//img.uscri.be/pth/47b30690c64bf9c795f5f48620a203190424230c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Actes et paroles (Les 4 volumes)

De
1263 pages
Nouvelle édition de Actes et paroles (Les 4 volumes) de Victor Hugo augmentée d'annexes (Biographie). L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
— Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
— Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
— Une table des matières est placée également au début de chaque titre.

A PROPOS DE L'ÉDITEUR : Les éditions Arvensa sont les leaders de la littérature classique numérique. Leur objectif est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin. Le service qualité des éditions Arvensa s’engage à vous répondre dans les 48h. Retrouvez tous les titres sur le site internet des éditions Arvensa.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

ARVENSA ÉDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www.arvensa.com ©Tous droits réservés Arvensa® Éditions
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’ÉDITEUR L'objectif des éditions Arvensa est de vous faire connaître les oeuvres des plus grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable, tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa.com
Pour toutes vos autres demandes ou suggestions, veuillez écrire à :
editions@arvensa.com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Si vous souhaitez en être informé et bénéficier d’une version toujours actualisée de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur le sitewww.arvensa.com Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires. Nous vous souhaitons une bonne lecture !
Arvensa Éditions. www.arvensa.com
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’ÉDITEUR
ACTES ET PAROLES I Avant l’exil 1841-1852 ACTES ET PAROLES II Pendant l’exil 1852-1870 ACTES ET PAROLES III Depuis l’exil 1870-1876 ACTES ET PAROLES IV Depuis l’exil 1876-1885 BIOGRAPHIES BIOGRAPHIE DÉTAILLÉE BIOGRAPHIE PANORAMIQUE
Page 5
Copyright Arvensa Editions
ACTES ET PAROLES I Avant l’exil 1841-1852
(1875) Victor Hugo POLITIQUE
Retour à la liste des titres
Pour toutes demandes ou suggestions servicequalite@arvensa.com Ou rendez-vous sur www.arvensa.com
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Table des matières Le Droit et la Loi I II III IV V VI VII VIII IX X XI XII Académie Française 1841-1844 I. Discours de réception II. Réponse de M. Victor Hugo, directeur de l’Académie française, au discours de M. Saint-Marc Girardin III. Réponse de M. Victor Hugo, Directeur de l’Académie française, au discours de M. Sainte-Beuve Chambre des Pairs 1845 – 1848 I. La Pologne II. Consolidation et défense du littoral III. La famille Bonaparte IV. Le pape Pie IX Réunions électorales – 1848-1849 I. Lettre aux électeurs II. Plantation de l’arbre de la liberté Place des Vosges III. Réunion des auteurs dramatiques IV. Victor Hugo à ses concitoyens V. Séance des cinq associations d’art et d’industrie VI. Séance des associations après le mandat accompli Assemblée Constituante – 1848 I. Ateliers nationaux II. Pour la liberté de la presse et contre l’arrestation des écrivains III. L’état de siège IV. La peine de mort V. Pour la liberté de la presse et contre l’état de siège VI. Question des encouragements aux lettres et aux arts VII. La séparation de l’Assemblée
Page 7
Copyright Arvensa Editions
VIII. La liberté du théâtre Assemblée Législative – 1849-1851 I. La misère II. L’expédition de Rome III. Réponse à M. de Montalembert IV. La liberté de l’enseignement V. La déportation VI. Le suffrage universel VII. Réplique à M. de Montalembert VIII. La liberté de la presse IX. Révision de la Constitution Congrès de la Paix à Paris – 1849 I. Discours d’ouverture II. Discours de clôture Cour d’Assises – 1851 I.Pour Charles Hugo,la peine de mort II. Les procès de l’Événement Enterrements 1843 – 1850 I. Funérailles de Casimir Delavigne II. Funérailles de Frédéric Soulié III. Funérailles de Balzac Le 2 décembre 1851 Notes Chambre des Pairs – 1846 Note I. La propriété des oeuvres d’art Note II. La marque de fabrique Assemblée constituante – 1848-1849 Note III. Secours aux théâtres Note IV. Secours aux transportés Note V. La question de dissolution Note VI. Achèvement du Louvre Note VII. Secours aux artistes Conseils de guerre – 1848 Note VIII. L’état de siège Conseil d’Etat – 1849 Note IX. La liberté du théâtre Assemblée législative – 1849-1851 Note X. Pillage des imprimeries Note XI. Proposition Melun – Enquête sur la misère Note XII. La loi sur l’enseignement Note XIII – Demande en autorisation de poursuites contre les représentants Sommier et Richardet Note XIV. Dotation de M. Bonaparte Note XV. Le ministre Baroche et Victor Hugo Note XVI. Le rappel de la loi du 31 mai
Page 8
Copyright Arvensa Editions
Le Droit et la Loi
