ptu$fcweiîte^io^rdt>
vy
CÉLÈBRES.1
& livre le public à Ia-difcrétion de
fes chevaux. Enfin tt.eft défendu' de
courir ta pofte à Paris,
on ne voit dans les rues de Pans;
que cfes cburies de
feti(eur de la femme) fi râ'fcidènt
éprowvé
ner le parlement à les
ancientres difpQfitioïïS des régle-
mens de Police, concernant
tares, cochers j & fi leur execu-
coûviennent qw'Us fe^
aypit
'commis; uh .ditns; îe-: ••̃̃
.'•-̃;
v v ̃•
La régie a foute nu
méchanceté, ni;
tute comme
'̃ ment qu'un
AU
il fera
tardive
i$ G A X( s ES
fôn été
de lit rue pii c«jf accident îeft arrivé
'> encore contre régie»
É -preteiiè que
qud^s j'fe;
.excoriations » les éïeflUres,
par les deux procès- ver-
baux ont «nf. autre cattfe que l'ac-
cela parce
qu^fVy à jours;
>i*rglefï '^ttl^n^vp^nt
̃ CEI. ES R t'S,. ̃ XJ
,il.
tdçiîj p% puifique la
sÂiriû» Une
if-
été
un
ce
B* •
COU'
30 ,Cause.$
quaii- délit
celui qui eft. doit ̃. ^e
ies dépenfes que fa a né-
pQurrpiît î»ï
éprouver. jGœ jugé doit calculer les
r|iert€f a pu
pu qu'il fd^ffriç^-par la à rai*
Ion de ^âiis
rtotfs dit .,<(#
de la loi font
foot cojijfbriiiei I $€$ prîîidpes ^é%
^jïjté pjfimStïve que la

gravés dans -tôus lés que
général
jégie des fiacres a été condamnée
en looo livres de dommages-inté-
fortunée. en btttrè
ordonné l'impreiEon Ci l'affiche d«
-W--
p ;•
B v
qu
;M..
témoin redouté ou des motifs
qui ne crient aux oreilles des juges
voulons être mères » que
dont ..les plaintes long temps
C É X E B R E?.S* JÇ
jBvj
au foin de leur propre conservation*?
pour laquelle toutes les
ont été
oracles révérés dont le
La dépravation des dernier*
j6
̃
J$r
en que ç«e-
iSbît
la
•*C**4ilv?»'
modèles
Ci LEB R E $
»
»;
» ment au des
écrits dans vos V<s»
ils lot^
'̃ -• ̃ ̃•
•;̃ -•• »̃
420 Causes
lemtnt de vos lèvres dans les cpan-
chemens de l'amitié. Ils ie font fou-
tenus^, non pas un jour, une année
mais plus
dant eV
tendu parler, ni de inoii iwptiîf-
lance
maintenant fi vos
après une
VOUS plaifbis
plaçait f 6c c'eft païce
que choix'
Se de vos
étioiis xehï de t'iii^iffé-;
o% perfides
élevé eft < J^»ï
tes.- qui-
tiennent^ de FftfttHa-
ai-jô
inyb*.
̃• CÉLÈBRES. j$f
dtfi-
pu plutôt
réptocfter; trop
en`
fans que
mieux établie
] F9«r;Pr!!>r
44
que [ri*
Une
^dàwsjbft ^î&/
cftiè!
C Et EBRES. 4'
examen veut que je
des.
ou du moins
pendant le redouter ce moyen qui
bleffe la veux con-
la dignité de mon
4-6 .Cavsis
tre* Mon
.qjttç1'
preuves tandis que
C t t E B R E S, 41
de notre cohabitation non interrom-
I pues, librement confentie de votre
celles que
I vqu$! pas. Voiiè demande,*
votre plaijît^,jde
nom gu*îi j^P*^
elle ^la pra-i
tique de quelques
I <& Bigflôn, une jwttfpru-
on de tecpt*
une
I :lo^ criminelles.
41 Causes
pre à l'état des perfonnes » que la
loi a accumulé avec
lies:
de cèlfti
̃•̃̃?'
G
Un homme
eit t s re s; *t
le faire,
.̃'ji- C)A\i3 '$̃»
pour ne vous rien trois
ii*îîaî)îfétion
e 11 fi fi re$,
Ctij

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.