Choses d'élections / [par A. Bulot]

De
Publié par

[impr. de Walon] (Vichy). 1869. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1869
Lecture(s) : 8
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

TIMBRE IMPERIAL
Voici l'un des articles qui devait
couvrir une des colonnes blanches de
l'HEBDOMADAIRE du dimanche 2 mai 1869,
paru le lundi soir et le mardi matin
CHOSES D'ÉLECTIONS.
vous avez peur du rouge ? On en a mis
partout.
J'ai un ami Sous-Préfet,— cela peut arriver à
tout le monde.— L'autre jour je lui ai fait une
petite visite. Ma parole d'honneur, il m'a reçu d'a-
bord d'un air comment dirais-je? d'un air
administratif enfin; vous connaissez cela, n'est-ce
pas ? Déjà l'habit brodé et le bicorne avaient mis du
raide entre nous.
Mais je ne fais attention à ces petites drôleries
que lorsque je suis convaincu qu'elles sont préparées
tout exprès; je m'avançai donc bravement en face
de Lucullus, — il s'appelle Lucullus, — voyez-vous,
le temps a beau broyer sous ses pas les vestiges du
passé, il en est de quelques noms comme des
tuiles que nous trouvons dans nos sillons ou dans
les fouilles. On sent le passage des romains dans
— 2 —
les Gaules. — Je pris sa main et il parut redevenir
l'ami d'autrefois.
— Je parie, mon cher Luculle, — c'est le nom
que nous lui donnions familièrement entre étu-
diants,— je parie que tu as cru voir, quand je
suis entré, un candidat, non officiel, ou plutôt
d'une opposition carabinée ?!
— Mais pas du tout ! quelle idée as-tu donc ?
Et je voyais bien que j'avais touché juste.
— Un bon vent m'amène dans ta capitale, veux-
tu m'accepter à déjeuner ?
Je vis un soupçon de gêne dans sa physionomie,
— immédiatement j'ajoutai : je parie qu'on m'a
dénoncé comme révolutionnaire et que m'a tête t'a
été apportée sur un plat, je veux dire sur un rap-
port de M. le maire Percepoil, comme l'une des
mille têtes de l'hydre de l'anarchie.
— Tu es épatant, me répondit Luculle.
Quand un fonctionnaire de l'ordre administratif,
un ancien ami, promu récemment à un grade sub-
préfectoral, prononce le mot épatant, en face de
ses archives, vous pouvez être sans crainte. Il ou-
blie, pour le moment, son importance de rouage
de l'Etat et on peut s'en approcher.
Luculle sonna, recommanda de mettre un cou-
vert de plus et, devenu affectueux, il me fit
signe de me mettre à mon aise dans un fauteuil.
Nous causâmes.
Figure-toi, me dit-il, que ma nomination est
arrivée plus vite que je ne le pensais, et j'en ai été
contrarié, mais je ne pouvais reculer le poste
est passable, tu vois de mes fenêtres ces jolis villa-
ges à l'horizon et à mes pieds, — je saluai, — et à

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.