Ce qui fait tenir

De
Publié par

Soit un effet de cadrage (analyse, théorie) ; et, en creux dedans, justifié par et le tenant ouvert, l’ironie d’un noir lumineusement opaque (poésie). L’un avec et contre l’autre, indissolublement. Petits mouvements d’écriture dans ce dispositif alterné. Pour voir comment ça marche. Et ce que ça dit du complexe de nommable et d’innommable dit expérience. Scénario : 1) ouverture (peinture et poésie : Daniel Dezeuze et Paul Scarron) – 2) bref acte en vers – 3) intermède : Paul Verlaine et les mères – 4) final voix off pour dénouer.
Publié le : vendredi 13 mai 2011
Lecture(s) : 37
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818005095
Nombre de pages : 171
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ce qui fait tenir
DU MÊME AUTEUR
chez le même éditeur
Commencement (roman), 1989 Ceux qui merdRent (essai), 1991 Écrit au couteau (poésie), 1993 Une erreur de la nature (essai), 1996 A quoi bon encore des poètes ? (essai), 1996 Une phrase pour ma mère (lamento-bouffe), 1996 Dum pendet filius (poésie), 1997 L’Âme (poésie), 2000 Salut les anciens / Salut les modernes (essai), 2000 Presque tout (poésie), 2002 Grand-mère Quéquette (roman), 2003 L’Incontenable (essai), 2004
Les livres de Christian Prigent parus chez d’autres éditeurs sont répertoriés en fin de volume.
Christian Prigent
Ce qui fait tenir
P.O.L e 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2005 ISBN : 2-84682-111-9 www.pol-editeur.fr
programme
Ouvertureen coulisse : peinture (Dezeuze, côté cour), poésie (Scarron, côté jardin). Un brefacte(héral-dique) en vers.Intermède: Paul Verlaine et les mères. Finalvoix off pour dénouer.
7
OUVERTURE
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant