//img.uscri.be/pth/3200af47061eff4382f7f17f90cd616798deefc0
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Cherbourg-Fort de France

De
102 pages
Dans ce roman à la forme brève qui porte sur le parcours des êtres dans l'espace-temps, sur la parole et le silence, la lecture et l'écriture, la comédie et la tragédie, la vie et la mort, une narratrice revit les neufs derniers mois d'un homme âgé qui pourrait être son père ou quelqu'un d'autre, lors de ses allers et retours en train, sur le Paris-Cherbourg. Au monologue s'ajoute la lecture ou l'écriture d'un second récit qui conte en neuf fragments les péripéties de quelques Švoyageurs sur la carte du monde, tandis qu'en voix hors-champ, bribes de conversations et annonces accentuent l'impression de polyphonie.
Voir plus Voir moins
CHERBOURG-FORT-DE-FRANCE
Roman
DU MÊME AUTEUR, CHEZ LE MÊME ÉDITEUR
Champ et hors champ : la photographie et le cinéma dans les manifestes et les romans d’Oswald de Andrade,2006.
Illustration de couverture: Jean-Pierre CORNUET, « Étoiles filantes », 2009.
En application des articles L. 122-10 à L. 122-12 du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction à usage collectif par photocopie, intégralement ou partiellement, du présent ouvrage est interdite sans autorisation du Centre français d'exploitation du droit de copie (CFC, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris). Toute autre forme de reproduction,
© INDIGO & côté-femmes éditions 55 rue des Petites Écuries 75010 Paris http://www.indigo-cf.com er Dépôt légal, 1 trimestre 2010 ISBN 2-35260-063-4 EAN 9782352600633
Geneviève VILNET
CHERBOURG FORT-DE-FRANCE Roman
INDIGO
.
À mon père,
« Que les souvenirs m’entraînent et j’aurai des yeux ronds comme le monde. » (Éluard,Capitale de la douleur)
« La littérature tout entière est un effort pour rendre la vie bien réelle. Comme nous le savons tous, même quand nous agissons sans le savoir, la vie est absolument irréelle dans sa réalité directe : les champs, les villes, les idées, sont des choses totalement fictives, nées de notre sensation complexe de nous-mêmes. Toutes nos impressions sont incommunicables, sauf si nous en faisons de la littérature. » (F. Pessoa,Le Livre de l’intranquillité)