I Toute l’éloquence humaine dans toutes les assemblées de tous les peuples et de tous les temps peut se résumer en ceci : la querelle du droit contre la loi. Cette querelle, et c’est là tout le phénomène du progrès, tend de plus en plus à décroître. Le jour où elle cessera, la civilisation touchera à son apogée, la jonction sera faite entre ce qui doit être et ce qui est, la tribune politique se transformera en tribune scientifique ; fin des surprises, fin des calamités et des catastrophes ; on aura doublé le cap des tempêtes ; il n’y aura pour ainsi dire plus d’événements ; la société se développera majestueusement selon la nature ; la quantité d’éternité possible à la terre se mêlera aux faits humains et les apaisera. Plus de disputes, plus de fictions, plus de parasites ; ce sera le règne paisible de l’incontestable ; on ne fera plus les lois, on les constatera ; les lois seront des axiomes, on ne met pas aux voix deux et deux font quatre, le binôme de Newton ne dépend pas d’une majorité, il y a une géométrie sociale ; on sera gouverné par l’évidence ; le code sera honnête, direct, clair ; ce n’est pas pour rien qu’on appelle la vertu la droiture ; cette rigidité fait partie de la liberté ; elle n’exclut en rien l’inspiration, les souffles et les rayons sont rectilignes. L’humanité a deux pôles, le vrai et le beau ; elle sera régie, dans l’un par l’exact, dans l’autre par l’idéal. Grâce à l’instruction substituée à la guerre, le suffrage universel arrivera à ce degré de discernement qu’il saura choisir les esprits ; on aura pour parlement le concile permanent des intelligences ; l’institut sera le sénat. La Convention, en créant l’institut, avait la vision, confuse, mais profonde, de l’avenir. Cette société de l’avenir sera superbe et tranquille. Aux batailles succéderont les découvertes ; les peuples ne conquerront plus, ils grandiront et s’éclaireront ; on ne sera plus des guerriers, on sera des travailleurs ; on trouvera, on construira, on inventera ; exterminer ne sera plus une gloire. Ce sera le remplacement des tueurs par les créateurs. La civilisation qui était toute d’action sera toute de pensée ; la vie publique se composera de l’étude du vrai et de la production du beau ; les chefs-d’oeuvre seront les incidents ; on sera plus ému d’une Iliade que d’un Austerlitz. Les frontières s’effaceront sous la
Page 9
Copyright Arvensa Editions
lumière des esprits. La Grèce était très petite, notre presqu’île du Finistère, superposée à la Grèce, la couvrirait ; la Grèce était immense pourtant, immense par Homère, par Eschyle, par Phidias et par Socrate. Ces quatre hommes sont quatre mondes. La Grèce les eut ; de là sa grandeur. L’envergure d’un peuple se mesure à son rayonnement. La Sibérie, cette géante, est une naine ; la colossale Afrique existe à peine. Une ville, Rome, a été l’égale de l’univers ; qui lui parlait à toute la terre.Urbi et orbi. Cette grandeur, la France l’a, et l’aura de plus en plus. La France a cela d’admirable qu’elle est destinée à mourir, mais à mourir comme les dieux, par la transfiguration. La France deviendra Europe. Certains peuples finissent par la sublimation comme Hercule ou par l’ascension comme Jésus-Christ. On pourrait dire qu’à un moment donné un peuple entre en constellation ; les autres peuples, astres de deuxième grandeur, se groupent autour de lui, et c’est ainsi qu’Athènes, Rome et Paris sont pléiades. Lois immenses. La Grèce s’est transfigurée, et est devenue le monde païen ; Rome s’est transfigurée, et est devenue le monde chrétien ; la France se transfigurera et deviendra le monde humain. La révolution de France s’appellera l’évolution des peuples. Pourquoi ? Parce que la France le mérite ; parce qu’elle manque d’égoïsme, parce qu’elle ne travaille pas pour elle seule, parce qu'elle est créatrice d'espérances universelles, parce qu'elle représente toute la bonne volonté humaine, parce que là où les autres nations sont seulement des soeurs, elle est mère. Cette maternité de la généreuse France éclate dans tous les phénomènes sociaux de ce temps ; les autres peuples lui font ses malheurs, elle leur fait leurs idées. Sa révolution n'est pas locale, elle est générale ; elle n'est pas limitée, elle est indéfinie et infinie. La France restaure en toute chose la notion primitive, la notion vraie. Dans la philosophie elle rétablit la logique, dans l'art elle rétablit la nature, dans la loi elle rétablit le droit. L'oeuvre est-elle achevée ? Non, certes. On ne fait encore qu'entrevoir la plage lumineuse et lointaine, l'arrivée, l'avenir. En attendant on lutte. Lutte laborieuse. D'un côté l'idéal, de l'autre l'incomplet. Avant d'aller plus loin, plaçons ici un mot, qui éclaire tout ce que nous allons dire, et qui va même au delà. La vie et le droit sont le même phénomène. Leur superposition est étroite. Qu'on jette les yeux sur les êtres créés, la quantité de droit est adéquate à la quantité de vie. De là, la grandeur de toutes les questions qui se rattachent à cette notion, le Droit.
Page 10
Copyright Arvensa Editions